AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Ven 13 Nov - 0:37




« L'imagination... Le plus grand moteurs de nos aventures ! »



J'étais vert de rage. Pourquoi ? Simplement parce qu'une fois de plus j'avais eu raison. Ren était bel et bien devenu une menace plus que conséquente pour le monde. Par je ne sais quel prodige il avait sur convaincre son capitaine de l'aider à s'introduire dans la mythique prison d'Impel Down, et sur place les pirates de métal avait fait d'énormes dégâts. Où j'étais durant ce temps ? Si au moins je le savais... Peut être sur North Blue, ou bien sur le Paradis. En bref, j'étais perdu sur les mers à la recherche de mes compagnons. J'étais bien trop loin des manigances politiques, bien trop loin du monde cruel dans lequel j'avais l'habitude de vivre. Tandis que certains se battaient pour leur conviction, moi je profitais du paysage des îles sur lesquelles j'accostais. Je vivais une vie d'explorations et de voyages, comme à mes débuts.

Il n'y a aucun mal à cela vous me direz... Mais moi ça me contrariait, j'avais l'impression d'avoir paresser durant un long moment, de m'être coupé du monde. Maintenant, puisque je n'avais pas été la pour protéger la prison gouvernementale, il était certain que je devrais m'occuper de tout ces évadés, avant qu'ils ne se décident à récidiver, et mettre le monde à feu et à sang par pur vengeance envers le gouvernement mondiale. Je posais ma tête, douloureuse, contre la table en bois à laquelle j'étais installé, tentant de contenir la chaleur qui se dégageait de ma boîte crânienne. Etait-ce l'alcool, ma mauvaise humeur ou le boucan qui fit monter mon sang à la tête, provoquant des maux de têtes ? Je n'en savais rien. Mais une chose était sûr, c'est qu'aujourd'hui j'étais irrité. Après tout qui ne le serais pas après s'être rendu compte d'une erreur ? Pas grand monde ! Bah moi si ! Après tout j'étais le genre de personne qui n'aimait pas perdre. Au fond il fallait l'avouer je n'étais qu'un mauvais joueur ! La défaite je détestais ça... Rien que de la concevoir ça me filait des nausées alors les additionner... Bref j'étais déjà dégouté pour ce qui s'était passé sur Impel Down, mais je le fus encore plus lorsque j'appris qu'en réalité le recrutement de Glorim n'était pas aujourd'hui mais demain !

Vous devez sûrement vous demandez ce que je raconte je me trompe ? Eh bien pour résumer, je me trouvais dans une taverne du groove 21 de Shabondy, et si je me trouvais ici, c'était parce que je me suis mis à traquer les gros poissons qui ont réussit à s'évader de la prison suite à l'intervention de Raza et Ren. Glorim, le nain aux coussinets était l'un d'entre eux. Selon les rumeurs il se trouvait sur l'archipel, attendant que son équipage vienne le chercher. Et contre toute attente il a lancé un recrutement, sans doute pour consolider son équipage, avant d'aller naviguer sur la Nouveau Monde. Le soucis c'est que je crus que son rassemblement avait lieu aujourd'hui, mais manifestement c'était demain, vu le nombre de personnes qui m'avaient ri au nez, lorsque je m'étais présenté à eux pour leur poser la question. À moins qu'ils ne se soit moquer de mon déguisement ? Pourtant il n'était pas si aberrant que ça... Je n'avais pas de fausse barbe, de faux nez, ou une tonne de maquillage, mais simplement un chapeau et un foulard, ne laissant que mes yeux apparents. Bref je ressemblais à ces bandits des anciens temps et j'étais peut être un peu grillé mais maintenant je m'en foutais.

Le foulard qui dissimulait mon visage à mon entrée était maintenant baissé au niveau de mon cou. Seul mon chapeau de cow-boy dissimulait encore ma longue tignasse blonde. Mais déjà les plus informés et observateurs auront remarqué qu'un Shichibukai se soûlait, seul, à une table, visiblement irrité. Je terminais mon verre et le fixais, faisant tourner avec un certain intérêt le fond de bière qui se trouvais dans le récipient. Soudainement une voix retentit :

-Non! non ! C'est impossible ! T'as triché !

-Quoi tu m'insulte déjà, moi ton nouveau capitaine ? Tu as perdu... Tu as perdu ! Tu sais ce qui encourent à ceux qui ne respecte pas les conséquences d'un Davy Back Fight, non ? Il vaut mieux finir dans mon équipage que les pieds liés au fond de l'océan, non ? Alors ne t'oppose pas à la décision de Davy John ! Mouahaha !

Excéder je levais mon regard vers la table de ce type. Il faisait un de ces boucan ce type. Son rire fut rapidement accompagné par les rires de ses compagnons. Tous ces rires résonnèrent dans ma tête, s'amplifièrent jusqu'à l'explosion :

-Vos gueules ! Fermez vos putains de gueules avant que je m'énerve !

Tous les regards se tournèrent vers moi. Je n'avais pas l'habitude de m'énerver ainsi, ni l'habitude de boire autant d'ailleurs. Un silence de mort s'instaura alors, brisé par un bruit de chaise que l'on écarte et qu'on soulève. Le type que j'avais agressé verbalement semblait furax et se dirigeait dangereusement vers moi, prêt à me fracasser sa chaise sur la tête.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E




Dernière édition par Light G. Hawk le Lun 16 Nov - 20:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnum
Supernova
Supernova
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 08/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 0
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Travesti40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Dim 15 Nov - 19:38




hands up

ça t'as pris du temps, pour revenir au point de départ. A l'endroit même de ta rencontre avec Brad, le capitaine des Seven Deadly Sins. ça t'en a pris du temps pour revenir, mais l'aventure s'est avérée courte en fin de compte. Une chose est sûre, ce type était un dur de dur, un de ces types déterminés, avec des étoiles dans les yeux et les épaules pour porter le monde entier avec lui. C'est pas pour rien que tu lui avais fait assez confiance pour embarquer et étais allé jusqu'à laisser tes couilles ici même avant de monter dans le bateau. ça n'avait jamais été ton fort d'obéir, toi l'ancien révolutionnaire, mais tu y avais mis du cœur cette fois. Assez de cœur pour te retrouver à Marine Ford, au sein même du repaire de tes ennemis de toujours alors que tu auras catégoriquement refusé d'y aller si n'importe qui d'autre que lui te l'avais demandé. Tu te serais même jeté à bras le corps dans la bataille si tu n'avais pas autant eu la dalle et l'impression de voir une mission suicide vouée à l'échec.  Faut dire que se retrouver face à un Shichibukai avec un fruit du démon pareil, ça a aussi de quoi dissuader un peu. Ce genre de personne, c'est ceux qu'il vaut mieux avoir de son côté plutôt que de l'autre. Du moins, c'est ce que tu penses. Il avait l'air plutôt sympathique au final, bien que prêt à se battre histoire de faire passer le temps. Les courtes brides d'histoire que tu avais pu tirer de l'homme étaient intéressantes et chargées de drame. Et il avait dit ça comme ça, en pleine bataille, à toi, l'inconnu trop bavard.

Le plus compliqué quand on y repense n'avait pas été la disparition mystérieuse dans ce nuage de fumée, mais plus le petit déchirement avant de partir, cette impression rageante de laisser des compatriotes derrière soi, bien que tu te sois promis de les retrouver un jour. Malgré les années, l'amertume et le regret laissent toujours les mêmes relents. Et le voyage dans un bateau de la marine, ça c'était carrément creepy. C'était bien plus strict et fade qu'en compagnie d'un bon tonneau de saké et d'une bande de joyeux lurons alcoolisés à souhaits. C'est sûr que ça, tu t'en serais bien passé, mais allez expliquer comment vous vous êtes retrouvé sur MarineFord sans avoir de lien avec une seule des personnes présentes ? Hmmm oui en effet c'est compliqué. Se faire passer pour un marine avait finalement été le choix le plus judicieux à ta disposition, alors t'avais dit bonjour aux nuits dans les hamacs inconfortables des non gradés, bonjour aux gardes à vous désinvoltes et répétitifs de la journée, bonjour au sale boulot, à la malbouffe, aux heures supplémentaires passées à bosser sur le pont pendant la tempête.

Et finalement, tu avais disparu de l'équipage marine sans dire mot, dès qu'il avait accosté sur Shabondy, il y a de cela une semaine. Des souvenirs, t'en as beaucoup d'ici aussi, du temps où tu bataillais contre le gouvernement, tu t'étais même souvenu d'un bar dans lequel tu avais défié l'homme qui deviendrait ton bras droit pour les années les plus florissantes de ton règne en tant que patriarche de la révolution. Défié lors d'un jeu connu de bons nombres de fervents pirates, auquel tu ne refusais jamais de participer, que ce soit par fierté ou par envie de t'éclater. Tu te rappelles encore des mots lancés après ta victoire écrasante en trois manches. «Je te veux toi, et c'est tout». Oui tu avais pris le capitaine, laissant les autres membres de l'équipage désœuvrés, et tu t'étais barrés. C'est comme cela que ce périple avait débuté, une chope de bière dans une main, l'autre poing en l'air en réclamant une autre tournée. C'était joyeux à l'époque, même si ces emmerdeurs de marine étaient là eux aussi. En tout cas, faut avouer que ça te fiche un coup de vieux de remettre les pieds sur l'archipel.

Bref, le premier jour après s'être retrouvé sur l'île aux bulles, tu l'avais passé à glander dans les rues, à la recherche de ce bar hantant tes pensées. Tu avais pris une apparence que tu appréciais quand il t'étais nécessaire de décompresser. Et c'est ainsi que tu t'étais retrouvé à te trimballer dans un corps de femme de toute beauté, avec des vêtements qu'on pourrait dire des plus courts mais pas trop, assez long pour laisser place à l'imagination. De toute ta vie de raton, tu n'avais connu de corps de femme plus vigoureux et plantureux. Il t'avais servi bon nombre de fois, comme ce serait le cas pour aujourd'hui. Vous n'imaginez même pas la facilité pour dénicher un job quand on a des fesses et une paire de boobs conséquente. Sincèrement, ça faciliterait la vie de bien des chômeurs. C'est donc cheveux aux vents et sourire aux lèvres que tu t'étais balladé jusqu'à trouver ce bar, dans un coin reculé des grandes rues. Satisfait, tu étais entré et t'étais posé au comptoir, non sans attirer les quelques regards de clients présents, et tu avais enchaîné en réclamant un  job en tant que serveuse avant de commander un verre de scotch, vidé avec empressement tout en observant les lieux d'un air amusé. Rien n'avait vraiment changé malgré les décennies passées, c'était toujours cette décoration vintage et vieillotte, le même type de clients, là pour oublier un peu ce qu'il se passe à l'extérieur, pour faire un trait sur les gros titres des journaux, là pour rappeler que l'aire de la piraterie est loin d'être terminée.

Et c'est ainsi que tu avais harcelé le gérant la journée entière jusqu'à ce qu'il accepte de te prendre à l'essai. C'est donc à partir de là que les jours s'étaient mis à défiler plus rapidement, t'accommodant à un train-train quotidien, juste le temps de te refaire assez d'argent pour te payer un trajet jusqu'à l'île des hommes poissons, endroit où tu avais fait entreposé la plupart de tes berrys grâce à une ancienne connaissance travaillant à la banque. Le barman avait été plus qu'étonné de constater que tu savais y faire avec les clients. La plupart du temps, les bleus qui venaient pour un job ne savaient même pas lire, alors bon, autant ne pas envisager l'expérience. Après la journée d'essai, il t'avait donc autorisé à rester un peu plus longtemps, au moins le temps de gagner un coquette somme. C'est donc en ce septième jour, que tu avais rejoint le bar, évidemment en retard, déjà fort arrosé car au lieu de faire des économies, tu t'étais mis à rageusement dépenser ton fric dans du scotch haut de gamme, chose que tu faisais déjà d'antan quand les nouvelles des journaux ne te plaisait pas.

Enfin arrivée devant la bâtisse, tu passes par la porte de derrière, en profitant pour t'excuser auprès du patron et te change dans l'arrière-boutique, sans la moindre pudeur comme à ton habitude. Tu enlèves le bas, puis le haut, et revêt la douteuse tenue de travail réservé au personnel féminin avant de jeter un coup d'œil exaspéré au patron, absolument pas discret qui zieute par la porte entrebâillée.

«T'arrête de te rincer l'œil oui ?!!.»

Ça te fait tellement rire intérieurement Magnum, mais tu tâches d'avoir l'air furieuse. Le pauvre vieux,  tomber sur une demoiselle, exhibitionniste sur les bords mais dès qui grogne dès qu'on mate… Faut se dire qu'au moins ça décourage les garçons qui pourraient te courir après, parce qu'avoir un corps de nana, ça ouvre à ce côté creepy des pervers collants qui ne peuvent pas s'empêcher de s'approcher de trop près.

« Allez, vide tes poches et on est quittes. C'est pour payer le panorama que tu viens d'avoir. Pervers.

Le patron rougit, mais il en a vu d'autre en une semaine, bien qu'il ne puisse pas s'empêcher de bégayer sur le coup avant de lui filer son fric. Ahlala, le vieux s'il y a bien une chose qu'il a compris sur sa nouvelle et très étrange employée, c'est qu'elle accorde une grande importance au fric, et qu'elle est aussi bien plus forte que lui. Autant éviter de se faire prendre une raclée par une demoiselle dans sa propre enseigne, ça la foutrait mal. C'est pour ça qu'il évite de te laisser gérer la caisse, faudrait pas que tu piques tout avant de t'en aller. Au moins il ne manque pas de jugeote le vieux, pense-tu en te dirigeant vers la pièce réservée à la clientèle. Quand tu entre, c'est comme d'habitude, un des habitués vient de gagner contre un autre, faisant de lui sa nouvelle propriété. Tu souris en les observant du coin de l'œil, soudainement préoccupé par le journal laissé sur le bar. C'est toujours les mêmes nouvelles, celles qui assurent et affolent la population mondiale. Tu fouilles dans les bouteilles avant d'en déboucher une et de boire au goulot histoire de mieux digérer tout ça. L'évasion d'Impel Down ne te dit rien qui vaillent, bien que Brad et les autres aient éventuellement pu se sauver -tu te rappelles plus vraiment des dates alors bon-, il y a tout un tas de crapules qui n'auraient pas dû être libérées. Ça va donner du travail à ces pauvres marines, ils pourront plus se la couler douce avant d'en avoir mis un bon nombre derrière les barreaux, dieu que tu es content de leur avoir filé compagnie. T'aurais pas aimé te faire exploiter pour rattraper des pirates au même titre que toute cette bande d'incapables.

Prenant une autre gorgée, tu laisses tomber le journal avant de pivoter la tête vers la voix contrariée qui vient de retentir dans le bar. T'as l'habitude de les jeter dehors les fouteurs de merde qui comprennent rien à l'ambiance de ce bar. En temps normal tu ne te serais pas fait prié, t'aurais collé un ou deux coups de pieds au cul à l'intéressé avant de lui faire franchir la porte et de le laisser geindre dans la rue, mais ce que tu vois te laisse figé sur place. Tu dois vraiment avoir un karma de merde pour recroiser deux fois la même personne dans un laps de temps aussi court, c'est pas possible autrement. Car oui, en face de toi se trouve le type avec qui tu as pris le temps de parlementer il n'y a pas si longtemps, le phénix auquel tu pensais encore pas plus tard que ce matin. Drôle de coïncidence.

Soudainement pris par une montée de stress, priant pour ne pas te faire cramer, tu pars à la recherche d'un miroir avant de baisser les yeux et de te retrouver réconforter par la vue de ta paires de nichons.  True thing, tu ne ressembles absolument pas à ce mec qu'il a rencontré sur le champ de bataille. Tu es méconnaissable il n'y a pas de soucis à te faire, mais ça te fait bizarre de voir ce mec dans un endroit comme celui-là. Tellement bizarre que tu ne fais pas attention à l'autre brute qui a l'air de lui chercher des noises et qui tient sa chaise juste au dessus de sa tête. Tu ne l'aurais pas crût une seule seconde adepte des bières, mais plutôt d'alcools plus raffinés. Dire que tu n'avais absolument pas fait attention à ce coin du bar avant que le corsaire ne se mette à râler ça te donne envie de te taper le crâne contre la table pour punir cette imprudence, mais ça te donnerait l'air d'être encore plus barjo que tu n'en as l'air actuellement, la bouche grande ouverte, immobile derrière le comptoir. Puis quelques secondes après, dans un laps de temps très court, ta bouteille de scotch part, frôlant le nez de l'homme en mouvement avant de laisser un trou dans le mur en face. Ça fait un boucan pas possible, et le verre explose comme de la glace pilée sur la ruelle pavée de l'extérieur alors que tu te facepalm, conscient que tu t'es vraiment laissé aller.  Au moins ça a eu le mérite d'arrêter l'homme dans son mouvement.

« Pas de bordel dans mon bar bande de merdeux, où j'vous explose les testicules avant de vous faire sortir illico presto. Je déteste les idiots qui s'emportent pour rien, vous êtes prévenus.»

Le regard dur, et les sourcils froncés, t'aurais sans doute l'air très impressionnant si tu ne te trimballais pas dans un corps de gonzesse. Mais visiblement, le type semble avoir compris que tu as fait exprès de décaler ton tir pour rater sa sale tronche, si bien qu'il repose sa chaise en ruminant.

«C'est regrettable quand même, une si bonne bouteille. Il ne reste plus qu'à prier pour ne pas avoir à rembourser le patron. »

C'est vrai quoi, ça risque de te coûter cher, et tout ça pour éviter les embrouilles, alors pas question qu'il prélève les intérêts sur ta paye, tu le mettras sur la note de ces abrutis de pirates.

«J'vois pas pourquoi c'est moi qui prend, c'est normal que je lui foute une branlée pour avoir pourri l'ambiance. Je suis Davy John après tout, ça la foutrait mal que je laisse cet affront sans réponse niakniak.»

Les hommes et leur fierté, décidément, ils sont pas capable de se tenir. C'est gonflant de les voir inspirer et gonfler leurs pectoraux inexistants histoire de jouer à celui qu'à la plus grosse. Ils sont comme des enfants à répondre du tac-au-tac.

«Au pire tu n'as qu'à fixer une date pour un Davy Back Fight et voir avec ce type s'il est d'accord ou non, c'est pas bien compliqué. Et comme ça ce sera légal de mon point de vue et je ne m'y opposerais pas. Je peux même fermer le bar plus tôt pour arbitrer, voir participer si vous voulez, mais je ne tolérerais pas de violences en dehors du cadre de ce jeu. »

Dire que c'est toi qui dit ça alors que tu viens de manquer d'exploser un crâne avec une bouteille de scotch. Pfff, décidément. Le grand bonhomme te sourit en lorgnant ta modeste personne avant de répondre.

« Excellente idée demoiselle, je vais pouvoir lui montrer l'erreur qu'il vient de commettre et la lui faire payer au centuple. Je lui foutrais pas trop la honte car je suis un honnête pirate, mais ça m'empêcheras pas de me donner à fond ahah. Dans deux heures du coup.»

Soupirant, tu t'approches avant de placer tes mains dans son dos et de guider l'homme vers la porte.

«_ Ok ok super, maintenant si vous aviez l'obligeance de quitter le bar avant que le patron ne se pointe se serait vraiment cool. Faut que je nettoie tout ça avant de fermer et que je lui explique que je ne pourrais pas rester tard.
_ Ouai mais j'attends la réponse de ce type, histoire de savoir si c'est un lâche ou si je pourrais lui exploser la tronche en toute légalité.»

Ou comment finir sa soirée alors que l'on vient à peine de l'entamer. Ce talent que tu as pour écourter ton temps de travail est désespérant. Tu jettes un regard anxieux vers le grand blond, espérant qu'il ne s'énerve pas pour éviter un carnage en plein bar. Il a l'air tellement torché que tu ne doutes absolument pas qu'il serait capable de tout faire brûler rien que pour calmer son mal de crâne. Tu laisses donc Davy John sur le pas de la porte, te dirigeant non sans appréhension vers le phénix, puis penche la tête sur le côté

«_ Alors qu'en dite vous, vous me devez bien ça, un peu plus et vous me détruisiez mon bar. Si vous dites oui, je pourrais même vous fournir une bouteille supplémentaire, ainsi qu'une ou deux plantes que je garde toujours sur moi pour faire passer la gueule de bois ?»

Qu'il dise oui non de dieu, sinon le bar ressemblera plus à rien et tu seras obligé de te trouver un nouveau job demain.

«_ S'il vous plaît ?»




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Lun 16 Nov - 20:42




« Le hasard pour débuter un jeu »



À peine ais-je poussé ma gueulante que mon regard dévia de la table des emmerdeurs. Ma tête tomba lourdement contre mes bras posés sur la table. Mon front reposait sur l'espace formé par mes deux mains positionner l'une sur l'autre. La quasi totalité de ma tête était surélevée grâce à cette position. Seul mon menton touchait la table de bois. Mes yeux quant à eux, fixèrent quelques instants les défauts fiché dans la structure même du bois constituant la table avant que mes paupières ne s'abattent devant eux tel des rideaux de fer, imperturbable, impassible. Dans ma semi-léthargie, j'entendis le bois couiner. Ça c'était le son caractérisa tique d'une chaise traînant sur le sol. Quelqu'un partait ? J'espérais sincèrement que ce fut l'autre con et sa bande. Mes sens au repos, je ne m'attendais pas une seul seconde à être la victime malheureuse d'une représaille. Je m'étais en fait attendu au fait que l'on me reconnaisse, et que terrorisé les petits pirates la ferme. Mais manifestement, soit le dénommé Davy John était bigleux, soit il était insouciant et imprudent. Le fait est qu'il s'apprêtait à m'attaquer sans préavis. Content qu'il n'y ait plus une once de bruit, je sursautais lorsqu'un grand fracas survint sur mon côté gauche.

Surpris, je redressais, brusquement mon buste et ouvrait involontairement mes yeux pour tomber en premier lieu sur le visage d'une jolie femme aux traits tirés par la colère. Sans que je comprenne pourquoi elle semblait si énervée et avant même que je n'eusse le temps de voir se qui m'avait sorti de mon état léthargique, la femme gueula en fixant ma direction, ou plutôt en oscillant son regard entre moi et la position à ma gauche. Du bordel ? Mais qu'est-ce qu'elle raconte ? Je voulais juste dormir moi ! Pourquoi le monde entier semblait m'en vouloir aujourd'hui ? Et pourquoi cette femme avait-elle l'air si menaçante ? J'entendis alors un bruit sur ma gauche. Intrigué, je tournais ma tête pour apercevoir le type de tout à l'heure poser une chaise juste à côté de moi, avec une moue sur le visage. C'était donc à lui que la jeune femme s'adressait ? Mais pourtant, elle avait utilisé le pluriel et elle n'avait cessé de me regarder moi durant l'élocution de ses menaces. Étrange, très étrange. Ainsi, Davy, ramena docilement sa chaise à sa place alors que la jeune femme se plaignit de la perte de sa bouteille. Attendez, mais quelle bouteille ?

Oula... Pour le coup, j'avais raté un wagon. De quelle bouteille, elle causait sérieux ? Que glanderait se type a à peine quelque mètres de moi, avec une chaise de surcroît. Et pourquoi semblait-il accorder une quelconque importance aux menaces de cette femme ? Beaucoup de questions sans réponses ! Intrigué, je pivotais mon regard pour observé la table de mes anciens voisins bruyants. Seulement du coin de l'œil, j'aperçus un étrange interstice noir. Interloqué, je bougeais mon cou vers la droite pour tomber sur le trou béant qu'avait fait Magnum avec son lancé de bouteille. Euh quoi ? Comment ? D'où ? Ce trou n'était pas là avant ! Enfin, je crois pas... Mon esprit eu alors un flash. Et si... Si la bouteille tant regrettée avait servi de projectile pour effrayer l'autre pirate ? Peu probable. Cela voudrait dire que la jeune femme à une force phénoménale. Une force que bien des guerriers ne possédaient pas, alors comment une simple serveuse pourrait les surpasser ? Ce n'était pas logique.

Le type qui venait de repositionner sa chaise à sa place d'origine prit alors la parole en oscillant son regard entre ma personne et cette jeune femme à la force sur-humaine. Il semblait vexé, frustré même, mais pourquoi ? Avait ce un lien avec mon coup de gueule de toute à l'heure ? Ne me dites pas qu'il a essayé de se venger pendant que je somnolais et que la serveuse l'avait arrêté. Non, c'était trop gros, beaucoup trop gros et évident, et puis même le plus impulsif des types ne trouverait aucune satisfaction à martyriser un autre gars... Attendez... Mais si ! Ça se tenait parfaitement. C'était certes un peu immature, mais pas dénier de sens. Mais sérieusement, j'avais raté tant de choses en fermant les yeux rien que quelques secondes ?

Le type ne semblait, au premier abord, pas très malin, ou du moins, il laissait paraître une certaine aura de fonceur, de bourrin peu enclin à réfléchir en plaine action, un peu comme moi. Cependant, lui, il ne devait certainement pas avoir mes réflexes, mon instinct et surtout mon pouvoir démoniaque qui avait rongé peu à peu au fil des années mon ancien moi, un combattant basant son style sur l'esquive et l'analyse. Mais ne nous laissons pas embarquer par nos souvenirs... Je comprenais déjà pas grand chose à la situation, alors si j'étais inattentif, je ne ferais que les observer avec de grands yeux exorbités, et ils penseront tous que je suis complètement con ! Même si je ne les connaissais pas, et que je ne les appréciais pas je n'avais pas envie de passer pour un soulard débile. J'arquais alors un sourcil à la proposition de la serveuse, qui semblait étonnement impliqué dans les conflits que pouvait avoir les clients de sa taverne, entre eux. Etait-elle simplement trop gentille ou voyait-elle un certain intérêt à organiser de tel "jeu" ?

Un Davy Back Fight... Sérieusement ? Et il était d'accord ? Non, c'était certain qu'il mentait. Quel genre de pirate se la jouerait autant si c'était pour acquiescer docilement devant une simple civil ? Bon, je vais pas me plaindre, mais... En fait si je vais me plaindre ! Car si lui et son équipage étaient réellement considérés comme des pirates alors la piraterie ne représenterait pas un trop grand danger pour le monde. Des gentils pirates ? Mouai ... Jusque-là, j'en avais pas rencontrer, mis à part peut être ce cyborg dénommé Magnum. Et encore, vu sa fuite à Marinford il était possible qu'il ne m'ait raconté que des bobards, sous l'influence de la peur. Sentant un sale coup venir, une moue vint déformer mon visage. Les honnêtes pirates, il fallait que je m'en méfie, car si pour l'instant j'ai seulement pitié d'eux il se pourrait que mon avis change très rapidement en fonction de leurs actes.

Mon mal de tête était toujours présent, mais j'avais à peu prêt compris la situation maintenant. Oui, il a fallu du temps avant que ça monte au cerveau. Donc ce type voulait qu'on se fasse un Davy Back Fight pour régler notre différent. Si mon mal de tête était passé d'ici là, pourquoi pas. Mais sans déconner pourquoi c'était parti aussi loin ? Et s'il avait un souci avec moi, pourquoi il ne le réglait pas comme les autres pirates de sa trempe : avec les poings ? Manifestement, j'avais un peu trop bu pour comprendre toutes les subtilités de l'affaire, et avouer que c'était exactement ce qui se serait passé si cette jeune femme n'était pas intervenu.

Sans plus de cérémonies, elle poussa Davy John vers la sortie, mais celui-ci opposa une légère résistance, décrétant vouloir entendre ma réponse avant de sortir du bar. Euh, ouai, mais un détail... D'où exploser la gueule d'un type lors d'un Davy Back Fight était plus légal que de le faire dans la rue sans aucun cadre ? Bah oui quoi... Ce jeu est un jeu de pirate, alors bon de là à parler de légalité... Je maintiens qu'à ce moment là, vu le taux l'alcool dans mon sang, j'aurais préféré une simple baston. Disons que j'avais fini par m'habituer à ça !

Après avoir laissé Davy John sur le pas de la porte la jeune femme revint vers moi pour me demander le plus gentiment du monde d'accepter l'offre. Jetant un regard vaporeux par-dessus son épaule, je vis mon futur adversaire attendant sur le pas de la porte et me fixant d'un regard noir. Je soufflais en levant les yeux. Je voulais juste dormir. Tout ça parce que je m'étais trompé de jour et surement de taverne pour assister au recrutement de Glorim. Inspirant une grande bouffée d'air, je reportais mon regard sur la serveuse, dont l'inquiétude pouvait se lire. Elle semblait appréhender quelque chose. Ma réaction peut-être ? Il n'y avait pas de quoi, je n'étais pas torché au point d'être violent envers une si innocente et généreuse personne. J'avais juste horriblement mal à la tête, et mon esprit était embrumé, mes paupières lourdes. Respirant calmement, je me levais en me servant de la table pour me mettre droit. Du haut de mes trois mètres cinquante, je fixais la jeune femme et lui répondis :

-Ça marche... Je m'en voudrais de vous faire de la ... Euh de vous causer des ennuis ! Moi, je voulais juste dormir... C'est pour ça que je suis un peu à cran. Enfin, bref, je prendrais seulement vos plantes, car actuellement, la seule chose qui m'intéresse c'est de guérir mes maux de tête ! Ça ne serait pas équitable que je joue dans ces conditions, n'est ce pas ?

Je plongeais ma main dans ma bourse, et déposais quelques Berry sur la table afin de payer mes consommations et éventuellement de payer une partie des réparations. Je ne gardais sur moi qu'une seul pièce d'or afin de pouvoir tirer au hasard le nombre de manche du Davy Back Fight. Je me dirigeais alors vers la sortie, avant me concentrant pour ne pas tituber. Passant à côté de Davy John, je lui montrais la pièce en déclarant :

-Comme tu sembles un habitué de ce jeu, je te laisse choisir les épreuves qui te conviennes le mieux mais je tirerai la pièce pour savoir en combien de manches se jouera notre différent. Ça marche petit ?

Déclarais je en le toisant de mes trois mètres et quelques. Les traits de son visage se tirèrent :

-Ouai, c'est ça fout toi de moi grand dadet ! On en reparlera quand tu seras à mes pieds, me suppliant de ne pas te prendre dans mon équipage... J'avoue, j'aurais du mal à voir ta tronche d'ahuri au quotidien, mais tu m'as tellement saoulé que j'en ai plus rien à foutre. Que je puisse te blairer ou pas, je te prendrais et je ferais de toi mon esclave ! Et franchement faire un Davy Back Jones en une manche... On voit que t'aime pas le risque... Si je joue on fait trois manches ! Même si je ne sais pas ce que je pourrais obtenir de toi à la suite de la première manche...

En disant ç,a il sortit deux pièces de sa bourse et s'approcha de la falaise. Il jeta alors le Berry et avec un rictus amusé me fit signe de balancer ma pièce. Arquant un sourcil, je m'approchais. C'est vrai, je l'avais oublié y avait pas de tirage au sort dans ce jeu... Mais avec quoi je confondais ça ? Fatigué, je m'exécutais sans relevé les paroles de l'autre type. D'ailleurs en parlant de lui, il finit par me tourner le dos et s'en aller en disant :

-Profite bien de ta liberté... Dans deux heures... Deux petites heures se sera fini pour toi !

Puis il s'éloigna. Je haussais simplement les épaules, et m'allongeais sur l'herbe, à l'abri sous un arbre. Je pouvais enfin me reposer ! Ainsi, je passais ses deux heures à roupiller. Bientôt, oui bientôt la troupe me réveillerai mon humeur aura-t-elle changer ? Mon mal de tête sera-t-il passé ? Et surtout qu'avait fait les pirates, et la serveuse durant ce temps ?



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnum
Supernova
Supernova
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 08/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 0
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Travesti40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Sam 28 Nov - 18:44




hands up

Il a dit oui non de dieu. Amen et merci seigneur d'avoir bien daigné protéger cet humble bar et lui laisser encore quelques années paisibles à vivre. Si seulement il pouvait faire virer le destin de cette façon à chaque fois ce vieux con en toge blanche, tu te convertirais illico presto. Sincèrement, t'aurais été incapable de sauver la bâtisse si l'autre avait décidé de faire fit de tes supplications. Une chance qu'il ne soit pas aussi mal luné que toi quand tu es bourré. Imagine un instant qu'il ai eu la susceptibilité d'un racoon, tout aurait déjà cramé, sans cérémonie. Qui aurait crû qu'un simple s'il vous plaît sauverait un bar comme celui là ? Pour la peine tu prendra le temps de tester cette technique dans une situation différente, sait-on jamais. Si cela s'avère aussi efficace, tu n'auras qu'à utiliser ce mot un peu plus souvent pour te faciliter la vie.

«_ S'il vous plaît ?»

Tu le murmures une fois de plus quand l'homme part discuter avec Davy, toujours béat et stupéfait, limite sur le cul. Certes le merci c'est encore dans les options, mais aucun doute que t'ajoutera ce terme à ton Bescherelle dans les prochaines semaines. Suite à cette constatation pour le moins surprenante, la jeune femme que tu es décide maintenant de s'attaquer aux problèmes qui risquent de suivre pendant les deux heures restantes. C'est vrai quoi, le patron va encore gueuler et tu vas déguster et te faire reprendre ton fric durement gagné. Faudrait pas qu'il te fasse ce coup là. Après tout, avec deux planches et quelques clous ça devrait pouvoir être rafistolé assez rapidement pour que le patron ne s'en aperçoive pas et ne soit jamais mis au courant de cet odieux saute d'humeur qui t'as pris en plein service. C'était pour la bonne cause, mais comme excuse, même avec un bon verre de scotch ça risque de ne pas passer. C'est toujours dur de faire avaler une pilule supplémentaire à un vieux en plus de son traitement actuel, ça tout le monde le sait.

Et puis là t'as l'autre intérim qui se pointe et c'est le drame. Il tire une gueule de mec qu'aurait passé trois ans six pieds sous terre et qui découvrirait qu'il n'y a plus de soleil à la surface. Entre autre, situation de crise à venir, faut activer l'alarme vigie furax. Ce mec est un idiot, à tous les coups il risque d'alerter le patron et c'en sera fini de toi. A moins que...


«S'IL TE PLAIT PEDRO-SEMPAI, TU POURRAIS ALLER ME CHERCHER DES PLANCHES EN BOIS DANS LA RÉSERVE POUR REBOUCHER CE TROU ?»

Ultime tentative insensée, tu le regardes avec des yeux de merlans fris, légèrement baissée, juste pour qu'il ait pleine vue sur les airbags du corps emprunté. Oui tu connais sa faiblesse pour les fortes poitrines, alors autant ne pas se priver pour l'exploiter. Puis si ça te laisse une chance pour ne pas te retrouver sans emploi, il n'y a pas à hésiter.

«je te jure, ces vers à bois sont vraiment nuisibles, faut vraiment faire quelque chose pour ça.
_ des vers à bois ? tu déconnes ? impossible..
_ je te jure sur mon 95D que c'est vrai. parole de dame tu ne peux que me croire. D'ailleurs un client s'est plaint et m'a filé l'adresse d'un désinsectiseur de talent. Il faut absolument que je file à sa boutique histoire de prendre rendez vous en toute urgence.
_ mais il n'y a pas de vers sur Shabondy non ?..
_ la preuve que si» hurle-tu en pointant le trou du doigt. «tu ne crois quand même pas que j'ai pu faire ça moi même ? C'est vrai quoi, ce trou est énorme
_ si tu le dis.. c'est vrai que j'ai du mal à t'imaginer capable de faire un trou aussi gros. à part racketter le patron et dormir tu ne sais pas faire grand chose.
_ ça c'est pas bien gentil pedro-sempai» dit-tu avec un air attristé avant de feindre une moue songeuse, «je me demande à quoi tu sers toi alors, vu que le patron m'a dit que je bossais mieux que toi.» Tu lui tire la langue, changeant d'humeur avec une facilité déconcertante, et lui coupe la parole avant qu'il ne se mette à rouspéter.
_ Quoi qu'il en soit, il nous est impératif de fermer à partir de maintenant, on ne peut pas laisser les clients entrer et découvrir ça, sinon bonjour la réputation. BREF JE COMPTE SUR TOI POUR REBOUCHER CE TROU PENDANT QUE JE FILE DEMANDER DE L'AIDE A CE SPÉCIALISTE DES VERS A BOIS !»

Ni une ni deux, tu te précipites vers le comptoir, récupérant une bouteille au passage et quitte le bar, laissant le pauvre pedro bourré d'exaspération et d'incertitudes, avec son trou à reboucher dans les plus brefs délais. Une fois dehors, tu aperçois le blond encore en pleine discuss ion avec Davy et évite de trop t'approcher pour ne pas te faire spoted dans la foulée. Dire que t'as réussi à sauver le barre et à faire réparer ta casse par quelqu'un d'autre.. Ce s'il te plaît relève vraiment du miracle. Et ce pirate est vraiment idiot d'avoir relevé ton idée de davy back fight sans savoir que ce pirate n'est autre que light le phénix. Il s'en mordrait tellement les doigts s'il venait à le découvrir maintenant que c'en deviendrait plutôt tripant, mais autant ne pas faire stresser la concurrence alors que le défi n'a même pas encore débuté.

C'est dans cette optique que tu passes les deux heures restantes à scruster les moindres portants de fringues des boutiques ainsi que les étalages d'armes avec ta bouteille à la main, qui se vide au fur et à mesure alors que ton haleine chargée d'alcool vient déranger le nez raffiné des dames que tu croises. Si tu n'avais pas cette petite sauterie de prévue tu ne te serais d'ailleurs pas fait prier pour déclencher une bagarre et coller une baffe des plus sèches à une des bourgeoises s'étant permis de te dévisager avec dédain. Elles ne manquent pas de culot ces drôles de dames, dire que certains se battent pour finir avec et choper l'héritage des parents, c'est quand même bien fort.

C'est sûr cette même pensée, et en tentant de mettre un pied devant l'autre que tu te diriges vers le point de rendez-vous donné, c'est à dire à proximité du bar. Tu en profites pour saisir trois herbes médicinale dans ton sac haut de gamme et te mettre à les mâcher sans hésitation. ça te donne un air un peu fermière mais bon, au diable les apparences, ce n'est pas comme si on pouvait t'arrêter pour ce genre de choses. Chancelante tu finis par t'accrocher à un monsieur passant par là histoire de te redresser et lui lance ton plus beau sourire en stock avant de repartir clopin-clopant.

Et c'est pile à l'heure que tu arrives, retrouvant Davy et son équipage ainsi que le blond affalé dans l'herbe. Au final, tu aurais sans doute dû faire la même chose, cela t'aurais évité de vider la moitié d'une bouteille en plus. Heureusement que ce corps tient un tant soit peu l'alcool et qu'il a un foie de compétition sinon t'aurais en quelque sorte encore plus l'air d'un baba au rhum ambulant. Tu te rapproches et les hèlent en agitant un bras en l'air.

«Héhéhé rebonjour vous deux, ça va Davy toujours la forme ? Et toi Light, t'as l'air d'aller un peu mieux, la gueule de bois est passée faut croire.»

Tout sourire, tu te laisse tomber sur l'herbe fraîche en adressant des regards amusés aux deux partis censés s'affronter aujourd'hui. ça risque d'être une de ces rencontres explosives comme tu les aime. En tout cas il te tarde de voir ça. Il te tarde tellement que t'as réussi à commettre une bourde olympique rien qu'en une phrase, mais t'es tellement out que tu ne relève pas.

«Bon du coup, vous être prêt ? C'est qui qui détermine les épreuves ? Comment qu'on les forme ces équipes huhu ?
_ On a décidé de se faire ça en trois manches, et vu que cet idiot m'a provoqué, c'est à moi de choisir les différentes épreuves. J'espère pour vous que vous y survivrez. D'ailleurs la miss, vu que t'as l'air de vouloir participer, va falloir te faire une place dans une équipe. je t'aurais bien pris dans la mienne mais t'as l'air un peu trop arrosée pour m'être utile, alors bon, je te laisse avec plaisir rejoindre le camp de cet idiot, ou arbitrer, comme tu le souhaites.
_ Ouh trois manches, ça risque d'envoyer du lourd tout ça. mais bon qui dit davy back fight dit forcément lourd. et pour le coup ça me dit bien d'être de la partie, alors oui je rejoins le camp du plus désavantagé, numériquement tout du moins huhu.
_ A tes risques et périls demoiselle, sache qu'en venant avec moi tu aurais été assuré d'une victoire totale. Mais je vais gentiment te laisser te rendre compte de cette erreur monumentale. En tout cas ça me permettra au moins d'avoir deux récompenses au lieu d'une, et bon une nénétte on en voit pas tous les jours en mer, c'est tout bénéf pour moi.»

Tu ricanerais presque de l'odieuse supercherie. Si seulement il savait qu'en réalité tu n'étais qu'un simple racoon il ne la ramènerait pas autant, et n'aurait pas pris la peine de passer son bras autour de tes épaules, technique de drague terriblement dépassée en passant.

«Bon je me permet de passer aux choses sérieuses en bon pirate que je suis. Pour la première épreuve, j'ai décidé d'opter pour un concours de tir remastérisé. Je vous explique rapidement. ça se joue avec un lance pierre géant et les poules complétement shootées du docteur Weber. On lui en a emprunté quelques unes pour l'événement, avec son accord bien sûr. Le but est donc de lancer chacun son tour trois fois -en alternance avec l'autre équipe- sa poule et de viser une zone en particulier qui sera délimitée par un rond blanc. Le coéquipier du lanceur est chargé et de corriger le lancer s'il n'est pas bon, et de réceptionner la poule à l'intérieur du cercle. Une fois le lancer réalisé, le lanceur peut se déplacer sur le terrain à sa guise et aider l'autre à réceptionner. 3 lancers par personnes histoire d'inverser les rôles. Quant à l'équipe adverse, elle doit empêcher que cela se produise en déviant la poule de sa trajectoire et donc en l'empêchant d'atterrir dans la zone prévue à cet effet. »

Petit moment de silence, un jeu de tir ça te plaît bien et puis t'as jamais vraiment aimé les poules de Weber. Depuis que tu as loué à côté de chez lui elles n'ont de cesse de caqueter. On va dire que ça te servira de vengeance gratuite pour tout ces réveils impromptus. Il n'y a plus qu'à voir si cela convient au blond et s'il préfère faire le tireur ou celui chargé de réceptionner.

« Bien évidemment, tous les coups sont permis, ça reste un Davy Back Fight. Et comme vous partez désavantagé car vous n'êtes que deux et que le jeu se joue préférentiellement à trois, je vous laisse le plaisir de commencer.»

Tu gonfles les joues, constatant effectivement que cela risque d'être difficile si trois adversaires tentent de dévier la balle alors que vous n'êtes que deux pour la mener à terme. Mais t'as confiance, ça devrait le faire, il n'y a juste qu'à espérer qu'il y ai une brêle dans l'autre équipe et ça vous mettra sur un pied d'égalité. Bref, sans cérémonie tu te dégages du gros bras de Davy avant de te rapprocher de ton coéquipier, gonflée à bloc.

«Dieu que je déteste les gens qui pensent avoir gagné d'avance.. J'espère que t'es motivé qu'on leur mette une bonne branlée à ces affreux ! Bon, mec, tu tires, tu pointes ? Tu préfères quoi, d'abord tirer ou réceptionner ? »

Moment décisif, choix des rôles, tes poils se dresseraient presque sous l'excitation, si seulement t'en avais.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Dim 6 Déc - 23:22




« Première manche ! »




-cot...cotcot ! COTCOCOCOT !

Hurla une poule non loin de moi. Ce bruit strident vint tirer mon esprit des confins des ténèbres. Sur le qui vive je basculais tout mon corps sur la droite me rattrapant sur mon bras droit. Ainsi en équilibre je pût constater plusieurs poules non loin de mon visage. Je fus si surpris par ce spectacle animalier que je me pris à loucher sur l'une des poules qui se situaient à quelques centimètres à peine de mon nez, moi orant le sol. D'un bon, je me redressais et remarquais avec effarement que j'étais entouré de poules. Qu'est-ce que cela voulait dire ?

-Ah... Te voilà réveillé, du con ! Je vois que tu as déjà fait connaissance avec les instruments de nos jeux ? MiniaMianiaminia !

Déclara Davy avant d'exploser de rire.

-J'espère que tu t'ais bien reposer car ça va... Ha voilà la donzelle ! Bientôt, je n'aurais même plus besoin d'aller dans ce bar miteux pour la mater, elle sera à moi ... Tout comme toi !

S'excita le pirate adepte du Davy Back Fight. La jeune femme était en effet là. Elle hélait le groupe s'avançant vers eux en titubant. Oh lala... Me dites pas qu'elle a but avant de venir ?

Elle s'approcha alors de nous, nous tournant autour à moi et à Davy John. Certes, ma gueule de bois était en voix d'extinction, presque sur la fin, mais elle c'était mort, ça se sentait à des kilomètres qu'elle était saoule. Sans plus de cérémonie Magnum se laissa alors lourdement tomber sur l'herbe fraîche. Moi, je fixais cette femme, étrangement surpris par sa dernière phrase. La fixant avec insistance, je laissais mon esprit vaquer à diverses hypothèses. Certes, j'étais connu, très connu de part le monde, après tout j'étais un corsaire royal, mais personne n'avais relevé ce détail jusque là. S'en foutaient ils ou avaient ils simplement oublié mon visage et mon nom lorsque le défi fut lancé ? Après il restait l'hypothèse que la jeune femme soit tomber sur un journal, au sein duquel je fus interviewé ou relatant un de mes récents faits, et qu'elle soit tomber sur une photo de moi et m'ai enfin reconnu.

Elle, elle semblait amusée, curieux de voir la tête du pirate s'il avait enfin compris qui j'étais je commençais à tourner la tête, mais je fus stoppé dans mon mouvement par la voix suave de la tavernière qui demanda alors comment allait se dérouler la suite des événements. Davy John à fond dans son trip de Davy Back Fight ne releva pas la bourde de Magnum et ne semblait pas du tout inquiet par ce qu'il venait d'entendre. Etait-il juste mal informé ou était-il complètement con ? Défier un Shichibukai, c'était comme si moi je défiais un Yonkou ! Quoi que... Je l'ai déjà fait... Mauvais exemple, sinon cela voudrait dire que c'est une bataille de cons ! Ouai voilà une bataille de téméraires, certains guidés par leur connerie, d'autre par leurs excès ! Bref !

Sans se soucier de moi, Davy et la serveuse discutèrent formant les équipes sans me consulter. Au pire osef de toute façon, j'étais parti dans l'optique que c'était moi versus tout le monde, donc avoir un coéquipier, c'était déjà une victoire, même si le dit coéquipier ne semblait pas dans une forme olympique. Enfin ne la jugeons pas trop vite, on avait déjà pu constater qu'elle n'était pas si faible que ça physiquement, en fonction des jeux, sont ébriété pourrait lui être bénéfique, enfin peu probable mais envisageable. De toute façon, on m'avait pas donner le choix alors autant l'accueillir à bras ouvert de toute façon elle non plus, vu son petit rire ne semblait pas vouloir laisser la victoire à ce con de pirate !

J'avoue, j'avais à moitié compris les règles mais ça me gênait pas plus que ça. Après tout, il avait bien dis que tous les coups étaient permis non ? Il me suffisait donc de mettre les trois joueurs hors d'état de nuit pour que l'équipe adverse déclare forfait non ? Oui, je sais c'est une méthode un peu brutale, mais fallait pas m'avoir embrouillé avant et venir me dire ensuite : tous les coups sont permis ! Décidément, ils étaient vraiment cons ou très sûr d'eux !

-Je tire ou je pointe ? On parle encore du jeu là non parce que si on parle pas du jeu, je dirais que je suis plus du genre à tirer, mais là... Ouai je vais réceptionner et je pense qu'il ne sont pas préparé à ça ! Fallait pas dire que tous les coups étaient permis ! J'espère que t'arriveras à tirer à peu près droit ! On doit gagner !

Lui répondis-je en terminant ma phrase par un clin d'œil et en m'éloignant d'elle pour me positionner sur le terrain. Je faisais maintenant face à trois types dans une position des plus atypique. En effet, j'avais adopté la même posture qu'un sprinter sur le départ. Genoux fléchit, main sur le sol derrière un peu surélevé, j'étais ridicule, certes, mais mes adversaires n'allaient pas se foutre de ma gueule longtemps, c'est moi qui vous le dis. En plus Davy avait même pas eut les couilles de participer. Il disait vouloir garder ses forces pour les épreuves tu plus que physique à venir. Il me faisait bien rire celui-là ! Il avait juste peur. Peur de se faire ridiculiser par un seul type et une femme alors que lui a toute une équipe !

Bref pour le moment, j'attends, prêt à fuser sur le ballon' pardon, la poule, lorsque Magnum aura fait son lancé. À cet instant tout reposait sur lui, enfin elle aujourd'hui ! Bon courage, Magnum, et que la force soit avec toi !



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnum
Supernova
Supernova
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 08/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 0
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Travesti40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Sam 12 Déc - 16:30




hands up
J'espère que t'arrivera à tirer à peu près droit...
J'espère que t'arrivera à tirer à peu près droit...
J'espère que t'arrivera à tirer à peu près droit...

Non de dieu, il a pris quoi au petit déj celui là ? Genre il te prend pour une quiche Lorraine incapable de tirer droit ? Bon l'exemple est mal choisi certes parce que des quiches qui bougent tu n'en as jusque là pas vraiment vu la couleur, mais ça doit bien exister quelque part. Tu existes  bien toi, alors pourquoi pas. Ouai pourquoi pas. C'est fou quand même de toujours se fier à ce qu'on voit. Là pour toi c'est comme si le type pouvait deviner à la carapace d'un crabe qu'il aurait bon goût. Durant ta vie et tes périples, t'en as vu des vertes et des pas mûres, mais celle là, on te l'avait encore jamais faite. Tirer droit, c'est le B-A des tireurs. Tirer droit, c'est la fierté de bien des vies. Alors rien que pour ça, tu vas lui montrer ce que c'est vraiment, de tirer de toute son âme, qu'on ait une bouteille de scotch ou deux dans l'organisme n'y changeant absolument rien.

«_ Huhuhu alors toi t'es du genre gonflé à c'que je vois, t'as vraiment intérêt à bien viser aussi, sinon je bougerais pas d'un pousse pour aller te la chercher ta poule et tu l'auras dans l'baba. Tu vas voir c'que c'est vraiment de tirer c'moi qui te le dis.»

Ton sourire s'étire alors que tu lui rend son clin d’œil, d'un air taquin avant de te diriger de façon plus ou moins droite vers le lance pierre, où plutôt devrait-on dire le lance poule pour aujourd'hui. Tu calmes tes ardeurs tout en t'éloignant, évitant par la même occasion de lui envoyer ton poing dans sa sale gueule de blond abruti mais sympathique, bien décidé à faire tes preuves ici et maintenant. Mais quand même, tes phalanges te démangent pas mal, dommage que tu te doivent de garder cette couverture temporairement histoire d'éviter de faire un retour en trombe sur les affiches de recherches. Manquerait plus que tu te retrouves en bestiole empaillé par ce gouvernement de bouseux pour ponctuer cette bien étrange journée.

Quoi qu'il en soit, c'est à ton tour d'illuminer Shabondy de ton talent, et t'as intérêt à pas foirer, sinon ton amour propre va finir en lambeaux. Tu t'approches de l'endroit où sont parquées les stupides choses à plumes, tu passes la barrière manquant de peu de bloquer ton pied avec et de te ramasser. Puis commence la chasse à la poule shootée vs la girl bourrée. Et oui quand on a du mal à mettre un pied devant l'autre, attraper une poule c'est toute une histoire, aussi lente soit-elle. Alors vu comme ça, ouai, on pourrait se demander comment une fille en état d'ébriété des plus poussés pourrait tirer correctement. Mais non, on ne pose pas ce genre de question à Magnum, c'est juste carrément dégradant.

«_ Voyez vous ça, même pas capable d'attraper le projectile, ça risque de pas très bien tourner pour vous mouakmouakmouak.»

Si tu avais eu ton corps de base, tu ne te serais pas fait prier plus longtemps pour le mordre sans scrupule, mais là tu te contente d'un flip-off élégant, étant parvenu à coincer la poule sous ton bras gauche, prenant une pause des plus viriles avant de te souvenir ne pas avoir adopté le corps adéquat pour en faire ressortir le summum de la badassitude. Et sur le coup t'as l'air plus cruche qu'un gosse qui se fait tirer les joues par des grands-mères bossues. Mais passons, là n'est pas le plus important. Le plus important c'est ce moment de gloire qui t'attends, pas celui que Light a passé sur les starting-block à patienter dans la sidération la plus profonde histoire que tu chopes enfin ta poule pour la lui envoyer.

Il ne te manque donc plus qu'à sortir le grand jeu. C'est donc dans cette optique que tu te dirige d'un pas on ne peut plus franc vers l'arme qui sera ton alliée aujourd'hui et que tu l'inspecte comme il se doit, ne négligeant pas le moindre détail, de l'élastique à ses attaches, de l'angle de tir permis par le terrain, et du terrain dans sa totalité. Tu n'as maintenant plus rien de la gamine trébuchante de tout à l'heure, et c'est maintenant que tu vas devoir prouver ta valeur, sans gerber avant si possible. Surtout que Davy est assis juste à côté, autant préserver son honneur jusqu'au bout.

«_ Ready les boys ? J'vais vous envoyer cette poularde pile dans ce cercle miteux, z'allez voir ça.
_ Laisse moi rire y'a aucune chance que t’atteignes la zone, puis mes gars sont là, n'imagines même pas qu'un tir droit puisse passer
_ Mais qui t'as dis que le tir serait droit ?» chuchotes-tu en lançant ton sourire le plus franc avant de tirer sur l'élastique, recherchant la résistance souhaitée tout en plaçant son pied sur le manche de l'arme géante pour ne pas partir en avant. Désormais concentrée, tu ne prête plus attention aux barrissements du pirate qui mate en ce moment même ta silhouette. Et les yeux si particulier qui font que tu aimes foutrement ce corps de bombe entrent en action. En même temps que tu te focalises sur la précision du tir, tu repenses à l'histoire de ce corps-ci et à cette demoiselle impressionnante qui était d'un tel danger une fois bourrée qu'il était préférable pour tous de ne pas l'approcher. A jeun, elle était tout ce qu'il y avait de plus inoffensifs, incapable de mettre une fléchette dans la cible bien que dotée d'une force impressionnante. Mais après quelques chopes d'alcool, son tempérament ainsi que ses yeux si particuliers devenaient des armes rêvées pour un tireur comme toi. L'opacité du cristallin augmentait sur les bords pour laisser une zone centrale d'une sensibilité à la lumière impressionnante, et à partir de là, viser n'était même plus un problème, ça lui servait de gps en quelque sorte et elle en devenait capable d'atteindre le plus petit détail. De plus, avec la particularité propre à Magnum de tirer avec les deux yeux grands ouverts, cette précision ne faisait que gagner en intensité.

Jusque là, tu n'as jamais connu quiconque d'autre capable d'avoir une aussi grande zone visuelle lors d'un tir, rien qu'avec les yeux, et c'est de là que tu tires une fierté des plus inébranlables. Il ne te restes plus donc qu'à voir si la trajectoire choisie est la plus aboutie, où si tu aurais dû te contenter d'un tir simple et propre comme tous s'y attendent sûrement. En tout cas, l'angle de ton tir orientent déjà les joueurs sur un tir long et loin de la zone. Ils doivent se frotter les mains en pensant à quel point tu vas rater.

Quoi qu'il en soit, ça n'a jamais été ton genre de faire les choses à moitié, puis tu as Light au sol pour rattraper ta gourde si ton calcul n'est pas le bon. Après tout, tu n'as jamais lancé de poule par le passé et innover s'avère risqué. Mais ça n'as jamais été ton fort, de t'abaisser à des choses simples et prévisibles. Et c'est dans cette optique que tu fini par lâcher l'élastique, tiré à son paroxisme, et que la poule s'envole alors que d'un geste expert tu la fais légèrement pivoter pour qu'elle prenne de l'effet. Et c'est là que le pari risqué commence et que la poule pique vers un des arbres présents dans la zone. En y pensant, cette zone n'a pas dû être choisie pour rien.

_ Idiote, ton tir est parti trop loin, c'est fini. MÊME TON COÉQUIPIER NE POURRA PAS RATTRAPER UNE MERDE PAREILLE. Et me fait pas croire qu'il va revenir vers la zone, c'est impossible. Tu es vraiment risible comme tireuse, retourne jouer aux fléchettes, fillette.

La végétation et les troncs d'arbres pourraient tourmenter bien des novices et les contraindre à tirer droit, voir même à passer, mais malheureusement pour Davy, ce n'est pas ton cas. Le premier arbre touché est situé bien plus loin que la zone, et selon ton calcul, l'angle et l'effet fourni, la poule du Dr ricoche sur le tronc pour aller en frapper un autre dans la foulée, puis un autre, et encore un autre, ainsi de suite, à une vitesse impressionnante. Heureusement que tu connaissais les propriétés particulière des poules du Dr, car si tu n'en avais pas eu vent durant les jours précédents, tu n'aurais même pas envisagé un tir pareil car la poule se serait écrasé ni plus ni moins contre le tronc d'arbre. Il faut dire que ce docteur n'est pas un idiot lui, faire muter ses poules jusqu'à ce qu'elle atteigne ce stade de résistance n'est pas donné à tout le monde.

Quoi qu'il en soit, toi tu ne prête même pas attention à ce qu'il se passe en bas, te concentrant uniquement sur la trajectoire de la poule, et tu souris de plus belle quand le projectile atteint le sixième arbre à l'endroit décidé et qu'il fonce en direction de la zone, ralenti par son passage dans les bulles pile au bon timing. Il n'y a plus qu'à voir comment ça se passe du côté de light, car si un ennemi intercepte la balle au dernier moment maintenant qu'elle est ralentie, ce sera carrément pas bon pour vous, aussi bon que puisse être le tir.

«_ Huhu, ça c'est du tir les gars, du vrai. Prenez exemple.

Et il t'en reste deux autres, si ça c'est pas le pieds complet tu n'sais pas ce que c'est.
Y'a plus qu'à voir comment s'en sort Light, et à quoi ressemble l'équipe adversaire, car t'as même pas pris le temps d'y jeter un coup d’œil avant de lancer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Dim 13 Déc - 20:20




« Première manche ! »



Ma coéquipière me répondit alors visiblement vexée par ma réflexion. Même avec des bouteilles dans le nez, elle avait de l'assurance, ou alors c'était à cause de cet excès d'alcool qu'elle se sentait si confiante. Tandis qu'elle me rendait mon clin d'œil en souriant, je pivotais, afin de me positionner sur le terrain. La serveuse n'était pas modeste, mais il y avait de grandes chances que cela ne soit que du bluff, du vent brassé par son état d'ébriété. Tant pis, ça me gênait pas plus que ça, tant qu'elle ne tirait pas complètement hors du terrain ou carrément derrière elle.

Bientôt, je fus en piste. Face à moi se tenait deux adversaires atypiques. Bah ouai, moi, je m'attendait à deux pirates lambda, mais au lieu de ça je me retrouvais nez à nez avec un petit gamin roux.

Spoiler:
 


Oui, un gamin ! Ce dernier dégustait un sorbet à l'orange devant moi, se délectant de la fraîcheur de la glace et de l'arôme de l'agrume ! Mais bref ça on s'en fout, ce qui était étrange, Ç 'est que ce gamin portait une armure, étrangement calibré à sa morphologie, avec un casque rétractable qu'il activa dès lors qu'il me vit, jetant précipitèrent sa glace sur le sol, comme s'il fut apeuré par le fait de me voir. Donc mes adversaires seront, un gamin et ... Un gros lard chauve à lunette ?

Spoiler:
 


Desolé, mais j'ai pas d'autre terme ! À côté du gamin, cet homme ne paraissait que plus massif. On aurait pu croire à un géant avec de l'embonpoint. La montagne et la fourmi. Mais en réalité, cet homme était surtout gros, car je remarquais bien vite que j'étais légèrement plus grand que lui. Si je fus, au premier abord, perturbé par l'étrange allure de ce duo insolite, les minutes que m'offrit Magnum en galérant son côté, me permirent de les observer et de reprendre confiance en moi. Après tout c'était juste un gamin et un gros, que pourraient ils bien faire face à moi ? Je me le demandais. Maintenant, j'avais même troqué mon expression de surprise pour un sourire amusé. Ça me faisait de la peine de m'en tenir à mon plan d'origine et balayer le gamin et l'obèse. Les pauvres étaient déjà assez handicapés comme ça pour que je vienne les briser mentalement et physiquement ! Puis frapper ce type de personne ferais de moi une personne socialement rejetable, à l'image des pirates ? Qui frapperait les faibles, les handicapés et les gamins si ce n'est une personne vile et cruelle ? Je ne voulais pas être considéré à l'égard des personnes que je chassais ! J'avais de la pitié pour eux moi. Mon petit cœur me disait de jouer loyalement contre eux ? Mais si c'était ça leur objectif ? Me forcer à jouer comme ça, et contre attaquer je ne sais comment ? Au feu, ma conscience social ! Non... J'ai trop d'estime pour moi-même pour marave un gros et gamin ! Désolé, serveuse dont je ne connais pas le nom, mais je ne me donnerais pas à fond comme je te l'ai promis !

Non, mais plus sérieusement, il devait bien y avoir une raison pour que ce duo étrange soit réunit ici et en ce lieu. J'avais cru comprendre que l'équipage de Davy était des habitués de ce jeu ridicule qu'est le Davy Back Fight alors rien ne devait être laissé au hasard. Enfin, c'était peu probable quoi. Étrangement inquiet de voir ce que ce duo pouvait donner, je commençais à tourner la tête en tout sens sans vraiment réfléchir au fait que mine de rien, ma partenaire prenait son temps pour tirer. Pour dire la vérité, je pensais même que le jeu n'avait pas encore commencé que les préparatifs s'effectuaient en ce moment même du côté des tireur et qu'il y aurait un signal sonore me prévenant du début du jeu.

Eh bien sûr le coup, je n'avais pas tort, en effet jusque-là, Magnum n'avait fait qu'effectuer des préparatifs, et le signal je l'eus lorsque je compris le désavantage qu'étais le terrain. C'était le début d'une forêt, et donc la densité se faisait très présente. Ainsi lorsque je remarquais la quantité d'arbres m'entourant et quadrillant la zone donnant accès à la cible, je compris toute la difficulté de ce jeu. Mais je n'eus pas plus le temps de réfléchir aux conséquences de cette révélation que ça, car j'entendis l'air sifflé au dessus de ma tête. D'un mouvement rapide, je levais les yeux, mais je n'eus le temps de voir qu'un vague mouvement du coin de mon oeil gauche. Mais si moi, j'avais raté le coche en prenant mes aises durant le temps qu'à mis Le racoon pour tiré, les deux autre s'étaient immédiatement mis en alerte. À peine eus je le temps de me retourner que je ne voyais déjà plus le gamin. Et comble de bonheur, le chauve prit encore plus de masse par je ne sais quel stratagème. En une seconde, je m'étais fait déborder et le gras double m'obstruait la vue tout en me bloquant momentanément le passage.

Un son strident retentit alors. C'était surement la preuve que le gamin avait mis le point à ma place. L'homme qui m'obstruait le passage de sa masse, retrouva alors sa taille et son volume d'origine et lâcha à mon adresse un très sarcastique :

-Bah alors ?

Avant de se retourner pour accueillir le gamin en armure sur son épaule et le checker.

-Bien joué champion ! Il n'a aucune chance face à nous !

-J'ai eu peur que le grand monsieur soit plus grand que toi et qu'il puisse t'enjamber, mais ça va en faite ! T'ais le meilleur tonton !

Déclara le gamin euphorique. Maintenant, il riait aux éclats, fier de cet homme qu'il voyait comme son oncle. Peut-être l'étais ce... On s'en fout en fait !

Je regarde alors la serveuse au loin, d'un air ébahi, puis serre les dents, en m'éloignant de mes deux adversaires. Elle ne semblait pas comprendre que l'on venait de perdre malgré son tir parfait. Mais c'était comme ça, on était passé à côté de notre chance et c'était au tour de nos adversaires. La situation faisait bien rire cet imbécile de Davy. Il riait ... Il riait à s'en rompre les veines, critiquant surement notre équipe improvisé. Mais là, j'avais seulement été pris au dépourvu, dépassé par les apparences que laissait transparaître les deux défenseur. Mais cette fois si j'étais au courant de leur petite tactique, et vu que c'était à leur équipe de lancer, Magnum devait me rejoindre pour l'action de défense. Nous serons donc à arme égale ! Il fallait que j'intercepte la demoiselle et que je lui touche deux mots. Mais elle tirait une de ses tronches comme si elle m'en voulait à mort d'avoir raté l'action. Ça va, c'est qu'un jeu non ? On a bien le droit à un tour de chauffe ! Bref ne faisant cas de son expression faciale, je la héla, et partis à sa rencontre. La prenant par l'épaule, je lui chuchotais :

-Ecoute ... Excuse moi pour l'action,mais je ne m'attendais pas à ce que tu tires un boulet de canon d'une telle précision, puis les deux autres mon bien surpris aussi. Je te fais confiance maintenant ! Mais comme tu t'en doute ... Je vais avoir besoin de toi pour contrer le duo surentraîné qui se dresse face à nous ! Quelque chose me dit qu'on peut les vaincre si on se fait confiance et qu'on établit une petite stratégie ! Il faudra que l'on marque chacun un des joueurs... Tu te sens plus de bloquer le gros ou de rivaliser avec la vitesse du gamin ? Moi ça m'est égal... Après  ce qu'ils m'ont fait, je veux juste me venger ! Car je veux GANEEEEEEEEEER !

Hurlais-je en lâchant la jeune femme pour lancer un regard en biais aux deux autres. Oui, je m'enflammais un peu trop. Mais c'était toujours comme ça lors des diverses jeux et compétitions auquels j'avais participé. Je refusais toujours de perdre. Un esprit de compétition insoupçonné prenait toujours le dessus sur la généreuse personne que j'étais. Dans ces moments-là, je devenais le plus grand des mauvais joueurs ! L'important, ce n'était pas de participer... Tout le monde ment ! L'important, c'est de gagner, voilà tout ! Tout le monde le sait au fond de lui !

Les yeux brûlant d'ardeur, je fixais mes adversaires, et bombais mon torse, prêt à montrer toute la puissance et oubliant avant tout la promesse que je m'étais ultérieurement faite d'être gentil avec ces adversaires. De toute manière, ils n'étaient clairement pas faibles ! Ça devait être des professionnels de ce jeu, si tant est, qu'il y ait des professionnels pour ce genre de jeux. Bref, animé d'un brasier nouveau j'en oubliais presque ma partenaire qui me répondit finalement. Parfais... Juste à temps !

Jetant un regard en arrière, je vis le lanceur de l'équipe adverse préparer son tir. Ni une ni deux, je me mis en position, imitant le départ de course des sprinters afin de faire un départ éclair. Les doigts de mes deux mains touchaient le sol, ma jambe droite etait fléchit tandis que la gauche etait étendu de tout son long, j'étais prêt à m'élancer et tout défoncer ! Petit Iron man tient toi prêt, car tu auras à tes trousses un phénix rapide comme le vent !

J'étais tellement tendu, tellement surexcité que dès que je vis la balle partir je bondis dans le ciel fusant peut être plus rapidement que le projectile lui-même. Dans un cri de rage, je propulsais mon bras droit pour frapper avec violence la poule. Mais ma vitesse était telle que je fus en avance sur la trajectoire de la poule. Mon bras ne frappa alors que l'air, sifflant ce dernier dans un bruit strident puis un grand POOOOW retentit. Vous vous demandez surement à quoi correspond ce bruit, je me trompe. Si vous vous le demandez ! Eh bien c'est le bruit que produisit l'impact entre le haut de mon crâne et le projectile à plumes. D'ailleurs,le choc fut si violent que la poule s'envola vers d'autres cieux. Bonne journée brave poule... Vole vers la liberté ! Ah oui, c'est vraie... Les poules, ça volent pas !

-Meeeeeeeeeerde !

M'écriais je en tombant du haut de ma position, choisissant délibérément de ne pas manifester mes ailes, d'une part pour me repentir vis à vis du sort que j'ai réservé à la poule et d'autre part pour ne pas à avoir à leur montrer une partie de mes pouvoirs maintenant. Tous me regardèrent alors dévaler en sens inverse ces quelques mètres, jusqu'à ce que n'atterrisse au sol dans un craquement sinistre. Tous les pirates de Davy me fixèrent avec des yeux exorbités ne comprenant pas l'origine de mon action et se demandant surement si j'étais mort. Mais leur capitaine lui se marrait comme une baleine.

-Maramaramaramara ! Qu'il est con ! Heureusement que je tenais pas plus que ça à l'avoir dans mon équipage ! Je le comprends hein ! Mais je l'avais prévenu... Il ne pouvait pas gagner ! Maramaramaramara ! Pourtant, être dans mon équipage est une bien douce récompense face à la mort n'est ce pas les gars !

Il riait, euphorique, les yeux plissés et ampli de larmes de joie, mais n'entendait pas la réponse de ses matelots. Alors il s'énerve brusquement :

-Putain les gars me soutenez pas , hein ! Bande d'ingrats ! Tsss ... Si vous êtes pas content, vous pouvez encore vous suicider, comme lui !

Dit il les yeux fermer pour tenter de se calmer.

-Comme qui ?

L'interrogeais je en m'arrêtant à côté de lui, pour me placer à côté du lance poule géant. Davy fit alors la même tête que ses matelots lorsqu'ils me virent me relever après ma chute. L'effarement, la surprise, non, même la peur pouvais se lire sur son visage, alors qu'il me fixait tandis que je lui adressais un grand sourire en jouant avec l'élastique de l'arme de jet.

-Je peux tirer ?

Lui demandais je de façon réthorique, avant de me concentrer sur mon tir. Sur le coup, il était trop surprit pour ouvrir sa gueule comme les autre fois. C'était une aubaine pour moi, car je n'étais pas un tireur. C'était peut être même l'une des premières fois que je tirais réellement. Mais bon ça ressemblait au type de lances pierres que j'avais étant gamin, et c'était plus un jeu que réellement du tir, donc la situation m'affole it pas plus que ça. Et puis en plus j'avais un atout majeur qui pourrait peut-être compensé mon inexpérience dans le domaine du tir : ma vision d'aigle.

Me concentrant, je modulais la puissance de mon cristallin, et zoomais sur le visage de ma partenaire. Maintenant que j'avais fait la mis au point sur elle, je pouvais voir les deux autre plutôt distinctement et la cible un peu plus flou dans le fond. Pourquoi je n'avais pas zoomer sur la cible directement ? Pour une raison simple. Déjà que je projetais de faire un tir droit et que tout le monde pouvait le prévoir, je ne trouvais pas utile de le mettre directement dans le mil alors que j'avais déjà fait les frais de la technique des deux défenseurs. La serveuse se retrouverait tout comme moi, bloquer, impuissante, alors je préférais opter pour une autre technique : lui faire une passe et tout miser sur elle. Peut-être était-elle rapide. Autant essayer une nouvelle tactique, non ?

Je fis tendre l'élastique du lance pierre géant après avoir mis la main sur une poule et l'avoir positionné dedans.

-Fireeeeee !

Hurlais je pleins d'entrain alors que la poule fusa direction les bras de Magnum.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E




Dernière édition par Light G. Hawk le Mer 10 Fév - 22:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnum
Supernova
Supernova
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 08/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 0
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Travesti40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Mer 10 Fév - 21:21



hands up
Le point n'est pas votre, visiblement. La team d'en face est parvenue à récupérer la poule, d'une façon où d'une autre, alors que ta vue était à la fois obstruée par les arbres, et floutée par l'alcool. Et pendant que Light se désespère, t'as de quoi t'remplir un dernier verre. L'alcool ça grise et ça dégrise. Ni une ni deux, tu chopes ta gourde à sa ceinture, prend une goulée et te dirige en direction du terrain pour l'action, légèrement boudeuse, vexée que ce sale Davy John ose se moquer de ton tir. Tu aurais sans doute due adapter le tir à la défense, mais tu n'y avais tout simplement pas songé, pour l'avouer. Quoi qu'il en soit, Light s'approche et te glisse deux mots quant à la stratégie du combo minus-bourru. La brune que tu es parvient à saisir quelques brides de la conversation, comprenant ainsi l'essentiel. Et puis tu opines contre toute attente, l'air un peu moins farouche désormais, avec l'adrénaline du tir qui chute vitesse grand v.

En tout cas, sa détermination te plaît bien, et le fait qu'il parvienne à considérer ça comme un jeu malgré votre conversation de Marine Ford et les problèmes qui hantent sa vie, ça te permet de confirmer l'opinion que tu avais de ce gars.

«_ Je m'occupe du big daddy. Je te laisse la petite fusée, j'ai absolument horreur des sales mioches», lâches-tu. C'est véridique, t'as toujours eu un mal fou à supporter tranche d'âge depuis qu'un gosse t'as craché en plein milieu de la face alors que tu refusais gentiment de lui servir un tonneau de rhum semblable à celui du monsieur d'à côté. De plus, perdre contre un gros te semble moins détériorant que contre un enfant, bien que tu n'envisages absolument pas la défaite. Manquerait plus que ça pour que tu finisses dans les annales du racoon le plus stupide de l'univers, bien qu'il ait déjà largement de quoi te léguer le titre pour les millénaires à venir. Quoi qu'il en soit, il n'y a plus qu'à mettre en place le plan "faire rouler bouboule le plus loin de la poule", et le fait qu'il porte des lunettes, peut potentiellement t'aider à lui faire tourner la tête. On verra bien, comment il fait pour boucher la vue des autres sans avoir la sienne. ça ne peut qu'être foutrement drôle, à moins que, ce ne soit que des lunettes pour faire genre. Mais qui ferait genre d'être bigleux sincèrement ? Être gros et chauve c'est déjà suffisamment handicapant pour en rajouter, non ? Une fois qu'ils seront vaincus, lui et le nabot, tu célèbreras ta victoire sans faille sans oublier d'aller reboucher ce satané trou, à moins que Pedro n'ait eu la gentillesse de le faire lui-même, ce qui lui vaudrait une accolade et un smoothie. Mais ça t'étonnerais beaucoup, c'est pas son genre de te rendre service, il aime trop râler et faire son caïd pour ça. Bon sinon, c'est pas tout, mais à faire le pied de grue sur le terrain, tu risques de choper un coup de soleil et de pourrir ton bronzage qui t'as demandé effort sur effort. A penser de cette manière, tu te demandes s'il ne faudrait pas que tu abandonnes l'idée d'utiliser des corps de nanas. Tout ça devient vraiment louche.

«_ Bon écoute gras du bide, ça te dis d'aller me chercher un verre pendant que votre tireur se fait dans le froc, j'aime pas attendre. ça devient lassant; tu comprends ? Puis bon c'est pas comme si on savait pas déjà à quel point vous allez vous faire écraser hmm ?"»

Tu souris, penchant la tête sur le côté avant que tes lèvres ne se pincent et que ta langue ne quittent ta bouche pour les humecter. Non, laisser de côté les femmes seraient d'un machisme invétéré, et t'empêcherais de faire ce genre de choses, et c'est tellement le pied de voir le bonhomme détourner le regard alors qu'il s’apprêtait à contre-attaquer verbalement que pour rien au monde tu ne voudrais être ailleurs en ce moment.

«_ Je précise, je ne bois pas d'eau."»

Il n'aurait sans doute eu aucune difficulté à le deviner, mais tu aimes bien mâcher le travail de ceux qui se dévoue pour te servir. Sauf qu'il s'avère que le gros lard n'est pas parti pour répondre à ta requête quand tu te rends compte que le ballon fuse bien au dessus de ta tête.

«_ HEY ! T'AURAIS PU PRÉVENIR, BÂTARD ! ON LAISSE PAS UNE FEMME DERRIÈRE, TA MÈRE NE TE L'AS JAMAIS DIS ?"»

Bordel de merde, il n'y a plus le choix. Ni une ni deux, tu t'apprêtes à sortir le grand jeu. Et sans cérémonie, tu enlèves donc tes talons de quinze centimètres, dégainant ainsi ton arme secrète en jetant au loin les chaussures qui t'ont valu bien plus qu'une simple fourrure. Qu'elles aillent au diable ces godasses, t'as qu'une envie c'est de battre ce beauf qui les cumulent. Gros, Bigleux et en plus rustre, sans déconner, ou s'arrête sa liste de défauts ? C'est ce que tu te retiens de hurler alors que tu entres en collision avec un objet non identifié. C'est bien pire que la viscosité du crachat de ce sale gosse que tu n'oublieras jamais, et ça fait flop entre les bourrelets de dos avant de te rejeter en arrière, sur le cul. Cette journée est vraiment la pire de toute, c'est décidé. Et pour clouer le tout, le blond qui te sert de partenaire, il tombe direction le sol. Cette fois ça fait boum, et John rit aux éclats alors que tu cherches des yeux le projectile qui siffle dans les airs et s'envole vers d'autres cieux. Il se passe quelques secondes avant que Light ne se relève, mais pas une seule d'entre elles tu n'as songé à t'inquiéter pour lui; après tout, il ne serait pas corsaire s'il n'était pas un tantinet costaud, faut pas croire, le gouvernement n'offre pas sa protection à des branquignoles, quoi qu'on en pense.

«_ Ahahahah, super touche Light, belle interception vraiment superbe», l'ironie peint ton visage dans son intégralité alors que tu rage intérieurement. « Tu aurais au moins pu faire un trou en tombant, que je puisse enterrer le gamin à l'intérieur, ça aurait fait d'une pierre deux coups.» Glauque dans tes propos, t'as presque l'air sérieuse, ça te ferait une belle jambe qu'il te pense capable d'une chose pareille tiens. «Je déconne bien sûr, pas besoin de me mâcher le travail.» Bon, c'est maintenant à ton partenaire de lancer. Tu ne sais pas trop si tu dois avoir confiance pour le coup, vu que tu n'as jamais entendu compter les exploits de monsieur le phénix de ces bois, qui vient de se prendre une poule, au passage. Tu ne savais pas que Shabondy regorgeait d'autant d'oiseaux rares. Quoi qu'il en soit, autant ne pas le juger avant que cela ne commence. T'as eu beau réussir ton tir, ça ne vous a pas vraiment permis de gagner un point. Aller, un peu de convictions avant de lâcher l'affaire. Puis Light a pas l'air de se laisser abattre par son action quelque peu foireuse, alors autant en faire de même et faire bonne figure.

C'est ainsi que tu patientes, pas en position de sprint comme lui, mais debout, les bras croisés à relooker tes deux ennemis du jour, bien décidé à leur rendre les secondes suivantes des plus compliquées et à faire payer le bain de graisse au gros lard. Et soudain, te coupant dans tes idées de vengeance, Light lance et la poule part, directement vers toi alors que les deux sont bien trop proches à ton goût. Tu profites du très court laps de temps qu'il te reste avant l'interception pour choper les lunettes du gros désormais à portée et les jeter à distance comme tu l'as fait plus tôt pour tes talons. Et tu bénie la myopie la plus totale de l'énorme oncle tout en grimpant sur ses épaules avant de sauter en direction de la poule, que tu récupères, non sans manquer de tomber à la réception. Le grand bonhomme peste, à quatre pattes à chercher ses lunettes dans l'herbe alors que le gosse te donne la chasse. Comme tu l'avais deviné, ce marmot court vite et ne devrait pas avoir de soucis pour te rattraper. Mais l'obstacle le plus pesant n'est plus là pour te faire de l'ombre. Sauf que tu changes très vite d'avis quand le gosse parvient à t'agripper les épaules. Il pèse son poids ce petit con. Plus que cinq mètres avant la zone pense-tu en tenant bon, la poule toujours dans les bras, à la façon des rugbymans. Le môme finit par jouer le tout pour le tout en te cachant les yeux avant de te balancer d'odieux coup de pieds dans la croupe. Mais tu continu à marcher, un pied devant l'autre.

Et là c'est le drame, un hurlement retentit alors que la victoire était quasiment tienne, et un vrombissement se fait entendre, presque semblable à celui du train de WaterSeven quand il entre en gare. Aucun doute sur l'identité de l'élément perturbateur, il s'agit du gros monsieur, mais à quelle distance est-il, tu ne pourrais le dire. Tu accélères donc la cadence, sauf qu'une énième collision dans ton dos vient méchamment te propulser vers l'avant, et le sol. Tu n'as pas le temps de dire ouf qu'un poids des plus énormes t'écrases comme si celui du gosse ne suffisait pas. Le gros lard finit par s'enlever, pareil pour le gosse, qui te laisse enfin voir où tu as aplati la balle. C'est à dire, en plein sur le trait de la zone.

«_ Alors t'en dis quoi gros lard, ça t'en bouche un coin hein ?» , ricannes-tu, satisfaite.
«_ La dame a failli nous prendre le point, t'aurais pu faire attention, mon oncle», balance le gamin, alors que tu commences à capter que le bruit de tout à l'heure n'a pas retentit et que tu affiches la face la plus incompris qui soit. Tu l'as mis dedans pourtant, non ?
-«_ Vu la tête que tu tires, faut croire que Davy a oublié de vous dire que mettre le point sur la démarcation compte pour un nul. Bien joué Champion, tu l'as géré presque tout seul.» Tirer une gueule de dix pieds de long vient soudainement de prendre tout son sens. Et à peine Light à ta hauteur, tu décides de changer de marquage, bien décidé à ne pas laisser plus de points à cette team de folie.

«_ Je te proposes de jouer sérieusement, je m'occupe du gosse cette fois-ci.» En ce jour maudit tu rajoutes les gros chauves à ta liste noire, aujourd'hui et à jamais. C'est carrément plus possible, ces deux là tu vas les étriper, et dégommer Davy pour avoir osé inventer une règle pareille. Dans n'importe quel autre jeu le point aurait compté, mais pas pour le Davy Back Fight, c'est vraiment un foutu jeu de pirates. Tu finis par courir ainsi jusqu'à la forêt en fulminant, et pas forcément tout droit. Mais tu parviens à arriver derrière le tronc d'un gros arbre, prêt à dévoiler ton petit secret, tant qu'il te permet de gagner et à battre le minimoys sur son propre terrain. Et vu que tu as longuement eu l'occasion de toucher sa sale personne alors que vous étiez au sol, une fois caché à la vue de tous, tu prend son apparence, prêt à jouer un mauvais tour à cette bande d'odieux tricheurs. Et alors que leur tireur vient de lancer, tu sort de ta cachette avant d'agiter les bras en direction de ton nouveau présumé oncle pour recevoir la balle, passe qu'il fait sans aucun soupçon. Et puis une fois la balle reçue, tu fonces en direction de la zone, l'autre môme n'ayant toujours pas refait surface. Soudain, une pensée fait surface dans au milieu de ton allée simple vers la victoire. Tu aurais peut-être dû prévenir Light de ton plan. Manquerait plus que lui et l'autre gosse te fonce dessus pour que tu dises adieux à ce premier point gagnant.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Ven 12 Fév - 11:18




« De surprises en surprises »



Cette femme était plus que surprenante. Jusque-là, elle m'avait montré à moi et aux autres pirates, une désinvolture monstrueuse et une force phénoménal qu'elle dissimulait derrière son regard de biche. Mais sa face angélique n'avait cessé de se fracturer dès l'instant où nous nous retrouvâmes tous, pour débuter le Davy back fight, ce jeu idiot créer et inventé pour et par des pirates. J'étais pas enchanté de tuer mon temps libre en leur compagnie, mais j'avais promis à la jeune femme de le faire et même s'il m'était passé par la tête de revenir sur ma promesse, je ne le fis pas, trop à cheval sur les conséquences que cela aurait sur mon image de Shichibukai. D'ailleurs, parlons de ce détail. Si ma coéquipière du jour, toute chancelante et embrumé par l'alcool qu'elle était semblait m'avoir reconnue, cet abruti de Davy John semblait tout simplement vivre dans une réalité alternative où il était maître du monde. Ne pas reconnaître les Shichibukai... C'était quoi la prochaine étape ne pas connaître les Yonkou et les Amiraux ? Oh wait ... Non, je ne veux pas savoir, je serais bien trop déçut s'il était ignorant à ce point.

Sans plus de cérémonie en avait lancé le jeu, par "pitié" nos concurrents nous avait laissé la main. Ainsi, le premier lanceur fut la serveuse, seul membre de mon équipe, mais bon c'était pas bien grave j'avais pas vraiment besoin d'avoir une équipe, hein ! Oui, j'ai la grosse tête et alors ? De tels pirates ne me faisaient pas peur, et c'était pas une bande de branquignolles adeptes d'un jeu de voyou qui me mettrait à mal, et ce que ce soit en jeu ou hors de celui-ci. J'avais été beaucoup trop confiant, et cette dévalorisation mentale de mes adversaires avait joué en ma défaveur. Le premier lancé fut celui de toutes les surprises. Premièrement, ma coéquipière tirait droit, c'était... Inespéré ! Surement un coup de chance, mais une telle précision de tir était rare pour un sniper averti, sobre et concentré alors pour une serveuse à moitié torché... Je ne m'y étais pas attendu, et fus surpris par la finesse de mon tir, totalement pris au dépourvu par ce dernier. Tout le contraire de mes adversaires qui, prêt sautèrent sur l'occasion pour arracher le point, et m'opposer leur première stratégie, leur première résistance, ma première défaite.

Mais je n'étais pas du genre à me laisser abattre, car je n'étais pas du genre à accepter la défaite. Parfois, lorsqu'elle était évidente, logeait sous mes yeux, je refusais de la voir trop accroché à mes envies de victoire et ma fierté. Bref, je ne pouvais concevoir la défaite ! Alors perdre contre un gros et un gamin, c'était inadmissible. Je rageais intérieurement lorsque je retournais vers Magnum. Déterminé, et faisant abstraction de l'humeur de la jeune femme, je lui touchais deux mots quand à notre futur défense. Elle ne broncha pas, me répondant même avec une détermination et une franchise presque insultante pour nos adversaires, qu'elle s'occuperait de défendre sur le binoclard à l'embonpoint extensible. Quel courage ! Je préférais nettement courser le gamin plutôt que me fritter à la graisse de son oncle. Bref, nos rôles repartis, on était fin prêt pour riposter et leur voler le point. La suite de l'action, vous la connaissez, au lieu de réussir à intercepter la poule je les percuté avec mon crâne l'envoyant en home run vers des horizon nappé de mystère, puis j'étais retombé lourdement sur le sol, ne me demandant même pas si mon action d'interception avait compté comme un point où un nul. En vraie, je m'en foutais dans l'immédiat, je voulais juste faire stopper le rire narquois de ce con de Davy. C'est pour ça que je m'étais rapproché si rapidement de lui après m'être relevé. Dire que j'aurais simplement pûs régler cette affaire avec quelques coups... Mais tout à l'heure, l'alcool avait trop embrumé mon esprit pour que je ne songe positivement à massacrer cet équipage d'idiot. Je me sentais pas trop de l'agiter et frapper. Alors j'avais accepté la solution de cette serveuse qui me semblait plus que respectable et raisonnable. Espérons simplement que le "jeu" ne dure pas trop longtemps... Il valait mieux pour l'équipage de John que je ne perde pas patience, et que je m'en tienne seulement à leur affliger une cuisante défaite dans leur jeu de prédilection.

Dès que je fus debout, j'entendis ma coéquipière hurler. En faite, c'était pas qu'elle hurlait, une fois de temps en temps, mais qu'elle parlait fort genre tout le temps. Mais bon, c'était surement les effets de l'alcool qu'il lui avait légué ce petit problème de communication... Tant qu'elle continuait à viser comme elle l'avait fait la première fois, ça me gênait pas trop de me faire détruire les tympans, et de subir ces étranges sarcasmes. D'ailleurs, il ne semblait même pas m'être adressé, donc bon en soit, je n'allais pas lui reprocher de provoquer surement involontairement l'équipe adverse. Car tout le monde le sait, la provocation est un facteur des plus déstabilisant, et la déstabilisation pourrait bien nous rapporter quelques points et la victoire en prime.

Ainsi, je la laissais vaquer à ses ironies, ne me préoccupant que d'une chose : foutre les boules à Davy John ! Je m'étais donc approché de ma proie, la cible de toutes mes mauvaises intentions, prêt à lui faire ravaler toutes ses paroles en l'air. Après quelques instant suspendu dans le temps où tout semblait étonnement plus calme, je tirais le plus simplement qui soit. Un tir droit, sans fioritures, sans effet. Juste un tir ayant pour destinataire la serveuse. La balle fusa. Et le plus rapidement que je le pus, je me mis à scruter l'action qui se passait du côté de ma coéquipière. Le lancé, avait modifié mon angle de vision, et ma position, ainsi, je dus faire une nouvelle mise à vue en modulant la puissance de mon cristallin pour apercevoir ce qui se passait. Mais du côté de Magnum l'action, c'était passé à une vitesse folle. Le premier truc que je vis nettement, ce fut "Big Daddy" à quatre pattes dans l'herbe. Mais avant que je n'ais eu le temps de regarder plus en arrière pour fixer la cible de laquelle s'approchait la serveuse et son leste humain, le gros se releva et mit ses lunettes sur son nez. Si l'on en jugeait à son expression faciale, il était furax. Son ire le faisait ressembler à un gorille énervé, ce qui certes était légèrement impressionnant, mais ne me fais seulement lâcher qu'un petit rire moqueur. Les yeux encore plus globuleux que tout à l'heure, ses sourcils plus froncé, et étrangement plus broussailleux ainsi déposé, et ses quelques veines de nervosité disposées ici et là... Je ne pus l'observer qu'un court instant avant qu'il ne se retourne pour foncer tel un buffle en direction de la forêt, et ce en grognant comme un porc. Je me demandais bien comment réagirait la jeune femme en le voyant arriver ainsi ? Moi, j'aurais bien rigolé !

Ah ! C'est déjà fini... Le gros à obstruer toute ma vision en prenant tout l'espace dans la forêt. C'était lourd ! On pouvait même pas regarder l'action en spectateur avec ce mec. Je soufflais d'ennui en quittant l'estrade sans adresser un seul regard ou une seule parole à notre ami Davy. Alors que je regagnais le terrain pour me diriger vers le lieu de l'action et tenter d'observer la lutte acharné qui opposait Magnum à ses deux assaillants, je les vis déjà revenir. La jeune femme ne la ramenait pas. Pour la première fois depuis le début, elle avait un visage fermé, presque imperturbable, j'avais l'impression que quelque chose avait changé dans sa vision de voir ce jeu et nos adversaires, et ça ses paroles le confirmèrent. Alors qu'elle se dirigeait vers moi, je vis qu'elle ne possédait déjà plus ses talons hauts, arpentant maintenant la prairie verdoyante de notre terrain de jeu, pieds nus. En plus de ça, ses habits en avaient pris un coup tout comme sa coiffure. Elle avait les cheveux tout ébouriffées, les vêtements par endroits sales ou déchiré. Ça lui donnait un look de sauvage, de rebelle, et mine de rien,ça impactait grandement les paroles qu'elle m'adressa, ainsi vêtu.

Elle me disait vouloir passer à la vitesse supérieure, vouloir jouer sérieusement, jouer pour la victoire, pour l'annihilation de nos adversaires, et son aspect global démontrait qu'elle s'était donnée à fond pour cette action qu'on l'ait remporté ou pas. Qu'on ait eu ce point ou non ne changeait rien. Il nous avait fallu deux tours, mais maintenant on était remonter à bloc, déterminé à ne plus être ridicule par nos agissement, déterminé à ne plus laisser filer de point entre nos doigts. La jeune femme file alors dans le bois, surement pour se placer dans une position avantageuse à la réception, tout comme le mioche que je ne vois pas dans les parages. Elle compte sur moi pour récupérer la balle et lui faire une passe... Cette fois-ci, je n'allais pas me louper, c'était certain !

La balle fuse alors que je suis au coude à coude avec le gros binoclard, le poussant, tandis que lui fait de même. Puis brusquement, il grossit et grandis, me poussant légèrement avec la graisse de son ventre. Dégouté par tous ses bourrelets qui m'englobent presque, je ne remarque que tardivement que sa technique ne lui permet pas de gagner que de la masse. En effet "Big Daddy" me dépasse maintenant d'une tête et profite que je sois prisonnier de sa graisse pour récupérer la "balle". Sans plus attendre, il me repousse en arrière d'un coup de ventre et se retourne en direction de la forêt.

De mon côté, je fulmine depuis tout à l'heure en tentant de contenir ma rage" mais là s'en ai trop... M'être fait emprisonner par la graisse, et ridiculisé par le coup de ventre de mon adversaire, je trouvais ça bien trop humiliant pour rester impuni ! Tant pis pour le jeu ! Il aurait mieux fait de pas me saouler. Mes muscles se crispent et mes jambes se stabilisent suite à l'assaut du gros avant de virer au noir. J'ouvre mes paupières dévoilant un regard noir, déterminé, mais pas à gagner, à annihiler ! Excédé. J'étais excédé ! Me laissant guider par le courroux, je bondis, me retrouvant en moins d'une seconde au niveau du gros, auquel j'assène un violent coup de pied rotatif au flanc. D'un seul mouvement, je le décale pour la première fois sur le côté, et je bondis à nouveau pour retrouver se gamin et lui sauter au cou ! Le soucis, c'est que ... Il y avait deux gamins se donnant une lutte acharnée à quelques mètres devant moi, alors que ma coéquipière semblait totalement absente du terrain.

Je fais un rapide mouvement de tête pour regarder à droite et à gauche, mais à chaque fois que mon regard se repose au centre il tombe sur les deux gamin en train de lutter l'un contre l'autre. Pffff ! Je pensais que les effets de l'alcool s'étaient estompé... Oh ! Et si... Et si c'était simplement un rêve ? Ça serait logique ! Dans la vraie vie aucune team gros lard / gamin ne m'opposerait de résistance ! Ahhhhh ! Voilà ! Je n'avais plus qu'à briser mon cauchemar pour me réveiller ! Autant y aller à fond alors ! Sans plus attendre alors que j'étais en plein saut, je me transformais en phénix et mêla mon haki à mes flammes blanches à la pureté inégalée. Puis je fonçais sans vergogne sur le duo de minus pour les mettre out !

-White Shock !

Au revoir les minus ! Au revoir ce cauchemar horrible où impuissance était mon lôt, et bonjour réalité éclatante !



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnum
Supernova
Supernova
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 08/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 0
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Travesti40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Ven 12 Fév - 22:09



hands up
 
Une chose est sûre maintenant, ce type est complétement fou, et n'a toujours pas récupéré de son apéritif trop arrosé. Tu aurais mieux fait de le laisser saccager le bar sans prendre en compte le coup de gueule que ton patron aurait poussé derrière. Au moins tu n'aurais pas risqué de te faire cramer la face par Light en personne. Il t'aurais suffit de sortir par derrière pour continuer ton semblant de vie sans trop de problèmes, en sauvant une bouteille au deux au passage histoire de mêler l'utile à l'agréable et de faire ta bonne action du jour par la même occasion. Quoi qu'il en soit, alors que tu es pleinement occupé avec le gamin, il faut qu'il en rajoute. Comme si ça ne suffisait pas d'avoir pourri tes fringues et ton parfait make up, comme si ton balancement de chaussures spectaculaire s'était avéré vain, comme si tu avais proposé de faire équipe avec lui pour finir en lampe torche. Ce mec est un gros malade. malade. malade. Et ce mot rebondit dans ton crâne aussi clairement que les balles d'une mitraillette bas de gamme sur une armure dernier cris. Et puis l'arme s'enraye, et là c'est le drame. Fou rire, juste au moment où il ne le faut pas.

Ce type vient de donner un nom à une technique de combat.
Et il vient de le dire.

Le monde aurait-il tant changé en cinquante ans ? Ahlala, les jeunes de nos jours.

Non vraiment là, pour le coup, tu ne peux tout simplement pas t'en empêcher, c'est juste à mourir de rire, alors même que tu es dans l'impasse et que la lumière se rapproche à une vitesse non négligeable. Rien que d'y penser, l'impact te ferait plus que vriller, surtout avec cette forme de cloporte. Tu ne donnes pas cher de ta peau, et t'aurais sans doute des chances non négligeable de retrouver la poule qui s'est envolée pour un aller simple direction l'inconnu. ça pourrait ne pas être un si mauvais plan en fin de compte. Après tout, tu as toujours souhaité retourner faire un tour sur les îles céleste, alors si tu n'as même pas besoin de te taper le trajet pour, c'est carrément tout bénéf. Tu t'y vois déjà, en orbite. Mais trêve de bavardage, vu qu'il vient d'en haut, tu risque juste de finir dix pieds sous terre, et ça c'était pas non plus dans le contrat. Il te reste encore quelques centaines d'années à rajouter à ton compteur, et t'es pas du style à cracher dessus. Alors qu'il n'est plus qu'à quelques mètres, tu joues ton dernier atout du jour, changeant d'apparence pour celle du gros lard et te gonflant au maximum histoire d'amortir l'attaque avec le tas de graisse qui te sert désormais de ventre, faisant ton possible pour garder la poule dans les bras, bien décidé à ne pas la lâcher, même si tu finis avec un trou dans l'estomac. Tu n'as même pas osé mettre la volaille au milieu pour te protéger. Si elle avait explosé à l'impact tu t'en serais morfondu jusqu'à la moelle. Maintenant, tu pourras crier haut et fort que tu dois ton salut à un tas de graisse, dieu que ton honneur s'en retrouve bafouée. Et alors que tu te retrouves soufflé par l'attaque et que tu pars en arrière, tu te sens stupide d'avoir dévoilé ton pouvoir. Tu t'es tellement enflammé que tu n'as pas résisté. Malgré tes 120 ans passés, t'as toujours l'impulsion d'un enfant.
Et ça, ça ne changera jamais.

Les ballots de graisse ploient sous le coup. S'ils n'étaient pas rattachés par la peau, ils s'envoleraient un peu partout, éclaboussant le monde plastique de cellulite placide. Mais jour de chance, la fin du monde n'est pas encore au goût du jour. Certes le coup n'a pas eu l'effet escompté pour toi, mais le gamin a pris un choc sévère, ta main à couper qu'il a pris bien cher. Dans sa face de sale môme. ça lui apprendra à jouer les caïd. Oui c'est ce que tu penses avant que tes nouvelles fesses -et airbag par excellence- n'amortissent ton cul-à-terre. Faut avouer que ce n'était pas une mauvaise idée, de ressortir le bout de lard alors que les options étaient limitées. Mais le tee-shirt du gros s'est déchiré à l'impact -pas assez extensible le quintuple XL faut croire-, mais ce qui t'étonne le plus, c'est que ça ne crame pas. Putain de merde, t'avais pris une décision, et là, t'étais censé sentir le poulet grillé. Et même si la friction entre les bouts de graisse  aurait permi d'étouffer le feu avant que ça ne devienne trop sérieux, ça te fiche sur le cul. Le phénix ne brûle pas. Non d'un Cornichon carré transgénique. Fichtre. Non d'une bourrique, tu peux même plus te trouver d'excuse pour Marine Ford, c'est foutrement risible. Toi qui croyait que tu allais te faire frire le cul à distance, t'avais en fait, même pas à te soucier de ça. Tu aurais même pu aider Brad et les autres au final, même si ça n'aurait sans doute pas changé la donne. T'aurais pu faire quelques choses au lieu de fuir comme tu en as la fâcheuse habitude. Et rien que ça, ça te fout en rogne. Tu te sens vraiment con, choqué. Sur le cul.

«__Toi t...»

Dire que tu t'étais résigné à finir brûlé, tu n'arrives même plus à aligner deux mots. Même dans tes derniers instants, t'avais songé avoir toujours eu un faible pour le porc caramélisé, mais n'ayant pas porté de sucre, que tu devrais te contenter de finir en porc sans accompagnement. Faut croire que le destin ne pouvait se permettre de laisser chauffer ça alors qu'il manquait l'ingrédient clef. Un gros lard n'est jamais bon si on le fait revenir dans la moelle tout seul, c'est bien connu. Avec le peu de prestance que permet ce corps là, tu te relèves, époussetant ton ventre et tes restes de tee-shirt, et t'amuse quelques secondes à faire bouger les bourrelets, avant de reprendre un semblant de sérieux et de fusiller Light du regard.

«_Alors là Light t'as fait fort. J'ignore si t'as voulu me faire flamber ou me carboniser mais honnêtement, tu m'avais pas dis que tu comptais te reconvertir dans la cuisine.»

Inexcusable. D'abord les fringues. Puis les talons qui sont partis balader. Et maintenant il vient de manquer de te planter dans le sol. Sans te carboniser certes, mais ça reste inexcusable. Sérieusement, rester à proximité de ce blond n'est pas de tout repos. Tout en continuant de fixer cet abruti tout de même sympathique, tu reprends ta forme de nana, soupirant, prêt à rouméguer tout ce que t'as dans le gosier.

«_Bon, t'as vraiment intérêt à nous faire gagner Light, parce qu'après je t'emmène faire le tour des boutiques de Shabondy histoire que tu me rembourses l'intégralité des fringues que j'aurais bousillé pour gagner.»  

Petit moment de silence, avant de joindre au tout ton plus beau sourire

«_Et autant te dire qu'il y a de quoi faire sur cette île et que je ne te lâcherais pas avant d'avoir une garde robe suffisamment décente pour survivre.»

A la fois calme et posée, tu lui laisse à peine le temps d'en placer une. Faudrait pas qu'il refuse, le bougre, surtout que ça fait déjà un bon moment que tu dois refaire le plein de sous-vêtements de tailles diverses et variées -ton commerce de culottes déjà utilisées ne s'est jamais aussi bien porté-.

«_Bon maintenant, tu m'excuses, je vais tirer avant que le gamin ne soit sur pieds. ça te laisse la bedaine à gérer, tu penses t'en sortir ? Ne le sous-estime pas, après tout, t'as vu de quoi était capable ces gars. Fin j'pense que tu le sais déjà, ça ne sers à rien d'insister. J'te préviens, je tire une chandelle. T'as des ailes, lui non, ça devrait le faire.»

A moins qu'il ne l'empêche de décoller, mais ça tu omet de le mentionner, curieux de voir comment va s'en sortir Light sur cette manche, alors que le gros et John sont encore sous le choc de l'action qui vient de se terminer. A peu près remis des vertiges, tu attrapes une poule très rapidement, tend la corde à son paroxysme vers le bas très rapidement avant de relâcher. Et le volatile s'envole très haut, tout en restant visible de tous, au contraire du homerun précédent de ce très cher Light.

Si on t'avais dit que les poules étaient capable de toucher les nuages..
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Dim 14 Fév - 19:43




« Deux polymorphes sur le terrain »



~Ah voilà le gamin maintenant ! Attendez quoi ? Ils sont deux à l'identique à batailler pour la possession de la poule ? Mais... Mais c'est quoi ce délire ? N'avais-je toujours pas récupéré de mon petit excès de boisson ? Non, impossible j'en voyais pas deux tout à l'heure ? Pourquoi deux gamins ? Était-ce une manigance de leur part ? Une sorte de triche ? Alors pourquoi les gamins se disputaient ils ?~

Me demandais-je, en pleine confusion suite à cette bien étrange constatation. Les questions fusaient dans mon esprit ? Réalité ? Tricherie avérée ? Réalité déformée ? Ou bien rêve tout simplement. Tout me venait à la tête alors que mes paupières s'abaissèrent durant une seconde. Totalement dépassé et obnibulé par ce drôle de spectacle j'en vint bien vite à me convaincre que j'étais soit dans un rêve soit victime d'une hallucination, alors pour tout remettre à plat, j'avais décidé de neutraliser l'action qui se déroulait sous mes yeux pour le moment clos. Gamins ou pas les deux zigotos allaient regretter d'avoir joué avec moi. Sans plus attendre, je me transformais en un phénix aux flammes blanches étincelantes, et fusais en direction de cette hérésie que fomentait mon propre esprit contre moi.

Durant ma prise de vitesse dans l'air, je m'employais à diffuser mon fluide perceptif au sein de mes flammes elle-même. Ainsi même si mon apparence n'avait en soit pas changer, mon corps n'en était devenu que plus résistant et plus destructeur, agissant presque comme une barrière, un bouclier, une paroi à la solidité extrême, lancés à pleine vitesse. Dans de telles circonstances mieux valait m'éviter, enfin éviter l'attaque, je veux dire, à moins que vous n'ayez un atout conséquent sous votre manche. M'enfin lancé aussi rapidement à une distance aussi courte, je leur avais laissé là bien peu de chance de m'esquiver. Les deux gamins qui jusque-là ne faisait que se chamailler en courant pour avoir la possession du "ballon" si arrêtèrent brusquement en m'entendant et en me voyant arrivé du coin de l'œil. L'un d'eux agripper plus fortement la poule et l'arracha de la faible emprise de son adversaire maintenant retourné dans ma direction. Les deux me fixèrent lors de ma transformation, surement éberlué de voir en action un zoan, puis lorsque je me lança en énonçant le nom de ma technique, l'un d'eux, le porteur de la poule, explosa de rire alors même que je m'approchais irrémédiablement d'eux alors même qu'il n'avaient pas eu le temps de bouger.

L'un des deux garçons s'était figé, comme tétanisé par ma présence écrasante qui entrerait en collision avec lui dans une ou deux secondes, tandis que l'autre tentait tant bien que mal de se remettre de son fou rire. Et alors que l'impact était imminent et que les deux gamins n'allaient sûrement pas tarder à regretter leurs places, le gros lard apparu soudainement heurtant l'une de mes ailes et me faisant légèrement dévié à l'impact, ce qui provoqua un choc prématuré avec l'autre gamin qui se pris lui aussi l'une de mes immenses ailes de plein fouet, et vola à travers la forêt se faisant simplement stoppé dans sa course par un violent choc contre un arbre. Sans grand étonnement, il ne se releva pas. Enfin j'avais pas vérifié, j'étais trop par la disparition soudaine de l'un des deux gamins et la réapparition éclair de son oncle qui s'était retrouvé face à moi d'une manière totalement inexplicable.

Si on m'avait dis un jour que la graisse pouvait être utile en combat, je ne l'aurais pas cru, et pourtant, le binoclard encaissa bel et bien , en partie, mon attaque et ce grâce à son surplus pondéral. D'ailleurs, c'était ignoble, je pus ressentir mon aile s'enfoncer dans la graisse, y être comme aspiré avant de voir de mes propre yeux l'impact soufflé en tous sens la surcharge composant cette bedaine. Suite à mon attaque, le gros recula, soufflé vers l'arrière par ma technique, tandis que moi, j'entamais un saut vers l'arrière en reprenant progressivement ma forme humaine.

L'impact est violent et repousse même Magnum transformé en notre immense adversaire du jour, dans une explosion de flammes blanchâtres qui se diffuse éparse la zone de l'impact. Le choc que je venais de provoquer avait répandu certaine de mes flammes sur le sol, les arbres et même mes ennemis. Mais rien à craindre la forêt ne serait pas annihilé par ma faute, on pouvait tout m'incomber sauf d'incendier des forêts avec mon pouvoir, car j'avais beau être recouvert d'un feu d'une rareté extrême, celui-ci n'avait pas le même genre de propriété que les banales flammes que l'on pouvait voir en ce bas monde. Mon feu ne brûlait pas, ne se consumait pas, car il n'était pas issue de la combustion, c'était un feu tout autre que notre élément, un feu presque divin, n'ayant pour seul objectif que de me protéger et de régénérer. Métaphoriquement, on pouvait dire que c'était le feu éternel qui habitait mon corps, la clamées de mes envies, la flamme de ma détermination, la flammes qui me renforçai et me faisait revenir toujours plus fort. Alors oui les autres n'avaient rien à craindre de ce feu-ci, même s'il est vrai, j'avais plutôt tendance à jouer sur les croyances des gens durant les combats, leur faisant croire que je pouvais leur infliger des blessures ardentes. Mais là mascarade était rapidement découverte. Ce fut le cas aujourd'hui aussi, l'oncle du gamin vu son expression faciale, s'attendait sûrement à sentir le poulet grillé, mais il n'en fut rien.

Alors qu'il était sur le sol, les vêtements déchirés et l'air hagard, il ne pus que constater par lui-même que mes flammes n'arpentaient même plus son corps. Tandis que j'observais l'énorme homme qui me servait d'adversaire, celui-ci, le cul contre le sol commença à s'adresser à moi en balbutiant. Il semblait étonné par ma personne. N'avait-il donc jamais entendu parler de moi ? Ah oui, c'est vrai cet équipage d'attardé ne connais pas l'organisation de sept grands corsaires... Ah la belle brochette de champions, je le souhaite juste d'avoir l'idée d'allées sur le nouveau monde pour qu'il comprenne enfin que leur stupidité et leur ignorance les ménera irrémédiablement vers leur perte, à moins que soit moins, qui perdant patience, ne le fasse... C'était pas à exclure, hein ! Bref, mon ennemi du moment se décida finalement à me faire face avec un peu plus de dignité ou presque. Disons qu'au moins il n'est plus effondré sur le sol comme une petite victime. Après faut pas lui en demander trop niveau présence et prestance, je l'avais bien compris. Mais de là à épousseter son ventre... Voilà quoi.

Pourquoi ? Pourquoi mon attaque avait-elle déchiré son haut... Maintenant, je vais devoir supporter tout le reste du jeu ses infâmes bourrelets qui se meuvent tels des vagues sur un océan de peau et de graisse. Dégoûté, dépité, je  détourne le regard un instant oubliant totalement que cet abruti tenait la poule dans ses bras. C'est ainsi que tout en parlant, je l'entends me blâmer. Mais outres ses pas lourds et ses reproches qui n'ont pas lieu d'être quelque chose attire mon attention : il vient de m'appeler par mon prénom. Hors cet équipage d'aboutir non jusque-là pas montrer qu'il avait connaissance de ma personne et de mon titre. Non la seule qui semblait un peu renseignée et qui avait osé m'appeler par mon prénom, aujourd'hui, ce fut ma coéquipière du jour. Jeune serveuse dont je ne connaissais pas le nom d'ailleurs. Mais revenons à ce que le gros disait. L'entente de mon nom me fit tinter, et mon regard dévié, se refoulais a sur le gros lard que je vis marquer le point.

~Le point... Le point bordel ! Oh non ! J'avais encore laissé passer ma chance ! J'étais vert et l'autre demoiselle là, elle allait encore me faire une scène. Merde ! Merde !~

Me dis je en mon for intérieur, alors que peu à peu, je vis le gros rétrécir... Vraiment beaucoup, puis maigrir drastiquement, sa silhouette se métamorphosa alors du tout au tout pour prendre les courbes si succulentes des femmes. Il avait perdu son ventre, ses hanches, ses fesses, ses seins... Tout avait diminué de manière exponentielle pour me donner au final la sensation que je me trouvais face à une femme. Surpris, je fermais les yeux cinq secondes pour les rouvrir et poser de nouveau mon regard, sur cette femme, sur son visage, que je connaissais puisque c'était celui de la serveuse qui faisait équipe avec moi. Je la regardais, sans bouger s'approcher de moi, la fixant simplement en faisant une expression faciale à s'en décrocher la mâchoire. Mais je ne pus poser ma question, car déjà, la jeune femme m'assaillit de question. C'était mon rôle pourtant... C'est moi qui étais pris par surprise pas elle ? D'ailleurs était ce bien elle ? Et ce pouvoir de métamorphose était-il inné ou dut à un fruit du démon ? Il y avait plus de chance que la réalité soit régit par ma deuxième hypothèse que la première, mais sait-on jamais. En tout cas, c'était un pouvoir fort intéressant. Elle aurait pus m'en parler avant quand même... On aurait ainsi put éviter de passer pour des nazes durant toute la première partie du jeu et surtout j'aurais éviter de l'attaquer elle et le gamin.

Si avant qu'elle me parle, j'avais des doutes sur son identité - à cause des changements de formes fréquent et incompréhensible pour moi - je n'avais maintenant plus aucun doute. Déjà parce que maintenant qu'elle était quelques centimètres de moi, je pouvais constater qu'elle empestait l'alcool sûrement comme moi il y a quelques heures. Son haleine au souffle fruité et fermenté me fila presque la nausée, me rappelant l'état de merde dans lequel je fus il n'y a pas si longtemps que ça. À moins que ce soir son discours qui n'en finissait pas qui fit griller mon cerveau... Je sais pas, mais pour moi, il ne faisait plus aucun doute que je me trouvais devant la femme bourrée et désinhibée qui faisait équipe avec moi et ça c'était une bonne chose. Enfin bonne tout était relatif, hein, j'étais au moins sûr que ce point était notre et que cette femme à la métamorphose facile était dans mon équipe. Pourquoi j'étais content de ne pas l'avoir face à moins ? Bah voyons, c'est évident ... Car dans un tel jeu, sans aucune règle, aucune discipline, son pouvoir était juste une plaie à affronter... Et aussi parce que c'était une furie.

Bref, sans que je n'ais pus caler un seul mot elle parti, non sans me donner néanmoins quelques indication sur son tir, c'était déjà une avancé dans notre jeu d'équipe. Ainsi, je la laissais partir retenant mes questions pour lui poser plus tard et me préparant psychologiquement à faire des emplettes avec elle. Pourquoi le ferais-je d'ailleurs ? Hum ! On verra plus tard. Il faut d'abord qu'on gagne pour profiter de notre liberté... Comme si des pirates comme eux pouvaient nous retenir avec ce vulgaire contrat de jeu... Pathétique. M'enfin autant respecter les règles tant qu'elles vont dans notre sens.

Un tir en chandelle donc ? Intéressant, sur ce terrain le gros ne pourrait pas nous suivre. Sans trop savoir pourquoi je tourne la tête dans la direction de Mister bedaine, et m'aperçois qu'il vient de déposer son neveu un peu plus loin gros des limites du terrain. Relevant la tête, il posa un regard noir sur moi. Il semblait déterminé, énervé... On ressentait comme une volonté sans faille l'investir, pour une fois, il n'avait pas sont aire suffisant et semblait aussi crois et sévère que le sont les amiraux eux même. Me réservait-il quelque chose ? Une technique secrète grandiose, une représaille musclée ? Je le vis rentrer sur le terrain, et prendre du volume d'emblée de jeu alors même que Magnum n'avait pas atteint l'estrade posé sur une petite colline. De mon côté, j'arquais un sourcil en le regardant plaqué les bras contre son corps et respirer fortement comme s'il fut prêt à charger tel un buffle. Mais étrangement, il n'était ni dirigé vers moi, ni vers la forêt, il faisait simplement face à l'estrade sur laquelle Magnum se préparait maintenant à tirer. Réellement intrigué, je fixais l'estrade posée sur la petite colline et mon opposant, me demandant bien se qu'il avait derrière la tête.


Soudainement alors que ma coéquipière tirait encore la corde prête à lancer, il bondit à l'aide de ses jambes et entamant une rotation sur lui-même dans les air, il finit par reatterir sur le sol ferme et roula à une vitesse étonnement rapide. Je le fixais bouche bée dans l'incompréhension la plus totale alors qu'il fusait toujours plus rapidement entamant déjà la pente de la petite colline menant sur l'estrade de tir. Que voulait-il faire utiliser son élan et la pente pour se projeter dans les airs et intercepter la chandelle de Magnum ? Il nous aurait entendu ? Qu'elle qu'en fuent ses projets, ils eurent une incidence aberrante, sur le jeu. Car en effet alors qu'il s'élever dans les airs au dessus du racoon transformé, ce dernier lacha prise et le poulet percuta de plein fouet le bide du gros... Ou son cul... On sait pas, il tourne ! Ce qui eut pour conséquence de nous faire perdre le point par la mort de la poule, mais aussi et plus important encore de déstabiliser Mister bedaine qui perturbé dans son élan s'écrasa violemment de tout son poids sur l'estrade et tous les gens qui s'y trouvait. Dans un grand fracas, un énorme nuage de poussière s'éleva, le bois se craqua, vola de toute part et des cris de colère et de douleur retentirent venant tout droit de l'estrade détruite. Mais c'était quoi ce merdier ? Le jeu était-il finit avant l'heure ?



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magnum
Supernova
Supernova
avatar
Messages : 67
Date d'inscription : 08/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 0
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Travesti40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum] Lun 28 Mar - 14:20



hands up
 

Tu avais tiré en toute impunité, avec cette simple promesse en tête. Des vêtements, des vêtements et encore des vêtements. A force de prendre l'apparence de ces gentes dames, tu avais fini par t'approprier un peu de leurs vices. Et le premier de tous, c'était celui de voir des promesses partout. ça allait d'un simple hochement de tête à des yeux se levant vers le ciel, mais quoi qu'il en soit, les promesses allaient bon train dans ta caboche, si bien que tu t'imaginais déjà marchant de boutiques en boutiques, avec Light en guise de porteur-porte monnaie pour tes achats. Malheureusement pour toi, promesse il n'y avait eu, et le corsaire n'était sans doute pas du genre à se plier facilement aux ordres, aussi jolie soit la femme qui les confèrent. Mais s'il y avait quelque chose à retenir, c'est qu'il n'avait pas dit non. Évidemment, tu ne lui en avais pas laissé le temps.

Décidément, toutes ces conneries, ça te rappelais un peu son père.

Ah ça, pour les promesses, le paternel était divinement doué, il n'y avait pas à dire. Si bien que tu avais fini par lui conférer toute sorte d’alibi sans qu'il ne les demande. Quand tu étais gosse et que tu n'avais pas encore dépassé la vingtaine, tu le prenais pour un héro. Car bien que tu ne l'ai jamais vu porter de masque, et encore moins de cape et de collants fluorescents, Maman n'avait jamais cessé de se plaindre de sa double vie. Alors à l'époque, tu avais gobé ça sans broncher, et tu avais passé ton temps à déblatérer que ton papa était un putain de héro, un vrai de vrai. Pas un héro de pacotille dont on compte les histoires aux tout petits hein, le vrai, messieurs mesdames, le vrai ni plus ni moins. Et un jour, comme pour prouver tout ça, ton père s'était envolé, une semaine durant, sans nouvelles, comme par magie, en prétextant que c'était pour le travail. Et ainsi, tu avais enfin eu la preuve de la véracité de tes histoires. Puis bon c'est pas comme si t'étais con. Toutes ces années, quand le soir il sortait en disant qu'il allait acheter des clopes, tu savais qu'il allait en fait sauver le monde. Surtout que bon, il ne fumait pas papa. Mais un peu plus tard, tu as fini par comprendre que Papa, les promesses et le mariage, c'était sa kryptonite à lui.

Au final, si tu devais retenir une chose de ton père, c'était cette phrase qu'il rabâchait à longueur de temps quand tu réclamais un peu de son temps. « Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités », la seule devise que tu avais fini par comprendre, une fois au sommet du mouvement révolutionnaire. Le moindre petit abus de pouvoir rend l'homme -ou le racoon en l’occurrence- con. Super con même. Il voile la face aussi bien qu'une barbe à papa s'entortille autour de son bâtonnet, et il vous colle aux basques comme jamais vous n'avez collé. Effectivement, le pouvoir c'est un plaie.
C'est ce que tu penses quand tu vois la poule s'envoler.
C'est ce que tu penses toujours quand une énorme boule à la rotation plus que malveillante intercepte le projectile.
Et c'est ce que tu continue de penser, tant bien que mal, alors que tu gît sur le sol, ne comprenant ab-so-lu-ment rien, à ce qu'il vient de se produire. Il n'y a qu'une chose que tu puisses confirmer, c'est que cela va trop vite pour que tu puisse comprendre, l'effet de l'alcool ne t'y aidant pas le moins du monde. Tu met un bon moment à te relever, les yeux exorbités, une expression traduisant l’ébahissement sans équivoque, tellement profond que tu pourrais te noyer dedans. Quelques minutes après le choc-tremblement de terre qui vient d'avoir lieu, tu te remet sur les pieds. C'est terminé mais t'as encore l'impression que ça tremble tout autour, bigre. Davy John a le même air, il ne devait pas s'attendre à manquer de se faire écraser par la masse qu'il avait intégré à son équipage. Alors autant vous dire que le retour de bâton s'était avéré secouant.

«_Le terrain étant devenu impraticable, et donc étant dans l'incapacité de poursuivre le jeu, j'accorde un match nul, soyez en soulagé, je suis certain que vous auriez perdu. Passons donc au deuxième jeu sans trop tarder, je compte prendre la mer ce soir, il ne faudrait pas que mes deux nouvelles recrues n'ai pas le temps de nettoyer le pont avant le départ !»

Davy n'était plus d'aussi bonne humeur qu'au début du jeu. Il avait pris comme une douche froide durant la première manche, et c'est plus exaspéré que jamais qu'il grimpa sur le ventre de son disciple KO afin de surplomber l'assemblée, le promontoire désormais fichu. Mais il ne lui fallu que peu de temps avant de se remettre à sourire. Juste le temps pour lui de se souvenir du second jeu, et sans aucun doute, de la défaite inévitable des deux idiots qui avaient osé se frotter à sa sublime personne.




Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum]

Revenir en haut Aller en bas

Le jeu de ceux qui n'ont que leurs vies à offrir. [PV: Magnum]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Grandline :: Archipel Shabondy-