AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

The Titans are on their way [PV: Luxio, Graham]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: The Titans are on their way [PV: Luxio, Graham] Sam 17 Oct - 16:01

Prenant naissance sur le sol, la bulle sortit des racines. Avec lenteur, presque paresse, elle s'éleva. Sa légerté de savon avançait dans l'air. Elle était tendrement ballottée par un vent inexistant, et sa course erratique la menait peu à peu jusqu'aux cimes des plantes gigantesques qui constituaient l'île. Sa surface refléta une dernière fois la lumière du soleil, qui la traversait d'une manière des plus sublimes alors qu'elle atteignait le ciel au-dessus des cimes. Et elle éclata. Ses débris, sous forme d'un liquide transparent, presque invisible, et en une infime quantité, tombèrent instantanément sur le sol spongieux. Retour à la source.

Furiosa avait observé tout ça d'un œil perplexe. Ce n'était pas la première fois qu'elle venait aux Sabaody, loin de là, et donc pas la première fois qu'elle voyait le curieux processus. Mais il l'impressionnait et la faisait se questionner à chaque fois. Pourquoi ces bulles se voyaient offertes quelques minutes de liberté, où elles montaient vers le ciel, comme pour s'échapper de ce lieu clôt par les hautes plantes, si ce n'était que pour finalement retomber, sans jamais briser ce cycle infini et absurde ?
Soupirant, la Yonkou chassa l'image de son esprit. Dès qu'elle se mettait à réfléchir un peu, elle avait des pensées étranges. Voilà pourquoi elle devait arrêter de se concentrer, et agir à la place. En même temps, son action ici était déjà finie. Une stupidité d'ailleurs. Un artefact, qu'on disait être fait de steilicium, et taillé de la main même du professeur Vernes. En entendant la rumeur, Furiosa n'avait pas pu résister. Elle avait voulu le voir de ses propres yeux. Son équipage l'avait déposée seule, car elle ne pouvait pas se permettre d'être reconnue. Ce n'était qu'un détour avant de rejoindre une nouvelle fois le Nouveau Monde. Un détour qui était censé être facile et rapide. Et qui l'avait été jusque là. L'objet appartenait à une famille de foutus riches comme d'habitude, et avait été gardé dans un de leur coffre, dans leur petit maison cossue. Un jeu d'enfant pour une ancienne voleuse comme Furiosa. Mais évidemment, cette merde n'était qu'un bijou. Une pièce de steilicium magnifiquement taillée, d'accord, mais un bijou tout de même, et certainement pas une œuvre du professeur Vernes. Elle l'avait pris quand même. Pas question qu'elle ait fait tout ce chemin pour rien ! Mais entre son butin et rien, il y avait très peu de différence, car elle n'en aurait ni utilité ni fierté. Peut-être que le revendre serait une bonne idée ? Ou le donner à manger à Mjöllnir.
Tout ça pour dire, qu'elle était coincée. Oui, car ces abrutis de son équipage avaient rencontré un problème, apparemment, et l'avaient prévenus qu'ils mettraient un peu plus de temps pour venir la récupérer. Le « un peu plus » était d'un vague qui ne plaisait pas du tout à Furiosa. Cela faisait déjà six heures qu'elle attendait sur l'archipel. Quand elle serait de retour sur son navire, elle ferait en sorte qu'ils regrettent tous leurs conneries.

Alors en attendant, le jour avait ramené sa sale tronche pâle à travers les cimes, et Furiosa déambulait sur l'archipel. Elle préférait ne pas rester immobile. Cela aurait montré qu'elle attendait quelque chose, ou quelqu'un. Et elle voulait rester le plus mystérieuse possible sur ses intentions à ceux qu'elle croisait. Avec chance, on ne lui prêtait pas trop attention, au milieu de la foule colorée et excitée. Elle restait calme, analysant tranquillement son environnement, continuellement.
Une longue cape, qui ne recouvrait malheureusement que le haut de son corps, servait à dissimuler sa main mécanique, tandis qu'une lourde étoffe de était enroulée autour de son coup, et cachait la partie basse de son visage. La Yonkou avait pris soin de ne pas remettre de la graisse noire sur son front, évidemment. Cela aurait signé l'inverse de son anonymat. Non, pour une fois, l'Empereur devait se fondre dans la foule, et cela ne lui plaisait pas. Mais bon, c'était intéressant, pour une fois, de faire profil bas. Elle pouvait observer les gens, les choses ordinaires de la vie, sans que tout le monde ne la regarde horrifiés ou avec colère.
Par contre, elle espérait vraiment que ça ne durerait pas plus longtemps. Et que son équipage allait arrêter de glander ou autre.

Dans le calme civil ambiant, dont Furiosa avait totalement perdu l'habitude, apparu des troubles qu'elle remarqua très vite. Des chuchotements. Des personnes qui courraient sans raison apparente. Des casquettes de la Marine.
Furiosa serra les dents. Merde, on l'avait repérée ? Déjà ? Bordel, comment avait-elle fait pour ne pas le remarquer ?
Elle comprenait peu à peu que la zone dans laquelle elle se trouvait se faisait encercler. Elle porta la main à son front, sur lequel se trouvait d'étranges lunettes à rouages. Mjöllnir. Si un combat éclatait, elle devait être prête à l'utiliser. Cependant, quelque chose la frappa. Un élément ne collait pas. Malgré les forces déployées, la Marine devait bien comprendre que ça serait trop peu pour l'arrêter. Alors ?...

Le cercle était finalement formé. Une trentaine de soldats, leur fusil prêt à tirer. Et Furiosa ne se trouvait pas à l'intérieur.
Ils encerclaient un seul individu, un jeune homme aux cheveux longs.
« Luxio l'Eradicateur ! », hurla l'un des soldats. « Tu es en état d'arrestation ! Certains pirates font escales ici, mais toi, tu en profites aussi pour voler chez Mme Tomaru ! Pas question de laisser tes sales pattes libres plus longtemps ! »
Furiosa eut pour seul commentaire mental qu'il devait se défoncer la voix à toujours gueuler comme ça.
« Oui, c'est lui ! Ce petit imbécile croyait que je ne l'avais pas vu roder autour de ma maison hier ! Rends-moi ce qui m'appartient, sale pirate. »
Celle qui s'égosillait à présent était une femme d'une quarantaine d'année, richement vêtue, qui se tenait derrière le cercle, ses doigts plantées dans l'épaule d'un des soldats, telle une harpie. Si peu de classe... Les riches étaient décidément tous les même.

Furiosa se désintéressait vite de la situation, et s'apprêtait à partir, quand elle compris. La riche. Un objet volé. Quelqu'un accusé à tord.

« Oh merde », elle lâcha tout haut.
Le pauvre gars allait se faire arrêter à cause d'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Titans are on their way [PV: Luxio, Graham] Sam 17 Oct - 18:58

Le jour montrait son premier rayon réchauffant ma nuque un peu raide en ce matin bruyant et hostile, la place était bondée de monde qui discutait, comme a l’habitude, des rumeurs qui trainaient dans l’écho des sombres ruelles. La soupe qui me fut servi dégageait une vapeur et une chaleur agréable qui me faisait aller de ci de là dans mes pensées. Je pensais toujours à comment retrouver le contre-amiral qui avait ôté la vie de mon « frère ». Je me sens déjà pathétique rien qu’au reflet mon visage dans le mélange orangé où dansait a la surface cette fumée que j’apprécie tant. Les gens ne me prêtaient guère attention, c’était seulement l’un des trois seuls endroits à ne pas chercher à me casser les pieds. Quelque chose me restait à l’esprit. La nuit dernière en me baladant dans les hauteurs auprès des plus belles demeures des îles Sabaody, je me souvint de cette ombre qui a la clarté de la lune s’infiltrait avec la prudence d’un enfant et la maitrise d’un grand voleur dans l’immense manoir de Mme Tomora ou Tamora , enfin, peu importe il y avait marqué un nom semblable près du portail fait d’or et orné de faucon qui se battaient furieusement .  Je voulus prendre appuie contre celui-ci pour enlever de sur mon pied la ronce qui s’accrochait avec peine à mes bottes mais il s’ouvrit et je dus me récupéré rapidement. Bien évidement la poisse m’assaillit souvent et je heurtai un caillou qui vola jusqu’à l’une des fenêtres, la brisant. J’avais assez faim ce soir-là, alors je fis comme chez moi je trouvais rapidement là où se cachait la nourriture. Ce fut un vrai régal ! De plus j’étais confortablement installé dans un fauteuil brodé en soie blanche et les coussins étaient aussi doux qu’une femme. Je m’assoupi assez vite, mes yeux dérivant le long des colonnes de marbre couleur crème qui me rappelait l’une des pâtisseries que je m’étais enfilé. La lune était encore levée quand dans un réveil alerté j’entendis des bruits, la maison se réveillait. Je lâchai un grondement, je voulais crier « remontez-vous coucher je n’ai pas fini de dormir ! » mais cela aurait été déplacé eux qui m’ont accueilli sans même le savoir, hm ! Je me dirigeai donc encore le regard embué de rêve où flottait quelque nuage blanc que mes yeux commençaient à dissocier quand je me rapprochais, en déambulant, de la fenêtre brisée. J’entendis un plateau se renverser sur mon côté droit je me redressai et aperçu dans mon lent mouvement me permettant bientôt d’apercevoir cette jeune femme, qui le regard apeuré, venait de laisser s’écraser au sol une brioche dorée au beurre :

« -P-Père !!!

-Bonjour mademoiselle, ai-je dis en m’avançant vers elle. Celle-ci se plaqua immédiatement contre le mur.
Ce n’est pas bon de gâcher ! Permettez, je vous la prends elle me fait très envie ! J’entendis des pas et une voix grave qui s’approchaient.

-Que se passe-t-il mon enfant ? PFF encore ce langage de bourgeois, dès le matin je le planterai bien lui…Mais je fis abstraction de cela.

-Bien le bonjour et merci pour la nuit, ce fut un plaisir de déguster cette brioche. Vous ne m’en voudrez pas mais faut que je file ! »

Ainsi me voilà quelques heures plus tard le long d’une table avec mon gâteau et ma soupe. Ce qui m’intriguait donc c’est que je n’ai pas recroisé l’ombre qui était aussi parvenu à entrer dans la demeure. Peut-être fus-ce la jeune damoiselle ? A vrai dire je m’en contre fiche, j’ai été bien nourri ! Je souris encore en coin de bouche à l’idée de cette nuit remplie de confort et de saveurs. Puis l’eau tranquille qu’entretenait mon bol se mit à émettre des ondes régulières. On se mit à courir dans tous les sens derrière moi pendant que je retenais le contenu de mon petit déjeuné qui tentait de se sauver tout comme la population. Puis vint le moment que je n’aurais jamais redouté en cette ci belle matinée :

-Luxio l'Eradicateur ! Tu es en état d'arrestation ! Certains pirates font escales ici, mais toi, tu en profites aussi pour voler chez Mme Tomaru ! Pas question de laisser tes sales pattes libres plus longtemps ! J’entendis même la voix du père qui ne me refusa pas la détention de sa brioche.

- Oui, c'est lui ! Ce petit imbécile croyait que je ne l'avais pas vu roder autour de ma maison hier ! Rends-moi ce qui m'appartient, sale pirate. »

OUUUH de si vulgaires mots alors que j’émergeais à peine de cette douce chaleur que m’offrait mon repas. Mais je repris vite mes esprit, que l’on m’accuse de vol… Certes ! Mais je ne vais pas tout de même tout ré ingurgiter… Je pris une grande inspiration, pas besoin de me retourner pour savoir qu’il se tenait derrière moi une vingtaine de soldats manquant d’assurance et totalement effrayés. Je pris le ton le plus froid et le plus calme possible et d’une voix forte pour que ‘l’on m’entende je commençai :

« - Déjà la demi-portion qui ressemble plus à un trou de bal qu’autre chose, tu me vouvoies. Deuxièmement avec toute la haine que je vous dois j’aimerai finir ma soupe et ma brioche. Mais si tu tiens vraiment à la récupérer papy, tiens ! »

Je la jetais sans même me retourne, à l’endroit où je l’avais entendu hurler comme un baleineau qu’on égorge. Par contre, je n’entendis pas le morceau heurter le sol.

« -Tu as de bons réflexes c’est déjà ça mais un bon cerveau… Pas sûr ! Tu veux que je te vomisse tes provisions, vieux fou ? Je l’entendit bégayer puis il répliqua.

-N... Non je veux mon artefact, elle est chère à mon cœur ! Pitié grand pirate rends moi mon bien et les marines te laisseront en paix !

- Comme c’est adorable de ta part. Dis-je ironiquement, mais vois-tu tes sanglots sont en vain je ne suis pas un chercheur d’artefact surtout que celles collectionnées sont pitoyables niveau qualité…

- ARRÊTES DONC DE JOUER AU PLUS MALIN Luxio, tu mourras ici à moins que tu ne rendes l’objet précieux de Monsieur ! »

*Il m’a… coupé la parole ??? Je pense qu’il est fou lui aussi. Bon reste froid et concentre toi sur ta soupe* Je déglutis quelque gorgés puis j’entendis un sifflement de balle qui me rasa l’oreille droite

*OK PLUS DE POLITESSE !* Je tentais de me contenir mais ils m’énervaient vraiment :

« - Pose ça tout de suite « l’Eradicateur » la prochaine ne te laissera pas indifférent !

-Je vais tenter d’être clair toi et ta fanfare vous allez faire la fête ailleurs ou ce qui ne va pas te laisser indifférent c’est mon coup de pied au cul. Suis-je assez clair ? M.Tomaru se redressa et réagis avec culpabilité, ce qui fut pour le moins surprenant

-Non messieurs pas de combat dans cette paisible ville, vous êtes près d’un si bel archipel j’aimerai le garder en bonne état ! JE me mis à rire franchement

- HEHEHE ! Ne t’en fais pas brave homme le seul truc qui risque d’être abimé c’est la tronche du gars qui est à tes cotés et de tous ceux qui le suivent comme des petits chiens en laisse !

-Tu… Tu vas me le payer ! »

Il commença par viser mais je décidai à me retourner et lorsque mon regard furieux et glacial rencontra le sien. Il hésita et je sentis malgré les cinq mètres qui nous séparaient que ses mains tremblaient.

« -Tu veux vraiment en arriver là jeune marin, tu penses faire le bon choix en me traitant de la sorte ?... »

J’avais repris un ton calme et grave qui le laissa pensif et je le sentis douter. Je n’agis pas, je voulais voir jusqu’où il ira pour un si misérable artefact…


Dernière édition par Luxio "L'Eradicateur" le Dim 18 Oct - 12:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Titans are on their way [PV: Luxio, Graham] Sam 17 Oct - 20:27

Hope L. Thousands & Luxio

"The Titans are on their way"

Un claquement de doigt résonna alors entre le pirate, la Marine, madame Tomaru et les autres spectateurs de la scène. Dans le même instant, tout le monde se tut et un silence s'installa immédiatement sur cette place où tous se trouvaient. Tous les regards s'étaient précipités dans la même direction. Une voix dicta alors ses attentes :

-Taisez-vous et dites-moi ce qu'il se passe. J'aimerai éviter toute violence, et comme ici je suis neutre, il est à supposer que je suis le mieux placer pour trancher.

Un individu était alors apparu comme par magie entre le petit pirate du nom de « Luxio, l’Éradicateur », et les soldats de la Marine. D'où venait l'homme ? Si ce n'est quelqu'un ayant la puissance d'un Yonkou, personne n'était capable de le dire ici. Peut-être y a-t-il un être intéressant parmi les insectes et les cafards ? Néanmoins, il était là entre tous, les bras croisés et les yeux refermés comme déçu par les circonstances de la situation. D'une certaine façon, cela rappela un père en colère contre ses enfants... D'un autre coté, ce n'était pas aussi différent que cela.

Hum... Voyons, que Graham faisait là ? Eh bien, aujourd'hui était une journée comme les autres. Il s'était éveillé avant le soleil à quatre heures du matin et avait pleinement profité de sa journée. Que ce soit pour réorganiser les énergies qui l'habitent, que pour s'occuper d'un jeune enfant dont il avait décidé de prendre la charge. Dans tous les cas, il avait décidé de prendre sa journée afin de délaisser de plus en plus son bar du nom de « La Porte des Enfers ». Un nom qui savait évoquer des choses.

D'une part, il y avait là-bas la rumeur d'un unique tenancier des lieux qui, malgré sa localisation en territoire de non-droit, maintenait farouchement l'ordre à un tel point que le bar était une zone neutre sous sa gouverne. Tout le monde devait agir docilement et quelque soit sa position. Dans le cas contraire, les équipages ou les personnes impliqués le payaient chers. De même, il existait des règles qui n'avaient de sentence que les « Enfers », une chose qui a tendance à tenter aux risques les pirates orgueilleux, mais si tous les Supernovas et mêmes des armées s'inclinaient ici, c'est bien car le simple gérant du bar était un adversaire légendaire.
La Marine n'a aucun pouvoir dans ce lieu de détente, et il était même plus vrai de dire que la Marine devait soit éviter l'endroit à tout prix, soit éviter de commettre la moindre imprudence. Un pacte entre le monstre de Shabondy et la Marine a été tissé. Le message était clair : aucun mal, aucune guerre. Le Maître avait parlé, la Marine avait accepté. Seuls les Amiraux étaient en droit de remettre en cause ce traité.

D'autre part, les rumeurs tournent au sujet d'un homme surnommé « l'Invincible ». De quoi désigner des choses dans un monde aussi violent que celui-ci, même si Graham s'en fichait bien.
En effet, tout ça ne concernait que lui et cela explique aussi sa popularité dans l'Archipel... Bof, ça ne sont que des petites choses.

Les raisons qui avaient fait qu'il apparaisse aussi subitement, était simplement car il se promenait dans les alentours, ressortant ainsi après avoir fait les courses en vue de préparer un bon repas à son fils adoptif, puis il a entendu des bruits parasites. Il a simplement décidé de se déplacer dans le même instant jusqu'à son foyer pour déposer les divers produits achetés, puis de s'interposer ici. Le tout des actions n'avait duré qu'une seule seconde. En bref, il n'avait pas envie de perdre du temps, car étant donné qu'il y avait encore un combat entre enfants et qu'il n'arrivait pas à quitter le rôle de Maître car ayant été lui-même un maître des arts martiaux et un maître des armes...

Les conflits sont quotidiens et constituent seulement le battement d'un rythme de vie, le souci étant ici que les enfants possédaient des armes et qu'ils pouvaient s'entre-tuer, chose que Graham ne laisserait pas passer. Si des balles étaient tiré à l'aide de fusils, il les rattraperait aussi simplement que cela. Si quelqu'un attaquait, il mourrait avant même d'avoir eu le temps de respirer... sauf, si peut-être quelqu'un de « plus puissant » ne vienne.

Il avait donc décidé d'intervenir et si ce n'est que les soldats étaient restés bouche-bée... Graham reporta alors son regard vers Luxio, attendant sa réponse. La tonalité de l'Invincible était neutre, froid, calme, en constante garde.
S'il était parvenu à faire taire aussi facilement tout le monde, c'était car il le devait au charisme qu'offrait sa puissance écrasante. Ici, tout le monde était littéralement figé, mais vous ?
Les spectateurs quant à eux cherchèrent à s'éloigner, ou à observer à distance raisonnable.

Copyright Solène ©
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Titans are on their way [PV: Luxio, Graham] Dim 18 Oct - 10:51

    En quelques minutes, les choses étaient simplement devenues plus... intéressantes. Le jeune pirate ne se laissait décidément pas faire, narguant la Marine. Furiosa n'aurait su dire cela venait d'une considération inexistante pour la Marine, comme s'il les traitait en gamins, ou s'il avait lui-même une personnalité enfantine.
    Cela ôta un peu de la culpabilité de la Yonkou, voyant qu'il était capable de se défendre lui-même, d'abord par la parole, et, après tout, il était peut-être capable de se débarrasser des soldats tout seul. D'autant plus que, d'après ce qu'elle avait suivi, cet ahuri n'avait pas eu besoin d'elle pour se mettre dans les ennuis. Il avait... volé une brioche ? Furiosa était partagée entre la consternation et le rire. Mais elle n'avait plus aucune intention, si elle en avait jamais eu, d'intervenir pour aider le pirate. Elle pouvait se contenter de son premier plan, faire profil bas, et puis partir de l'île sans être remarquée. Pour renforcer cela, plus elle voyait la famille à qui appartenait le fameux artefact, moins elle désirait revendiquer le vol. Cela serait une honte plus qu'une source de gloire que d'avouer avoir réussit à cambrioler des idiots pareil. Quoique, au moins, son rang de Yonkou pourrait peut-être leur faire fermer leur énervante grande gueule.
    Sa décision fut cependant de rester. Quoi, son équipage n'était toujours pas là, elle avait bien le droit de s'amuser un peu, non ? Ce n'était pas tous les jours qu'on assistait à une scène aussi divertissante. Et puis, cela lui donnait également la possibilité d'agir dans le cas d'une évolution de la situation.
    Un dans le genre de ce qui venait de se produire. Un homme, à l'allure imposante, se trouvait désormais dans le cercle formé par les soldats, entre eux et Luxio. De cet homme se dégageait une impression très significative, qui se répercutait dans le regard de la majorité des personnes présentes, notamment pour la population locale et les soldats de la Marine. Il avait tout-de-même arrêté le chaos d'un seul claquement de doigt, et imposé sa domination sur la scène avec quelques phrases. Présenté comme neutre, Furiosa ne pouvait s'empêcher de développer une certaine curiosité à son égard. Qui était-il ? Comment pouvait-il avoir l'autorité et la prestance d'un Amiral ?
    Et encore plus intéressant, il semblait énervé. Comme si on était venu mettre le chaos dans ses affaires. Il avait donc un sens de... propriété pour la zone dans laquelle ils étaient ? La Yonkou n'était pas sûre. Elle eut une sorte d'impulsion qui voulu la pousser à vérifier, mais elle voulait attendre que la situation évolue.

    Du coin de l'oeil, elle aperçu deux personnes, mal vêtus, à l'allure de truands, s'éloigner discrètement, comme nombre des criminels lorsque les soldats étaient arrivés. Certains autres étaient restés, mais l'homme mystérieux qui s'était interposé semblait les effrayés encore plus. Furiosa décida qu'elle pouvait elle aussi s'éloigner un instant, le temps de récolter les renseignements qui lui manquaient.
    En quelques grandes enjambés, la Yonkou avait rejoint les deux criminels, leur barrant le passage. Après que, sur leur visage, soit passé l'étonnement, la colère, et la compréhension qu'elle faisait deux têtes de plus qu'eux, et qu'ils devaient, en conséquence, lever la tête pour la regarder, elle put enfin poser sa question :
    - C'est qui, l'homme, là-bas, devant qui tout le monde rampe ?
    Sa voix était gardée à un volume sonore assez bas, mais sa force dégagée restait la même. Soit parce qu'ils l'avaient reconnus, et qu'ils n'osaient pas chercher la merde avec un Yonkou, soit simplement car elle était impressionnante, avec son visage à demi-caché, sa cape et sa grande taille, ils s'empressèrent de répondre :
    - C'est l'patron d'un bar d'ici, "La Porte des Enfers". Un mec qui vaut mieux pas énerver. Même la Marine ose pas le faire chier. "L'Invincible", qu'on l'appelle.

    Avec un hochement de tête, Furiosa arrêta de prêter attention aux deux criminels, qui se tirèrent en courant. La situation devenait de plus en plus intéressante. Elle se rapprocha de nouveau du cercle de soldats, défaisant lentement Mjöllnir sous sa forme de lunettes, pour ne pas être suspecte en agissant trop vite, et le reconstruisant sur sa main en un gant de steilicium. Si le moindre combat éclatait, il fallait qu'elle soit prête.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Titans are on their way [PV: Luxio, Graham] Dim 18 Oct - 12:32

Seul des cris aiguës de femme restèrent en appel du silence, les autres se contentaient de se parler assez bas pour qu’on ne puisse les entendre. J’attendais patiemment la réponse du jeune marine. Finalement je commençais à divaguer dans mes pensées dans mon terrible ennui. Je revins à moi quand j’entendis une voix étrangère au conflit s’imposer dans mes rêveries :

« -Taisez-vous et dites-moi ce qu'il se passe. J'aimerai éviter toute violence, et comme ici je suis neutre, il est à supposer que je suis le mieux placer pour trancher. »

Il était assez imposant mais son regard attirait mon attention :

-Hé ! Mais c’est pas mal comme regard ça bon j’avouerai tout de même qu’il est plus animé que le mien, un peu moins froid sur les bords mais plus charmel disons. Comme c’est adorable, ça me dis que t’es un bon gars toi ! »

Il y avait des mouvements dans la foule dont je préoccupais guère jusqu’à ce que j’entende des bruits de course qui s’éloignaient. Je n’eus qu’à laisser mes yeux se poser sur mon côté gauche pour apercevoir deux brigands se ruant le plus loin possible. D’un geste j’attrapais dans mon dos l’une de mes dagues et la lança dans leur direction. Elle piqua vers le sol et se planta dans une dalle en pierre juste devant eux :

« -Vous n’allez nulle part j’espère ? Nan parce que c’est très impoli de partir déloyalement comme vous le faites ! »

Je dus me déplacer calmement à travers la foule tout en souriant car je n’aimais pas faire mauvaise impression et en m’excusant pour que les gens me laisse passer. Une fois en face de mes deux petits fuyards je pus continuer de parler :

« - Vous m’excuserez-vous aussi mais l’objet qui nous intéresse à l’air de faire drôle d’impression sur vous au point que vous fuyez ainsi. Je me trompe ? Le plus âgé des deux répondit

-Non pas du tout nous voulions seulement ne pas arriver en retard au bateau nous devons prendre la mer AHAHAHA ! Je fis semblant de rire avec deux

-AHAHAHAH… Oui sauf que la mer ne s’en ira pas elle, vous avez votre temps alors que l’objet lui risque de filer si ça continue ! »

Ils présentèrent leur sac, ouvrir leur gilet de cuir. Je connaissais toute les cachette et a part de la nourriture volé que je fis mine de ne pas voir. Ils étaient clean ! Je revins alors dans le cercle ou l’homme au regard braisé m’attendais comme énervé ou impatient je ne serai dire… Plus je m’approchais plus il avait l’air agacé ou en fait juste sur le point d’exploser :

« - Tu peux te détendre tu sais, ce n’est rien !  Ces petits comiques n’ont juste pas de sources précises pour définir si je le détiens ou non. Je fus rentré dans la maison, j’ai mangé et je suis parti. Si tu t’y connais un peu, tu saurais que les voleurs se cache, dissimule leur visage, cherche le profil bas tout en apparaissant comme tranquille et serein. »

Je ne savais rien n’ont plus de l’homme qui se tenait devant moi et pourquoi tout le monde n’osait pas avancer une seule parole, un mot. Cela devenait vite exaspérant, je ne pense pas qu’il soit capable de dévorer quelqu’un comme je le fais avec ma brioche…

*AAAH je regrette déjà de lui avoir rendu mais bon ce fut une bonne action *

Il fallait tout de même que je comprenne les raisons de ça venu a part de le fait qu’un simple combat éclate :

« - Je me demande seulement la raison de ta visite dans ces circonstances furieuses qui me semble loin de principes qui sont les tiens ? »

J’attendais maintenant sagement que le grand homme qui dégageait curiosité et force me réponde ou ne juge puisqu’il en avait décidé ainsi, qu’importe…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
MessageSujet: Re: The Titans are on their way [PV: Luxio, Graham] Dim 18 Oct - 14:00

Hope L. Thousands, Luxio & Graham Gaalrad

"The Titans are on their way"

Les yeux du Maître se dirigèrent doucement sur le coté, verrouillant une personne encapuchonnée... Après autant de temps passé à combattre, à livrer des batailles contre des monstres sans nom, possédant l'intelligence ou l'instinct, il ressentait comme la présence des autres et la mesurait. Comme pour une épreuve de survie où il déterminerait constamment les risques, c'est en cette personne qu'il était alors capable d'observer quelque chose. Côtoyer ainsi les monstres de ce monde le rendait soit paranoïaque, soit douer d'un sens de la perception plus aiguë. Enfin...

Graham referma alors les yeux... Conservant les bras croisés, il se mit à tapoter le sol du talon dans un geste d'impatience, comme si plus la situation avançait, et plus il était sur le point d'exploser. Quelque chose qui n'annonçait rien de bon... Et alors, juste dans ce talonnage classique qu'il exécutait contre la terre, le sol lui-même commença à trembler. Au début, ceci se manifesta par de légères vibrations et puis... lentement et montant en cadence, l'archipel lui-même sembla trembler comme si un séisme régulier se mettait en place. Et pourtant, l'épicentre de ça, c'était le surnommé « Invincible ».

Ce qu'il pensait à ce moment-là de la situation ? De ce que faisaient les insectes autour de lui tout comme ce pirate ? Les clowns. A ses yeux, la situation était si faible en elle-même qu'il avait la sensation d'être devant des clowns chargés de le faire rire.
La dernière fois que Graham était par ailleurs allé à un cirque, on peut dire que les choses ne s'étaient pas passées pour le mieux. Et si on remonte jusqu'à son enfance et à cet instant où une personne particulière voulait le voir sourire, l'avait ainsi amené devant des clowns et avait directement demander à ses artistes de réaliser un spectacle spécialement pour lui, pour le jeune enfant garçon qu'il fut et afin qu'il sourit... Oui, les choses avaient eu vaguement de fortes probabilités de mal finir, et c'est exactement le cas pour notre situation actuelle.

En tout cas, il n'était pas raison qu'il haïrait son entourage et que c'est pour ça qu'il martèlerait le monde, non. D'une certaine façon, c'est sa façon d'être, aussi de formater tous les autres à soit mesurer leurs paroles, soit leur rappeler qu'en cas de conflit, autant ne pas perdre de temps. L'affaire ici présente néanmoins ridicule et il avait déjà accompli son objectif. Le simple fait d'apparaître allait forcer tout le monde à revenir sur les rails car une autorité trop imposante venait d'intervenir. En d'autre terme, Graham venait de forcer la neutralité pour que tous maîtrisent leur jugement et le revoient.

A n'en pas douter, il continuait à être considérer comme un maître pour la plupart. Un maître de guerre comme un maître de sagesse, il semblait inatteignable à toucher tous les fronts ainsi...
Une pensée le traversa alors. Son pied cessa alors de faire trembler la terre. Bien, Luxio avait parlé et même si ses arguments importaient, la pensée qui le percuta à ce moment-là, c'était que... pourquoi est-ce qu'il s'intéressait à des conflits aussi risibles ? Pour éviter le conflit ? Ou bien était-ce simplement... Oui, cela devait être ça. Le pirate semblait aussi être curieux à travers son sophisme, alors pourquoi ne pas révéler ce qu'il pensait ?
Graham observa ainsi les soldats, la présente victime, le pirate, et déclara en toute tranquillité :

-Je m'ennuie et vous décorez le paysage.

Il plaça alors ses mains dans les poches et passa d'un pas lent à coté de Luxio en s'éloignant, continuant sur ses mêmes paroles :

-Faîtes comme bon vous semble, je m'en fiche, mais impliquez les autres et c'est la mort. Même à travers tout Shabondy, vous ne pourrez m'échapper, réfléchissez bien à mon avertissement. Continuez à jouer maintenant.

Il marcha ainsi... en direction de celle qui était ainsi revenue après avoir récolté des informations. Graham déployait déjà son fluide d'observation, il s'en était servi pour surveiller cette présence-ci et peut-être les autres lucioles.
Il s'avança ainsi, affinant son regard comme un tranchant lorsqu'il croisa les yeux avec lui ou elle.

Copyright Solène ©
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: The Titans are on their way [PV: Luxio, Graham]

Revenir en haut Aller en bas

The Titans are on their way [PV: Luxio, Graham]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Grandline :: Archipel Shabondy-