AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Dim 10 Jan - 23:47




« I will burn ! »



À l'approche de Yukiryu Island, la température avait déjà changé passant d'une température estivale à un froid abyssale. Je n'aimais pas le froid. Je n'aimais pas la neige. C'était surement dut au fait que dans ma plus tendre enfance, je fus élevé sur une ile au température plus que clémente. Ma peau, non tout mon être avais été habitué à supporter dès température plutôt élevé parfois même des fournaises ! Bref, tout ça pour dire que dès que la température baissait, je rechignais à sortir et explorer les environs, et plus que tout, je redoutais les îles glacées revêtit dans leur immaculé robe de neige, le protégeant du souffle glacé qui les parcourait jour et nuit ! Je haïssais tout ça bien plus que mon frère qui pourtant avait vécu plus longtemps que moi sur notre île natal. Mais que voulez-vous, j'ai presque toujours été du genre à me plaindre contrairement à lui !

~Les manteaux... Ils sortent les manteaux !~

Me dis je alors que sortant de ma chambre, je vis quelques uns de mes hommes portaient des couvertures et autres fourrures. Depuis que j'avais senti le vent me lécher le visage alors que je me promener sur la poupe de mon navire, j'étais rentré me calfeutrer dans ma chambre. J'avais besoin d'encaisser le choc emmitouflé dans la couverture de mon lit. Ainsi pendant deux ou trois heures, j'étais dans mon lit à espérer que l'on atterrisse pas sur une île au climat glaciaire. Mais au fond de moi, je n'y croyais pas, j'appréhendais déjà devoir sortir et affronter les steppes glacé de la prochaine île. Je lâchais un soupire de dégoût et un frisson me parcourut l'échine. J'avais déjà l'impression d'avoir froid rien qu'en fixant quelques instants ces vêtements chauds. Je ne voulais réellement pas aller sur cette île, mais j'avais promis à Sarah de l'accompagnet sur la prochaine ile pour acheter des munitions pour ses armes à feu. Promesse que je regrettais déjà avant même d'avoir mis un pied dehors. D'un pas las, je me mis en marche vers la cabine de la demoiselle chopant au passage trois longs manteaux des mains d'un de mes mousses. Quoi, c'est pour qui la troisième veste ? Pour moi pardi ! J'allais en mettre deux pour être sûr de ne pas avoir froid ! Et je vais mettre ce bonnet aussi tiens ! Tant pis si je suis ridicule ! Les gens auront trop peur de ma renommée pour oser se foutre de ma gueule n'est-ce pas ? Et au pire, ils penseront que je suis gros et honnêtement leur regard n'était pas bien important !

Si j'avais su ce qui m'attendait, ce brasier, ses flammes, cette chaleur... Je ne me serais pas habillé si chaudement. Mais on ne peut pas prévoir l'avenir, on peut juste s'en prémunir et la plupart du temps s'étonner de ce qu'il nous réserve. Ma mine témoignant une certaine tristesse, je continuais d'avancer passant devant ma salle de navigation entrouverte à l'intérieur de laquelle j'entendis des gens discuter :

-D'après ce que j'ai entendu dire... Cette île est sous la protection d'un Yonkou... Le dragon rouge ! Alors ne faites pas trop de grabuge sinon on va avoir un autre Yonkou sur le dos. Et c'est pas que j'aime pas être le centre de l'intention de tout le monde, mais bon dans le Shin Sekai, il vaut mieux avoir qu'un ennemi à la fois... Mesure de précaution !

Déclara le vice capitaine du bateau, notre mascotte et voleur, j'ai nommé Gran Mao, le félin de la bande.

Pfff ! C'est toi qui nous ramènes le plus d'emmerdes, je te rappelle Gran Mao ! Tes vols ne font jamais des heureux, tu le sais bien !

Se plaignit la breteuse du groupe en détournant le regard tout en croisant les bras. Déjà, on entendait une sorte de miaulement en guise de réplique à cet outrageant constat. Mais des bruits de pas se firent entendre, je pus alors apercevoir mon frère se placer entre le chat et la brune pour les maintenir à distance l'un de l'autre. À vrai dire, c'était même s'il en avait pas l'air à cause de son air bourru, l'un des membres les plus posés de l'équipage et il avait l'habitude de gérer les sangs chauds de ses deux camarades. Intrigué, je m'étais approché et j'avais commencé à les observer par l'embrasure de la porte. Tous mes généraux étaient réunis dans la salle. Et semblait discuter. Une douce voix féminine s'éleva alors que le calme revenait peu à peu :

-Sinon on fait quoi pour Light ? On devrait lui dire qu'on va accoster !

-Mais t'es folle ou quoi ? C'est une putain d'île hivernale... Il voudra même pas en parler !

La coupa presque instantanément le félin en lui jetant un regard interrogateur. Puis Sarah reprit :

-Mais il m'a promis de m'accompagner pour acheter des munitions...

-Quoi qu'il t'ai dis il ne le tiendra pas aujourd'hui ... Pas tant qu'on sera sur cette île hivernale ! Il est frileux comme pas possible et évite le plus possible les îles enneigées... Je te jure abandonne... Sur certains points, dont celui-là, il est trop borné pour être raisonné, quelque soit la personne qui essaiera de la faire !

~Ah ouai il me croit incapable de surmonter le froid et la neige ? Je vais lui prouver le contraire à ce vil chat ! Faux frère va !

Un changement s'opéra dans mon regard, et mon expression de lassitude se muta en une détermination lisible. Sans plus attendre, je poussais d'une main l'une des portes dévoilant ma détermination nouvelle à mes commandants qui se retournèrent étonnés de me voir entré, vestes en main. Un silence s'instaura seulement briser par mes pas. J´adressais un sourire à la rousse et lui donnant une veste, puis se lançais la veste en trop sur l'une des chaises de la pièce. Eh ouai ! Je me la jouais, j'allais aller avec une veste. Mais j'avais dissimulé le bonnet dans la veste que j'avais gardé. Bah oui vaut prévenir que guérir.

Je pris alors le bras de la tireuse d'élite et avant de l'entraîner vers la sortie, je déclarais :

-Si l'un d'entre vous veut venir qu'il prenne cette veste et vienne, je ne l'attendrais pas !

Ouai, j'étais un peu vexé, mais ça passerait rapidement ! Une fois sur le pont du navire. Je voulus bien me raviser, mais bon quelle image j'aurais donné auprès de la jolie jeune femme qui m'accompagnait ? Comment pourrait-elle me considérer comme un homme fort ? Comme un capitaine, si je revenais sûr ma parole ?
Bref pour me dissuader de retourner en arrière, j'enfilais le bonnet et les gants que j'avais récupéré plus tôt ! Ainsi couvert, je descendis sur l'île enneigée sous le joug de Marco.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atoum Bachara
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 140
Localisation : Le Nouveau Monde
Date d'inscription : 27/11/2015

Feuille de Personnage
Exp:
8/100  (8/100)
Prime/Honneur: 300 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 12
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Logia Feu40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuL'île des HP
Link


 
 

 
 
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Lun 11 Jan - 19:36


 
  Les prémices d'une alliance ardente
 


El Che avance fend les flots toutes voiles dehors comme une bête en chasse. Sur le pont les hommes s'activent pour que notre traversée jusqu'à la prochaine île soit la plus rapide possible. Les vagues font un peu bouger le bateau mais rien de plus. Le ciel est déjà couverts d'une énorme masse nuageuse tandis que l'air ambiant se fait de plus en plus froid. Au loin sur notre gauche, une silhouette informe se dessine, je me demande évidemment de quel camp il se trouve. En tout cas, d'ors et déjà je me prépare à un affrontement expéditif. Notre situation du jour ne permet aucun retardement. Maintenant sur le Nouveau Monde, nous recherchons le célèbre "Dragon Rouge". Lorsqu'on se trouve dans le Shin Sekai, il est coutume de dire qu'il y a deux choix qui s'offrent à nous: devenir l'allié d'un Yonkou, ou alors s'opposer ouvertement à l'un d'eux. 
Dans mon cas de figure, bien qu'aucun des pirates ou soldats de la Marine que j'ai pu croiser ne puissent le croire, j'ai dans l'intention de "prêté allégeance" à l'un des Empereurs. Aucune question de fierté n'entre en jeu pour moi et c'est donc déterminé qu'on cherche ce cher Marco Zapata. 

Alors que la masse noir approche de plus en plus de notre position, comme si elle nous interceptait, je demande à ce qu'on réduise drastiquement notre vitesse. Ainsi, nous aurons le temps de les voir venir aisément et je pourrais décider ou non de les détourner de mon chemin. C'est donc d'un bond que je me lève de la proue du navire et rejoint le bastingage à bâbord. Zuko, le tombeur de ses dames et fier tireur d'élite m'apporte une longue vue. Il est vrai que je n'aime pas trop utiliser ce genre d'outil, préférant avoir la surprise mais dans le cas présent, aucun doute n'est de mise. Je n'ai pas le temps avec un navire ennemi c'est aussi simple que cela. Ayant donc repérer un bateau pirate et sans nul doute hostile, il est temps que je dispense mes ordres. 

> Mes camarades !

Alors que mon appel fait son effet, l'ensemble de mes hommes s'arrêtent dans leur tâche et tous m'écoutent, même ceux en suspension sur les cordages. 

> Le navire qui approche est un bateau pirate et vu que j'en ai rien à foutre du jolly roger, on considère automatiquement que c'est un ennemi. Tous à vos postes, soyez prêt à faire feu quand Zuko l'ordonnera. Aussi, je souhaite bonne chance aux nouveaux car c'est votre baptême. 

Après une clameur de joie générale, tout l'équipage se prépare à l'assaut. Les pirates s'équipent, prenant sabre et fusil tandis que d'autres s'occupent de préparer les boulets et la poudre à canon. Des hommes de toutes origines, des pirates venues de toutes les mers. Je n'ai pas l'effectif le plus grand, mais mes hommes sont une hordes capable de tout. Les recrutements se font uniquement selon mes critères, la peur n'a pas sa place sur ce navire. Considéré comme des terreurs et très mal vu, Les Flammes du Néant ont tout de même fait un bon bout de chemin jusqu'ici et ce n'est pas près d'être terminé.

Alors que les deux navires s'approchent inévitablement l'un de l'autre, je marche en direction de la proue accompagné de mon second et de mon nouveau pirate. Un véritable machine de guerre nommé Ordrix. Le troll est un colosse, une masse de muscle et surtout une vraie bête sanguinaire. Sa hache imposante et son apparence font de lui un fléau tel le représentant de mon équipage. Lui aussi va connaître son baptême à mes cotés bien qu'il n'en soit pas à son premier affrontement. 

> Tu es prêt Ordrix ?! Donne tout est pas de quartier !

Il est vrai que je pourrais détruire le navire qui nous arrive droit dessus d'un seul coup de poing enflammé, cependant, mes hommes en ont besoin pour gagner une confiance supplémentaire. S'en est presque vital pour la suite de notre aventure donc aujourd'hui, ce combat est le leur.

> Capitaine je tout casser !

Son langage simplet et déconstruit accentue encore plus l'aspect bestial de ce guerrier et c'est ce qui fait qu'aujourd'hui il est à nos coté. Recruté sur la dernière île visité, j'ai tout de suite su qu'il serait mon frère d'arme. Comme si le destin avec décidé qu'il était temps pour lui de vivre quelque chose de plus grand.
C'est à une vitesse folle que le navire assaillant arrive vers nous. Il est à toutes voiles dehors et foncent sur nous comme un cavalier lance en main. Zuko positionné sur la vigie arme son fusil et l’œil droit dans le viseur ajuste ses cibles. L'intention de nos ennemis est clairement de nous harponner vu l'attitude et cette attaque frontale. Ils possèdent des canons à l'avant ainsi qu'un pic gigantesque. Tenter d'éventrer mon navire n'est cependant pas la meilleur des idées. En tout cas, mon second tire une première balle qui fait exploser la tête du navigateur, laissant la barre faire des siennes. Le Navire tourne alors un peu, faisant de plus en plus apparaître ses flancs. Sans répit, il tire quelques autres projectiles qui viennent tuer les canonniers de la proue.
Semant légèrement la panique, le navire tente une nouvelle approche se mettant complètement en parallèle à nous. 

> Tirez !!!!

L'ordre de Zuko est clair est précis, à l'instant même, dans un fracas venu des enfers les plus profonds une salves de boulet vient s'abattre sur nos adversaires. Pendant se temps, toujours avec précisions, notre tireur d'élite cible et élimine chaque personne sur qui se pose son viseur. Un nouvel ordre de mon second et de nouveau nos projectiles endommage le bateau adverse. Alors qu'un petit instant de calme se fait sentir, surement du à la remobilisation un peu tardive de l'équipage adversaire, je décide de mener mes hommes à la victoire avant que l'abordage ne soit donné.

> Flammes du Néant !!! Quel est votre métier ?! 

 

D'un cri bestial à l'unisson, l'ensemble sans aucune exception de mes hommes répondent.


Quelques dizaines de minutes plus tard, un navire coule plein de cadavre tandis que le mien se redirige vers Yukiryu, une constamment enneigée. A mon bord peut de perte matérielles et peu de stigmates de combat, comme lors d'un affrontement trop facile. Pourtant, quelques un de mes hommes sont tâchés de sang et d'autre malheureusement ne pourront jamais plus voir le soleil se lever. Pour ceux-ci, les corps sont emmitouflés dans des grands draps blancs et dans un recueillement général, jeté à la mer comme le veut la tradition. Oui c'est un instant triste, la mort de nos compagnons est toujours un déchirement pour chacun d'entre nous. Sur ce navire nous sommes tous des frères et c'est ce lien fort qui fait notre force. C'est aussi dans ces moments là que nous renforçons notre cohésion déjà si forte.

> Cet abordage a été une formalité et pourtant, certains de nos frères y ont laissé la vie, tous fier d'être membre de cet équipage. Nous sommes né de la mer et nous y retournerons tous, maintenant ils ne font plus que nous attendre. 

Après quelques mots échangés entre nous, chacun reprend sa fonction afin de pouvoir faire arriver El Che à destination. L'île de Yukiryu est de plus en plus proche. Sentant son air glacial sur ma peau et va donc me chercher de quoi m'en protéger ne serait-ce que partiellement. Par dessus ma cape habituelle, une autre un peu plus chaude prend place et je suis dès lors prêt. Sans avoir vraiment le temps de m'en rendre compte nous arrivons sur l'île et non loin de l'endroit où nous nous situons, un autre navire pirate a lui aussi accosté. Nous restons à environ 200 mètres d'eux puis je débarque avec Ordrix, Zuko et une trentaine de mes hommes. Le vent gelé souffle et mord la chair mais nous avançons. J'ai bien remarqué que ce n'est pas celui que je cherche qui se trouve sur le navire mais plutôt un visiteur tout comme moi. La neige mêlée au sable n'est pas très agréable mais je fais avec sans rechigner. Nous approchons de ces pirates car personnes ne viendra prendre la tête de l'Empereur aujourd'hui. D'ailleurs, après avoir découvert ce que ces gens font là, je vais chercher "Le dragon rouge". 

Avalant la distance qui me sépare des autres arrivants, une fois à environ 20 mètres je décide de les interpeller. 

> Hoooooiiiiii ! 
Je suis Bachare "Le Néant" et vous qu'est-ce que vous êtes venu faire là ?! 



  


 
 

.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Mar 12 Jan - 23:21




« Atoum Bahchara dit les "flammes du néant" »



Je grelottais, et ce, malgré le manteau chaud, qui était fermé jusqu'au bout de sa fermeture, masquant partiellement mon visage, et atténuant le bruit de mes dents qui s'entrechoquaient entre elles. Même muni de mon bonnet et mes gants, je grelotais m'en voulant presque de ne pas avoir pris le deuxième manteau ou même une petite écharpe pour protéger mon cou déjà bien au chaud pourtant... En fait, je pense que tout cela est en grande partie psychologique. Je hais la neige et la glace... C'est tout, c'est simple... C'est viscéral le froid et moi ça fait deux malgré mon corps pourtant à toutes épreuves.

Bref, heureusement que Sarah était là pour enlacer mon bras et me réchauffer par sa présence et ses sourires. Ses sourires n'aidaient guerre mon corps à supporter la morsure du froid, mais ils réchauffaient mon esprit tétanisé par la neige et cet air glacial, et en conséquence, ils permettait à mon cœur de s'embraser et de maintenir ma flamme intérieur à son paroxysme. Comme quoi l'amour influence réellement notre vision du monde et des autres. Oui et la regardant, j'avais moins froid. Je me rappelais de la promesse que je lui avais faite. Je ne pouvais faire autrement de l'honorer.

Tandis que je descendais du pont de mon navire par la rampe, qui avait été installé par mes mousses, je donnais mon bras à la rousse, tout en donnant mes derniers ordres de la journée.

-Eh bien moi, j'y vais les gars ! Oubliez pas de faire le plein de provisions avant demain. Sinon... À part ça et la surveillance du navire, vous avez quartier libre. Mais je vous fais confiance, vous savez tous ce que vous avez à faire.

Déclarais-je, sans me retourner en agitant ma main libre, de dos, en signe d'au revoir. Puis je fourrais mes deux mains dans mes poches, en prenant soin de ne pas trop agiter le bras auquel mon accompagnatrice était accrochée telle une sangsue. Parti comme ça, il y avait des chances minimes pour que je ne me plaigne pas trop du froid. Quoi je l'ai déjà fait ? Ah... Bah zut ! J'ai hâte d'arriver en ville pour retrouver la douceur des mansardes et des magasins. Oui, j'avais hâte d'arriver à l'armurerie à vrai dire. Tant qu'à passer du temps avec la rousse autant le faire dans un lieu chaud. Enfin chaud... Peut-être pas trop chaud non plus, mais dans un climat tempéré quoi ! Bref, c'est pas aujourd'hui qu'ils allaient batifoler dans l'herbe. De toute façon, y avait pas d'herbe alors même ma comparaison tombe à l'eau !

Ainsi pressé par mon envie inéluctable de retrouver une source de chaleur, je m'étais mis à faire de grand pas, avançant plutôt rapidement à grandes enjambées ne faisant pas vraiment gaffe au fait que ma compagne doivent limite courir à côté de moi pour suivre mon rythme. En même temps, la rousse n'avait pas la chance ( ou pas, tout dépend les points de vues) d'avoir des jambes mesurant près de deux mètres. Ainsi, il était facile pour un grand gaillard tel que moi, de plus de trois mètres de parcourir beaucoup de terrain en quelques grandes enjambées tandis que mon amante devait courir à coté pour suivre le rythme

Je mis ma jambe droite en contact avec la neige. Cette dernière s'enfonça dans la neige sans que la matière blanche ne m'oppose vraiment de résistance au contraire, elle semblait vouloir aspirer ma jambe et l'emprisonner pour la geler dans un fourreau aussi duveteux que glacial. Je restais un instant tétanisé. Sarah en profitait pour reprendre un peu son souffle, après avoir couru à mes côtés de toute manière relier à moi par les bras entrelacés l'un autour de l'autre.

Finalement, je pris mon courage à deux mains, et je plongeais la deuxième jambe dans la neige. J'avais l'impression que je marchais sur des glaçons. Espérons que tout le bas de mon corps ne gèle pas. Je fis un pas puis un autre, fichtrement ralenti par le manteau immaculé qui recouvrait la surface de l'île. Mais des bruits de pas puis des voix s'élevèrent soudainement. Bachara le "Néant" ? Oui, j'avais déjà entendu ce nom résonner notamment sur Grand Line. Un violent pirate qui avait récemment gagné les mers du Shin Sekai. Alors il ne se plaisait guère ici ? Non parce pour un pirate se présenter à moi, c'était comme chercher à jouer avec sa vie, chercher à mourir. Pourquoi être si radical ? Il ferait mieux de retourner foutre sa merde sur Grandline, loin de moi !

Quel genre de pirates ose se présenter devant un shichibukai et lui décliner verbalement sont identité ? Il était clair que ce petit merdeux tout droit venu du "Paradis" cherchait à se faire un nom. C'était peut-être dans l'optique de me combattre qu'il était venu à ma rencontre, à l'instant. Mais moi ce qu'il voulait ça me passait par-dessus la tête, j'avais autre chose à penser et à faire aujourd'hui. La rencontre aurait eut lieu un autre jour et surtout sur une autre île notre rencontre aurait très certainement exploser en un combat dès que j'aurais entendu son nom. Mais là, j'avais déjà trop froid pour me tourner totalement vers lui et articuler une réponse convenable :

-Desolé mon gars, j'ai pas le temps ! Je me les pelles et en plus, je suis avec ma copine alors tu repasseras pour le combat, hein ! Puis y a d'autre Shichibukai à emmerder, hein ! Brrrr ! Un combat sur cette île... Quelle folie on s'en romprait les membres !

Répondis-je, en toute simplicité à Atoum, sans le regarder directement. Je le fixais du coin de l'œil puis sans plus attendre je, me remis en marche vers la ville, à moins que le pirate ne se décide à m'arrêter, encore une fois, d'une manière ou une autre !



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atoum Bachara
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 140
Localisation : Le Nouveau Monde
Date d'inscription : 27/11/2015

Feuille de Personnage
Exp:
8/100  (8/100)
Prime/Honneur: 300 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 12
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Logia Feu40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuL'île des HP
Link


 
 

 
 
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Mer 13 Jan - 20:01


 
  Les prémices d'une alliance ardente
 


Petit à petit alors que mon avancée vers le grand l'immense blond et la jeune femme qui l'accompagne, la neige se fait de plus en plus haute. A mon grand malheur, mes jambes s'y enfoncent avec trop de facilitée et ça me glace le sang. Aussi, marcher devient de plus en plus compliqué car il faut déjà déplacer son propre poids mais en plus, la poudreuse nous alourdit. C'est donc une véritable tanné que d'avancer sur cette île. Marco Zapata a élu domicile ici mais il faut dire que c'est l'une des îles que j'aime le moins depuis mon entrée dans la piraterie. Une fois devenu l'un des Commandants de l'Empereur il va falloir que j'annexe une terre bien plus chaude afin de pouvoir m'y reposer. D'ailleurs, j'ai entendu parler d'une île connu pour ses sources thermales, elle se nomme Stream Island je crois bien. Je vais devoir m'y rendre c'est impératif. 
J'en viens même à me demander comment vivre dans un tel froid est possible pour un être humain. Maudit "Dragon rouge", je me retourne vers Ordrix mon nouveau compagnon fraîchement baptisé et lui, sans un seul vêtement supplémentaire se déplace tranquillement. Le colosse vêtu simplement de son espèce de pagne ne semble même pas affecté par la température ambiante. Sa hache s'en doute glacé à la main, ce n'est pas un homme et il éveil de plus en plus ma surprise. 

Continuant à m'approcher de cet homme faisant presque le double de ma taille, j'entend sa réponse cinglante et totalement désintéressée. J'ai presque l'impression que celui qui sous-entend être un Schichibukaï me snob. Sa réaction suite à mon interpellation aurait valu à n'importe quel homme que j'ai pu rencontré précédemment la mort immédiate. Cependant, aujourd'hui je suis dans un autre état d'esprit, je ne vais pas abréger sa vie ni foncer dans le tas comme à mon habitude. D'ailleurs, je sens dans le regard de mes hommes qu'ils sont surpris que je ne sois pas déjà entrain d'envoyer mes flammes pour rôtir ce type. D'ailleurs une question se pose, qui est cet homme qui croit pouvoir me répondre comme ça sans qu'il ne lui arrive quoi que ce soit. Il faut que je tire ça au clair. 

> Capitaine je sais ce que vous vous demandez ! 
C'est Light G. Hawk " l'immortel " un des 7 Schichibukaïs. Je crois que sa prime est d'ailleurs plus élevé que la votre ! 

Mon regard s'intensifie en direction du grand blond de profil à moi. Il continue à avancer comme si de rien n'était, complètement serein mais cependant un peu étrange. On dirait qu'il se bat contre lui même pour avancer dans cette neige.  Moi aussi j'ai du mal mais on dirait que je m'en sort un peu mieux que lui.

> Un Schichibukaï c'est plutôt intéressant mais ça s'annonce peut-être explosif du coup !

Alors que mon regard devient un peu défiant, Ordrix commence à se poser question. Il doit forcément se demander si on va devoir se battre ou non. 

> Bagarre ?

Un sourire en coin se dessine sur mon visage tandis que je répond à mon nouveau pirate. 

> On verra bien Ordrix, on verra bien ... 

Sans bouger de ma position il est donc temps que je réponde à ce Light, qu'il soit sous couvert de la Marine n'en fait pas un être à craindre selon moi. Qu'il se soit ranger aux cotés de l'ennemi qui le traquait autre fois n'est pas synonyme de respect à avoir. Il est comme n'importe quel autre homme. 

> Une baston ici ? Non ce n'est pas ce que je prévoyais, ma réputation sans doute qui a du te faire penser ça !
Par contre, je reconnais là le comportement d'une lopette de Schichibukaï. 

Marquant une petite pause afin que mes mots parviennent parfaitement et dans leur intégralité aux oreilles de mon interlocuteur, mon sourire s'étend encore un peu plus. 

> Tu es ici pour Marco ?



 
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Mer 13 Jan - 23:37




« Une atmosphère ardente dans un pays de glace ! »



Du coin de l'œil, j'ai pu percevoir en une fraction de seconde la drôle d'équipe dont le leader était Atoum. J'avais jeté un regard si bref, si rapide que je n'étais pas bien sûr de ce que je venais de voir. En tout cas, je pus percevoir qu'ils étaient en supériorité numérique et que si un affrontement venait à éclater Sarah pourrait potentiellement être blessé. Ainsi par acquit de conscience, tandis que j'entendais un dès homme décliner mon identité au "capitaine flamme" je tournais ma tête en direction d'Atoum tout en continuant de marcher alors qu'il semble content de se retrouver face à un Shichibukai de la trempe ! Bande de fou suicidaire ! Les pirates, je vous jure... Même face à la mort personnifiée, ils sont trop imbu de même pour être raisonnable.

La tête légèrement tournée, vers Atoum et ses hommes, je pris, cette fois-ci, la peine d'étudier le groupe d'hommes qui m'avait aborder durant plusieurs secondes. Des hommes ? Pour la plupart, oui, mais il en était un qui ne ressemblait à aucun autre homme, on aurait presque dit un descendant de la lignée du légendaire géant Oz, ayant rétrécit au lavage bien sûr ! Il était réellement étrange dans son apparence... Un humanoïde, mais tranchant complètement avec toutes les variations que comptait les espèces antropomorphes. À quelle tribu était-il issu ? À quelle race appartenait-il ? De quel pays était-il originaire ? Cette "chose" accaparait mon attention... Bien plus que son capitaine en tout cas !

C'est d'ailleurs cette bien étrange créature qui rompit le silence alors que je le fixais. Il voulait se battre ? Je ralentis drastiquement mon rythme pour ne pas dire que je me stoppais sur place ! Quelle étrange créature. De ce que j'avais entendu cette machine de guerre n'était pas très éloquente, chacun ses point fort, vous me direz. Mais les ardeurs bestiales du guerrier analphabète furent réduis par son capitaine, qui étrangement, semblait vouloir calmer le jeu. Les rumeurs à son sujet étaient-elles donc erronées ? Non ! Pour le coup, je me fourvoyais et le destin ne mettrais que quelques secondes pour me le montrer.

Après tout c'était pas moi qui l'affirmais, mais lui qui le confirmait. Atoum était une ordure, un pirate s'épanouissant dans la destruction des autres quel que soit leur camp. Ses crimes et son insolence méritaient bien que je le corrige. Mais bon, Sarah et mon navire étaient bien trop proche pour que je me batte à plaine puissance sans risquer de créer des dommages collatéraux.

Maintenant immobile et fixant le jeune pirate, se délectant, sûrement de la provocation acerbe qu'il venait de me lancer, je détournais le regard pour le plonger dans celui de la jeune femme pendue à mon bras. "Le venin" que venait de me jetait au visage, le Néant ne l'atteignait pas, mais j'avais l'horrible impression que ce pot de colle de pirate ne me lâcherait pas. La mine dépitée, je lâchais d'un ton las et monotone :

-Je sens qu'il va pas me lâcher... Alors retourne sur le navire, s'il te plait... Et comme je sais que tu ne pourras t'empêcher de prévenir tout le monde, je t'ordonne de le faire pour que tout l'équipage soit sur le qui vive prêt à intervenir. Mais pour le moment contentez-vous de me couvrir, même si je ne pense pas en avoir réellement besoin... Mais on sait jamais ! Puis ça vous occupera !

Chuchotais-je à la jeune femme en me penchant au niveau de son oreille pour que le pirate n'entende rien de cette messe basse.
La jeune femme fait la moue.

-Oui ! Bah, je sais... C'est dommage, mais ce con va pas me lâcher sinon !

Déclarais je à haute voix à l'intention de ma camarade, tout en regardant Atoum qui avait déjà posé sa question sur Marco q'en que je n'y prête plus d'attention que ça étant surtout captivé par ma discution avec Sarah. S'il venait à entendre mes paroles, il y avait une chance qu'il les interprète totalement hasardeuse vu l'absurdité de la situation. Mais de toute façon dès le début, tout, c'était mal goupillé pour cette rencontre. Après tout, à ce moment-là, moi, je n'étais même pas au courant que cette île faisait parti du territoire du "dragon rouge", l'un des quartes Yonkou.

Je vis alors la jeune femme lâcher mon bras et s'écarter de ma personne sans dire autre chose de plus que :

-À tout à l'heure alors !

Que voulez-vous qu'elle ajoute de plus. Elle était certaine de pouvoir me revoir, la seule option qui ferait qu'elle ne puisse pas me revoir, c'était sa propre mort... Elle penser la mienne tout bonnement impossible. Et en vérité, je ne saurais moi-même vous en dire plus. Suis-je immortel ou non ? Seul l'avenir nous le dira ! Tandis que ma compagne commençait à faire marche arrière, me laissant sur place face à Atoum et ses hommes, je me mis à fixer le capitaine pirate, puis d'une voix posé je répondis simplement :

-Puisque tu ne veux pas te battre, ni entrer en guerre contre moi, tu ne vois aucun inconvénient à ce que ma camarade retourne sur mon navire, hein ? Au faite... Je t'ai pas vraiment écouté tout à l'heure, tu as parlé de ... Marco ? Tu parles du Yonkou ? Franchement, je t'avoue que je t'ai pas écouté... Pourquoi tu as parlé de lui ?

Demandais-je en ayant un soudain regain pour sa personne lorsque mon esprit réussi à percuter et à associer le nom de Marco au symbole qu'étaient les Yonkou ! Si je venais à en faire tomber un... Peu être que le monde s'en trouverait plus serein... À moins que cela n'étendre une guerre de pouvoir entre les autres pirates pour venir occuper le trône vacant ! Comment mettre fin une bonne fois pour toute à la piraterie ?



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atoum Bachara
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 140
Localisation : Le Nouveau Monde
Date d'inscription : 27/11/2015

Feuille de Personnage
Exp:
8/100  (8/100)
Prime/Honneur: 300 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 12
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Logia Feu40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuL'île des HP
Link


 
 

 
 
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Jeu 14 Jan - 22:42


 
  Les prémices d'une alliance ardente
 


Je remarque avec plaisir que le grand type semble ne rien manquer de notre conversation. Il nous regarde, nous examine, prend des informations. Serait-il assez fou pour tenter de lancer une offensive au vu de la distance qui nous sépare et du "terrain" ? Non impossible, la jeune femme qui l'accompagne est collée à lui, il aura un désavantage important, il ne peut se le permettre. Par contre, presque d'un coup trop sec il s'arrête. Sa compagne est obligée d'en faire de même et ne pose pas vraiment son regard sur nous contrairement au Schichibukaï. Bizarrement, j'ai comme l'impression que le blond emmitouflé sous une masse de vêtement fait des calculs dans sa tête. A mon avis cela ne pourrais signifier qu'une chose, le fait qu'il décide de se battre. 
Alors que jusqu'à maintenant c'est moi qui ai quasiment toujours provoqué les combats, aujourd'hui, c'est un des "chiens du gouvernement" qui semble le vouloir. Mon seul but ici n'est autre que Marco, s'il m'annonce qu'il ne veut pas la tête du Yonkou tout serait réglé. Or, son refus de répondre sonne à mes oreilles comme une faute. Qu'il refuse de l'avouer ou que ça le fasse rire reviens au même pour moi. 

C'est alors que " l'Immortel " discute avec sa copine à voix basse pour que nous ne puissions l'entendre. Scrutant les deux amoureux je tente de desceller l'amorce d'une attaque mais rien n'y fait. Ils ne souhaite donc pas une bataille maintenant ou plutôt ils décident d'un plan en quasi-improvisation. Ce type est donc potentiellement un futur adversaire, c'est plutôt cool. Mes instincts de combattant fonctionnent à plein régime. Déjà prêt à répliquer à la moindre attaque, je continue de porter le regard sur les deux ex-pirates. De plus, ce fumier me traite de "con" en parlant à sa copine. Il part vraiment mal celui-là, je crois qu'au final, la baston sera inévitable et puis finalement, ça pourrais être un bon moyen pour attirer l'Empereur à venir. Puis bon, pour une fois ce n'est pas de ma faute.
Puis doucement la jeune femme lâche le bras du grand blond, c'est décidé il l'écarte pour la protéger. Alors qu'elle s'éloigne tout en lui parlant, la jeune femme se dirige vers le navire. Voilà qui est donc fait, ne cédant tout de même pas à l'excitation du futur combat plus que probable, je reste parfaitement calme et ne bouge pas d'un pouce. Tandis que le blond mon parle tout en me fixant, je soutiens le regard et attend qu'il ai finit pour m'exprimer à mon tour. 

> Non il n'y a aucun soucis à ce qu'elle retourne sur ton bâtiment, c'est ton pirate pas le mien ! Cette île est sous la bannière de Marco et je le cherche c'est aussi simple que ça !

Sans détourner le regard mon sourire s'élargit, celui qui se dessine lorsqu'un combat s'annonce. 

> Donc si tu es ici pour lui je vais devoir te faire mordre la neige !

Ordrix semble chaud comme la braise pour se battre tout comme les autres hommes qui m'accompagnent. Habitué à mon envie inlassable de combat, pire même, mes pirates sont comme moi et donc voue un culte au combat. C'est ce dont on a vécu jusqu'ici et ce n'est pas prêt d'être terminé. Alors qu'il y a quelques mois j'ai rencontrée une Schichibukaï avec qui j'ai failli me battre, aujourd'hui est peut-être le grand jour pour m'opposer à l'un d'eux.
La neige continue d'endolorir mes doigts de pieds et pourtant, mon regard plongé dans celui du blond par défi, je ne ressens presque plus le froid. A l'intérieur de moi brûle une flamme, une flamme tellement puissante que rien ne peut l'éteindre. 
Cependant, malgré tout j'attend un geste, une provocation de trop ou tout autre faux pas pour lancer un assaut violent. 






 
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Ven 15 Jan - 20:48




« Qu'est ce que c'est que ce bordel ? »



Manifestement, il était bien question du Yonkou, Marco Zapata. Quel autre homme prénommé Marco avait la main mise sur une île du Shin Sekai ? Personne ! Seuls les empereurs régnaient sur cet océan. Il était donc certain que l'île que je foulais faisait tout simplement parti du territoire du "dragon rouge". Comprenant la situation, mes yeux s'exorbitèrent, et ma bouche se tordit en un léger sourire en coin tandis que je lâchais un "Oh !" témoignant ma surprise face à cette information.



C'était bizarre comme sensation... J'étais comme exciter ! Rien que le fait de pouvoir rencontrer et combattre un nouvel empereur m'avais fait oublier toutes mes plaintes d'autant. Le froid... Oublié ! Atoum... Oublié ! Enfin un temps seulement, car le pirate me remmena vite à la réalité en m'agressent de ses paroles menaçantes. Il voulait me faire peur ? Vraiment ? Ne savait-il donc pas à qui il avait à faire ? D'ailleurs, il avait quoi comme pouvoir le jeune ? Et surtout pourquoi voulait-il protéger Marco ? Était ce pour être le seul à pouvoir le combattre aujourd'hui ?



Hum ! La notion de combat me ramena alors à mon interrogation précédente : quels étaient les pouvoirs d'Atoum ? Bon... Au moins j'étais certain d'une chose... Il avait un fruit du démon. Et lorsqu'il s'est présenté à moi sous l'épithète du "Néant", Bachara le néant ! Pourquoi le néant ? Je me rappelais alors en forçant sur ma mémoire de certaines rumeurs qui véhiculaient sur cet être "maléfique". Le néant c'est ce qu'il laissait derrière lui. Aucun survivant, un pays ravagé par les flammes. Ça m'aidait pas beaucoup ... Tout les pillards finissent par brûler les villages qu'ils ont voler.



C'est alors qu'un souvenir récent fit son apparition telle une flamme dans la nuit. Ce souvenir, c'est... Ah bah non ! Non en faite rien... J'ai oublié... Mon esprit choisit bien son moment pour tout mettre sous silence. Triste mémoire ! Si vous aussi, vous êtes victime du mutisme de votre mémoire à des moment importants, levez vous ! Au moins, je me sentirais soutenue dans ce triste escalade émotionnel.

Mon visage maintenant tourné en une moue, je baissais le doigt que j'avais levé lorsque je crus tenir le pouvoir de mon adversaire. Il était bien ridicule de le laisser lever maintenant que tout souvenir de ce pirate avait été momentanément effacé. Quel situation affreusement ridicule !

Alors que je revenais à la réalité dégouté par les tours que me jouais la mémoire, je relevais mon regard pour me voir entouré d'une étrange fumée grisonnante. Elle était si compacte que je ne parvenais pas à voir à travers sans moduler ma vision. Était ce l'œuvre d'Atoum ?

La réponse s'imposa d'elle-même en l'arrivée impromptu d'un son, puis d'un homme, qui tombant du ciel sembla trancher la fumée pour se poser dans un espace dénué de fumée qui se situait entre Atoum et moi.



Spoiler:
 



Un espace sphérique avait été formé par le sabreur tombé du ciel. Ainsi dans l'espace dénué de fumée,il y avait Atoum, cet inconnu, et moi-même bien entendu. Je pus lire sur le visage du pirate, la surprise. Tout comme moi, il ne s'attendait pas à une telle intervention, ce qui signifiait qu'il n'était pas l'instigateur des prémices de ce qui s'annonçait être un beau bordel.

Le nouvel arrivant, n'eut aucun mal à se réceptionner, ses jambes s'enfonçant naturellement dans la neige, comme à l'intérieur d'une paire de bottes. Il se redressa alors avant de s'adresser à nous deux :



-Bienvenue... Humbles visiteurs ! 



Dit-il après avoir pris une pause conséquente juste après avoir dit "bienvenue" comme s'il avait mûrement réfléchi à l'appellation qu'il allait employer pour s'adresser à nous. D'ailleurs, on ressentait bien dans son ton de voix qu'il savait que nous étions pas de simples visiteurs. Néanmoins, on ne peu pas dire que cela soit difficile à deviner vu nos allure atypique. De toute façon, il savait qui nous étions simplement car il avait observer les Jolly Roger de nos navires et se tenait informer sur tout les mouvements qui avaient lieu sur le Shin Sekai et par conséquent il connaissait les personnalités qui y voguaient actuellement, mais ça c'est pas important !



Spoiler:
 



Tout d'abord, il tourna sa tête vers Atoum avant de tourner très soudainement son visage dans ma direction, me présentant ainsi sa face ampli de malice. Un grand sourire vicieux lu déformait le visage et ses yeux... Ses yeux étaient animé d'une lueur maudite, celle de l'appât du gain. Il continua ainsi à laisser osciller son regard entre "le Néant" et moi, avant d'ouvrir la bouche tout en continuant de bouger sa tête de droite à gauche pour alterner la personne qu'il regardait et ainsi montrer qu'il s'adressait à tous les deux :



-Je me présente, je suis Rakan, collecteur financier du port et intendant royal. Vous m'en voyez désolé mais je vais devoir vous importuner, messieurs, car il semble que vous n'ayez pas encore payer la taxe royale pour avoir accoster sur l'île et pouvoir librement vous y déplacer. Donc on va faire les comptes maintenant, si vous voulez bien ! Vous devez tous les deux payer la modique somme de deux cent millions de berrys ! Enfin si vous voulez rester sur l'île, sinon vous pouvez tout aussi bien repartir.



Connaissant bien le caractère du pirate flamboyant l'intendant royal ajouta même :



-Surtout, ne vous laisser pas aller à la violence, ça aurait de lourdes conséquences sur vos hommes... On veut tout les trois s'en sortir en paix... Je vous le jure !



Lâcha-t-il en accompagnant sa phrase d'un petit sourire suffisant qu'il nous adressa à tout les deux. En effet Rakan etait loin d'être venu à notre contact seul. Dissimulée, dans la brume sûrement artificiellement créer par un genre de bombe fumigène, une armée d'une soixantaine d'homme nous avait encerclé, Atoum, ses hommes et moi.

Spoiler:
 




-Deux... Deux cent millions de Berrys ????

Me contentais-je de lâcher en faisant une tronche de trois kilomètres de long.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atoum Bachara
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 140
Localisation : Le Nouveau Monde
Date d'inscription : 27/11/2015

Feuille de Personnage
Exp:
8/100  (8/100)
Prime/Honneur: 300 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 12
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Logia Feu40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuL'île des HP
Link


 
 

 
 
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Sam 16 Jan - 12:09


 
  Les prémices d'une alliance ardente
 


L'échange de regard entre l'immense Schichibukaï et moi même devient pesant, plus rien n'a d'importance pour moi si ce n'est ce grand blond qui semble me défier. Il doit être sûr de sa force pour agir ainsi et pour dire vrai, je le suis aussi. La tension monte dans un silence de mort, aucun son ne parvient à mes oreilles tant je suis focalisé sur l'ex-pirate. Le froid qui me mordait les jambes tout à l'heure n'a plus aucun effet sur moi dorénavant. Un brise glaciale vient se nous frapper et pourtant, je ne sens rien d'autre que mes cheveux voler dans le vent. Mes hommes sentent que le combat est plus proche que jamais, ils savent que je suis prêt à démarrer au quart de tour et pourtant, ils ne font rien. Ils restent planté comme des piquets frigorifiés dans cette neige infinie. Je m'apprête à avancer d'un pas pour finalement donner l'assaut quand quelque chose capte mon attention.

Quelque chose tombe du ciel et une épaisse fumée apparaît entre nous deux. Je ne parviens pas à voir qui aurait pu en être l'auteur. Sachant bien évidemment, que Light n'ayant pas bougé cela ne pouvait être lui. Aussi promptement que la fumée est arrivée, un homme la tranche et crée un trou nous englobant où elle n'entre pas. Se réceptionnant parfaitement, le sabreur a donc fait une entrée remarquable sans que moi ni mon adversaire ne l'anticipe. Ébahit d'ailleurs par l'arrivée fracassante de cet homme, mon étonnement est surement possible à remarquer rien que sur mon visage. Non il n'est pas des miens et d'ors et déjà, j'ai un mauvais pressentiment. Un type qui s'interpose lors d'un de mes combats, une épée à la main ça ne me plait jamais. Serrant les poings, je sens que je vais bientôt exploser pour venir lui faire avaler son poids en neige. Son ton hautain ne l'aide absolument pas à se faire une bonne place dans mon estime. Je ne vois plus que ma colère qui commence à monter et mes flammes qui me démangent.

L'épéiste me regarde, puis tourne la tête vers Light. S'en suit une série de va et viens et participent à m'énerver encore un peu plus. Ce type avec son sourire malsain m'énerve déjà au plus haut point. Mon envie de le frapper se transforme progressivement en envie de lui montrer pourquoi on m'a surnommé "Le Néant". Ordrix m'interpelle avec son langage toujours si restreint. 

> Lui avoir ami ?

Tous mes hommes se retournent vers lui dans une surprise générale. Alors que la situation est des plus tendues, qu'un nouvel arrivant a fait son entrée, épée à la main, mon pirate ne pense qu'à savoir s'il a des hommes pour pouvoir les trancher. Ce havre de violence est incorrigible, il est comme moi voir même pire. En tout cas, lui déjà qu'il ne ressent absolument pas les effets du froid, est plus chaud que jamais pour se battre. Entendant sa voix alors que je ne peux toujours pas le voir à cause de la fumée qui nous entoure, je lui répond pour que mes opposants n'entendent rien.

> S'il en a défonce tout et pas de quartier !

Ensuite, le bretteur toujours dans sa lancée se dit vouloir récolté une taxe royale de 200 millions de berrys et qu'utiliser la violence nous sera défavorable. Ainsi, ce foutu type pense qu'il va me vaincre et qu'en plus il va se permettre de me voler. Alors que cette fois-ci ma colère atteint son paroxysme, la fumée se dissipe petit à petit. Ne pouvant plus me contenir, mes pieds s'enflammes instantanément. Pourtant, au dernier moment je les éteint et embrase mes deux index. Les mettant ainsi devant moi comme s'il s'agissait de pistolet, je pointe le récolteur d'impôt. 

> Hiiigan !

Aussitôt des balles de feu foncent à toute allure sur lui qui grâce à son sabre et son agilité parvient à les esquiver ou les contrer. Cependant, j'augmenta la cadence et le bombarde sans relâche. Alors qu'il avance vers moi tout en esquivant, une des balles lui touche la cuisse droite. Continuant son avancée, j'arrête ma technique et d'un coup de sabre un peu il tente de me découper en fonçant à toute vitesse. 
Le coup d'estoc me passe à coté et exécutant un lariat je l'envoie valdinguer plus loin. La neige amortissant le choc, le type s'en sort plutôt bien. Plus loin, dans la brume des hommes sortent de nul part et surprennent autant mes hommes que Light. 

> Vous n'auriez pas du céder à la colère Mr Atoum ! A partir de maintenant, les négociations sont interrompus. 

Les paroles du sabreur m'irritent au plus au poing et avant qu'il ne revienne à la charge, je lui répond. 

> Tu me menaces et tu tente de me voler, t'es vraiment con ! Tu vas voir ce qu'il en coûte !!!

Prenant les devant sur lui, j'enflamme mes jambes grâce au kaen sokudo et lui fonce dessus à toute allure. Alors que j'arrive près de lui, ne voulant pas que ce maudit Schichibukaï n'interfère dans mon combat, je frappe le sol du pied et ainsi se dessine des flammes qui forment une petite arène. 

> Enjomo !

Mes flammes montent au ciel et nous isolent du reste de l'île. Dans ce petit cercle d'une quinzaine de mètres de diamètre, nous allons pouvoir nous mettre à mort sans interruption. 

En dehors, mes hommes surpris par ceux du sabreur se font un peu submerger par le nombre. Heureusement qu'Ordrix, sortant du lot par sa puissance parvient à défoncer plusieurs de nos assaillants. Sa force gigantesque lui permet de briser tous les hommes lui tombant sous la main. Cependant, armés de fusils, les acolytes de mon adversaires semblent bien entraîné et en restant à distance pour tirer peuvent en finir avec mes quelques pirates présent avec moi sur l'île. Alors que mon combat avec le voleur commence, je me demande si " l'Immortel " s'est lui aussi lancé dans l'affrontement ou s'il ne fait que regarder, comme un idiot. Ce qui est sûr, c'est que les Corsaires je ne peux pas les voir, bande de faux pirates !

 
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Mer 20 Jan - 0:25




« Il fait chaud ... Enfin ! »



Non pour de vrai ... Une taxe de 200 millions de berrys ... Pour une île aussi paumée et aussi froide ? Pas moyen que je paye ! 200 millions quoi pour se les geler et voir un paysage mort, enseveli sous un drapé immaculé. Je m'en foutais bien que cette île fasse partie du territoire du "dragon rouge" ou d'un tout autre Yonkou, qu'il y ait une taxe pour accoster était déjà une aberration en soit, le prix ne rajouta en fait qu'un soupçon de dérision, comme si ce fut le petit détail qui séparait une blague de la réalité. Sauf que, vu le visage intransigeant que me présenta le récolteur d'impôt pour toute réponse à ma réaction, c'était loin d'être un scénario inventé pour faire une blague.

D'ailleurs, quel intérêt aurait-il à faire une blague en simultané à un Shichibukai et un pirate. Alors, cette taxe du même acabit que les récompenses offertes pour la capture ou l'assassinat de grands pirates, était tout simplement vraie. Impensable, inacceptable, mais vraie. Moi, ça me gênais pas de repartir, au moins ça me ferait une excuse pour quitter l'île et son climat glacial avec, et ce, avec l'approbation de mes compagnons. Cependant, Atoum, lui refusait catégoriquement la présence et la proposition de Rakan. Il était énervé et ne tarda guère à le faire savoir.


Sous l'emprise d'une ire démesurément grande face au choix proposé, le pirate que l'on surnommait "le néant", s'enflamma, mais pas de manière imagée... Non physiquement, ses jambes commencèrent à rougeoyer tandis que je le voyais serrer les dents et des points comme pour ne pas exploser et tout détruire sous le coup de la colère. Des gerbes de flammes entourèrent alors ses jambes. Ses langues enflammées, firent dans mon esprit, écho à mon pouvoir, à mon fruit du démon. Très peu de fruits offraient une réelle capacité à créer des flammes à partir de rien, et n'entend pas rien, créer des flammes sans matière ni mouvement, sans inertie, ni friction. En somme créer des flammes sans bouger comme lui ou moi le faisions.

Seules deux fruits, à part le mien, avait de mémoire ce contrôle innée sur le feu, accordant à son possesseur le pouvoir de créer, de devenir, et de manipuler le feu. Il y a le fruit du magma et bien entendu celui qui semblait me faire face aujourd'hui le Mera Mera no mi. Les flammes d'Atoum se résorbèrent alors, comme s'il hésitait à utiliser son pouvoir, comme s'il s'était raisonné en quelque secondes... Non ça ne pouvait être ça ! Et en effet, ça ne l'était pas, car quelques secondes à peine après ça, il lança une attaque à distance. Cette technique qu'il avait prénommé Higan, n'était autre des tirs d'arme à feu, sauf que pour canon, il n'avait que ces index, et pour munition les flammes composant son corps. Avec une hargne non-dissimulée, il cribla sa nouvelle cible de ses balles enflammées.

Mais Rakan n'était pas à plaindre, bien qu'il n'ait pas une fonction préconisant qu'il ait une quelconque formation guerrière, il se défendait vraiment bien armé de son sabre. Peut-être avait-il était recruté pour ses talents de combattant. Bah oui, on est pas sur une mer de tapettes là, le "paradis" est bien loin, ainsi, à part les fous et les suicidaires, seul les plus grandes pointures de la piraterie et de la marine osent s'aventurer sur les territoires que tout le monde consent appartenir aux Yonkou. Donc en soit il est plutôt normal de croiser un collecteur d'impôts avec un aussi bon potentiel de combat, il faut au moins ça pour remettre en place les pirates récalcitrants tels que ce Bachara.

Ces dernières minutes et la déclaration du nouvel arrivant, semblait avoir tout changé pour le pirate qui développa rapidement de la colère, non plus que ça, de la haine envers le sabreur tombé du ciel. Etait-ce parce qu'il était arrivé de nul part dans un moment de tension palpable ou parce que ces paroles l'irritèrent que le néant s'acharna autant à son encontre, délaissant tout simplement la rancune qu'il avait ruminée à mon égard. Des balles enflammées me foncèrent dessus. Mais pas de quoi s'extasier, hein, je ne récoltais que les balles perdues destiné à l'intendant royal.

-Burning Fearther:

Gardant ma forme humaine, je me mis à singer le logia qui t'était d'accabler son adversaire avec ses projectiles enflammé. Atoum, ne s'en doutait surement pas, mais je possédais beaucoup de similitude avec lui dans mon style de combat. Un style très agressif, très ardent, et pour cause, certaines de nos techniques n'était en réalité rien d'autre que la même chose.

Certes, les flammes que je produisais étaient avant tout comme ma parure, mon ramage. Mes flammes aussi blanches que la neige, n'étaient autres que les plumes enflammées du corps en combustion constante du phénix. Ainsi, tout comme lui, je pouvais projeter des balles enflammées sur mes cibles, à la différence que mes balles enflammés, n'étaient en réalité que mes plumes, projetées hors de mon corps afin de devenir de dangereuses arme, grâce à l'inertie qu'elles pouvaient prendre et au fait que je pouvais les utiliser comme réceptacle pour projeter mon haki.

Ainsi, imitant le geste du pirate, je mimais à l'aide de mes doigts, un pistolet, puis je projetais quelque unes de mes plumes enflammées afin de stopper quelque balles de feu venant à moi. Je n'y avais pas mis de fluide combattif, voulant simplement contrer l'attaque et non la transpercer pour attaquer à mon tour. Au fond de moi, je réfléchissais au comment du pourquoi de tout cela, me demandant pourquoi Atoum était parti au quart de tour, et avait ainsi agresser ce sabreur alors qu'il pouvait tout aussi bien repartir sur les océans, sans payer. Pourquoi s'énerver et faire des histoires ? Certes, cette histoire de taxe était ridicule, mais ce n'était pas une raison pour recourir à la violence.

Cependant, le pirate avait beau avoir une réaction excessivement excentrique et hostile, l'intendant royal s'y accommoda plutôt rapidement, et esquivant, parant, et contrant les attaques enflammées de son adversaire, il avançait toujours, jusqu'au moment où il fut assez prêt de lui pour sprinter d'une seul traitee et attaquer Bachara d'un coup d'estoc, que ce dernier esquiva de justesse avant de répliquer par un lariat qui envoya valser le sabreur à quelques mètres de là.

Captivé par cet affrontement dont je ne comprenais pas vraiment l'origine, j'étais là à les observer se battre, restant immobile, les bras ballants, les yeux exorbités. Je me disais que lui et moi, nous étions vraiment différents, de part notre caractère, notre vision du monde et des autres, notre comportement. Il était en réalité le caractère antagoniste au mien, le genre de caractère que je combattais toujours, car je ne pouvais supporter de les laisser vaquer librement. Pour moi, c'était un devoir que de combattre les êtres pensant et vivant comme ce pirate ayant l'épithète de "Néant".

Que voulez-vous, jusque-là, je n'avais fait que purger le monde, pour préserver toute la pureté et l'innocence dont pouvait faire preuve les civils, et que les pirates comme Atoum s'amusaient à détruire. J'étais là pour protéger le monde, et les autres face à ceux qui aimaient le détruire, le réduire en cendres. En voyant ce début de combat, et la colère affichée du pirate enflammé, j'étais résigné. Il était certain que j'allais devoir combattre ne serais pour protéger le récolteur d'impôt, le temps venu.

Je dis bien le temps venu, car pour le moment même s'il semble dominer, il se défend plutôt bien, s'autorisant même de petits constats associés à quelques provocations à l'égard de son adversaire. Il semblait chaud pour continuer le combat. C'était la première fois que je voyais un membre d'une quelconque administration que ce soit se donner corps et âmes dans la poursuite de ses obligations. Ça c'était un travailleur exceptionnel ne reculant devant rien pour accomplir sa tâche. Quel courage ! Quelle impétuosité !

Mais, alors que j'allais bouger pour me joindre à la bataille et aider le sabreur à neutraliser Atoum, ce dernier leva, d'un coup de pied au sol, un immense mur de flammes. Grâce à sa technique le pirate s'enferma, dans un cercle de diamètre restreint, avec sa victime, pensent que je ne pourrais jamais passer son rideau de flammes pour me retrouver au sein de la petite arène qu'il venait de former par son attaque.

M'approchant des flammes s'élevant jusqu'au ciel, je sentis le froid me quitter et la douce chaleur des flammes me caresser le visage et me réchauffer.

-Enfin... Enfin la température monte ! Cette chaleur... Ça fait plaisir !

Me délectais-je presque, en continuant de m'approcher de ce mur de flammes, criant presque à plein poumon ma joie de retrouver un peu de chaleur. De toute part des bruits de fusils se faisait entendre, pourtant moi, je faisais la sourde oreille comme captivé par les flammes et la chaleur qu'elles dégageaient. Il était indéniable de dire que j'avais envie de me plonger dedans et passe, par la même occasion ma tête du côté de l'arène formé par cette délimitation de flammes.

Spoiler:
 

C'est donc ce que je fis sans plus attendre. Tandis que je dis un pas pour me retrouver baigner dans cette cascade de flammes, on pouvais voir mes propres flammes blanchâtres recouvrir tout mon corps alors même que j'étais resté sous formes humaine. C'était une chose plutôt rare, car la plupart du temps quand j'étais complètement recouvert de flammes c'est que j'étais sous ma formes animal complète. Mais pour résister à un bain de flammes, mon corps n'eut d'autre solution que de manifester mes flammes sur chaque atomes de mon corps afin qu'il ne finisse pas carbonisé.

Spoiler:
 

Ainsi, à son grand étonnement, surement, Atoum put voir une grande silhouette se dessiner à travers les flammes. Bientôt je fus de l'autre côté du mur de flammes à scruter les deux combattants.

-Dis moi pourquoi tu combats aujourd'hui ? Dis-moi pourquoi tu combats les autres jours ? Ne te lèves-tu que pour tes propres intérêts ? Ne combats-tu que pour des futilités... Bachara ? Pourquoi ne t'es-tu pas contenté de remonter sur ton navire et partir ? Moi c'est-ce que j'allais faire...

Demandais-je d'un ton inquisiteur au pirate que je fixais du regard avant de dévier vers son adversaire pour lui sortir une phrase :

-Car bon faut l'avouer mec... Une taxe de 200 millions de berrys, c'est du vol... Sur les autres île y a pas de taxe, hein !

S'ils ne m'avaient pas écouté, tant pis pour eux, je m'occuperais de leur cas personnellement !



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atoum Bachara
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 140
Localisation : Le Nouveau Monde
Date d'inscription : 27/11/2015

Feuille de Personnage
Exp:
8/100  (8/100)
Prime/Honneur: 300 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 12
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Logia Feu40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuL'île des HP
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Mer 20 Jan - 15:28


 
 Les prémices d'une alliance ardente

 
A peine nous ais-je séparé du reste du monde, le sabreur rangea son coté aussi excentrique qu'énervant pour montrer un visage réellement malsain. Comme d'un commun accord, lui et moi nous fonçons mutuellement dessus. Son sabre en avant il tente de me transpercer de part en part dans cette nouvelle arène un peu trop petite. J'esquive le premier coup qui, malgré tout, me coupe au niveau du flanc droit. Malheureusement pour le collecteur d'impôts, mes flammes se rebouchent et je lui donne un violent coup de genou dans l'estomac. L'armure bloquant en grande partie le coup, il est quand même et surtout, surpris. Il recule un peu, comprenant dès à présent à qui il a à faire. Je sonne le second assaut, en courant droit sur lui. Au moment même ou sa lame tente de me décapité, j'enduit mon coup de haki et parvient à garder la tête sur les épaules. Mon poing droit dans sa figure, il l'arrête in-estremis avec le plat de son arme. J'enchaîne rapidement avec un coup de pied enduit de haki qui au contact de son armure perd sa teinte obsidienne à mon grand désarrois. Je continue cependant de le matraquer avec plusieurs coup et fini même par l'envoyer boulet contre le mur de flamme. Il rebondit, le nez en sang contre la paroi incandescente et il faut dire que son armure l'a bien sauvée.

Ce court échange m'a permit de prendre conscience que j'ai déjà assez entraîné mon haki de l'armement depuis mon arrivé sur le Shi Sekai, pour pouvoir l'utiliser, mais malheureusement, pas assez pour qu'il fonctionne à chaque fois. C'est un grand mal pour moi car ici, si j'avais plus frapper le voleur avec, le combat aurait déjà pu être quasiment terminé. De plus, les rumeurs disent que les logia meurt souvent jeune dans le Nouveau Monde, et ça, car ils ont trop confiance en leur supériorité naturelle. Le fluide offensif est cependant assez répandu sur cette mer et ainsi, contrairement aux ennemis sur Paradise, ils peuvent toucher mon vrai corps. C'est donc dans cette quête de puissance et de toujours être meilleur que j'ai développer cet atout presque primordial ici. Le Shin Sekai est dirigé par les Empereurs, disputé par les pirates et secoué de temps à autre par la Marine. Autant de grands noms qu'il faut pouvoir impressionner et vaincre s'il le faut pour exister. C'est donc dans cet optique que je m'entraîne constamment pour devenir plus fort. 

L'épéiste s’essuie alors son nez éclaté faisant attention de ne pas trop de toucher car il est brisé. Le sang écarlate en grande partie maintenant transféré sur un mouchoir qui était autrefois aussi blanc que le sol de cette île, est maintenant souillé. 
Un petit rire nerveux émane de lui et il agrippe désormais son arme à deux mains. D'un grand mouvement fluide il balance une lame de vent qui me découpe en deux et vient s'écraser contre le mur de flamme qui se trouve derrière moi. Mon corps, scindé par le coup se reconstitue petit à petit alors que mon adversaire me fonce dessus sans prévenir. D'un pied il me balance au visage la rare neige qui subsiste encore au milieu de cette fournaise et celle-ci s'évapore automatiquement à mon contact. D'un coup en biais il tente de me trancher le torse mais avec un peu de réussite, je bloque sa lame avec ma main gauche, noircit du haki. 

C'est alors, dans notre stupeur la plus grande qu'on aperçoit une ombre qui arrive par notre droite. Celle-ci semble se diriger vers mon cercle de feu et effectivement c'est ce qu'il se passe. D'ailleurs, pour vraiment nous rendre fou, c'est le capitaine Corsaire qui traverse sans difficulté les parois de confinement. La totalité de son corps est revêtu d'un feu blanchâtre très étrange que je ne comprend absolument pas. J'ai mangé le Mera Mera no mi, je suis le seul à pouvoir faire du feu, et surtout, c'est quoi ces flammes bizarres.
Abasourdit, je garde tout de même un œil sûr mon adversaire qui donne tente de me surprendre en forçant un peu plus. Ma main toujours en opposition, je parviens tout de même à continuer de le bloquer et continue de regarder Light. Finalement, en donnant un coup de pied, je parviens à écarter le collecteur de taxe de moi et creuse ainsi un écart de quelques mètres. 
 
Les paroles du Schichibuakï me parviennent en entier alors que je regarde maintenant uniquement mon adversaire pour pas qu'il retente ce genre de coup fourbe. La première fois il n'a pas su me trancher mais peut-être qu'il maîtrise le haki et que désormais, connaissant ma nature, il va l'employer pour en finir. En tout cas, autant dire que je suis sur mes gardes. Laissant un petit instant de silence prendre place, je répond tout de même au nouvel arrivant.

> Pourquoi je combats ? Parce que ce type veut me voler ! C'est aussi simple que ça !! 
Cet argent que nous avons, ce sont mes hommes qui se sont battu pour, il est de mon devoir de le défendre contre un mec comme Rakan. 

Je laisse un petit blanc passer puis je reprend.

> Je me bats parce que j'aime ça, et parce que c'est mon moyen pour être libre de ce que je veux. Nous sommes des pirates ! 
Puis t'es con ou quoi ?! Je t'ai déjà dit que je suis là pour Marco, je vais pas fuir parce qu'un type loufoque débarque et me demande de l'argent je suis pas un Schichibukaï. 

> Je demande ça ce que vous retiriez ce que vous venez de dire sur mo...

> Toi la ferme !
Puis si tu aimes pas la taxe Light, rentre sur ton navire et barre toi !

Mes paroles sont acerbes, durs et intransigeantes face au Corsaire. Un pirate qui a prête allégeance au Gouvernement Mondial en même temps c'est rageant. Il est selon moi une honte de la piraterie. En tout cas, je méprise ces gens et je ne me retiens absolument pas de leur dire. En tout cas, pour l'heure, je viens de me mettre à dos deux hommes et nous sommes dans un petit espace assez confiné, ce n'est clairement pas à mon avantage surtout si l'on prend en compte l'étrange capacité du grand blond. Enfin, ce n'est pas ça qui va m'empêcher de me battre, je n'ai peur de rien et je ne me défile jamais. 
 
A l'extérieur du cercle de feu, mes hommes combattent avec vaillance ceux du collecteur de taxes. Les combats sont âpres et il y a des pertes d'un coté comme de l'autre. Heureusement, du miens il y a Ordrix qui sort du lot autant part sa sauvagerie que part sa puissance. Son immense force fait basculer l'avantage de la bataille à mes pirates mais tout n'est pas encore joué. Ce nouveau membre de mon équipage m'impressionne vraiment et s'en est de même pour le reste des "Flammes du Néant". Il agit, de par son implication comme un leader qui permet aux hommes de se perfectionner et de devenir étrangement plus fort et hargneux. 
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Jeu 21 Jan - 20:47




« 3, 2, 1 ! »



En quelques minutes à peine, la situation s'était méchamment envenimée, et contrairement à ce que laissait sous entendre le début de ma conversation avec Atoum, ce ne fut pas mes paroles crus et sévère qui firent tourner au vinaigre les évènements. Certes, mes paroles avaient lancé un froid dans ce pays au climat déjà glacial, mais à part instaurée une tension palpable, je ne fais rien d'autre. Bon après, fallait l'avouer,c'était surement cette atmosphère maussade qui s'était instaurê entre Bachara et moi qui était à l'origine des combats que l'on vivait à l'instant, mais en soit je pouvais me décharger d'avoir lancer les hostilités et avoir engendré une bagarre, car ce fut l'arrivé inopiné de Rakan, intendant royal et collecteur des impôts portuaire qui sonna le début des hostilités.

La situation changea drastiquement dès lors qu'une épaisse fumée grisonnante se leva, s'échappant sûrement d'une petite bombe artisanale. Ce brouillard handicapa ma vue, même si ce ne fut qu'un court instant, ainsi que celle de toutes les personnes présentent autour de moi dans ce coin de la plage. Même mes pirates s'affolèrent, en voyant cette fumée s'élever. Heureusement, ou pas d'ailleurs, qu'ils étaient sur le qui-vive depuis le retour, de Sarah sur le navire. Grand nombre de moussaillons étaient accoudé au bastingage du navire, près à tirer dès qu'ils perdirent de vue ma silhouette, drapée par la fumée. Ils semblaient, bien qu'apeurés, dans l'attente d'un ordre de la part de mes généraux qui eux ne se souciaient guère de moi, sachant pertinemment que je n'avais pour le coup pas réellement besoin d'eux, flânant simplement sur le bastingage ou non loin des moussaillons attroupés.

Gran Mao, perché sur l'épaule d'Hamaya ne se dissimula pas pour bailler fortement, montrant à tout le monde, par la même occasion, qu'il était bien plus tenté par une sieste que par le fait de continuer à fixer cette brume. Enfin, s'il était si confiant et désinvolte, c'est parce qu'il avait la confirmation que son capitaine n'avait rien. Grâce à la breteuse douer d'un certain talent pour le fluide perspectif, il eut presque un récit détaillait de ce qui semblais se profiler dans ce brouillard, enfin en gros, hein. Les différentes attaques, tout ça, il n'en avait pas notion, mais le fait que Rakan et ses hommes soit intervenu, ça il le savait grâce à la brune sur laquelle il était perché.

Le félin se décida à quitter l'épaule de la jeune femme, lorsqu'elle passa à côté d'un cordage. Très rapidement, il escalada les cordages pour aller se poser sur un petit coussin laissé à son encontre sur le palier se trouvant en haut du mat. Il avait envie de roupiller et il allait pas se gêner. Si les autres avaient envie d'attraper un torticoli en tentant de voir à travers ce mur de fumée, qu'ils le fassent, en sa condition de second de l'équipage, il ne leur avait laisser aucune instruction, et il le répétait bien assez pour que les moussaillon inculque cette notion : Si vous n'avez aucun ordre à honorer, agissez en votre âme et conscience" donc dans cette situation, ils pouvaient s'ils le désiraient ouvrier le feu, et tirer au hasard au travers de la fumée. Ils y gagneraient d'ailleurs beaucoup à faire ça. Enfin, ils n'étaient pas tout seul non plus. Les autres généraux étaient là eux aussi même si Hamaya et Agon semblèrent au final, rapidement, totalement se désintéresser de l'action qui se passait derrière cet écran de fumée. Ainsi alors que tout le monde fixait intensément la fumée, les deux camarades se mirent à discuter.

De mes généraux, seul la rousse, notre tireuse d'élite, semblait inquiète pour moi. Ou plutôt elle semblait curieuse de savoir ce que dissimulait cet écran de fumée. Elle eut beau scruter de toutes ses force et de toute sa volonté, rien y fit. Même avec cette lunettes réglable, elle ne parvint à rien, la fumée englobant et dissimulant tout par son énorme présence.

De mon côté, j'avais rapidement oublié toute cette fumée qui m'entourait pour la simple et bonne raison que l'arrivée du bretteur m'avait tant impressionnée, que mon regard se fixa dans le sien. Après cela se fut la surprise et l'étonnement qui me fit complètement perdre la mémoire sur le fait que la fumée nous entouraient tous. Moi, j'étais dans un cercle plutôt dégagé, précédemment former par l'intendant royal. Une discussion vit alors le jour, enfin, je dis discussion, mais ce fus un échange si stérile entre Atoum et son interlocuteur que bien vite les deux hommes s'accordèrent sur le fait de régler ça par les poing.

Et alors que ça dégénérait dans tous les sens, que des bruits et des cris s'élevèrent vers les cieux en une symphonie macabre, un cercle de flammes isola le pirate et l'intendant, ôtant à ma vue leur combat, fut-il intéressant ou non. Pourtant, je ne pouvais laisser ce civil seul face à la rage d'Atoum. Quelque chose me disait qu'il ne ferait pas long feu face à lui. Ainsi porté par un sentiment d'altruisme, mêlé à une curiosité non-dissimulée, je m'étais avancé dans l'optique de traverser le mur de flammes érigé par Atoum.

Cette chaleur cuisante qui fit mon bonheur, m'étouffa, me brûla, durant quelques microsecondes, avant que mes propres flammes ne se manifestent et viennent me protéger de ses flammes rougeoyantes. Quel ne fut pas la surprise des deux hommes, lorsqu'ils me virent sortir des flammes, recouvert comme d'un manteau de flammes immaculées. Le collecteur d'impôts profita de ce moment suspendu pour tenter de prendre le dessus sur le pirate récalcitrant, mais il n'y parvint pas. Il fut même projeté un peu plus loin par un coup de pied d'Atoum. Je profitais de cet avantage que me cédait la surprise pour faire raisonner ma voix dans l'arène de feu m'adressant tout d'abord au pirate puis à Rakan.

Lorsque j'eus fini mon petit discours, le silence s'instaura. Pendant quelques instants, personne ne bougea. On avait même l'impression que personne ne respirait, vu le silence qui se dégageait de la scène. Seul le crépitement des flammes, osait rompre perpétuellement ce silence. Mon corps quant à lui, avait perdu les flammes blanches qui le recouvraient tout à l'heure pour retrouver l'allure qu'il avait à la base.

Soudainement, Atoum prit la parole, brisant le silence en place, pour lancer ses paroles acerbes à mon encontre. Vu ses mots non mâché, il haïssait les Shichibukai, les considérants comme des traitre à la piraterie, ce que je n'avais pas honte d'affirmer. J'avais tourné le dos à la piraterie, j'avais abandonné cette vie de liberté et d'illégalité pour la combattre et ce par la faute de mes parents biologiques : des pirates de la pire espèce qui avaient osé détruire mon village natal, tuer mon père adoptif, cet homme qui restera à jamais pour moi mon "vrai" père, et en plus et par-dessus tout qui avait fait pleurer mon petit frère en lui ôtant toute ça famille.

À cause d'eux, ce dernier m'a haït quelque temps, mon propre frère me haïssait... Vous vous rendez compte ce que c'est que de recevoir de la rancoeur d'un être que vous ne pouvait qu'aimer ? Ça fait viscéralement souffrir. J'ai beaucoup souffert de cette rancoeur. Alors oui pour me réconcilier avec lui, j'ai renié mes parents biologiques et par la même occasion, mon ancienne vie de pirate. La seule chose qui dictait ma vie depuis ce jour, c'était de le bonheur de mon frère. Ainsi débuta mon épopée de chasseur de pirates.

Je pouvais comprendre qu'il haïsse mes choix, mais ça tombait bien moi aussi, je révulsais sa façon d'être et sa haine exubérante. Nous allons pouvoir confronter nos convictions. Le vainqueur aura alors tout le loisir de prôner haut et fort que sa vision du monde est la meilleure, car c'est comme ça que ça se passe sur le nouveau monde, à mon grand dépit, ici la raison du plus fort est toujours la meilleure !

Le souci, c'est que dans cet espace restreint, j'aurais du mal à me donner à fond, surtout si le collecteur d'impôts restait dans mes pattes, j'avais bien trop peur de le blesser, et en agissant comme je le faisait habituellement, dans cette arène si étroite, je le toucherais à coups sûrement sans qu'il ne soit la cible de mes coups ! Pas d'autre moyen, il fallait que je l'écarte de moi... Que je l'éjecte de cette arène de flammes. Folle idée n'est-il pas ? Il fallait que je le tente, de toute façon s'il restait là avec nous il allait mourir, alors fichu pour fichu il valait mieux tenter un truc fou qui pourrait le tuer comme le sauver plutôt que le condamner à rester avec nous dans cette arène.

Ainsi, une idée germa dans ma tête, et aussi rapidement qu'elle m'était venu à l'esprit, je l'exécutais. Surement dans la surprise général, mes mains mutèrent, s'allongèrent, se transformèrent. Très rapidement la peau de mes deux mains avait laissé place à la corne rugueuse composant les serres du phénix. Oui, j'usais de la transformation partielle de mes membres pour remplacer mes mains en serres et ainsi profiter des capacités que seul mes griffes acérés me permettaient d'utiliser.

D'un bond, je me propulsais vers la position du sabreur, ramenant mes bras transformés en serres, vers mon torse. Je les disposais en croix, l'une sur l'autre comme si je préparais une attaque dont la cible était Rakan, ce n'était pas totalement faux !

Mes serres se teintèrent d'une carapace noire, tandis que d'un mouvement symétrique au niveau des deux "mains" je rabattais mes deux griffes externes vers la centrale, comme pour former une grosse griffe plus compact et efficace au détriment de pouvoir couvrir une plus large zone :

-Baisse toi !

Non ce n'était pas le nom de ma technique, loin de là... En réalité, je n'avais pas encore trouvé de nom à cette technique. Je voulais juste prévenir le collecteur de taxe que j'étais là pour l'aider et non l'exterminer. Toujours au-dessus de lui à quelques mètres à peine devant, je déployais mes bras. De mes griffes acérées tranchant l'air naquit une lame de vent. C'est ainsi que deux énormes lames d'air vinrent percuter le mur de flammes créer par Atoum, le détruisant en un endroit précis. J'avais crée comme une porte, en ouvrant un petit triangle à taille humaine, dans le mur.

Nous n'étions plus séparés du reste du monde. Cependant, les flammes s'étirèrent déjà comme pour reboucher le trou créer par mon attaque, et la progression était plutôt fulgurante car le feu semblait animé et nourrit par l'appel d'air que j'avais créer en ouvrant un passage entre l'extérieur et l'intérieur de l'arène de flammes. Moi, je retombais devant Rakan qui me fixait, effaré par mon action. Sentant un souffle d'air frais dans son dos, il se retourna. Ce fut son erreur, si on pouvait appeler ça une erreur, vu qu'il valait mieux être à l'extérieur qu'à l'intérieur du cercle de flamme.

Sacred Kick !

Maintenant qu'il était à moitié tourné vers la sortie, je lui assénais sans remords un violent coup de pied dans les côtes, l'expulsant ainsi une bonne fois pour toute hors de la prison de flammes. Qu'il soit blessé ou non, il n'aura guère le temps de revenir dans l'arène, car le mur de flammes finit de se réformer à l'identique au bout de cinq seconde maximum. Une fois que le mur de flammes eut fini de se colmater, j'en détachais mon regard et pivotais en direction d'Atoum pour lui dire :

-À nous deux maintenant ! Je t'attends Bachara

Dis-je en baissant légèrement mon visage dans sa direction pour planter mon regard neutre dans le sien.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atoum Bachara
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 140
Localisation : Le Nouveau Monde
Date d'inscription : 27/11/2015

Feuille de Personnage
Exp:
8/100  (8/100)
Prime/Honneur: 300 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 12
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Logia Feu40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuL'île des HP
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Ven 22 Jan - 17:18


 
 Les prémices d'une alliance ardente

 
Alors que Light, Rakan et moi sommes dans mon arène ardente, à l'extérieur les combats font rage. Effectivement, alors que les hommes du collecteurs d'impôts sortent de leur cachette, armés jusqu'aux dents, les miens répliquent. Seulement, n'étant pas assez nombreux pour les contenir, le reste de mes pirates est appelé à venir combattre par Den Den Mushi. Dans le froid polaire de cette île, territoire du célèbre "Dragon rouge" nous démarrons une bataille. Les balles fusent dans l'air glacial, les sabres s'entrechoquent et malgré le climat de l'île, un seul homme n'est pas couvert. Ce n'est nul autre qu'Ordrix. Armé de sa hache, il découpe et de ses poings il broie ses adversaires. 
Poussant des cris bestiaux tout autant sauvage que son apparence, il n'usurpe ni sa réputation ni sa prime. Un véritable barbare qui faisant trembler ses opposants.
Alors que les vagues d'ennemis arrivent, affrontant dans le sang mes hommes, en une salve de détonation, une dizaine meurt immédiatement. 
C'est mon second, venu avec d'autres membres de mon équipage. Son fusil à l'épaule, le sniper descend nos adversaires avec dextérité. Ainsi, à deux, Zuko et le troll font des ravages dans les rangs de Rakan. 

Le sol blanc immaculé de l'île prend alors une teinte rouge, contraste beau mais sanguinaire sur cette neige omniprésente. La cohue est générale et les bruits de la bataille retentissent aux alentours. Donnant ses ordres tant bien que mal, Zuko s'affaire à ce que nos hommes puis terrasser ceux de Rakan. Motivant mes pirates, il effectue avec l'appui sans précédent qu'est Ordrix une mission réussite. Rapidement mis à mal, à eux seul, mes "lieutenants" sont les responsables de la défaite de ceux de l'épéiste. Après quelques congratulations entre eux, ils s'occupent d'aider les blesser pour les ramener à bords et malheureusement, comme dans toutes batailles, recouvert d'un draps blancs ils emportent les corps des défunts qui ont protégé l'équipage au péril de leur vie. Voici l'un des actes les plus honorables, si ce n'est le plus que l'on puisse effectuer à bord de ce navire. 

Cependant, ce n'est qu'un aller-retour entre la plage enneigée et le navire que mes hommes effectuent. Chaudement couvert, après avoir apporté les morts et les blessés à bord, Zuko et Ordrix ainsi qu'une dizaine d'homme indemne reviennent vers l'arène de flamme. Armé mais sachant qu'il ne vont pas se battre, ils sont plus là pour venir me soutenir et me chercher lorsque mon propre affrontement sera terminé. 
Les yeux rivés sur les flammes, ils attendent dans un espace légèrement tiède, juste à bonne distance de mon brasier. 

A l'intérieur de ce cercle enflammé, les choses sont bien différente qu'à l'extérieur. En effet, ici ce n'est pas la lutte, la guerre sanglante mais plutôt une tension extrêmement tendu qui règne. Je n'ai toujours pas lancé les offensives contre le Schichibukaï mais là, il est entré sur un terrain qu'il n'aurait jamais du emprunter. Ce pauvre fou, aussi grand soit-il, aussi réputé soit-il ne doit en aucun cas interrompre l'un de mes affrontements. Soudain, pour mon plus grand étonnement, les mains du grand blond se transforment pour laisser place à des serres de rapaces. Il a vraiment des capacités étranges celui-là, enfin bon, il se décide à enclencher le combat, c'est encore mieux. Je me met sur mes appuis, prêt à réagir au quart de tour pour m'adapter à son assaut quand, au lieu de me foncer dessus, le Capitaine Corsaire saute vers l'intendant royal. Surpris, je n'en reste pas moins sur mes gardes. Les bras croisé, après avoir averti l'épéiste en armure il envoie une attaque qui ouvre un chemin à travers mes flammes. Enfin, l'air favorisant le feu, le trou se rebouche rapidement et c'est d'un coup de pied que Light vire Rakan hors de l'arène. C'est à mon plus grand désespoir car j'aurais aimé pouvoir broyé ce voleur mais bon, ça laisse place à un affrontement encore plus excitant. 

Expulsé comme un chien à l'extérieur, le voleur se retrouve nez à nez avec mes hommes. Son épée planté dans le sol à quelques mètres de lui mais mit en joue, il ne peut rien faire et se rend sans faire plus de vague. Ordrix récupère le sabre et mes hommes laissent Rakan dans la neige. D'ailleurs, celui-ci, étonné regarde autour de lui et ne peut que constater les dégâts. La neige teinté d'un rouge foncé, celui de la mort, des corps partout, des armes vagabondes et le désastre. 

> Nous avons vaincu vos hommes, ils ont bien combattu mais ils n'avaient aucunes chances. Le Capitaine est encore à l'intérieur et c'est lui qui voulait vous abattre. 
Je vous laisse sain et sauf par contre, la prochaine fois que vous comptez nous voler, on s'occupera de vous. 

Apeuré et sans défense car dépossédé de son arme fétiche, Rakan perd un peu ses moyens, les larmes aux yeux, il ne peut qu'observer ce coté de la plage, jonché des corps de ce qui était ses hommes. 

> Bande de sauvages, je ... je vous jure de vous traquer et de vous exterminer !!!! 

Ordrix avance lentement vers l'homme en armure et se saisit fermement de sa hache. Une fois à porté de Rakan, il l'attrape par le col et le monte en l'air, laissant l'homme les pieds dans le vide. 

> Toi arrêté sinon moi tuer toi ! 

Puis, d'un coup sec, il relâche le collecteur de taxe et se retourne pour partir. Alors que le troll à le dos tourné, l'intendant royal y voit sa chance. Sa lame coincé dans le pagne de mon pirate, il se dit qu'il va pouvoir la récupéré et se sortir de ce merdier. La prenant avec dextérité et rapidité, il s'en saisit et la récupère. Menaçant alors le dos de mon homme avec la pointe de sa lame, son sourire sadique reprend le dessus.

> Vous allez tous mourir, je vais tous vous tuer !!

Sans lui laisser le temps de poursuivre, Zuko tire et force donc notre ennemi à s'éloigner du troll. Ainsi faisant volte-face à mon équipage, leur affrontement s'apprête à commencer. 

De mon coté, toujours dans l'arène enflammée, Light m'a provoqué pour ce combat. J'étais déjà déterminé à me battre et je n'avais pas besoin qu'il me parle ainsi, cependant, maintenant que c'est fait, je vais pouvoir lui faire mordre la poussière. Toujours sûr mes gardes je suis prêt à l'affrontement. Pourtant, ce Schichibukaï semble avoir des capacités étranges. Je me pose peu de question car je sais que je vais en apprendre bien plus en me confrontant à lui. 
Sereinement je place mes mains, grandes ouvertes devant moi. S'en échappe quelques boules de feu semblable à des lucioles qui doucement volent vers mon adversaire. Alors que paisiblement elles se dirigent vers Light, au moment où elles sont assez proches de lui je les enflammes.

> Horatubi-Hiraduma

La technique porte sur un périmètre peu large en temps réel, mais alors que nous sommes confiné dans mon cercle de feu, l'attaque prend une proportion bien plus intéressante. Elle bloque ainsi mon opposant et me permet de l'acculer. Ainsi, je m'élance sur lui pour lui asséner un terrible coup de poing et avec de la chance, celui-ci sera enduit de haki. Donc, alors que j'approche rapidement de lui, je ramène mon poing devant moi et celui-ci se teinte légèrement de noir, puis le devient totalement. Voilà qui renforce le sourire qui prospère sur mon visage.
 
 
 
 
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Sam 23 Jan - 15:58




« Les flammes du phénix ! »



Sur mon navire beaucoup fixaient la brume les empêchant de voir la bataille qui se profilait plus bas. L'une de mes "lieutenants" semblait comme captivée par le centre de la bataille, tentant d'apercevoir des silhouettes à travers la brume en jouant avec le zoom que ces lunettes de sniper lui octroyait, et son ressentit global que lui conférait sa légère maîtrise du fluide perceptif.

C'est alors que des détonations retentirent, sur son côté gauche, alors que la brume se dissipait petit à petit face à elle. Intriguait, elle tourna la petite molette sur ses lunettes pour les faire dézoomer, puis elle pivota son visage en directions des nouvelles détonations. Sur la neige, sortant d'un bateau, un groupe d'hommes armée de fusils et de sabres se manifestèrent, semblant vouloir entrer en courant dans la zone du conflit.

La rousse regardait, étonnée, l'homme qui menait la troupe de combattants, se demandant quel intérêt il avait à intervenir dans cette bataille. Étais ce là des hommes du pirate qui s'était présenté à elle comme Bachara le "néant " ? Certainement ! Car maintenant que la brume se dissipait, elle pouvait voir le carnage qui se profilait. Les hommes de Rakan, arborant, des vestes et un uniforme rouge, étaient tous étalé sur le sol épars la plage enneigé. La pureté de la neige, était maintenant souillée par le pourpre ferrugineux du sang de toute les victimes de cette bataille absurde.

C'était maintenant finit. L'un des deux camps avait était exterminé, pendant que mon équipage n'avait pas bougé le petit doigt, comme mes ordres le préconisaient. Ils ne s'étaient pas opposés à ce massacre,mais en même temps même si les bruits de batailles et les cris de douleur étaient parvenu jusqu'à leurs oreilles, ils n'avaient pas le visuel pour confirmer leurs soupçons. Et même si certains étaient curieux tandis que d'autres se fichaient bien des faits, tous c'étaient bien accorder, sans s'adresser une parole, qu'il ne fallait pas intervenir à l'aveugle. Ainsi, ils étaient allé de surprise en surprise avec l'intervention de Zuko, puis la révélation du carnage à la dissipation du nuage de fumée et enfin à la vision de cet enfer sur terre, ce feu ardent qui s'élevait tel une barrière circulaire, jusqu'au cieux.

Ne se souciant sur le coup plus que de ça, la rousse zooma, grâce à ses lunettes, sur cet étrange feu. Après quelques instant d'observation, elle chercha son capitaine du regard, mais ne me trouva ni parmi les personnes resté autour des flammes, ni parmi ceux gisant sur le sol, dans leur propre sang. Elle commença alors à s'affoler. Son cœur s'emballa, sa concentration se dissipa, et sa tête tournait dans toutes les directions pour espérer me capter du regard. Alors un mouvement au niveau du rideau de flammes, titilla sa rétine et accapara toute son attention, la calmant par la même occasion. Elle se focalisa sur la colonne de flammes, déployant grâce à son sentiment d'inquiétude son kenbushoku à un niveau qu'elle n'avait jamais atteint jusque-là et qu'elle ne réatteindra pas de sitôt. Dans son être, au plus profond d'elle-même elle sentit une rupture, puis comme un vide et soudainement, sa vision s'intensifia. Elle perdit alors son affolement, sa notion de danger, et pus remarquer comme des sortes d'auras entourer l'arène de flammes, mais elle perçu deux auras beaucoup plus puissantes dans les flammes. Elle comprit instinctivement que l'une d'elle, c'était moi : Light !

Sarah, sans m'avoir réellement vu de ses propres yeux, semblait comme rassurée par ce que lui avait fait percevoir son haki de l'observation. Elle qui, à cause de ses sentiments pour moi avait perdu la raison, en oubliant même que j'étais presque immortel comme mon épithète le laisser présager, semblait maintenant se rappeler que rien ne pouvais réellement m'atteindre sur le plan physique. Grâce à son haki, et à la chaleur des auras qu'elle avait perçu au sein des flammes, elle recouvra la raison et se relâcha un petit peut en soufflant pour évacuer tout son stress en posant sa tête sur sa main droite qui était accoudé sur la balustrade du navire.

Soudain, les cris de désespoir d'un homme retentirent jusqu'ici. La rage de Rakan, sa haine, toute sa crédulité raisonna jusqu'ici, rameutant sur lui toutes les attentions des membres du navire qui s'étaient alors relâchés. Même Gran Mao se leva, apparaissant du haut de son perchoir pour observer comme il le put le collecteur d'impôt se faire empoigner par l'immense troll. Ce dernier de part sa démarche, sa simplicité et sa férocité guerrière ne pouvait être autre chose qu'un pirate, de toute façon, il semblait être avec le reste du groupe victorieux. Or, si les militaires, reconnaissablent à leur uniforme rouge, étendu au sol, s'était fait rétamé, et que
Ordryx s'en prenait à se type en armure, c'est que ce dernier était un ennemi des pirates, et donc un militaire lui aussi, peut être leur chef vu son accoutrement.

Le félin, avait de très bons yeux et une capacité de réflexion assez poussé, se qui lui permit , par le passé d'échafauder de nombreux plans qui firent profiter à l'équipage une gloire tenace. Après tout, c'était lui qui avait voler le fruit du phénix au nez et à la barbe de tout un royaume. Et même si c'était loin d'être un grand combattant, le trésorier et voleur des "immortels" a des qualités indéniables qui en fait un excellent comédien, un navigateur hors pair et aussi un bon stratège. Il était, en somme un peu la tête pensante du groupe. Un chat en cerveau... Quelle déchéance pour la race humaine n'est-il pas ? Eh bien l'équipage s'en accommodait bien. Après tout le félin avait fait ses preuves à de multiples reprises, et ils étaient de toute façon un des fondateurs de l'équipage donc il méritait le respect de tous. En réalité, il avait bien plus de respect que tous les autres commandants, car il remplaçait très souvent Light dans sa charge de capitaine. C'était donc un félin sur un pied d'égalité avec les humains... Non, il était au-dessus, par ses capacités innées de leader. ( Dans ta gueule, le chat cosmique ! :p )

Intrigué par tout ce vacarme, Gran Mao s'était redressé et observait maintenant la scène. Lorsque celle-ci se termina, il descendit en trombe en se laissant glisser sur une corde. Pour atterrir, sur l'épaule d'Agon avant de bondir sur celle d'Hamaya afin d'entamer un saut sur l'épaule de Sarah. Après ses multiples bonds, une fois arrivé sur l'épaule de la rousse, il ouvrit sa gueule, sans se retourner, mais...

-On... On ne peut pas laisser ce type aux prises avec ses pirates ! Car oui se sont des pirates si certains d'entre vous en doutaient encore... Même si bon vu le massacre qu'ils ont exécuter il y a peu de place pour le doute. J'ai leurs avis de recherche, du moins d'ici, j'en reconnais un ... Ordryx dit le monstre primé à 250 millions de berrys, les autres doivent être ses hommes de main !

Dit Agon, alors qu'il se penchait dangereusement par-dessus la balustrade, comme attiré vers les champs de bataille. Le chat lui jeta un regard plein de lassitude. Son camarade venait de lui voler sa réplique. S'il parlait maintenant, il allait passé pour un con. Ainsi, il se tut, se contentant d'observer Agon, en léchant ses pattes dans un réflexe félin.

Sarah fut surprise de sentir son épaule droite s'alourdir, et par réflexe, elle tourna sa tête pour tomber nez à nez avec Gran Mao vêtu d'une veste rouge, à capuche. Le chat était tout mignon dans ce petit vêtement spécialement conçus pour lui. Au moins, il garderait ses petit poil au chaud grâce à son manteau au fibre duveteuse à l'intérieur. Attendrie, elle lui sourit avant d'être attiré par Agon qui prit la parole, puis elle se permit une remarque :

-Ordryx... C'est le prénom de celui qui c'est présenté à Light et moi sous le nom de Bachara le "Néant" ?

Demanda-t-elle innocemment, ne sachant pas qu'elle venait de confondre et mixer deux membres du même équipage.

-Bachara le néant ? Atoum Bachara ? Le logia du feu ? Tu rigoles ? Il est là ? Mais alors la rumeur est fondée... Ordryx a bien rejoint les rangs d'Atoum ? Oh putain... Le carnage ! Tout s'explique... On descend ! Faut sauver ce type !

Intervint-il encore plus fébrile qu'à sa première intervention. Il était tiraillé entre l'excitation de pouvoir combattre de tels sommité et leur montrer qu'ils avaient empruntés une mauvaise voie et la peur d'être victime de leur cruauté et d'avoir à subir d'autre perte parmi ses proches. Alors qu'Agon se mît en marche en dégainant sa hallebarde, Sarah prit une nouvelle fois la parole pour s'adresser au groupe.

-Ils sont une dizaine... On fait quoi on y va tous ensemble pour les soumettre par le nombre et les exécuter ?

-Mauvaise idée ! Cette colonne de flammes ne m'inspire pas confiance... On devrait y aller à dix aussi et tâter le terrain, pour voir s'ils sont hostiles ou non. Au pire, on demandera des renforts par den-den mushi.

Dit, enfin le félin, parlant enfin depuis qu'il était redescendu de son perchoir. C'est ainsi que mes quartes lieutenants avaient quitté le navire en compagnie de sept hommes, prêt au combat. ( bah oui Gran Mao préfère ne pas se compter pour tout ce qui est combat, et puis pour les ennemis, il n'est qu'un vulgaire chat... Cette habillé pour le coup mais un vulgaire chat ! )

Bientôt le petit groupe se retrouva face aux hommes d'Atoum, toutes armes dehors, prêt à en découdre. Agon posa son regard vers un Rakan malmené et légèrement passé à tabac, puis il plonge son regard dans celui d'Ordryx le pensant chef de toute la troupe :

-Relâchez ce civil, et on vous laissera en paix pour aujourd'hui... Ce mur de flammes... Vous en êtes à l'origine n'est-ce pas ? Pourquoi ? Pourquoi vous acharnez vous à tout détruire ? Qu'elle complaisance retirez vous à répandre la mort ? Sale pirates !

Commença le "long bras" en perdant tout contrôle sur sa haine. Sa rage grandissait petit à petit, si personne n'intervenait, c'est lui qui serait à l'origine d'un autre affrontement. Lui et sa haine incommensurable envers la piraterie.

Moi, je ne pouvais pas venir en aide à mon petit frère, car j'étais dans l'arène, sur le point de me confronter à Atoum. Ce dernier se terra d'ailleurs dans un mutisme terrifiant. Ce n'était pas tant sa position, ou les petites boules de lumière orangée qui faisaient flippé, mais bien le mutisme dérangeant du pirate qui tranchait avec son caractère de grande gueule. Ainsi, le doute s'insinua en moi, et je préférais agir avec précaution sinon je pourrais me retrouver dans la même situation que lors de mon combat contre Ren.

Voyant venir les lucioles enflammée, mes main subirent deux transformations. Tout d'abords pour revenir à l'origine, puis pour adopter ma forme hybride. Ainsi mes jambes laissèrent place à des serres à l'identique de celle que j'avais il y a quelques secondes encore à la place de mes bras, et mes bras puisqu'on en parle, eux, devinrent de grandes et majestueuses ailes faites de flammes blanches.

-White Shield !




Ainsi transformé je rabattis mes ailes contre mon propres corps, comme pour m'envelopper entièrement dans les flammes de mes ailes. Puis sans que cela ne se répercute sur la couleur de mes flammes je les enduis de haki. Mêlant mon haki de l'armement à la capacité inhérente à mon fruit du démon, j'avais fait de mes ailes enflammé un bouclier à toute épreuve, sur lequel vinrent s'abattre les lucioles enflammées d'Atoum, ainsi que son poing couverte d'une couche noir de fluide combattif. Son coup me fit reculer un peu, mais il était bien trop faible pour percer ma défense.

J'abaissais alors mes ailes, en espérant guider par mon mouvement le poing de mon ennemi qui était en contact direct avec mes flammes. Ce mouvement vers le bas, me permis de dévoilé une tête animal. Oui, j'avais muté ma tête en celle du phénix dans un unique but.

-Sharp beak !

Dégageant ma tête, et teintant mon bec de noir, je fis un mouvement horizontale, afin de créer une distorsion dans l'air, créant une lame d'aire hémicyclique laissant peu d'échappatoire au pirate. Sur ma lancée, j'en profitais pour bondir en direction, de mon adversaire, de toute façon qu'il soit trancher ou non, il y avait peu de chance qu'il le reste longtemps, car les logia ne souffrent pas des lames d'air.

Ainsi je bondit en direction d'Atoum projeté par ma précédente attaque, et tenta simplement le percuter de mes ailes enflammés encore mêlé au haki de l'armement.

-White Shock !



S'il se relevait après tout ça c'est que ce n'était pas n'importe qui !




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atoum Bachara
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 140
Localisation : Le Nouveau Monde
Date d'inscription : 27/11/2015

Feuille de Personnage
Exp:
8/100  (8/100)
Prime/Honneur: 300 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 12
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Logia Feu40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuL'île des HP
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Sam 23 Jan - 18:44


 
 Les prémices d'une alliance ardente

 
Dans cet atmosphère glaciale qui compose cette île hivernale, la neige n'est plus ce qu'elle était. Devenue désormais rouge vermillon, souillée par le sang des hommes de Rakan à cause du courte bataille, l'île n'est plus tranquille. Sur ce petit morceau de terre au milieu de l'océan, le territoire de l'un des Empereur est chamboulé. 
Face à mes hommes se tient l'homme en armure, essoufflé et dans un état moins classe que celui dans lequel il est arrivé. Ayant désormais moins de panache, il a cependant réussit à récupérer sa lame. Ainsi, il menace de mort mes hommes et croit avoir la puissance pour mener à bien ses paroles. 
Zuko, fusil prêt à être utilisé scrute le moindre fait et geste de son adversaire tandis qu'Ordrix, hache à la main aimerais bien pouvoir sauter au coup du collecteur de taxe.
Les deux partis prêt à en découdre, le combat risque d'avoir lieu incessamment sous peu. 

Enfin, c'est sans compter sur l'arriver de quelques hommes du Capitaine Corsaire. Voyant donc leur entrée, Zuko dispense ses ordres. 

> Monsieur Rakan, je vous laisse la vie sauve mais partez maintenant ! 

Un peu déconcerté, l'homme, prit d'un pic de fierté se croit assez malin pour refuser. Pourtant, il tremble un peu, visiblement apeuré par le nouveau venu de mon équipage. Il faut dire qu'effectivement, Ordrix est très impressionnant. C'est donc dans un dilemme intérieur que l'intendant royal est prit en tenaille. 

> Non mais vous ne me donnez pas d'ordre ! 

L'homme en armure s'égosille de manière absurde, tentant lui même de se convaincre d'un courage qu'il a perdu.

> Ce n'est pas un ordre mais un conseil 

Par opposition, Zuko parle tout à fait normalement. Lui n'a pas de peur, il n'a pas de raison de s'énerver et sa proposition de lui laisser la vie sauve est le meilleur échappatoire pour Rakan.

Sans avoir le temps de continuer la discussion, les hommes de Light arrivent. Ils sont une dizaine dont un chat, un type avec des lunettes et les cheveux blancs. Il y a aussi une femme rousse, plutôt mignonne, qui aurait pu faire craquer mon second si leur rencontre ne s'était pas fait dans de telles circonstances. Rapidement arrivé, l'homme aux cheveux blancs qui semble être le chef s'adresse à Ordrix. Dans sa voix, on apprend déjà qu'il ne connait pas vraiment le troll, surement uniquement de réputation et qu'en plus, il le prend pour mon second. Ce qui, bien sûr est complètement faux. Puis, le manque de pertinence est qu'il pose tout une flopée de question à cet être bestial, qui n'a pas assez de mot pour y répondre. 
D'ailleurs, le visage d'Ordrix prend une apparence bizarre, comme s'il ne comprenait pas tout ce que disait l'homme. C'est un peu ce genre d'expression prennent les gens qui ne comprennent pas ce que dit le troll d'ailleurs. 

> Ça notre Capitaine 

Les premiers mots du troll sont un peu hésitants, comme s'il ne voulait pas se tromper dans ce qu'il dit. Puis, peut-être fier de lui, il reprend son visage habituel et pose sa question favorite. 

> Bagarre ?

Sentant que les choses vont surement s'envenimer par la suite si c'est Ordrix qui prend en main de débat, Zuko décide donc de reprendre la parole et honorer son poste de second de l'équipage. 

> Excusez moi !
Ce mur de flammes, comme mon ami vient de vous le dire c'est l'oeuvre de notre capitaine et il est accompagné du votre à l'intérieur. Je viens de faire une proposition à ce cher Rakan, celle de lui laisser la vie sauve mais il persiste à vouloir se battre c'est bien dommage n'est-ce pas ?

Portant désormais son regard sur l'homme en armure, il l'interroge une ultime fois. 

> Monsieur, ce sera la dernière fois que je vous le demande, partez maintenant s'il vous plait !

Prit de peur, un frisson d'horreur lui glaçant le dos, l'homme part s'en un mot, surement trop effrayé. Enfin, il ne fait que s'écarter, allant plus loin pour réfléchir. Maintenant seuls, mes hommes ainsi que ceux de Light peuvent parler en paix.


> Vos questions hostiles ne sont pas les bonnes à mon avis. Pour l'heure, nos capitaines respectifs s'affrontent et je ne vois en aucun cas pourquoi nous devrions en faire autant. Dites moi, qui est le second de votre équipage ?

De mon coté, mes lucioles de flammes ainsi que mon poing pourtant enduit de haki sont arrêtés par des ailes de flammes blanches. Surpris, je ne comprend toujours pas quel est le pouvoir de mon adversaire et j'avoue que ça me pose un petit problème. Lui doit sans nul doute avoir percé le miens à jour, mais pour le siens, c'est bien plus compliqué que ça. 
D'un coup, mon adversaire rabat ses ailes vers le bas et je suis un peu redirigé dans la même direction. C'est d'ailleurs surement ce qu'il cherche et faut dire que ça marche. Touchant le sol, je parviens à me reculer un peu et j'encaisse une lame d'air qu'il créer à partir de son bec. Car oui, sa tête laisse place à celle d'un espèce d'oiseau. 
L'attaque me passe à travers et vient s'échouer sur mon mur de flamme derrière moi. Par contre, l'avantage est que désormais j'ai plus d'information. Au cours de mon périple, j'ai déjà vu ce genre de transformation et je crois sans me tromper que c'est bien le pouvoir d'un Zoan. Ainsi, mon adversaire serait mi-homme mi-animal. C'est déjà quelque chose à savoir. Je sais donc que son corps est tangible. Pourtant, ses flammes blanches ont des propriétés étranges car elles ont résistées à mes flammes. C'est donc encore une part de mystère qui enveloppe le pouvoir de mon adversaire. 

Puis, d'un seul bond, le Schichibukaï me fonce dessus, toujours avec ses flammes et prêt à en découdre. Je sais que mes flammes n'ont rien fait jusqu'à présent mais, il est vrai que je n'ai pas utilisé d'attaque très puissantes. Ainsi, le voyant arriver à toute vitesse, mon bras droit derrière moi, je l'abat droit devant alors qu'il s'est enflammé. 

> HiiiiiiKEN

Soudain, un déluge de flamme s'échappe de mon poing et vient percuter mon adversaire. A vrai dire, cette attaque me permet de stopper mon adversaire dans son élan. Ainsi, surement bloqué, je me déplace sur le coté assez rapidement puis, voyant mon opposant, je l'attaque pour cette fois-ci le blesser. Ainsi, je positionne mes index en croix, tel un viseur qui s'enflamme et une marque de la même couleur que mes flammes apparaît sur mon adversaire. 

> JuuuJiiiiKA

Dans le même temps, une colonne de flamme précise et puissante se créée et vient percuter le Corsaire sur le coté. En espérant que mon semblant de stratégie fonctionne. Aussi, je vais peut-être pouvoir en apprendre plus sur les capacités de mon adversaire et surtout, ses flammes blanches qui m'intriguent tant.



  
 
 
 
 
 
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Lun 25 Jan - 17:57




« Les rôles s'inversent ! »



Yukiryu Island, territoire du célèbre Yonkou surnommé "dragon rouge" fut en ce jour touché par un cataclysme : l'affrontement de deux équipages voguant sur le nouveau monde. Qui aurait parier que deux inconscients accosteraient sur le territoire d'un Yonkou pour au final y foutre le bordel en se mettant respectivement sur la gueule ? Tout le monde certainement, car il fallait l'avouer, au final, terre d'empereur ou pas, il y avait très peu de chance qu'un pirate de renom et un Shichibukai se croisent sans faire d'étincelle. La destiné avait simplement voulu que l'affrontement est lieux sur cette île, bien que les deux opposant ne soit à la base pas venu dans l'optique de se battre, le résultat, c'est que cette terre enneigé avait perdu en quelques endroits la teinte immaculée de sa robe hivernal, optant pour un rouge des plus pourpre.

La tranquillité de l'île ainsi que son autorité avaient été bafoués par une seul en même personne, qui avait d'ailleurs décider de modifier la constitution même de l'île en s'embrassant comme pas possible. Ainsi malgré l'ambiance glacial le pirate avait levé un mur de flammes pour s'enfermer dans une sorte d'arène ardente, comme pour se chauffer aussi bien intérieurement que physiquement. Bref, j'avais pas opposé de résistance, et je m'étais rapidement retrouvé à jouir de la chaleur que dégageaient ces flammes, me noyant dedans avant de réapparaître dans l'arène. Ainsi dans cet espace restreint s'était établi une zone de silence, de tension infernal tandis que dehors, au-delà des flammes, les enfers s'abattaient sur terres en un carnage sanguinaire perpétré par l'équipage d'Atoum.

Mais maintenant que les cris ne fusaient plus à l'extérieur de l'arène, c'était en son sein que les chose s'activait. Tout d'abord, pour le protéger avant tout, j'expulsais Rakan de cette galère sans nom pour le plonger dans un autre merdier en dehors. Mais ça, je le savais pas, après tout, le crépitement des flammes et l'attention que m'accaparait Bachara étaient bien trop grands pour que je puisse avoir une quelconque information provenant de l'extérieur de l'arène rougeoyante. J'étais ainsi passé à l'attaque, contre-attaquant simplement suite à l'action de mon ennemi. Mon but était simple, et globalement, le même à chaque fois que j'affrontais un pirate : l'annihiler en quelques coups à peine !

Je n'étais pas du genre à jouer avec mes "victimes", bien que sans pitié envers les pirates, je n'étais pas sadique au point de me délecter de leur souffrance. J'étais un bourreau, certes, mais la souffrance ne me faisait en aucun cas jouir, bien au contraire, si je la dispensais à certaines personnes c'était pour épancher celle du monde entier. Certains se demanderont s'il est éthique de supprimer ou faire souffrir une personne pour le bien commun ? En réalité, je ne me posais guère la question, car je savais ma lutte précaire et ma hargne bancale, mais je ne voulais pas trahir, ni décevoir mon petit frère, et puis cet Atoum, il n'a aucun scrupule alors pourquoi en avoir ?

Maintenant, les rôles s'inversaient, je passais à l'attaque tandis que le pirate se devait de défendre, même l'ambiance entre l'intérieur et l'extérieur de l'arène enflammé subit un drôle de revirement de situation, inversant leur moment d'action et de tension. De mon côté, le duel ne faisait que commencer. En effet, le pirate était plus coriace que prévu !

Je l'avais surpris, certes, mais c'était un guerrier accompli, et comme il n'avait pas succombé à cette charge, il avait trouvé un moyen de stopper mon dernier assaut, qui s'il ne l'avait pas stoppé aurait été des plus mortel, car ma célérité exceptionnelle couplée à la solidité de ma défense que me procurait mon "White Shield", faisait de mon "White Shock" une technique aussi fulgurante que percutante. Armant son bras tout en l'enflammant, Atoum balança son poing devant lui, et sans que je ne puisse faire quoi que cela soit, ce dernier fut remplacé par un poing enflammé qui grossissait à vue d'œil en quelques millièmes de seconde. La projection de ce poing de flammes et son déploiement exceptionnel dans l'espace fur tel que vu les restrictions que me posaient la "cage" enflammée dans laquelle, j'évoluais, je ne pus l'esquiver.

La seule chose que je pus faire avant d'accueillir "chaleureusement" l'attaque de mon adversaire, fut de transformer les parties de mon corps qui ne l'était pas encore, afin de gagner ma forme animal complète afin d'encaisser plus aisément le choc, et de ne craindre aucune douleur des flammes qui lècheront inévitablement mon corps. C'est donc sous ma forme de phénix que je vins percuter la colonne de flammes dirigée par Atoum. Et mine de rien, ce n'était pas du vent... Cette attaque ! 'Fin bref pas sans ce jeu de mots pourri. Tout ça pour dire que contre toutes attentes les flammes furent si compactes si condensé que j'eus réellement l'impression de m'opposer à un point, presque de me fracasser sur un mur... Oui à ce point, et ce, malgré la couche de haki diffusé dans mes flammes.

Cependant, je le sentais avec un peu plus de volonté et de rage, je pourrais déchirer cette attaque en deux et reprendre ma course vers mon adversaire. Mais pour le moment, je fus stoppé même si ce ne fut que durant quelque secondes... Une chose était à concéder à cette attaque, c'est qu'elle m'avait fait perdre ma célérité, c'était un bon point pour le pirate, car ma charge, même si je la reprenais ne serais plus si puissante.

Ainsi, que pris dans cette attaque bloquant mon corps et ma vision, je ne perçus guère le pirate faire son pas de côté pour préparer sa nouvelle attaque. Le moment où je compris que sa première attaque ne fut qu'un leurre, c'est lorsque je sentis une force s'exercer sur mon plumage de flammes blanches, l'oppressante les côtes. Rien de bien méchant non plus, après tout, j'avais toujours ma couche de fluide recouvrant mes flammes. Mais une chose était indéniable, je sentis une force me pousser par le côté gauche, me faisant bouger le bas du corps d'un mouvement lent auquel mon armure invisible semblait opposer une certaine résistance. Intrigué, détournais le regard vers cette zone et je vis une colonne de flammes ardentes oppresser mon côté gauche et me faire pivoter tout le bas de mon corps petit à petit, car la force de pression du "tir" de flammes n'avait pas été précisément équilibrée.

Même sous forme animale, j'arquais un sourcil sous l'étonnement d'une telle stratégie. À vraie dire vu comment le pirate réagissait positivement aux provocations, je pensais qu'il était de la même trempe que moi, à savoir de ceux qui attaquent toujours de plein front. À moins qu'il ne se donne en ce moment à fond, à fond pour pouvoir comprendre mes capacités et ainsi pouvoir me vaincre. Je n'aimais pas me battre plus que ça, mais il fallait l'avouer, quand je le faisais, je préférais affronter des adversaires coriaces, pour me donner à fond et faire dans le spectaculaire, alors pour le coup, je ne lui en voulais pas d'avoir fomenter cet brûlante stratégie, après tout, c'est pas ces quelques flammèches qui...

Réfléchissant beaucoup trop, j'avais perdu l'équilibre précaire que me faisait tenir les deux attaques auquel je m'opposais simultanément. Ainsi, dans les airs, je dérapais, transformé en oiseau, paniqué et légèrement honteux, je lâchais même un petit cri strident de volatile lorsque je perdis l'équilibre pour me retrouver sur le sol à moitié enfoncer dans le mur de flammes de mon adversaire.

C'est ainsi, le torse en dehors de l'arène de flammes, que je pus voir durant quelques instants ce qui se passait au delà de ses immenses murailles de flammes.

Je vis donc une foule amassée non loin de notre arène enflammée. J'entendis alors une voix reconnaissable entre mille. Tournant la tête, effaré je ne mis pas longtemps à repérer Gran Mao perché sur l'épaule de mon petit frère Agon. Ainsi, positionné, il semblait s'adresser à un homme armé d'un fusil qu'il posait sur son épaule. Ce dernier étant de dos, je ne pus le reconnaître comme étant Zuko le second d'Atoum Bachara dit le "néant" .

-Le second de l'équipage, c'est moi ! Miaou ! Tu t'y attendais pas hein ? Je te préviens tout de suite, ne me traite pas comme un vulgaire animal, je ne suis pas aussi... Bestial que ton ami !

Après tout, même s'il avait un fort caractère, et aimait redoubler d'ironie et de provocation, le félin, n'était pas non plus fou. Il n'avait guère dans l'idée d'envoyer ses camarades au charbon, il s'était donc retenu de vanner trop violemment les capacités intellectuelles d'Ordix devant Zuko, qui semblait enclin à passer une trêve entre les deux équipages, estimant surement que la luttes des capitaines se suffisait à elle-même, ou alors il n'avait peu être pas envie de risquer de blesser son joli minois dans une énième bataille.

Bref, personne ne voulait se battre, et même Rakan en perdit l'envie, fuyant simplement plus loin. D'ailleurs, ce con en s'éloignant eu tôt fait de me repérer à moitié noyé, dans les flammes. Je vis son visage se décomposer. Ses jambes le lâchèrent à cet instant, le laissant simplement tomber sur le cul, les yeux exorbités. Sous le choc émotionnel, le collecteur d'impôt ne parvint pas à sortir un mot, ni même un cri et ce même malgré le fait qu'il avait la bouche grande ouverte.

Sa surprise et son stress se répercutaient sur moi. Ainsi d'un mouvement brusque, je bondit pour m'extirper de ma position, espérant qu'il ne diffuse pas de fausse rumeur sur ma possible mort, même si techniquement, il y avait très peu de chance, car il n'avait vu que le haut d'un oiseau aux allures très étranges, ferait-il une quelconque corrélation avec ma personne ? Il y avait très peu de chance. Mais le regarder, ainsi choqué, m'avait provoquer un pic de stress, une poussée d'adrénaline me faisant complètement oublier la forme que j'arborais actuellement. Pour moi, dans mon esprit brouillé, il avait vu ma forme humaine à moitié enseveli dans un rideau de flammes et ne tarderais pas à annoncer à mon équipage, mon décès.

Mais je n'étais pas mort bordel ! Et je devais me manifester rapidement pour contredit une pseudo rumeur que Rakan ne lancera sûrement jamais. Compliquer les "bails"dans ma tête n'est-il pas ? Bref, je m'étais brusquement relever, bondissant sous forme animale dans les airs, et déployant avec violence mes ailes pour faire se lever les vents et déchaîner une violente bourrasque qui aurait au moins le mérite de secouer et déstabiliser mon adversaire alors que je préparais une tactique ou plutôt une suite d'attaques bourrines dans ma tête :

-Fantastic wings !

Ça y est... J'avais trouvé la technique complémentaire qui profiterait à fond des vents déchaînés que j'avais levé. Renforçant la présence de haki, qui s'estompait peu à peu dans mes flammes, je réitérais mon "White Shock" mais cette fois-ci, ce n'était ni pour me protéger, ni pour renforcer une charge que je renforçais mes plumes de mon fluide combattif, mais pour un tout autre genre d'attaque, une attaque à distance, qui grâce aux vents déchaîner de la bourrasque n'en serait que plus destructrice. Me stabilisant, avec un peu de mal parmi, la tempête que j'avais moi-même lever, je fis alors un vif mouvement de mes deux ailes. De ses dernières se désolidarisèrent une vingtaine de plumes, enfin je dis plumes... Mais vous n'êtes pas sans savoir que mon ramage n'est autre que des flammes ? C'est donc une trentaine de petites boules de flammes blanche qui fusèrent dans l'air redirigé par les violents courants d'air, dans à peu près tout les sens.

-Burning Feather !

Atoum aura-t-il la présence d'esprit d'esquiver ces projectiles de flammes induit de haki ? Et même s'il avait en tête d'esquiver, saura-t-il prévoir tous les mouvements désorganisés des vents composant la bourrasque ?



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atoum Bachara
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 140
Localisation : Le Nouveau Monde
Date d'inscription : 27/11/2015

Feuille de Personnage
Exp:
8/100  (8/100)
Prime/Honneur: 300 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 12
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Logia Feu40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuL'île des HP
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Lun 25 Jan - 21:30


 
 Les prémices d'une alliance ardente

 
A l'extérieur de l'arène embrasée, la tension n'est que superficielle. Après un petit pique envoyé par un chat, aussi étonnant que cela puisse paraître, la réponse de Zuko était dur mais dans le fond, il ne veut que la paix. Pour lui, un combat ici serai trop coûteux en vie humaine. Oui c'est cela un second d'équipage, un homme qui au lieu de foncer dans le tas, réfléchit et préserve au mieux ses frères d'armes. C'est exactement ce type d'homme qu'est mon bras droit. Bien que son tempérament diffère du miens, il est tout autant respecté à bord du Néant. Accomplissant ses tâches comme il le faut, ses capacités d'analyses et de diplomatie en font le seul pirate légitime à pouvoir endosser ce rôle si important. 
Le petit chat, posé sur l'épaule de l'homme à lunette répond et affirme sa place de second de l'équipage adverse. Voilà qui est intéressant, n'importe qui aurait pu rire, aurait pu traiter les hommes de Light de débile pour accepter d'être mené par un chat. Oui, n'importe qui sauf les hommes de mon équipage. Lorsqu'on recrute un homme, ou plutôt un sauvage comme Ordrix, tu ne peux qu'être tolérant envers les autres. La nature et les origines même de celui qu'on surnomme "Le monstre" sont un véritable mystères, il pourrait tout bonnement être le descendant de la ligné d'Oz, tout comme il pourrait être le triste rejeton d'une lignée entière d'incestueux. 

Ainsi, compréhensif sur la nature du second de l'équipage Corsaire, Zuko ne dénigre pas l'animal, ni ne retient vraiment la maladresse sur Ordrix. Il fait comme s'il n'avait rien entendu car selon lui, le sang a assez coulé aujourd'hui. A en regarder autour d'eux c'est on ne peux plus vrai. Donc, attaché à une sangle, le sniper range son arme dans son dos. Ainsi, il clôt toutes suspicions de représailles et de violences. C'est donc avec un ton très posé qu'il s'adresse à son homologue. 

> Ne t'inquiète pas, je n'ai aucunement envie de te traiter comme un "vulgaire animal" comme le dis. A vrai dire ça m'impressionne mais qu'à moitié, on a vu tellement de chose dans ce monde et pourtant, notre aventure est très loin d'être terminée. 

Reprenant un peu son souffle, de la buée s'échappe de la bouche du charmeur à chaque parole. C'est alors que l'un de mes hommes, peut-être prit de folie, se pose des questions inutiles. 

> Zuko, pourquoi on les tues pas maintenant ?! Comme ça on est sûr qu'ils vont pas aider leur Capitaine. 

Le pauvre fou n'a même pas cherché à chuchoter ses paroles. Non, il est fier comme je le suis et libre comme nul autre. Pourtant, ses paroles pourraient avoir des effets terribles. Complètement exaspéré, mon second est obligé de prendre la parole car à vu d’œil, la tension entre les deux équipages est devenue palpable. Les hommes du Corsaire se sont crispés et il apparaît plus qu'évident qu'à cause de cette maladresse, des combats inutiles pourraient naître. 

> La ferme, j'ai dis qu'on ne se battait pas ! Maintenant, si tu veux te battre c'est contre moi et personne d'autre !

Le ton du séducteur est devenu ferme et intransigeant. Bien que physiquement il relève plus du Don Juan frivole que du meneur d'homme d'un terrible équipage comme le mien, c'est un leader. 

> Excusez moi pour lui, Immortels ! 
Mon ignorance peut-être grande mais s'il vous plait, donnez moi vos nom pour qu'on reparte du bon pied. 

Marquant une petite pause, Zuko reprend de plus belle.

> Je vous présente, mais bon vous devez le connaître vu sa prime, Ordrix, notre nouveau compagnon, et moi même, Zuko sniper et second des Flammes du Néant !

A l'intérieur des flammes, j'affronte toujours mon adversaire avec hargne. Il est vrai que pour une fois, je ne suis pas allé de front à la bataille, cherchant même à contourner mon opposant pour le prendre de coté. Cet ébauche minuscule de stratégie n'est réellement pas mon genre et je me demande même comment ça m'est venu à l'idée de faire ça. En tout cas, malmené sur deux fronts par mes brasiers ravageurs, l'oiseau de flammes blanches est en mauvaise posture. Après quelques instants de lutte âpre, Light maintenant totalement transformé et dans un petit cri succin mais pitoyable, perd l'équilibre et est envoyé valdinguer contre la paroi enflammée. D'ailleurs, le haut de son corps est carrément à l'extérieur de l'arène improvisée, son corps donc coupé en deux par mon mur. Alors qu'il ne bouge plus, étendu par terre, son attention surement attirée autre part, je commence à m'impatienter. Je sais pertinemment qu'il n'est pas blesser au vu de l'aspect du bas de son corps. 

Frustré par l'invulnérabilité de mon opposant, je me demande bien comment faire pour enfin lui faire mordre la poussière. Enfin bon, pour le moment, il ne daigne pas se relever et j'attend donc, prêt à réagir à toute offensive. Sans avoir réellement bougé, j'aurais peut-être dû mais il n'en est rien. 
Soudain, comme poussé par un spasme énorme l'oiseau couvert d'un feu blanc similaire à la neige qui règne sur cette île, se remet debout et avec ses ailes, créer une puissante bourrasque. Ne bougeant absolument pas d'un pouce, mes bras le long du corps je reste droit face à son attaque ridicule. Le vent faisant volé du feu s'échappant de mon corps derrière moi, ma cape suis le mouvement. Je me doute bien qu'il va m'attaquer sévèrement par cet échantillon mais je me demande bien comment. 
Dans la continuité de ce vent qu'il soulève, Light envoie une vingtaine, ou peut-être plus, de ses flammes avec vélocités. J'ai l'impression de voir l'une de mes attaques retournée contre moi et il est vrai que cette idée me déplaît fortement. Par excès d'orgueil je ne bouge pas d'un pouce, ayant confiance, trop confiance en mon intangibilité. 

Voici mon erreur, alors que la toute première de ces flammes me touche, je recule d'un mètre et suis blessé à l'impact. Comprenant ce qui va m'arriver par la suite, je place mes bras de croix devant mon torse et mon visage en tentant de l'enduire de haki. 
La puissance de l'assaut de mon adversaire est bien plus grande que je ne l'aurais cru. A chaque choc je recule un peu plus et j'encaisse d'important dégâts. Mes bras et mon abdomen souffrent tandis que j'essaye de me concentre. La douleur me déstabilise et déjà que je ne maîtrise que partiellement le fluide de l'armement, je suis actuellement incapable, ne serait-ce même que de tenter de l'activer. 
Ma peau se déchire a plusieurs endroits et une épaisse fumée se créée. Me recouvrant totalement aux yeux de mon opposant, je parviens finalement, alors que les deux dernières flammes m'arrivent dessus, à enclencher mon haki. 
Quelques secondes après, la fumée se dissipe pour me dévoiler. 



Le short déchiré en plusieurs endroits, le corps couvert de blessure et de quelques entailles, je baisse légèrement mes bras, toujours en crois, pour dévoiler mes yeux. Sur mes avants bras, une marque noir obsidienne a prit place. Bloquant les deux dernières flammes qui tombent au sol, coupées de leur inertie.
La respiration haletante, un sourire se forme sur mon visage. Puis, un petit rire nerveux prend place pour que finalement je totalement mes bras tout en gardant les poings serrés. 

> Quelque est la nature de tes flammes ! 

Mon ton menaçant contraste parfaitement avec mon sourire, celui de l'excitation du combat. Qui plus-est, mené contre un Capitaine Corsaire très puissant. Sans même prévenir, sortant deux boules de feu de chacune de mes mains, les orbes d'environ 50 centimètre de diamètre crépitent. 

> Kagero !

Les deux sphères sont extrêmement rapides, compte-tenu de la taille réduite de mes boules de feu. Ainsi, surprenant sans doute mon adversaire, je m'élance à toute vitesse dans le sillage de mon attaque, puis finalement m'arrête juste avant Light, emmagasiné toute l'énergie cinétique due à mon arrêt puis balance de toutes mes forces mon poings qui se recouvre selon ma volonté d'une couleur noir, si douce à mes yeux. Me voilà rendu plus fort, merci " l'Immortel " !


 
 
 
 
 
 
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Mer 27 Jan - 20:23




« Les seconds  »



J'étais resté, quelques instants, étalé sur le sol à écouter et observer ce qui se déroulait à l'extérieur du cercle de flammes à l'intérieur duquel j'affrontais mon adversaire du jour le terrible Atoum Bachara. Et alors je fixais l'extérieur de mes yeux ronds, je m'étais tout d'abord attendu à me faire ramener à la réalité par un coup dans les côtes ou tout autre démonstration d'attention de la part de mon adversaire, mais il n'en fut rien, et pour dire la vérité, captivé par la présence de mes amis qui faisaient face aux "hommes" du logia, j'en oubliais bien vite le fait même que j'étais en plein combat.

Ce qui provoqua le déclic, ce fut la terreur que je perçus dans le regard de Rakan. Le collecteur d'impôts avait beau avoir un bon niveau de combat, pour aujourd'hui toutes ses capacités se révélaient bien inutile. Pourtant, il ne semblait pas être un faible, un couard, mais là, submergé par les événements, il semblait fuir avec le regard pleutre d'une proie que l'on traque. Quand je croisais ce regard ampli de négativité, de déceptions, et de désillusions, tout me revint immédiatement en mémoire. J'étais en plein combat et je me devais de le terminer avant que l'homme en armure, ravagé par les événements ne tire des conclusions trop hâtives en me voyant dans une position si inconfortable.

Voir son visage semblait m'avoir donné un coup de fouet. Maintenant, je m'extirpais de la torpeur dans laquelle m'avais plongé la vision et l'écoute de mes camarades qui se tenaient à, à peine quelque mètres de là.

D'ailleurs puisque qu'on parle de mon équipage, mené cette fois-ci, de concert par Agon et Gran Mao, il faisait face aux membres  de l'équipage du néant. Les deux camps se fixèrent dans un premier temps, toutes armes dehors puis le dialogue se lança et mon second, le plus poilu de mes "hommes" s'adressa à Zuko pour affirmer haut et fort sa position de second de l'équipage


Le félin, perché sur mon "long bras" de frère, fixait intensément Zuko le toisant lui et ses hommes, du regard. Avec son seul regard, il se voulait provoquant. Il devinait ce que se disaient les hommes d'en face. "Un chat second d'équipage ? Mais c'est du délire ! Ce Shichibukai et le reste des hommes de son équipage ne se respectent pas !" C'est pour cela qu'il les fixait ainsi, d'un regard aussi sombre que la nuit, après être intervenu oralement. Dans sa tête, il se préparait à encaisser les moqueries. Et dieu sait qu'il était mauvais au jeu de l'hypocrisie. C'était toujours lui le premier à s'énerver, toujours lui qui gueule le plus dans le bateau. Il détestait le regard niais des gens qui se sentait superficiellement au-dessus des autres.

Ce regard, il ne le connaissait que trop bien, à cause de son apparence animale. Nombreux sont ceux qui lui ont manqué de respect alors qu'il ne le connaissait pas. Ses pirates feront ils la même erreur que les autres ? Manifestement, non ! C'était bien étrange d'ailleurs, comme s'ils n'avaient pas été plus étonnés que ça de voir un chat doué de parole aux commandes d'un équipage de l'un des Shichibukai. Ils avaient dû passer par bien des situations loufoques et des rencontres excentriques pour ne pas être étonné par le mystère qu'était à lui seul Gran Mao. Plus que ça même, le "chef du côté adverse" semblait respecter le félin pour ce qu'il était dans sa globalité. Mon second n'eut pour le coup rien à répondre, lui qui était pourtant si bavard fixait "le charmeur" avec de grands yeux ronds comme étonné de le voir si compréhensif et ouvert d'esprit"

Mais si Zuko, était déterminé à ne pas se battre, en témoignait le fait qu'il rangea son arme, mais certains de ses hommes se questionnaient intérieurement, et un type finit par demander tout haut ce que la majorité pensait tout bas. Voilà ! Finalement, c'était bien de sales pirates ! Toujours à vouloir répandre le sang et la misère. Mes hommes resserrèrent tous l'emprise de leur poignet sur leur arme. Agon, armé de sa hallebarde falli bondir, prêt à l'assaut, tout comme l'experte en sabre de mon équipage : Hamaya.

Tous les deux démarraient souvent les hostilités. Mon frère à cause de la rage qui lui tenaillait le ventre, et la jeune femme à la peau mat pour la simple et bonne raison qu'elle aimait se servir de son sabre et combattre des adversaires coriaces pour améliorer sa maîtrise au maniement du sabre.

Ainsi, ils furent tout deux plutôt réactifs, mais ils se stoppèrent dès que Zuko leva la voix à l'encontre de son propre camarade.

Puis le sniper de l'équipage du néant s'adressa de nouveau à mes "hommes" entamant une sorte de présentation pour "repartir" sur de bonnes bases et surtout pour faire retomber la pression, parce que honnêtement faire connaissance sur un terrain aussi sanguinolent, sans compter qu'ils se connaissent tous au moins grâce aux rumeurs et aux primes. Bref, c'était une diversion plutôt bien vu pour faire oublier le sujet précédent et discuter un peu. Même si bon,mon équipage, nettement Agon n'était vraiment pas du genre à faire ami-ami avec des pirates et taper la causette avec eux. Mais bon, l'âge l'avait sûrement assagit, et sa raison avait peut-être pris le pas sur sa colère envers la piraterie.

En effet, c'était sa haine envers les pirates qui m'avait poussé jusqu'ici. Si j'étais devenue Shichibukai c'était par vengeance et pour mener à bien ce projet qui tenait temps au cœur de mon frère : mettre fin à l'air de la piraterie. Cependant, il n'était pas con et buté au point de ne pas savoir faire la part de choses. Certes, ses camarades étaient tous là de leur plein gré, car ils avaient tous une bonne raison de vouloir chasser des pirates, cependant, même en sachant cela Agon ne voulait pas faire la connerie de trop qui pourrait les faire tous tomber dans une sanglante bataille. Alors, serrant les dents, il déglutit, ravalant sa fierté pour se présenter lui et ses camardes et faire la discussion avec les pirates en attendant que je termine mon duel contre Atoum.

-Ouai ouai, on sait qui vous êtes ! Eh bien, nous vous devez déjà nous connaître n'est ce pas ? On est les immortels ! Le chat sur mon épaule, c'est notre second, Gran Mao et moi, je suis le frère de Light : Agon !

Répondit le long bras en premier. Puis le félin s'adressa plus à lui qu'aux autres même s'il le faisait à haute voix :

-Tu sais peut-être qui ils sont, mais moi perso... Même maintenant, je sais pas... Jamais entendu parlé d'eux !

Déclara le chat en haussant les épaule et en fronçant ses petites moustaches.

-Comme toujours Gran Mao... Comme toujours !

Dit-il habitué au fait que le chat soit si captivé par les récompenses et les berrys en général qu'il en oublie le nom et le visage d'un primé lorsqu'il en a un en face de lui" que voulez vous... Il est pas là pour ses talent de visagiste ! Bref alors qu'on ne s'attendait à rien de plus, un brune intervint, traînant Sarah derrière elle alors que celle-ci ne semblait réelement pas motivé à se présenter  :

-Hey et nous on compte pas Agon ? Bah, je vais me présenter moi-même

Dit-elle en lui tirant la langue par pure provocation, comme une gamine le ferait par mécontentement. Puis elle reprit en dégainant son sabre sûrement pour impressionner :

-Je suis Hamaya ! L'experte en m'animent du sabre des Immortels ! Si vous avez besoin d'un adversaire, je vous attends !

Elle semblait fière de sa présentation, ne voyant pas que les autres s'en fichaient un peu fixant plutôt la jaune femme qu'elle tenait encore par la main pour qu'elle ne s'éclipse pas durant sa présentation. Voyant que tout le monde avait les yeux braqués sur la rousse et que cette dernière ne daignait pas se présenter la brune déclara avec simplicité :

-Bah elle... C'est Sarah !

Puis elle rajouta à demi voix avant de reprendre de plus belle à partir du "bref":

-Mais on s'en fout... Bref ! On est les commandants de flotte de Light ! Maintenant que les présentations sont faite qu'est-ce qui va se passer ?


Dans l'arène enflammée, le duel qui m'oppose à Atoum reprend de plus belle. Retrouvant ma position originel, d'un bond, je fais de nouveau face au logia du feu, qui confiant ne bouge pas d'un pouce. Il aurait put m'attaquer depuis bien longtemps. Non, il aurait dut m'attaquer alors que je gisais encore au sol. Mais il n'en fut rien, il avait semble-t-il une fierté guerrière qui l'empêcha de bouger alors que je fus au sol, et il poussa l'arrogance en restant immobile alors que je combinais mes attaques pour déchaîner ma puissance sur lui.

Ainsi c'est droit comme un poteau qu'il attendit, dans un grand calme que l'une de mes  flammes vint le percuter. Mais son expression faciale vira du tout au tout lorsqu'il fut projeté par la puissance de l'impact de mes balles de flammes. Il ne s'était pas du tout attendu à devoir ressentir une quelconque douleur en rencontrant mes balles enflammé, car après tout, il était le feu. En soit il ne pouvait deviner que mes flammes ne me servaient dans cette attaque que de réceptacle pour mon fluide combattif. Cependant maintenant, qu'il avait compris la dangerosité de mon assaut, il ne pouvait plus éviter mes balles enflammées et manifestement vu comment il se protégeait grossièrement de ses bras, il semblait débordé. Pourquoi ne se protégeait-il pas avec le haki ? N'avait-il pas totalement finit son apprentissage avant de se lancer dans le nouveau monde ? C'était une grave erreur. Ah ces logia toujours à surestimer leur puissance !

Petit à petit, une fumée vit le jour autour de mon opposant me bloquant rapidement la vision. Mais en soit... Ce n'était pas bien grave ! Atoum devait pas mal souffrir pour répliquer trop violemment. Quoi que ...


Rapidement la fumée se dissipa, me dévoilant  un Atoum couvert d'hématomes et de coupures. Cependant un détail attira mon regard. Le pirate arborerait un large sourire. Vous savez, ce sourire dément qui vous fait tout de suite reconnaître les psychopathes des gens normaux. Oui le même sourire que j'avais déjà pus apercevoir sur le visage de Ren. Un sourire et un rire sadique. Comment pouvait on aimer souffrir à ce point. Comment l'intensité du combat pouvait lui procurer un tel plaisir, alors que moi, je voulais simplement qu'il se termine.

D'un ton que je n'apprécie guère il me posa une question, mais l'instant d'après, sans même me laisser le temps de pouvoir lui répondre, il forma deux boules enflammées, à l'image de deux soleils miniatures et me les balança dans la face. Les boules de feu fondirent sur moi à une vitesse hallucinante, j'ai à peine eu le temps de battre des ailes pour me maintenir en équilibre dans les airs que les flammes me lèchent déjà mes blanche plumes. Les vents toujours déchaînés modifient légèrement la trajectoire des mini-soleils envoyé par Atoum. Ainsi l'un me touche en partie l'aile droite au niveau de l'épaule tandis que la deuxième est déjà à quelques centimètres de mon bec.

~Et merde !~

Deux déflagrations eurent lieu, éblouissant l'arène et repoussant l'air à l'impact. Les explosion me propulsèrent au sol, ou plutôt m'écrasèrent plus bas que terre, m'encastrant dans le sol même en créant une énorme crevasse épousant presque la forme de l'oiseau millénaire que j'étais. La poussière se souleva alors en un nuage de fumée protecteur qui vint me dissimuler au yeux de mon ennemi. Me détransformant sous l'effet de la douleur, je grimaçais en venant apposer ma main sur mon ventre endolorie. Je soufflais, mitigé entre l'exaspération et la douleur qui s'estompait petit à petit. Je venais quand même de le critiquer sur le fait qu'il relâchais bien trop vite sa garde et je faisait la même erreur que lui, quel escroc je faisais.

J'étais maintenant énervé. Énervé contre moi-même et contre Atoum... C'était finit de blaguer ! Je devais passer au chose sérieuse et achever le pirate maintenant qu'il était blessé en confiance. Sans plus attendre, alors que la fumée m'empêchais de voir mon adversaire, ce qui devait être son cas aussi, je me relevais, je jetais un regard aux flammes qui subsistaient sur mon épaule droite et mon ventre. Puis je bondis à l'aveugle pour m'extirper de ce nuage de fumée.

Le pirate aurait tôt fait de me repérer alors que je sortirais comme une furie du nuage, avec notamment mon crâne recouvert de flammes blanche telle une torche. Mais bon je faisais pas dans la discrétion alors que je ressemble à une torche ou non ça ne changerais rien !

~Je vais tenter de le prendre de vitesse !

Pensais je en bondissant en un "phénix Run" endiablé. Je bondis donc, de la terre ferme pour m'extirper du nuage de fumée en battant mes ailes vers l'arrière pour gagner en vitesse. En une seconde je traversa le nuage et me mis à tourner la tête dans toute les directions avant de repérer le pirate deux secondes plus tard, et de me réorienter à toute vitesse dans les airs pour foncer tête baisser en direction d'Atoum. Sauf que cette fois-ci j'avais une stratégie qui pourrais bien fonctionner si mon adversaire était toujours aussi négligeant qu'auparavant.

Arrivant à sa position, en forme hybride, je recouvris tout le bas de mon corps du haki de l'armement, certes sur mes flammes blanche et mes diverses queues arborant une touche de bleue sur leurs embouts, rien ne laissait présager l'exposition de mon corps au haki, mais mes serres se teintèrent de noir, prévenant ainsi Atoum d'une utilisation du fluide combatif. Sans crier gare je stoppais ma course en opposant mes ailes aux vents pour me ralentir puis m'arrêter totalement, à quelque mètres, un ou deux, à peine du pirates, puis, je fais bouger mes queues pour les faire fuser sur mon ennemi dans l'optique de le paralyser. Deux d'entre elles attrapèrent fermement son bras droit tandis qu'une troisième avait pour vocation d'immobiliser le bras gauche tout comme la dernière, mais celle-ci manqua son objectif et s'enroula autour de la coulisse gauche D'atoum. Ainsi stabilisé, j'en profita pour prendre encore plus mes aises et bloquer un peu plus ma proie tout en le faisant progressivement souffrir, tout ça en positionnant mes serres aux teinté noir sur ses jambes, refermant progressivement mes serres dans sa chair

-Submission !

La position était certes précaire mais j'étais stabilisé grâce à mes nombreux point d'attache sur Atoum lui-même, donc histoire de profiter de ma position, mes ailes redevinrent des poings qui se teintèrent devinrent très rapidement sombre comme la nuit. J'armais donc mes poings prêt à lancer une pluie de coup en direction du visage et du torse du pirate.




C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atoum Bachara
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 140
Localisation : Le Nouveau Monde
Date d'inscription : 27/11/2015

Feuille de Personnage
Exp:
8/100  (8/100)
Prime/Honneur: 300 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 12
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Logia Feu40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuL'île des HP
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Jeu 28 Jan - 10:33


 
 Les prémices d'une alliance ardente

 
Conformément à ce que souhaite Zuko, la tension bien que toujours présente, se fait moins intense. Les hommes du Capitaine Corsaire se présentent même les uns après les autres et monopolisent la parole. Il est indiscutable qu'au vu de ces quelques paroles, le petit chat nommé Gran Mao et Agon, le long-bras, soient les leaders de l'équipage. Alors que le second semble calme et enclin à laisser les choses se faire pour éviter la bagarre, le frère de Light est semblerais-t-il plus agressif. Pour parler à mes hommes de cette manière, bien qu'il soit dès à présent plus calme que tout à l'heure, il doit avoir une certaine rancœur envers la piraterie. A moins que ce soit à notre sujet en particulier mais bon, ça m'étonnerais bien. En tout cas, les présentations maintenant terminées, le sniper doit trouver un moyen pour éviter un autre affrontement inutile. 
Toujours serein comme à son habitude, il respire calmement et garde son sourire. Comme une grande partie des pirates peuplant ce monde, il aurait pu perdre ses nerfs en se retrouvant face à un équipage de Shichibukaï. Pourtant, lui comme mes hommes, personne n'a la moindre peur, c'est ce qui me rend fier d'eux. Temporisant même la situation, Zuko réfléchie avant de parler pour ne pas faire s'envenimer les choses. 

> Les immortels, bien sûr que je connais ! Un équipage corsaire qui chasse les pirates pour le gouvernement. Vous avez une réputation autant sur Paradise qu'ici dans le Nouveau Monde. J'ai entendu dire qu'on parlait de votre Capitaine, tout comme Ren ou encore Glorim comme la "pire génération" tout comme on a nommé celle de Luffy, Kidd ou encore Law. C'est plutôt gratifiant pour votre Capitaine. 

Marquant une petite pause, il laisse à tout le monde le temps de réfléchir à ces quelques paroles. Mes hommes qui l'accompagnent, tout de même à cran et prêt à dégainer au moindre écart sont un peu moins serein que mon second. Quand à lui, ma nouvelle recrue, il reste droit sans forcément prendre part à la discussion qui déjà emploie trop de réflexion pour lui. Au moins ça a pour avantage qu'il ne dise rien qui puisse déclencher des combats vu son tact légendaire. 
Une petite brise glaciale, transportant le froid à en glacer les os, vient mordre les deux équipages. Un frisson saisit mon second et il se frotte les bras pour tenter de se réchauffer.

> Je vous aurais bien proposé de venir sur notre navire pour se réchauffer .. mais mes hommes n'auraient pas vraiment appréciés et je pense de toute manière que ça ne vous aurez pas vraiment plu. Alors que faisons nous ? Nous nous rapprochons du brasier ou vous nous invitez sur ce fabuleux bâtiment que vous avez là ?

Sans le dire, bien qu'il proposait deux choix, Zuko s'avait que les hommes de Light ne les laisseraient pas monter sur leur navire. Il se prépare donc à s'approcher du feu, attendant quand même la décision du chat, ou bien du long-bras. 

Pendant ce temps, dans l'arène incandescente, les choses s'accélèrent. Contre toute attente, mon assaut bien que pas exceptionnel et non plus vraiment stratégique, a porté ses fruits. C'est surement là un manque d'attention de Light qui m'a peut-être même sous estimé. En tout cas, en le voyant s'écraser au sol je souris. Mon fluide combatif devient plus performant et je peux mieux l'utiliser c'est parfait. Un nuage de poussière se lève et je ne peux plus repérer mon adversaire. Pour ne pas réitérer les erreurs de tout à l'heure, je reste bien sur mes gardes, jambes légèrement fléchies.
Soudain, mon adversaire sort de la nappe qui le camouflait et me fonce dessus à toute vitesse. Le longue-jambe, aidé par ses ailes prend une position aérodynamique qui lui offre une vitesse époustouflante. Prit de court, je ne peux qu'effectuer un bon en arrière pour tenter de l'éviter au moment ou il ralentit en opposant ses ailes au vent. Ses queues recouvertes de flammes blanches parviennent tout de même à me saisir le bras droit, le bras gauche et la jambe gauche. Bloqué ainsi est une humiliation, surtout que le Corsaire utilise avec habilitée le haki de l'armement ce qui lui permet de toucher mon vrai corps. 
Ainsi, je suis dans l'incapacité de faire quoi que ce soit et pour accentuer le tout, mon opposant plante ses serres dans mes jambes. La douleur est intense au moment où il transperce ma peau, et du sang s'en écoule immédiatement. 

Presque tétanisé par la douleur fulgurante, je grimace légèrement, sans pour autant quitter mon adversaire du regard. Un regard noir et mon visage fermé. Ce n'est plus l'heure de s'amuser, le combat a maintenant un enjeu de survie et ma flamme de s'éteindra pas ici. Alors que je force sur mes bras pour tenter de me libérer de son étreinte, je n'arrive à rien. Voilà qui est rageant, se faire coincer comme ça. Puis, Light re-transforme ses ailes en poings et s'apprête à me bombarder de coup. Ainsi bloqué, je me retrouve en très mauvaise posture et je ne sais même pas comment me sortir de là.

 
Le temps semble presque s'arrêter quand les premiers coups m'arrivent dessus. J'encaisse le premier dans l'estomac, le souffle presque coupé je tente d'activer mon haki pour me protéger. Le second vient me taper en plein visage, m'ouvrant au niveau de la pommette. C'est alors que j'enflamme mes pieds, enclenchant donc mon Kaen Sokudo pour tenter de m'échapper de cette situation presque désespérée. La poussée que j'obtiens me permet de déstabiliser mon adversaire qui tangue vers l'arrière. Puis, alors qu'un de ses énièmes coups de poings se dirige vers mon abdomen, surement à cause de ma tentative d'échappatoire, j'arrête mes flammes. Enduisant avec brio ma jambes droite de haki, je pivote le bassin tout en donne un coup de pied qui vient percuter son poing de coté. Ainsi, dévient son assaut, je m'ouvre la possibilité de m'enfuir. 

> Kaen Sokudo !! 

Enflammant de nouveau mes pieds, je me sert de la déstabilisation que j'ai causé à Light pour m'échapper. Ses appendices de flammes ainsi que ses serres sont un peu moins attentive et du coup je m'échappe en me propulsant quelques mètres en arrière, quasiment dans le mur de flamme. Pourtant, durant ma fuite, j'ai ressenti une douleur très intense, plus encore que tout à l'heure. De nouveau au sol, je regarde mes jambes et les vois lacérés profondément à cause des serres de ce foutu Zoan. Ainsi, il s'est accroché et m'a causé une énorme blessure très douloureuse. Mes pieds ainsi que mes tibias en sang, je me relève tout de même, serrant les dents et manquant de retomber au sol. Poussé par une rage que je n'avais jamais connu avant je fonce tant bien que mal sur mon adversaire. Sautant avant d'arriver sur lui, j'ouvre grand la bouche. 



> MuuuuuUU no BURESU

Un rayon intense de flammes fend les airs pour terminer sa course sur mon adversaire. Ainsi occuper par mon attaque, j'enflamme mes pieds pour me propulser et en finir plus rapidement. 

> KURO NO ROCKETTO

Le brasier qui recouvrent mes jambes jusqu'à la ceinture me propulse à toute vitesse sur mon adversaire et, avec succès, mon bras se noircit de fluide offensif. Le positionnant comme pour exécuter un lariat, je continue ma course effrénée pour le percuter. Effectivement, j'ai l'idée de l'impacter violemment et tout en lui faisant mal, de l'éjecter de mon arène, pour que nous terminions notre hypothétique course hors de celle-ci. 
D'ailleurs, c'est bien ce qui arrive, même si, je ne suis pas certain de lui provoquer autant de douleur que je l'espérais. En tout cas, nous volons à l'extérieur des flammes, les traversant puis, nous impactons le sol de tout notre poids et de toute ma vitesse. Le choc est violent et je me retrouve allongé sur le dos, ne sachant même pas où est mon ennemi à cause de toute la neige que nous avons soulevée. 
 

 
 
 
 
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Ven 29 Jan - 22:32




« Encore de la neige !  »





Un trou noir, comme une absence... Puis une énorme douleur au niveau du thorax, vint me sortir de ma torpeur accompagné d'une étrange sensation de suffocation. Irrité et légèrement paniqué je voulus porter mes mains sur mon torse endolorie, puis mon cou, cependant je n'atteignis rien de tout ça. En effet , n'ayant pas conscience de ma posture loufoque sur le sol, entièrement focalisé, sur mon souffle coupé, je ne compris pas tout de suite pourquoi mes bras attrapèrent le vent au dessus de moi avant de retomber lourdement au sol sous l'effet de la gravité. Intrigué je entrepris de retourner vers la lumière, de m'extirper de cette douce noirceur, en levant les rideaux que représentaient mes paupières obstruant jusque là ma vue.

Lorsque j'ouvris les yeux, la première chose que je pus apercevoir, dans ma bien étrange position, ce fut un énorme monticule de neige. En premier lieu, je me dis que j'avais évité de peu une violente collision avec ce monticule qui devait très certainement être un rocher recouvert de cette glacial robe blanche. De la neige ?

L'air glacial souilla alors sur ma nuque mouillée par la neige, me frigorifiant sur place. Avec toutes les flammes qu'avais dégagé Atoum dans ce combat, j'en avais presque oublié que je me battais sur une île au climat inconfortablement froid. Toujours dans mon étrange position, la tête sur le sol et le bas du corps en haut, je ne pus retenir un éternuement suite à ce courant d'air frais qui me glaça le sang. Ceci eut pour effet de me faire bondir dans les airs en un violent spams avant que je n'atterrisse sur ce sol duveteux mais froid qu'était la neige en dessous de moi.

J'étais maintenant étendu à même le sol, grelottant presque à cause des températures négative. C'était maintenant que j'étais entendu là, sur cette plage enneigée, les cheveux mouillés et le reste du corps partiellement trempé, que je remarqua que toute mes protections pour lutter contre le froid m'avait abandonner lors de mon duel dans l'arène enflammé. Mon bonnet ? Disparu ! Ma veste, en piteux état partiellement brûlé et déchiré. Ainsi, je n'avais plus grand chose pour me protéger de ce grand froid, et mes longs cheveux trempés par la neige ne m'aider pas à me réchauffer, bien au contraire, ils semblaient capter la moindre once de fraîcheur pour la ramener vers mon le reste de mon corps déjà grelottant. Sur le sol, je tremblais. Mon corps bougeait en de vaines petites saccades, qui n'étais rien d'autre que des réflexes nerveux activés par la neige et le vent au contact de ma peau.

Mais étrangement, contrairement à tout à l'heure, lorsque j'ai accosté sur l'île polaire, je n'étais pas obnubilé par le froid. J'étais plutôt captivé par mes souvenirs les plus récents... Le pourquoi du comment j'avais été éjecté de l'arène ardente. Ainsi, en me levant, je me remémorais la scène en me grattant l'arrière de la tête, tout en grelottant. Mon visage, mes grands yeux ronds et ma mine déconcertée ne laissaient aucunement transparaître mes réflexions.




Je me rappelle de la moue abjecte qu'Atoum fit, en serrant les dents lorsque mes serres pénètrent la chair de ses cuisses. Sur le moment, je l'avoue, pour que son humiliation soit à son paroxysme, j'aurais bien aimé qu'il lâche un cri de douleur. C'était pas par sadisme pour me délecter de sa souffrance, quoi que... Dans le fond... Un peu surement ! Mais c'était surtout pour la symbolique, pour lui faire admettre qu'il avait eut tort d'être aussi arrogant et impétueux qu'il l'avait été envers moi. En somme, c'était pour que son humiliation n'en soit que plus grande. Mais il n'en fit rien ! Il se contenta de simplement serrer les dents en contractant tout les muscles de son visage pour combattre la douleur qui lui tenaillait les jambes.

Néanmoins, il savait qu'il lui fallait agir maintenant, avant que mes poings ne s'abattent sur lui tel une pluie de météorites, et qu'il ne succombe sous la violence de mon assaut. Prit de panique sûrement, il s'essaya à de vains mouvements pour tenter de s'extirper du joug infernal de mes queues et mes serres ardentes renforcés par le haki de l'armement. Inutile... Il se débattait inutilement. Il ne quitterait pas mon emprise en utilisant sa force pure, non... Ma position était trop "dominante" pour qu'un tel revirement de situation ne voit le jour. Sa seule chance, c'était d'arriver à me surprendre pour lui laisser le temps de fuir mon étreinte, et c'est que qu'il fit, non sans prendre quelque uns de mes coups avant ça !

Chaque coup de poings qui s'enfonçait dans sa chair, marquait certainement l'esprit du logia, et c'est ce que je voulais avant tout. Réduire en miette son mental, pour que son corps suive irrémédiablement le même chemin. Drôle de cheminement n'est-ce pas ? Frapper son corps pour marquer son esprit afin que ce dernier impact négativement son corps... Vous n'avez pas l'impression d'avoir fait un tour pour rien ? Bref. Mon premier coup s'enfonça dans son abdomen, frôlant l'estomac et lui coupant le souffle. Le deuxième coup le blessa à la tête. Et ainsi, je continuais à le frapper jusqu'à çe qui se décide à agir pour sa survie. Une idée bête lui était venue à l'esprit, une idée banale mais qui ferait mouche, notamment par sa simplicité d'exécution et la surprise qu'elle provoquerait. Enflammant ses jambes le pirate se propulsa dans le ciel en un genre de bond supersonique qui me fit faire un mouvement d'avant vers l'arrière malgré mes diverses attaches sur Atoum lui-même.

Alors il avait trouvé le défaut de cette technique ? J'étais solidaire de tous les mouvements qu'il faisait s'il parvenait à en faire en passant outre mon joug. Ainsi de part sa propulsion, il parvint à me surprendre. Mes yeux voulurent sortir de leurs orbites, lorsque je vis que là-bas de ses pieds s'enflammèrent et lui permirent une propulsion dans les airs. Rattraper par la gravité et ma position maintenant précaire sur un Atoum, fondant l'air. Je sentis le haut de mon corps faire une torsion vers l'arrière tandis que mes serres atténuèrent leur emprise sur les jambes du pirate, pour tenter de m'adapter, je forçais sur mes abdos, relâchant un peu ma prise avec mes queues pour me donner plus de leste et me ramener vers le logia en enroulant encore plus mes appendice enflammés autour de ses membres capturé et immobilisé.

Au même moment, mon poing continuait son chemin en direction d'Atoum, mais je sentis ce dernier se tordre, et la jambe du pirate seulement retenu par ma serre, moins oppressante sur le moment, s'extirpait de mon emprise pour venir dévier mon poing. Puis alors que je suis pris de cours par une telle résistance et le fait que mon poing soit dévier de sa trajectoire, je ne pus rien faire lorsque je vis le pirate se laisser porter par son mouvement avant d'enclencher une nouvelle fois sa technique de propulsion, pour se jeter cette fois-ci vers l'arrière. Comme mon emprise c'était affaibli, et que son mouvement, porté par les flammes était brusque et puissant, je le sentis s'échapper de mon joug avant même que je n'ai eu le temps de l'agripper correctement, de nouveau, son mouvement le propulsa tout droit sur son mur de flammes.


Le pirate se releva. On voyait maintenant qu'il avait bien morflé au vu de toutes ses blessures béantes et du sang qui le recouvrait éparse son corps. Mais même sévèrement blessé comme il l'était, il ne lâcha rien, bien au contraire, il se lança dans un assaut à mon encontre. Vous savez, le genre d'assaut désespéré que tous les perdants rêvent de voir se transformer en un étincelant revirement de situation. L'action qui au grand damne du fossé qui les sépare de leur ennemi est sensé leur donner la victoire.

Ainsi, malgré le fait qu'il ne tienne même pas parfaitement debout Atoum s'élança porté par une hargne qui transcenda sa volonté au-delà même de son corps. Il hurla alors le nom de son attaque et lorsqu'il eut finit-il garda la bouche grande ouverte comme s'il avait pour projet de continuer à hurler. Mais au lieu que cela ne soit du son qui sorti de son gosier, ce fut un énorme faisceau ardent qui vint me cueillir. Le faisceau était en tout point similaire à l'attaque que lançaient les pacifistas en ouvrant leurs bouche, même si eux, c'était un rayon de lumière perforant qui en sortait et non un rayon composer de flammes ardentes. Atoum s'était-il inspiré du style de combat des robots du gouvernement, ou avait-il plutôt, copier les capacités de cracheur de flammes que l'on accordait aux dragons dans les fables et les légendes ? Je ne le saurais pas de sitôt !

Bref, une fois de plus surpris par cet assaut pour le moins étonnant, je ne parvins pas à fuire, j'eus à peine le temps de transformer mon bras droit en aile et de le dresser telle une barrière face à l'attaque d'Atoum.

-White Shield !

Je fus ainsi protégé par mon aile, mais en contrepartie, vu sa taille et sa position elle, dissimula le pirate à mes yeux. Et vu la rage et la férocité du logia ce n'était pas franchement un avantage. Il en profiterait à coup sûr pour bouger et m'attaquer. Ça ne manqua pas !

Alors que j'abaissais mon aile pour regarder par-dessus, je vis le logia s'extirper, rougeoyant du faisceau de flamme qu'il m'avait précédemment envoyé.

-Oh !

Déclarais je en toute simplicité, avec une tronche d'ahuri finit qui laissait bien paraître ma surprise. Je le voyais déjà s'infiltrer dans l'espace séparant mon buste de mon aile et se venger de la pluie de coups en m'infligeant lui aussi les courroux de ses poings renforcés au haki. Même si je risquais de n'en garder aucune séquelle corporelle grâce à ma régénération, je n'avais pas envie de souffrir une fois de plus aujourd'hui. Car oui, j'ai peut-être rien physiquement, mais à chaque combat et celui-ci ne déroge pas à la règle, j'encaisse, j'encaisse, mais ça fait mal bordel ... Sur le coup en tout cas... Heureusement que la régénération s'activait plutôt rapidement.

Bref, faut pas croire, ça se voit peut être pas, mais parfois, je suis lassé de combattre, lasser de souffrir physiquement, mais bon la c'était une question d'honneur, je devais ramener ce jeune homme à la raison, lui montrer qu'il ne faut pas jouer la tête brûler, qu'il ne faut pas fourrer son nez partout, et surtout qu'il faut traiter les autres avec un peu plus de respect qu'il n'en a démontrer jusque là. Si tout le monde ce comportait comme lui, ce serait l'anarchie total... Ah oui... J'oubliais... Le nouveau monde est anarchique... C'est con essence même. Ah bordel, j'ai encore du pain sur la planche !

Ainsi plus instinctivement qu'autre chose, je déplaçais mon aile droite vers la droite pour dévier le rayon de flamme et ce dernier par la même occasion. Pour le rayon pas de soucis, il fut dévié, alimentant un peu plus les murs incandescents de notre arène, pour ce qui fut de bloquer Atoum, tout ne se passa pas comme prévu ! En effet, le pirate me feinta, concentré, il perçut le mouvement de mon aile, et boosté par le feu qui embrasait tout le bas de son corps il sauta par dessus mon aile et se dirigea dans le sens inverse de mon mouvement, et ce à une vitesse impressionnante.

Avant que je ne remarque qu'il m'avait pris à contrepied, il fusa, le bras couvert de haki, sur ma gauche, avant de se recentrer pour me frapper le torse d'un violent lariat qui m'expulsais hors de l'arène à la grande stupéfaction de mon équipage, qui n'eut aucunement le temps de répondre à la proposition de Zuko, coupé dans leur démarche par notre spectaculaire sortie... Notre violent choc nous extirpant du champ de flammes. Voilà comment je m'étais retrouvé affalé sur le sol, le torse en compote et le souffle coupé, dans une position plus qu'étrange.

Maintenant que j'étais debout, grelotant à cause du froid qui enserré mon corps trempé, je tournais la tête d'un côté puis de l'autre pour observer mon environnement. Je vis sur ma droite le groupe composé de mon équipage et celui d'Atoum qui me regardait, effaré. Mais en parlant de lui, je fus comme inquiet de ne pas apercevoir le capitaine pirate qui m'avait expulsé de son arène incandescente. Par instinct, je dis volte-face et je le vis, derrière moi. Il était debout, mais chancelant. C'était ma chance, je devais l'achever avant que son équipage n'intervienne et ne me pousse à les massacrer par pure légitime défense.

Ainsi, je me frottais frénétiquement les bras, faisant des vas et vients rapide pour me réchauffer un peu et me motiver à partir à l'assaut malgré le froid polaire qui régnait ici. Comprenant que mon geste pour me réchauffer était vain, je n'attendais pas plus longtemps, sinon mes jambes gèleraient sur place à coup sûr. Je me propulsais donc à l'aide de mon "phénix run" mais cette fois-ci sans transformer mes bras en ailes. Je n'avais pas besoin de gagner tant de vitesse que ça, et puis quelque chose me disais que mon adversaire ne me fuirait pas, bien au contraire il se ruera lui aussi à mon contact pour confronter ses poings et son haki au miens.

Dans ma course, je transformais ma main droite en serre et laissais ma main gauche à son stade originelle puis j'enduisis mes deux bras de haki et hurlais pour extérioriser toute ma haine, toute ma rage, tout mon désarroi vis-à-vis des évènements actuels :

Finissons en... ATOUUUUUUM !

Je plaçais ma serre devant moi tandis que je levais mon bras gauche derrière moi. Pas de feinte, pas de coup bas, pas de stratégie. Juste un coup de poing, un choc entre nos deux puissances, un affrontement entre nos deux fluides ! Je laissais ma serre devant moins pour parer les éventuels coups de poings ou de pieds de mon adversaire tandis que j'élançais sans détour mon poing gauche en direction de la joue gauche du pirate. Un coup simple prévisible, mais surpuissant au vu de ma cinétique, de sa cinétique... L'impact, s'il avait lieu sera rude, mais que fait Atoum face à cet assaut aussi déconcertant que simple ? Verra-t-il net dans mon franc jeu ou anticipera-t-il une feinte que je n'avais guerre prévu ? Tout va se jouer maintenant !



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


[/center]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atoum Bachara
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 140
Localisation : Le Nouveau Monde
Date d'inscription : 27/11/2015

Feuille de Personnage
Exp:
8/100  (8/100)
Prime/Honneur: 300 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 12
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Logia Feu40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuL'île des HP
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Lun 1 Fév - 14:07


 
  Les prémices d'une alliance ardente

 
Au milieu de toute la poussière soulevée, je me retrouve affalé sur le sol. De la neige est aussi en suspension dans l'air et blanchit le voile qui nous recouvre avec Light. Avec difficulté je m'assois je suis le sol, devant soulever mon corps me paraissant si lourd. Mes bras sont pleins d'entailles diverses, mon torse l'est tout autant et pour finir, deux énormes balafres on prit place sur mes jambes, signalant la présence il y a encore quelques instants des serres de ce foutu Zoan. Mon sang coule au sol et vient teinter encore un peu plus cette neige d'une touche vermillon. La blessure est profonde car mon opposant à mit du cœur à m'enfoncer ses griffes enduites de haki. D'ailleurs, j'avais presque lâché un cri de douleur, heureusement contenu. S'il m'avait vu dans cette faiblesse, je ne me le serais pas pardonné. Maintenant assis, je fais en sorte de retrouver mon souffle au plus vite. Mon assaut a été rapide et j'y ai donné beaucoup d'énergie. Seulement, j'en ai plus des masses à cause de cet affrontement éprouvant. Si ça dure trop, je vais me faire rétamer comme un débutant. Il est donc dans mon intérêt d'en finir le plus rapidement possible. C'est pour ça qu'il faut que je donne tout et explose mon adversaire le plus vite possible. 

Doucement le voile se désépaissit et je peux voir de plus en plus clair autour de moi. Je me force donc à me relever complètement, non sans douleur à causes des plaies béantes sur mes jambes. Je titube un peu mais parviens à garder cette position verticale ce qui en soit est déjà une belle victoire. Sur ma droite, je peux déjà voir mon équipage ainsi que celui du capitaine Corsaire. Un long-bras avec un espèce de chat noir sur l'épaule devait surement parler avec Zuko. C'est donc le second de mon adversaire, ainsi une discussion a pu éviter l'effusion de sang et le massacre d'un des deux équipages. Je n'en suis pas étonné, je reconnais bien là l'attitude plus "diplomatique" de mon ami. En plus, depuis que nous sommes dans le Nouveau Monde, il semble avoir encore améliorer cette facette de sa personnalité. A vrai dire, c'est surtout parce qu'il ne veut combattre qu'en cas de besoin vital ou sur mes ordres. Il est donc prêt à éviter tout affrontement "inutile". 
De ce fait, il n'a pas toujours l'approbation de mes hommes qui sont plutôt comme moi, des guerriers dans l'âme et des têtes brûlées toujours prompt à se battre. Voilà, Zuko est le régulateur de l'équipage et celui qui comme aujourd'hui, à pu sauver des vies. 
Contrairement à ma nouvelle recrue, Ordrix qui est plutôt celui qui sème la mort et la terreur là où il passe. 

A cet instant précis, mon regard croise celui de mon second et je vois qu'il est surpris de me voir dans un tel état. Il ne se fait aucune illusion sur mes capacités comparé à celles des grands du Shin Sekai, mais il ne devait pas s'attendre à ce que je sois aussi mal au point. Aussi, j'ai l'impression de l'avoir coupé dans sa discussion et la vérité est celle-ci. Son interlocuteur allait lui répondre qu'en à sa proposition mais rien n'y a fait. Je suis apparu au mauvais moment mais la rapidité de l'attaque sur le Corsaire fait qu'ils n'ont rien vu de bien significatif si ce n'est des flammes. 
Puis, la poussière qui nous obstruait la vue retombe encore un peu plus, dévoilant mon adversaire. Zuko est surpris là encore, mais cette fois-ci car honnêtement, je suis celui des deux qui est dans le plus mauvais état. Ainsi, mon second comprend que j'ai morflé pendant ce combat et que je me suis fait dominer par le grand blond. 

Je chancelle toujours un peu, les jambes légèrement pliée à cause de la douleur. D'ailleurs, Light se retourne et m'aperçois, j'ai l'impression de lui avoir causé pas mal de soucis tout de même et c'est parfait. Mon regard est dur et je sais à quoi m'attendre maintenant, blessé mais prêt comme jamais je m'apprête à tout donner. Le Schichibukaï tente de se réchauffer en se frottant les bras frénétiquement tandis qu'à chacun de ses souffles, un léger nuage de vapeur se forme. 
Soudain, sans que je puisse lancer une quelconque technique, mon adversaire s'élance à l'assaut. Adoptant de nouveau cette position plus aérodynamique, il court avec une grande vitesse vers moi tout en criant sa rage.

 
Son poing droit s'enduit de fluide de l'armement tandis que son autre main devient une serre comme tout à l'heure. Cette attaque de front est un cadeau de ciel, ma douleur en l'état actuelle m'aurait empêché de trop me mouvoir. Aussi, j'aurais pu avoir du mal à esquiver un enchaînement et à me déplacer autre que tout droit. Voilà qui est parfait pour moi. Je reste donc droit, puis, met une jambe devant l'autre et ce de plus en plus vite. Poussant moi aussi un terrible cri, celui-ci reflète deux choses en particulier: ma détermination principalement, mais aussi ma souffrance. 
En effet, marcher est un supplice et là, comme si de rien n'était je tente de courir. Mon corps entier me fait mal, mais c'est bien sûr les foutues serres de mon ennemi qui m'ont fait le plus mal. 
Nos vitesses respectives font que notre rencontre intervient rapidement. Mon bras droit promptement couvert de noir, je le balance moi aussi vers mon adversaire et le choc du à l'impact entre les deux hakis est violent. 



 
L'air tout autour de nous est repoussé et la neige s'écarte aussi de notre position. L'onde de choc produite vient jusqu'à nos équipages respectifs et les secoues eux-aussi. Une sensation de puissance se dégage de cette opposition de force. Pourtant, malgré tout je ressens ma faiblesse. Effectivement, ma maîtrise du fluide n'étant que partielle, je ne peux pas lutter d'égal à égal avec Light. De plus, mes jambes étant depuis tout à l'heure plus fébriles, je recule petit à petit. Au début, mon infériorité n'est pas flagrante, je tiens tête à celui dont les jambes sont démesurément grandes. Puis, l'écart se creuse et au final, je me fais propulser à quelques mètres de l'impact initial. Blessé dans mon égo à cause de ce choc n'engageant que la force pur, je m'écrase au sol.

Je n'ai qu'une envie c'est de le défoncer, mais je commence à devenir trop faible pour lancer mon attaque. Mon énergie n'est plus celle de tout à l'heure et je crois qu'en emmagasinant les coups, je commence à trop faiblir. C'est donc pour cela que je me lance dans un coup qui sera quitte ou double. Ainsi, positionnant ma main gauche devant moi, vers mon adversaire, celle-ci rougit. 

> Kyushu-en

A cet instant précis toutes les flammes qui composent notre arène, ayant tout à l'heure abriter notre combat, viennent vers moi et je les absorbe. De ce fait, avec toute cette énergie, je peux lancer une attaque. Mais cette fois-ci c'est le vrai dernier assaut, celui qui va sceller la fin de ce combat. 

> Tu vas voir Light !!!!!

Criant mes tripes, je me décide à enclencher ma technique. 

> Taiyo NO AKUMA !!!!

A cet instant précis, l'intensité de mes flammes change du tout au tout. Ma température atteint des sommets tandis que mes capacités deviennent grandes. Autour de moi la neige fond et je parvient à me relever pour la toute dernière fois.


Ma main droite se crispe automatiquement, mes jambes ne me font plus souffrir et mon visage n'est qu'expression de violence. De là, je lance ma toute dernière attaque, pour en finir une bonne fois pour toute tandis que ma main droite s'enflamme littéralement. Mon couvert de sang, je fais abstraction de tout.


> MUUUUUKOSHIROKUU

A cet instant précis, je m'élance sur mon adversaire avec la vitesse maximale que je peux atteindre avec pour seul idée: le tuer. 
Alors que j'arrive à proximité de lui, je balance ma main droite vers lui afin d'en finir avec lui. Toute mes forces engagées dans ce combat, ma hargne et ma détermination sont synthétisées dans ce seul assaut. 
Le Zoan du Phénix rend-il son utilisateur éternel ? Light a-t-il usurpé son épithète ? 



 
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Mar 2 Fév - 1:17




« La destruction est primordial à la construction !  »



Spoiler:
 

Je fixais Atoum, qui me faisait vaillamment face. Chancelant, certes, mais debout, et, ce malgré toutes les blessures que l'on pouvait observer sur son cops. De ma position, pourtant un peu éloignée, je pouvais presque plus voir sa chair, son sang s'écoulant de ses blessures ayant couvert une grande partie de son corps. Mais l'être sanguinolent ne sembla pas être impressionné par mon assaut frontal, pourtant, il avait mangé une quantité astronomique de mes coups, du moins assez pour qu'il puisse en tirer la conséquence qu'il ne pourrait plus en encaisser énormément.

Néanmoins au lieu de fuir ou de réagir, alors que je m'élançais et fusais à grande vitesse dans l'air, il resta un temps à m'observer d'un regard dur, et étonnement sérieux pour la grand gueule qu'il était. Muet, il était muet comme une carpe, comme concentrer. Mais bon, en soit il ne fut pas si bavard durant notre combat, ce qui fut des plus étonnant pour moi. Il ne semblait pas être le même quand il décidait de se battre. Il laissait tomber la provocation pour s'adonner au plaisir de submerger son opposant de son ardente puissance.

Coup d'infortune pour lui, aujourd'hui, il était tombé sur moi, l'une des seules personnes ayant une certaine immunité face aux flammes et donc à son pouvoir. Cependant, il enchaîna avec hargne notable, les assauts, sans jamais se décourager, et plus admirable encore, il avait su encaisser mes coups et se défaire à plusieurs reprises de mon emprise. Certes, je n'étais pas un Yonkou, je n'étais pas invincible, mais mon fruit m'offrait une immunité et une puissance sans commune mesure face à laquelle, peu de pirates arrivent à rivaliser. Lui, il y parvenait ! Bien entendu, il était en mauvais état, contrairement à moi, mais j'avais un avantage que même son logia ne lui conférait pas : la régénération. Il était donc normal qu'il soit en aussi mauvaise posture alors que moi, j'avais juste les vêtements partiellement déchirés et brûlés, les joues couvert de neige et de poussière et les poings ainsi que les cheveux trempé, mais rien de plus.

Cependant le combat m'avait éreinté, et son dernier coup m'avait momentanément coupé le souffle. Ainsi, même si ce n'était pas dans mes habitudes, j'ai dû me poser quelques temps pour reprendre mon souffle avant de repartir à l'assaut. Ce moment de repos, suspendu dans le temps me permit de repenser à tout ce qui c'était passé depuis que j'avais accosté sur l'île. Il en ressortait une chose importante : je devais corriger le pirate pour qu'il apprenne le respect et les bonnes manières. Pourtant au fond de moi, je savais que je ne changerais jamais la vision des choses de cette tête brûlée, et mine de rien, ça m'embêtait. C'est pour cela que je parti dans un assaut linéaire, pour lui donner sa chance de venir à ma rencontre et d'opposer sa puissance à la mienne, sans artifice, sans stratégie, juste dans l'optique d'engager une bataille de puissance brute ou seule nos poings couvert de haki déterminerait qui est le plus puissant.

Je partis donc à l'assaut de mon adversaire, les avant-bras teintés de noir, ne transformant que ma main gauche en serre pour parer les éventuelles coups tordu de mon adversaire, tandis que j'armais mon poing droit renforcé du fluide de l'armement pour le balancer en direction d'Atoum qui s'était mis en mouvement dans ma direction, agrémentant son avancé rapide d'un cri de guerre servant sûrement à canaliser sa rage et à le réconforter. Une chose était sûr, c'est que son cri résonna puissamment, si puissamment qu'il en fit presque raisonner mes entrailles, en faisant au cours d'une seconde frissonner mon corps qui ne se stoppa pas pour autant dans sa course.

Bien vite nos poings entrèrent en contact, provoquant une énorme onde de choc qui repoussa tout autour de nous. Neige, poussière, et même l'air furent repoussé loin du poing d'impact de nos assauts respectifs, en une énorme bourrasque qui déstabilisa nos compagnons postés en spectateurs non loin de là.

Gran Mao manqua d'ailleurs d'être emporté par les vents, sa surprise couplée à sa légèreté lui avait pour le coup était désavantageuses, heureusement que sans réellement le vouloir, Hamaya, qui se trouvait derrière Agon, parvint à rattraper le second de l'équipage des "immortels" sinon ça aurait jasé une fois de retour sur le bateau. Le félin ne se plaignit étonnement pas, captiver par le combat qui leur faisait face, il lâcha même un petit « merci ! » à la jeune femme, qui fut, elle-même très etonné d'entendre une telle politesse sortir de la gueule du chat. Mais, elle n'eut pas trop le temps de faire quoi que se soit, mis à part se concentrer pour faire face à la bourrasque tout en maintenant fermement Gran Mao dans ses bras pour ne pas qu'il se face de nouveau emporter par les vents.

Puis sans que le félin n'ait eu à le dire, la jeune sabreuse se déplaça pour le côté pour mieux voir l'affrontement et aussi offrir un angle de vue au félin. Elle se plaça donc à côté du long bras qui tourna la tête un instant lorsqu'elle frôla son bras gauche en se déplaçant. Il se remit à fixer la bataille sans rien dire avant de tourner brusquement la tête une nouvelle fois en direction de la jeune femme, arborant une tête digne d'une personne ayant aperçu un fantôme. Il fixa l'escrimeuse d'un air inquiet puis il tourna la tête en direction de son épaule droite, ancien perchoir du chat de l'équipage, pour remarquer presque avec effroi que Gran Mao n'y était plus. Ainsi, d'un mouvement lent, il tourna le cou en direction D'Hamaya, appréhendant de croiser le regard de son supérieur dans les bras de la jeune femme au teint hâlé. Mais il n'en fut rien, le félin, tout comme la sabreuse était bien trop obnubilé par l'échange de coup ayant lieu entre Atoum et ma personne.

Lorsque le choc se produisit, je fus une fois de plus, étonné par la puissance dont faisait preuve le logia. Il avait réellement de bonnes réserves pour quelqu'un qui n'avait qu'une maîtrise partielle de son haki. Dommage qu'il ne soit pas du bon côté, qu'il ne soit ni mature, ni civilisé, et qu'il ne fasse preuve d'aucune compassion envers les civils ou les innocents soldats de la marine ou du gouvernement. Car oui s'il avait été de mon côté, j'aurais été fier de combattre à ses côtés et de lui apprendre à mieux maîtriser son haki, de l'aider à le renforcer, même si le mien n'était pas encore le plus performant qui soit.

Mais dans les conditions actuelles des choses, je ne pouvais faire qu'une chose : l'écraser pour lui ouvrir les yeux ! L'écraser pour le pousser à changer, pour le pousser à évoluer. Il ne survivra pas longtemps dans le nouveau monde avec son niveau actuel, car ici, seuls régnaient en maître les terribles Yonkou qui ne feront certainement qu'une de lui.

Rapidement, je prends le dessus, en forçant simplement sur mes immenses et puissantes jambes. Mais je le sais bien, j'ai aucune mérite ! Lui, il est blessé comme pas permis et ne peux en aucune cas soutenir son coup à la puissance de ses jambes. Le résultat, c'est que je prends le dessus après une face de doute où Atoum réussit avec ardeur à maintenir mon poing à l'arrêt à l'aide du sien. Tandis que je pousse de plus belle, je le vois fléchir les jambes et reculer de quelques mètres avant qu'il n'abandonne pour se laisser projeter dans la neige à quelques mètres de moi.

Je ramenais donc simplement mon poing vers moi, et laissais mes bras reprendre leurs positions le long de mon corps, tandis qu'Atoum s'exaspérait, allongé dans la neige, mais alors que je m'attendais à le voir tétanisé dans la neige j'eus à peine fais un pas que je l'entendais déjà hurler un nom de technique, pourtant il était toujours à terre. Je fis alors un pas en arrière et vis un énorme mur de flammes me passer devant, me grillant presque le nez au passage. Certes, j'aimais la chaleur, mais pas la peine de faire cramer le bout de mon nez ! Aujourd'hui, c'était bien la première fois que j'avais eu aussi chaud sur une île hivernale






Des gouttes de sueurs commencèrent à perler sur mon visage, tandis que les flammes me léchaient presque le bout de mon nez pour aller rejoindre Atoum et ne faire qu'un avec lui. Par curiosité, ne m'occupant pas de mon nez roussit, je jetais un regard dans la direction de l'origine des flammes et j'eus la surprise de ne plus apercevoir l'arène de flammes à l'intérieur de laquelle nous avions combattu. Alors le logia des flammes pouvais créer son élément ( ici les flammes ) et le ramener à lui quand il le désirait ? Dans quel but ? Un but de renfort ? De boost ? Je ne voyais pas en quoi cela pouvait lui être utile.

Et bien à mon grand plaisir, j'allais avoir la réponse cette question en faisant l'expérience de sa dernière attaque.

Tandis que je fixais encore l'espace dépourvu de neige, délimitant avec certitude l'endroit où l'arène ardente fut érigée, je ne sentis pas la température s'abaisser. Surpris de ne plus ressentir la morsure du froid, remplacé maintenant par la chaleur suffocante des flammes, ainsi qu'alerté par les cris de mise en garde du pirate, je me retournais vers lui.



Je le vis alors debout, un air déterminé sculpté sur le visage. La chaleur qui emmenait de ses flammes et de son corps en général semblait croître de seconde en seconde, atteignant de sommet de chaleur inimaginable pour un humain lambda. L'air était vicié par la chaleur. La preuve magistrale en était, la neige sublimée instantanément en vapeur d'eau. Tout autour d'Atoum la neige avait disparu, changeant d'état pour prendre l'état gazeux et envelopper le pirate dans un manteau blanchâtre de fumée qu'il quitta bien vite à une vitesse phénoménale.

Honnêtement, je fus pris de court par sa riposte, vu son état je ne m'attendais pas à se qu'il puisse atteindre un tel sommet de puissance vis-à-vis de son fruit et qu'il puisse s'elancer avec une telle célérité.

Ainsi, je n'eus pas même le temps de faire germer une idée de riposte, ni même de me transformer ou d'esquiver son attaque qu'il était déjà sur moi, et m'arracha tout le flanc droit avec sa main ardente. Son coup m'arracha un énorme cri de douleur que je ne pus retenir et instantanément, alors que mes flammes se manifestaient pour une quelconque riposte, je tombai au sol face contre terre un trou béant ouvert sur le côté droit de mon abdomen. Ma peau semblait encore fondre et brûler dans une espèce de crépitement horrible, tandis qu'une odeur de viande brûlée, de charnier envahissait les environs.








Atoum avait gagné ?

Non ! Car au vu de mes râles et mes gémissements il pouvait m'entendre jurer sur la douleur que je ressentais par sa faute. J'étais certes blessé, et ce très gravement, mais par expérience, je savais que ce genre de blessure, se régénérait mis à part s'il y avait un objet contondant dans la plaie, qui empêchait la régénération de mes cellules perdues par l'action de mes flammes. En gros, ce qui ne me tuait pas sur le coup, je pouvais le régénérer.

Ainsi tandis que je souffrais le martyre ma régénération entra en action. Mes flammes blanches apparurent sur ma plaie béante, alors que j'avais le visage contracté, les dents serrées, les yeux quasi-révulsé, et toute les veines de mon visage dilatées sous la douleur et la colère. Ma blessure ne se rétablirait pas dans l'immédiat. Cela prendrait bien plus de temps que pour les autres assauts, plusieurs minutes sûrement pour que je retrouve mon état originel. Mais je ne pouvais me permettre de perdre.

Me redressant en prenant appui sur mon avant-bras droit, luttant contre une douleur atroce, je regardais en direction d'Atoum pour voir ce qu'il advenait de mon adversaire suite à son dernier assaut qui fut pour moi dévastateur.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Atoum Bachara
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 140
Localisation : Le Nouveau Monde
Date d'inscription : 27/11/2015

Feuille de Personnage
Exp:
8/100  (8/100)
Prime/Honneur: 300 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 12
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Logia Feu40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuL'île des HP
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Mer 3 Fév - 13:23


 
 Les prémices d'une alliance ardente

 
Une course droite et effréné a-t-elle suffit ?

Je sens ma main ardente transpercer la chaire, celle-ci fondre à mon contact. Je sens ma main en venir à bout de lui, qui, surpris n'a rien pu faire pour se défendre. Pourtant, je ne m'arrête pas, je continue mon avancée sur quelques mètres, allant de plus en plus lentement. Puis, je m'arrête soudainement, comme si je n'avais plus envie de marcher. Or, la vérité est que je ne le peux plus, mes forces se sont toutes envolées. J'ai n'ai plus rien qui me retiens debout. Sur mon passage je traîne des traces de sang absolument partout. Toujours dos à mon adversaire, je ne prend pas encore la peine de le regarder agoniser. Mon souffle se fait de plus en plus difficile, je transpire à grosse goutte tandis que mes flammes s'éteignent petit à petit. Mon énergie s'échappe de mon corps sans que je ne puisse rien y faire et c'est rageant je l'avoue. 
Ensuite, ce sont mes douleurs qui se ravivent. Je les avais oublié un court instant lors de ma dernière technique, mais maintenant elles me rattrapent. Mes jambes, mon torse non en faite c'est l'ensemble de mon corps qui est douloureux. Le souffle toujours court, je me décide enfin à me retourner. 

Zuko comprend absolument tout ce qu'il ce passe à cet instant. Il sait que j'ai perdu le combat, que cet homme, ce fameux Light m'a surclassé. Lui ne voit pas ça comme un déshonneur, il sait que de toute manière, en ces mers il y a des centaines de personnes plus fortes que moi. Pour mon second, là n'est pas le problème et donc, il reste de marbre, bien qu'un peu déçu que je perde. A peine Ordrix a-t-il intégré mon équipage, me voilà entrain de mordre la poussière à cause d'un Schichibukaï, j'espère seulement qu'il ne nous quittera pas à cause de ma faiblesse. 
A vrai dire, le troll m'a trouvé courageux et s'est émerveillé de ce court combat qu'il a pu voir. Cependant, il sait qu'à l'avenir, il sera inutile de ressasser ce jour si ce n'est pour rappeler de mauvais souvenirs. 
Enfin, mes hommes eux m'ont trouvé courageux est vaillant dans l'adversité. Il ne m'idolâtre pas forcément mais savent très bien qui ils ont envie de suivre et ce n'est pas ce combat qui changera leurs idées. Donc, contrairement à ce que je peux bien penser, personne ne m'a trouvé ridicule et je pourrais accepter cette défaite. Pourtant, c'est quelque chose de très compliqué à faire et qui n'est pas donné à tous. 

Celui que la Marine à nommé "Charmant" continue de me fixer, ainsi que Light qui se relève déjà, signant ma défaite. Puis, sans pour autant nous lâcher du regard, il s'adresse à Gran Mao et Agon. 

> Voilà ! Notre Capitaine n'a pas pu vaincre le votre ...
Allez-vous nous arrêter ?! 

A ces quelques mots, mes hommes agrippent leurs armes. Bien que tout le monde soit spectateur de cet affrontement, ils n'ont pas oublié qu'ils sont aux cotés d'un équipage Corsaire. Ainsi, ils se mettent en position pour pouvoir réagir en conséquence d'un assaut, mené par Ordrix. Celui-ci, hache en main est déjà prêt à découper et écraser la moindre personne à proximité. 
Pourtant, Zuko n'a pas encore armé son fusil car pour lui, il n'y aura pas de nouveaux combats. 

> Camarades, c'est bon, je pense qu'un nouveau combat serait inutile ! 
Puis, notre capitaine à déjà perdu, je pense qu'on en on eu assez pour aujourd'hui. 
N'est-ce pas ?

Mon visage se tourne et j'aperçois maintenant Light. Cet enflure n'est pas mort, loin de là d'ailleurs. Appuyé sur son avant-bras, ses flammes blanches semblent le régénérer. Ce type est à en devenir fou, encore une fois, bien qu'il souffre, il n'aura pas de marque sur son corps. Ses capacités sont simplement époustouflantes et j'avoue qu'aujourd'hui, je n'ai rien pu faire contre elles. Mon corps entier est prit de tremblement, je ne contrôle plus rien. C'est comme si mon corps me disait que c'était la fin et qu'il était inutile de lutter plus. Pourtant, je ne peux m'effondrer, je ne dois pas m'effondrer.

 
Soudain, je vois mon adversaire forcer sur ses bras et se relever. Je pousse un cri de douleur et d'énervement incontrôlé tandis que je flanche encore un peu plus à chaque instant. Mon corps entier tremble, mes jambes ne me portent quasiment plus. Ma vue se trouble au fur et à mesure tandis que je vois mon adversaire se redresser. Voilà, j'ai définitivement perdu, il n'y a aucun espoir que finalement il s'étale au sol à cause de sa blessure. Mes jambes sont pliées, mes bras le long du corps et mes yeux presque fermés. 
Voilà, "Le Néant" vaincu par l'un des Schichibukaï, ces foutus chiens du gouvernement. 


Sans dire un seul mot, je m'effondre, mes jambes cédant. Affalé sur le sol, les yeux clôt j'ai perdu connaissance. Trop de puissance utilisé, trop de blessure et de coups encaissés. Mon sang se répand un peu et me voilà inconscient.  
Ce n'est donc pas aujourd'hui que je trouverais Marco Zapata, et d'ailleurs, je ne le trouverais peut-être jamais. De toute manière, je suis encore trop faible pour me présenter dignement face au "Dragon rouge"...

Mais j'y arriverai ... 

Il le faut, je le dois ... Je suis Bachara le Néant !

A cet instant précis, comme pour me manifester je tousse à plusieurs reprises. Au moins, tout le monde est certains que je suis toujours en vie. 

> Ordrix récupère le Capitaine s'il te plait, on va rentrer !


 
 
 
 
 
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Light G. Hawk
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 365
Localisation : Grande Line
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
98/100  (98/100)
Prime/Honneur: 500 millions prime gêlé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation1
Pouvoir 3Zoan Mythique Phénix40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ] Sam 6 Fév - 15:49




« La destruction est primordial à la construction !  »




Mon adversaire fut sur moi en quelques secondes à peine, couvrant la distance qui nous séparait avec une rapidité surprenante compte tenu de son état. C'était peut-être ça qui m'avait fait baisser ma garde. Lors de mon précédent assaut, il avançait déjà en chancelant alors le voir fuser une nouvelle fois dans ma direction, c'était inespéré. Bref, sans que je puisse réellement réagir outre mesure, il arma sa main rougeoyante, une main destinée à me tuer. Je pouvais lire dans son regard une détermination sans faille, mais trop perturbé par son mouvement, je ne pus absolument rien faire pour contrer sa main.

Ainsi, son bras percuta ma chair pour la transpercer d'une traite, dans un son et une odeur atroce, et ce, aussi simplement que si je fus du beurre. Vous vous rendez compte que mon corps c'était fait transpercer, non déchirer, simplement arracher et brûler comme si je fus à l'effigie d'une poupée de chiffon ? Rageant ? Étonnant ? Douloureux surtout autant sur le plan moral que sur le plan physique.

Suite à l'assaut du pirate chancelant, mes jambes se mirent à trembler. Non, en faite, c'était tout mon corps qui était traversé de soubresauts. Mes yeux se révulsèrent sous le coup de la douleur, ma mâchoire se serra et tous mes muscles se contractèrent subitement, tandis que mon rythme cardiaque s'emballa alors qu'une gerbe de sang s'échappait toujours de mon corps que l'on voyait encore fondre à petit feu. Mes veines se coagulèrent contrastant fortement avec mon teint qui devenait de plus en plus pâle. Puis mon rythme cardiaque s'abaissa soudainement tandis que mes jambes tremblaitent toujours plus sans que je ne puisse, ni bouger outre mesure, ni influer sur leurs spasmes.

C'est excédé, et en proie à la douleur que mon corps me lâcha finalement. Mes jambes furent prisent d'un dernier spasme plutôt violent, puis plus rien. Je ne les sentis plus, et pour cause, elles me lâchèrent, scellant mon destin à une chute peu glorieuse devant tant d'ennemis. Mais je ne serais pas le seul à choir suite à cet assaut. Occultant totalement l'environnement et les personnes qui m'entouraient, mis à part Atoum, je me retrouvais présentement allongé sur le sol, étalé sur une partie dénué de neige grâce aux assauts de mon adversaire.




Étalé de tout mon long sur le sol, je ne pouvais que fixer la voûte azure qui nous surplombait tous. Le ciel, était d'un bleu particulièrement claire ici, et je viens à peine de le remarquer, aucun nuage, aucune fioriture, juste un ciel bleu dans lequel voguaient de nombreux rayons lumineux. Je plissais les yeux, autant pour restreindre l'arrivée des rayons lumineux sur ma pupille que pour contenir la douleur qui me lacérait le flanc. Déjà, mon pouvoir entrait en action. Mes flammes léchèrent mon corps, recouvrant ma plaie béante, et réformant peu à peu les cellules détruites par la virulente attaque d'Atoum.

Autour de moi, régnait un silence pesant. Même les pas irréguliers du pirate se sont stoppé. Que se tramait-il ? Putain, même dans la situation actuelle, je suis curieux... Ce trait de caractère me perdra ! Je me résolus porté par un élan nouveau, à pivoter mon corps d'une étrange façon, exerçant une torsion qui amplifia ma douleur au flanc et me fis une nouvelle fois lâcher prise. Je perdais alors l'appui au sol que j'exerçais avec mon bras droit, et tombai face contre terre. Ainsi positionné, je soufflais déçut, souffrant, puis toujours guidé par ma curiosité irascible, je repris appuis sur mon bras droit et leva une partie de mon buste pour fixer mon adversaire qui se trouvait alors de dos.


Sur le sol était répandu des énormes gerbes de sang. Etait-ce le mien ? Le sien ? Qu'importe ! Atoum était debout, immobile, érigé tel un poteau indestructible, mais il était aussi couvert de sang et de blessures. Ses vêtements étaient déchirés de toutes parts et si l'on faisait réellement attention, il n'avait plus l'air si solide qu'à l'accoutumé, il était même plutôt fébrile, pris de spasmes constant comme moi il y a un instant ! Il pouvait choir à tout instant. Mais au lieu de le voir tomber, je vis son visage se tourner dans ma direction. Nos regards se croisèrent alors, et je ne pus que constater sa déception, son irritation. Je pouvais le comprendre sur ce point, la défaite n'était jamais plaisante lorsqu'elle s'imposait à nous telle une fatalité. Mais c'était exactement ce que je voulais qu'il ressente ! Cette impression d'impuissance, de faiblesse. Je voulais qu'il se sentent comme les victimes innocentes qu'il avait par le passé tué et torturé, un simple pion sur un échiquier bien trop grand.

Zuko l'avait bien comprit, leur "roi" était échec et mat, alors après avoir vu son capitaine flancher, l'instant suivant mon redressement sur mes deux jambes, en m'opposant à d´horribles douleurs provenant de mon flanc encore partiellement ouvert, il ne tarda pas à s'adresser à mes hommes.

Suite aux premières paroles du second de l'équipage du néant, mon équipage quitta du regard la confrontation m'opposant à Atoum, pour tous fixer d'un regard uniforme ce bien étrange diplomate qui tranchait vraiment avec l'aspect violent et hargneux que dégageait l'équipage du logia du feu. Honnêtement, ce type, c'était un ovni dans son équipage. Sa question était, cela dit bonne, car le sujet était maintenant d'actualité, lasserais je ou non le droit à cet équipage de partir en toute impunité ? Vous me connaissez. Vous savez que face aux pirates je suis intransigeant, sec, froid, sans pitié, donc dans l'esprit de chacun de mes nakamas la réponse était déjà toute prête : Oui, non allons vous arrêter !

Mais alors que la réponse, pourtant évidente n'est pas encore prononcée, l'équipage adverse se tendit, réaffirmèrent leurs prises sur leurs armes, adoptèrent des postures défensives, ou offensives, aux choix, en réalité ils semblèrent déjà avoir lu dans le regard de mes "hommes" qu'ils auraient encore un combat. Pourtant, Zuko intervint encore une fois pour calmer le jeu. Mais alors que tout mon équipage allait répondre d'une même voix, témoignant d'une solidarité indéfectible à ma cause, une voix pour le moins étonnante s'éleva une nouvelle fois en ce lieu :



-Nooooon ! Tuez les tous ! Et vous achevez ce sale pirate !

C'était Rakan, qui voyant la défaite d'Atoum se profiler, était revenu au cœur de la batailles espérant sans doute prendre une partie des lauriers et se foutre de la gueules des ennemis qui l'avaient précédemment malmené. Il avait partiellement retiré son armure, et nettoyé le sang qui s'écoulait des plaies ouvertes sur son visage. Et maintenant tenant son épaule gauche de sa main droite, il avançait péniblement vers le centre de la "bataille"

.

Pointant son doigt accusateur en direction du troll, il s'adressa à mes nakamas, leur ordonnant de tuer les hommes d'Atoum, avant de se tourner vers moi pour m'indiquer dachever le pirate qui venait de choir. Ses jambes l'avaient lâché. Le logia était tombé à terre impuissant et gisait maintenant à même le sol sur une flaque formé par son propre sang. Il ne pouvait plus se défendre. Alors qu'il soit mort ou non, pour moi ça ne changeait plus rien ! S'en était finit de lui, car quelque chose était mort en lui aujourd'hui. L'avenir nous informera bientôt si c'est son envie, sa cruauté, ou bien sa vie en elle-même qui s'est laissé, corrompre rendre par les douces ténèbres de la mort.



Moi, j'étais debout fixant simplement le corps de mon adverse, inerte. Puis entendant les paroles virulentes du collecteur d'impôts, je lève mon regard un peu plus haut pour tomber sur le sien témoignant une certaine colère, mélangé à de l'appréhension, et de la peur. C'était pour protéger les gens aussi impuissants que lui que je m'étais improvisé bourreau des pirates et que je repensais le sang. Ça ne me faisait en aucun cas plaisir de me battre, de blesser des gens, de commettre des meurtres de briser des rêves. Mais il le fallait pour tous les faibles de ce monde et pour préserver la promesse que j'avais faite à mon frère, je devais combattre et arrêter les pirate pour mettre fin à la vague de violence et de cruauté qui s'était abattue sur le monde. Pourtant, j'étais fatigué, si las de tout ça...

Sans dire un mot pour répondre à Rakan, je me mis en marche alors que ma régénération s'opérait encore sur mon corps, chaque mouvement me faisait souffrir, mais je tenais bon hurlant simplement en mon for intérieur pour paraître le plus froid et sévère possible de façade. Je voulais présenter un visage impitoyable à l'équipage de mon adversaire.

Ainsi, je passais sans mot dire, à côté du collecteur d'impôts, puis continuant mon chemin, je croisais l'immense troll parti chercher son capitaine. Je continuais ma route jusqu'à l'homme faisant face à Agon et Gran Mao, manifestement, c'était lui qui donnait les ordres une fois le capitaine dans les choux, et je voulais m'adresser à ce second à l'esprit plus que protecteur et diplomatique. Je n'avais aucune haine envers lui, seulement envers ceux qui s'en prenaient sans raison à plus faible que soit, ceux qui cognaient pour le simple plaisir de cogner, ceux qui tuaient par simple envie, par pur caprice. Je ne pouvais concevoir et accepter la cruauté et le sadisme. Mais lui ne semblait pas être un pirate de cette trempe, à l'inverse de son capitaine. Peut-être était pour ça que je fus étrangement plus clément !


Voyant que je m'étais mis en marche mon équipage, c'était tût me laissant le soin de répondre à Zuko, ce que je fis une fois arrivé près de lui. Je le toisais de mes trois mètres quarante, pour l'impressionner un peu, puis j'ouvrais la bouche :



-C'est vraie, tu as raison ! Le sang à trop couler aujourd'hui, et je conçois que tu ne veuilles pas avoir sur la conscience le massacre de tes camarades. C'est bien parce que tu me sembles raisonnable et que je suis fatigué de tous ses combats vains, que je veux bien vous laisser la vie sauve, pour cela, c'est simple ! Rendez-vous simplement ! Pas à moi, hein. Moi, je m'en cogne, j'ai fait ma part du marché, j'ai corrigé votre capitaine, maintenant, je suis trop las pour vous capturer ou vous affronter, je vais déléguer, hein !



Déclarais-je en prenant mon escargophone dans ma main et en appelant le QG de la marine pour leur annoncer ce qui venait de se passer en m'écartant d'une marche lente de ma position précédente, face à Zuko.



-Oy ! C'est Light ! Si ça vous intéresse, j'ai vaincu Atoum Bachara, mais son équipage a pris la fuite en l'emportant au large de Yukiryu Island... Et y a pas mal de gros primés, donc, voilà vous êtes prévenu. Pour le coup, moi, je suis occupé sur l'île du "dragon rouge", donc je peux pas vous venir en aide. Mais honnêtement, vous avez pas besoin de moi, à l'heure actuelle, ils doivent être paniqués et désorganisés... Bonne chance pour la capture ! Je vous rappelle si je trouve ce qui m'intéresse sur cette île.



Les hommes d'Atoum avaient sans doute tous entendu ma discussion avec le QG de la marine la plus proche et devait être vert de voir le coup que je venais de leur faire ! Je tournais la tête en direction du second de l'équipage et lui adressais un sourire en coin.



-Je t'avais prévenu que je déléguais, non ? Eh bien que fais-tu, dépêche toi, où tu ne pourras plus protéger tes hommes. Je t'ai laissé une chance, prends là ou meurt ! Bah... Je suppose à jamais, sniper du capitaine flammes !



Pour le coup, c'était réellement une chance que je lui avais donné, mon équipage me reprochera surement ce choix durant un long moment, mais tant pis, je n'avais aucunement envie d'énerver et exterminé un homme aussi serein et diplomate. Comme quoi il suffit de m'amadouer avec de la politesse et des bonnes paroles. Enfin, sans rien ajouter de plus je fais signe à mes hommes de retourner sur le navire au détriment d'Agon qui voulait en découdre avec ses pirates. J'irais me reposer un peu avant de remettre les pieds sur l'île.



C O D A G E  P A R  @G A K I.  S U R  E P I C O D E


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ]

Revenir en haut Aller en bas

Les prémices d'une alliance ardente [FB : PV Atoum Bachara il y a quatre mois ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Nouveau Monde :: Yukiryu Island-