AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Entrevue [PV Freya Shiwara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Airakaz Marshall
Amiral En Chef
Amiral En Chef
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 30/04/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement20
Pouvoir 2Haki Observation11
Pouvoir 3Logia Vent40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Entrevue [PV Freya Shiwara] Dim 6 Mar - 19:37








“ Marinford ! „




R D V !



Le vaisseau de guerre de la marine arrivait maintenant tout prêt du quartier général de la marine. Airakaz Marshall revenait de l’île inconnue de calm belt après avoir fait plusieurs rencontres fortuite et surprenante après son réveil du coma. Il était bientôt l’heure de reprendre ce qu’on lui avait volé durant sa convalescence, à savoir cet éternal pose menant à une certaine île dont le nom n’avait été dévoilé jusqu’à maintenant. En s’étant fait voler cet objet, Marshall l’avait prit comme une humiliation. Une sorte de frustration venait de naître dans le fort intérieur du marine. En effet pour lui avoir sombré dans le coma pendant aussi longtemps était une véritable preuve de faiblesse de sa part, son orgueil en avait pris un sacré coup. Mais en échange il avait gagné en humilité, il savait maintenant qu’il devait améliorer ses propres capacités s’il voulait défendre et honorer la Justice qu’il avait décidé de servir au péril de sa vie. Il serait plus vigilant et plus alerte dorénavant, et comme disait le dicton, un homme averti en vaut deux. Il était revenu de loin et il était plus que jamais prêt à affronter n’importe quelle épreuve maintenant.




Pour Marshall, la « Justice » représentait tout dans sa vie, la justice était pour lui le meilleur moyen de prouver son existence, de prouver qu’il était un homme digne de figurer dans l’histoire et dans la marge du temps. Il voulait prouver au monde que sa vision de la Justice était la meilleure et pour cela il devait accumuler de la force et de la puissance, car une Justice sans force est impuissante et voué à être éradiquer par une conception plus forte. Même si jadis son statut d’amiral lui permettait d’avoir libre moyen au recours qu’il souhaitait utiliser, il n’allait pas pour autant se la couler douce en tant qu’instructeur général de la marine, bien au contraire, il allait en faire encore plus. Marshall avait également la volonté de viser plus haut, pour lui en l’état actuel des choses c’était bien insuffisant, il visait quelque chose d’encore plus prestigieux, il voulait avoir la place d’Amiral en Chef de la marine, il ne voulait pas se contenter de son statut d’instructeur général, ça non il voulait obtenir le pouvoir de diriger au sein même de la marine. Il voulait en réalité instauré sa propre conception des lois et de la justice. Tel était le crédo secret de Marshall qu’il espérait tant atteindre un jour.




Le vaisseau de la marine avait finit par appareiller à bon port. L’ancre fut jeté et les voiles rabaissées et le pont de marche fut déployé jusqu’en bas vers les quais. Marshall emprunta l’escalier de bois pour descendre jusqu’au quai de Marinford. Il était enfin arrivé et sans attendre il se dirigea immédiatement vers les immenses portes du quartier général après avoir traversé les différents points d’accès menant au centre. Les gardes avaient reconnus l’ancien Amiral de la marine en la personne de Marshall est c’était avec respect que tous le saluèrent du traditionnel « garde à vous ». Aussitôt les immenses portent s’ouvrirent et l’instructeur général entra pour se rendre immédiatement dans les locaux des hauts gradés. Alors qu’il s’apprêtait à accéder aux bureaux des archives, un garde se présenta devant la porte des archives en saluant respectueusement Marshall d’un garde à vous énergique pour ensuite s’adresser directement à lui. Apparemment on avait prévu quelques rendez-vous pour Marshall suite à la nouvelle de sa réapparition :



« Amiral Marshall-sama…heuh pardon c’est l’habitude…Instructeur Général, c’est un honneur de vous revoir parmi nous. Lorsque le quartier général de la marine à appris votre retour, les troupes se sont réjouis et ont travaillés encore plus dur afin de faire régner la loi. »

« Merci, j’ai cru comprendre que j’avais un rendez-vous avec quelqu’un ici même. On m’a indiqué que je devais rejoindre Marinford au plus vite et me voici. »




« En effet, vous avez deux rendez-vous et ils ont été reportés pour demain matin dans la salle de réunion principale. A 10H30 vous aurez un entretien avec un agent du gouvernement et à 11H vous aurez une entrevue avec l’Amiral Freya Shiwara. En attendant vous pouvez librement prendre connaissance de vos quartiers, faite comme chez vous Marshall-sama. »

« Je vois…bon je vais allez un peu me dégourdir les jambes sur le terrain d’entraînement alors. Je serais à l’heure demain pour mes rendez-vous. Merci à vous officier. »



Marshall tourna les talons et quitta les lieux pour ensuite se rendre sur le terrain d’entrainement de la base. En attendant demain, il allait s’exercer un peu. En effet cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas eu l’occasion de s’entraîner. Et c’était le moment idéal puisqu’il avait enfin du temps libre devant lui. Marshall se tenait maintenant debout seul dans le camp d’entraînement de la marine. Il s’était mit à l’écart des autres groupes de soldats qui s’entrainaient continuellement afin de développer leurs capacités respectifs. Le jeune marine de l’état major avait demandé à ce que l’on lui ramène un mannequin de bois afin qu’il puisse s’entraîner convenablement dans la pratique d’un art martial qui lui était cher à son cœur : le Wing Chun. Dans cette pratique il est nécessaire d’appliquer un entraînement strict et quotidien. Les frappes sur le mannequin de bois étaient primordiales pour la pratique. Cet outil de travail était de la taille d'un homme, muni de 3 bras et d'une jambe. Il est utilisé par le pratiquant pour améliorer les déplacements, la vitesse et la précision des techniques, endurcir les membres mais surtout pour développer les sensations et réflexes des bras et jambes. Selon les lignées du wing chun, la forme exécutée sur le mannequin est composée de 196 mouvements, 116 mouvements, ou 108 mouvements. Cette pratique des arts martiaux allait favoriser la sortie du fluide du haki de l’armement.




Marshall allait aujourd’hui pratiquer deux formes d’entraînements bien qu’il en connaisse trois. La première nécessite un partenaire et pour le moment l’instructeur général était seul. Expliquons là tout de même : la première forme se nomme « Siu lim tao » ou plus communément « petite pratique ».  C'est la première et la plus importante forme en wing chun, qui enseigne les règles d'équilibre et de structure corporelle. C’est le système et la forme fondamentale sur laquelle le pratiquant revient sans cesse. La Siu Nim Tao est aussi un travail de géométrie corporelle et d'alignement, qu'il faut conserver le mieux possible lors des entraînements des deux autres formes à mains nues. La Siu Nim Tao a beaucoup d'utilisation pratique mais c'est essentiellement un travail de modification du corps - particulièrement des tendons, a effectuer très lentement. Il y avait très peu de pratiquant de cet art martial et pratiqué cette première forme avec quelqu’un s’avérait donc impossible pour le moment.




Marshall allait donc passer à la deuxième forme de son entraînement : Le Chum kiu qui signifie « chercher le pont ». Cette seconde forme se concentre sur les techniques de déplacements du corps total, la synchronisation des déplacements et des frappes, et les techniques d'entrée pour « combler le fossé » entre le pratiquant et son adversaire, ainsi que perturber sa structure et son équilibre. Cette forme permet d'apprendre les techniques fondamentales de défense, dont beaucoup sont des techniques anti-grappling. Les attaques de courte distance avec les coudes et les genoux sont aussi travaillées à ce stade. Sans perdre un seul instant Marshall se dévêtu pour laisser apparaitre un torse bombé et puissant, des abdominaux fin et musclés, montrant que sa stature physique ainsi que sa condition était à son summum. Se rapprochant du mannequin de bois, il se mit à frapper à toute vitesse par des séries successives de coup à très courte portée tout en retenant sa force et en accélérant sa vitesse de frappe.




Retenir sa force tout en employant une très forte vitesse de frappe était une tâche difficile puisque dans la vitesse un combattant avait toujours cet instinct de laisser libre court à sa force physique. Marshall devait faire attention à bien frapper sans pour autant intensifier les impacts contre le mannequin de bois. Il ne fallait pas confondre vitesse et précipitation, car c’était souvent dans la précipitation que l’on pouvait commettre des erreurs. Marshall passait plus de deux heures à frapper sur le mannequin afin d’apprendre à jauger sa force et sa vitesse. Il allait donc maintenant passer à la troisième étape : Le Biu gee qui se traduit par « les doigts jaillissants ». La troisième forme « Biu gee » est faite de techniques ultra courtes et ultra longues, coups de pieds bas et balayages et techniques dites d'urgence, pour contre-attaquer quand la structure et la ligne centrale ont été mises à mal ou que le pratiquant est gravement blessé. Elle sert généralement pour les pratiquants à apprendre durant cette forme les techniques d'attaque.




Sentant l’énergie affluer dans son corps, il sentait enfin qu’il pouvait maintenant agir librement sur son haki. En échauffant son corps et en exerçant celui-ci à divers mouvements et efforts excessifs, il pouvait sentir la puissance du fluide se manifester de plus en plus. C’était le moment de l’utiliser, le haki de l’armement se propager maintenant sur la totalité du corps de Marshall. Une couleur noir sombre venait de recouvrir ses muscles. Voilà enfin la manifestation complète du haki de l’armement. Il arrivait à maintenir cette forme sans difficulté apparente. Pour être sur de son coup, il annula l’effet du Haki, puis recommençait la manœuvre trois ou quatre fois pour voir si il n’avait pas perdu la main depuis son coma. Tout allait bien, il avait retrouvé son niveau d’antan. Il s’entraînerait maintenant à se recouvrir de Haki sur certaines parties de son corps pour s’y exercer tout en exécutant des coups afin de se familiarisé à nouveau avec le fluide précieux qui était un gain de puissance remarquable.




Ca serait tout pour aujourd’hui, Marshall était satisfait de voir qu’il n’avait en rien perdu de sa puissance ni de sa dextérité. Il stoppa l’entraînement pour maintenant faire un petit tour de la base, voir ce qui avait changé ou non depuis son absence et faire la connaissance des nouvelles recrues ici et là. En tant que nouvel instructeur en chef il se devait de connaître dans les moindres détails chaque lieu et chaque recoin de la base et de connaître tous les visages. Une fois le tour fait, il décida de rejoindre ses quartiers pour prendre ses aises. La journée s’était vite écoulée et la nuit tomba.


………………………………………………………………………………….
Le Lendemain
………………………………………………………………………………….


Marshall avait passé une bonne nuit. A son réveil il était déjà 10h du matin. Il était sortit de son lit pour rejoindre la douche, histoire d’être propre et présentable pour ses deux rendez-vous du jour. Après avoir terminé il rangea son lit et la totalité de sa chambre. Oui l’instructeur général était du genre maniaque et pointilleux, une véritable fée du logis. Le temps passait vite et il était déjà 10h20 et il avait rendez-vous à 10h30 avec un agent du gouvernement. Sans tarder plus longtemps il quitta sa chambre pour rejoindre la salle de réunion là ou devait se tenir leur entretien. En arrivant, Marshall pu constaté que l’agent était déjà là assit autour d’une table tout en étant en train de préparer du thé. Ce dernier remarqua la présence de l’instructeur général et l’entretien pu commencer dès que Marshall entra dans la pièce.



« Monsieur l’instructeur général de la marine, bonjour ! Avant de commencer, laissez-moi vous dire que c’est un grand honneur que de pouvoir m’entretenir avec le célèbre Aiarakaz Marshall ! Vous faisiez déjà du bon boulot en tant qu’Amiral et j… »

« Épargnons-nous les politesses. Je vais allez droit au but, je veux récupérer l’éternal pose qui m’a été dérobé par le CP0. »


« Il n’a pas été dérobé, on l’a confié aux autorités compétentes car vous étiez dans le coma. Puis-je vous servir une tasse de thé ? »

« Non. »


« Ecoutez Marshall-sama, lorsque vous étiez encore Amiral vous aviez eu pour mission de nous ramener cet éternal pose qui se trouvait dans le Nouveau Monde. C’est maintenant chose faite. Pour être plus clair, cet objet ne vous appartient pas. Il est la propriété du gouvernement mondial. »



« Très bien alors dans ce cas je veux être celui qui sera missionné pour aller là ou indique cet éternal pose. »


« Je me trompe ou vous savez ce qui se trouve là-bas ? »

« Oui. »


« Très bien, je peux faire en sorte que cela soit vous, qui soyez choisit pour effectuer cette mission, mais à une seule condition… »

« Laquelle ? »


« Je veux être le premier à voir ce que vous trouverez là-bas. »



« Je suis d’accord. »


« Alors c’est bon pour moi, je vais immédiatement rejoindre Marie Joa pour préparer les détails et organiser votre départ. Je vous contacterez via Den-Den Mushi pour la suite. »

« Parfait, j’ai déjà hâte d’y être. »


« Bon, j’ai cru comprendre que vous aviez un autre rendez-vous avec l’Amiral Freya Shiwara-sama, je vais donc vous laissez. A bientôt Marshall-sama. »


L’entretien avec l’agent du gouvernement venait d’arriver à sa fin. Tout était finalement rentré dans l’ordre. Marshall allait récupérer cet éternal pose et participerait même la mission qui y était rattaché. Il serait contacté ultérieurement pour connaître les détails. Bref, l’agent avait quitté la salle de réunion et c’est alors que des bruits de pas se firent entendre près de l’entrée. Il était 11h, cela ne pouvait être que Freya Shiwara. Marshall vérifia en se dirigeant vers la porte et en effet il s’agissait bien d’elle. Celle qui avait pris sa place au poste d’Amiral de la marine, une amie de très longue date. En la voyant Marshall ne pu s’empêcher d’esquisser un petit sourire en coin. Il avait eu tellement de souvenir avec elle qu’il est en était devenu instantanément nostalgique. Les bras croisés il s’écria alors à celle-ci :


« Freya ! Ca faisait un bail. J’ai cru comprendre que tu m’avais piqué ma place d’Amiral. Décidément tu porte bien ton surnom de « renard ».  



« Ce n’est pas pour rien qu’on dit « chipeur arrête de chiper » ZYAHAHAHAHAHA !!! »


Les retrouvailles s’annonçaient taquine et joyeuse.


















Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !


Dernière édition par Airakaz Marshall le Lun 7 Mar - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freya Shiwara
Amiral Python Vert
Amiral Python Vert
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 29/02/2016

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 700 millions honneur
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement0
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Paramécia Fantôme
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Entrevue [PV Freya Shiwara] Lun 7 Mar - 17:55



Un revenant déchu ♪




«Qui part à la chasse perd sa place~»

By: Tout bon enfant qui se respecte

Un calme étrange me possédait. Yeux fermés, je contemplais le vide alentour. Je percevais le monde s’étendre sous mes pieds, je sentais la vie s’emparer de chaque feuille virevoltant sous la brise. J’inspirais une grande goulée d’air frais, un sourire épanouis sur mon visage. J’étais perchée sur l’un des magnifiques arbres de l’archipel Sabaody, assise sur la plus haute branche que je pouvais gravir. Enfin la plus haute branche tout court vu qu’à vrai dire je pouvais tout gravir.




J’ouvris les yeux, me laissant aspirer par le paysage alentour, la mer à perte de vue, je ne pus m’empêcher de siffloter un air nostalgique et entrainant. Bizarrement, c’était sous ma forme de fantôme que j’appréhendais le plus de détails. Comme si je ne faisais qu'un avec l’arbre, j’accompagnais la fourmi qui le grimpait inlassablement, transportant un grain sur le dos. Je me baignais dans le Xylème qui constituait son tronc, apportant une vie esquissée à ses feuilles qui le transformaient alors en une substance emplit de nutriments pour nourrir chacun de ses organes. J’étais lui et il était moi. Je n’étais que vide et air mais je composais pourtant chacune des cellules m’entourant. Je me fondis dans l’arbre et apparus plus loin, juste devant un couple s’embrassant langoureusement contre un rondin de bois. Ma présence passa inaperçue, enfin jusqu’à ce que je vienne tapoter l’épaule de la jeune fille qui poussa un petit cri en rompant son baiser pour tourner la tête mais se retrouva nez à nez avec du néant. Je pouffai en mon for intérieur. J’entendis alors des cris de jeunes enfants et de grands éclats de rire. Curieuse je me rendis jusqu’à l’endroit ou ils se trouvaient. Ils étaient une dizaine, jouant à cache-Trap. Un jeu amusant ou un loup devait trouver des personnes cachées et les toucher afin que celles-ci rejoignent son camp. Je pris de la hauteur et me mis à flotter au dessus de leur terrain de jeu. Un enfant courait en rond une gamine rousse aux larges tâches de rousseurs. Je vis un garçon derrière un arbre se retenant de rire alors qu’un autre le cherchait. Je créai un petit esprit en forme de lapin et le fit se poser sur le rocher devant le jeune homme. Ce dernier le regarda, curieux et ne put s’empêcher de s’avancer pour observer de quoi il s’agissait. Je fis alors sauter mon lapin vers lui, ce qui le surprit, le faisant trébucher en arrière. Son camarade le vit alors et courut vers lui tentant vainement de le recruter au sein de son équipe, mais dans sa précipitation, il se prit une racine et s’étala face contre terre de tout son long. Il resta ainsi un moment avant de relever la tête et d’exploser en larmes, ses mains et ses genoux écorchés. Mon lapin réapparu alors et dans un saut se fondit en lui. L’enfant sursauta puis ses larmes s’amenuisèrent jusqu’à disparaitre, sa cible s’était approché de lui inquiète, puis ils rirent tous deux aux éclats.

Je regardai le ciel, je n’allais pas tarder à rentrer. Je me concentrai pour retrouver l’esprit que j’avais laissé près de mon corps pour rester en contact avec lui. Tout était calme, personne n’était entré dans mon bureau, rien n’avait été déplacé depuis mon départ. Je pouvais observer mon corps affalé sur sa chaise. Je souris, mes cheveux formaient un rideau devant mon visage, me donnant clairement l’impression d’être morte. Je pris mon chemin de retour. Ce n’était pas la première fois que je voyageais si loin en esprit mais je n’avais pas encore pris le risque de me balader plus de 2h. En effet, surtout avec la production de fantômes secondaires, je pouvais sentir une certaine quantité d’énergie me quitter. Cependant, j’étais fière de moi et sentais que je pouvais encore progresser si je continuais ce genre d’exercice quotidiennement. L’archipel de Sabaody était en effet l’une des îles les plus proches de ma base, Marinford. J’avais donc décidé d’en faire l’objet de mes excursions fantomatiques. Je regagnai en peu de temps l’endroit où mon pauvre corps abandonné gisait. Je ne le réintégrais pas immédiatement, flânant aux alentours et espionnant mes compagnons. Je me demandai combien de temps je pouvais passer en dehors de mon corps mais n’avais pas pris le risque de le quitter plus de 12h d’affilés encore. Enfin, disons que je n’avais pas pu, depuis ma nomination au grade d’amiral j’avais de nombreuses contraintes et ne pouvais donc pas me permettre des nuits de plus de 8h. J’avais cependant remarqué que lors de cette expérience je n’avais pas eu besoin de dormir en regagnant mon corps. Ce qui voulait dire que mon corps entrait dans une phase de sommeil lorsque je le quittais et récupérait donc tout seul de la fatigue accumulée alors que mon esprit n’avait pas besoin de repos. Je passais donc la plupart de mes nuits à tester les limites de mon pouvoir.

J’allais enfin regagner mon corps lorsqu’un son retint mon attention. Un miaulement impatient de chat. Yuki… Mais ou était-il encore allé se percher celui-là ? Je fis demi-tour pour me diriger vers mon chaton. J’avais récupéré ce dernier trois mois auparavant lors de ma dernière escapade sur une île. Il s’agissait d’une simple visite de courtoisie bien embêtante qui ne demandait que peu de temps. Mais arrivée dans la maison familiale de Sire Jesépulenom, j’étais tombée nez à nez avec une adorable portée de chatons et avais charmé à peu prés toute la maisonnée pour parvenir à en récupérer un. C’était une race très rare à ce qu’il parait, mais moi c’est les yeux vairons qui ont atteint mon cœur, me rappelant fortement mon fidèle compagnon de jeunesse.



Bref j’avais récupéré un chaton, l’avais nommé Yuki de par sa blancheur et m’en occupais comme d’un enfant. Il était tout simplement adorable, capricieux sur les bords mais j’adorais ça. Il était aussi aventurier dans l’âme et ne pouvait s’empêcher de gravir des montagnes qu’il n’était pas capable de redescendre. Je devais donc aller le chercher chaque jours, si ce n’était plusieurs fois par jours dans des recoins reculés et vertigineux de Marinford. Fort heureusement mon petit chenapan était apprécié par à peu prés tout le monde sur la base donc on me le ramenait à peu prés autant de fois que ce que je devais aller le chercher.
Je sortis par un mur, me retrouvant au dessus du camp d’entrainement. Et la je fus… éberluée, stupéfaite, abasourdie, ahurie, bouche bée, pantois… et je dirais même plus, complètement sur le cul ! Moui bon d’accord je ne dirais pas jusque là. J’avais juste en dessous de moi un Airakaz Marshall concentré sur un entrainement semblant prenant et impressionnant. Je n’étais pas plus surprise que ça de le voir ici, en faite je savais que j’avais un rendez vous avec lui le lendemain. Je l’observai quelques instants. J’avais été vaguement mise au courant de son histoire mais je voulais l’entendre de sa propre bouche. Airy était un bon ami à moi, nous avions fais pas mal de chemin ensemble au sein de la marine et sa disparition l’année précédente m’avait perturbée. J’avais été heureuse de le savoir en vie et en bonne santé. J’avais hâte de pouvoir discuter de nouveau avec lui, mais il était à fond dans son entrainement et mon chaton m’appelait toujours je continuai donc mon chemin.
Je le trouvai plus loin, sur une corniche. Je lui parlai d’une voix rassurante en lui disant que j’arrivai. Je regagnai mon corps puis, grimpai agilement sur le toit afin de parvenir jusqu’à mon bébé. Je le pris dans mes bras en me moquant de lui et de sa mine boudeuse mais lui fit un bisou et il me fit une léchouille. Je regagnai mon bureau pour régler des dernières affaires avant d’aller manger.

J’avais pris des œufs au bacon et mon ventre gargouillait de bien-être. Je m’étais autorisée une petite grasse matinée en me levant à 8h et avait profité de Yuki un bon moment, appréciant son passage du mode câlin au mode dingue démoniaque. Je me dirigeai maintenant vers mon bureau afin de régler quelques détails au sujet d’une mission qu’un contre-amiral voulait entreprendre. Je le suivais de près car il allait peut être pouvoir me donner des détails sur le fameux équipage des « Sweeny Todd » que je traquais maintenant depuis 10 ans sans succès. Lorsque je levai la tête de mes dossiers il était déjà 10h45 et donc l’heure pour moi d’aller à mon fameux rendez-vous. Je me rendis vers la salle de réunion, impatiente de revoir mon vieil ami. J’arrivai enfin et celui-ci m’attendait dans l’embrasure de la porte, bras croisés sur la poitrine. Il m’interpella, un sourire franc sur le visage :

« Freya ! Ca faisait un bail. J’ai cru comprendre que tu m’avais piqué ma place d’Amiral. Décidément tu porte bien ton surnom de « renard », ce n’est pas pour rien qu’on dit « chipeur arrête de chiper » ZYAHAHAHAHAHA !!! »

Je me plaçai devant lui, un sourire ironique sur le visage en lui mettant la main sur l’épaule :



« Airychounet ! Notre fameux bel au bois dormant est de retour parmi nous ! J’avais hâte de te croiser. Tu vas enfin pouvoir élucider mon mystère ! Comment es-tu sortis de ton coma ? Je ne vois pas quelle femme serait capable d’embrasser un machin de ton genre. Du coup, la seule réponse possible qui m’est venue est qu’une mouche aurait frôlée tes lèvres. Est-ce le cas ? »

Je lui fis un clin d’œil en pénétrant dans la pièce. Je m’assis sur la table en le fixant :

« J’ai entendu pas mal de choses à ton sujet, et si tu me racontais ? Je suppose que tu ne vas pas rester instructeur longtemps, c’est quoi tes plans maintenant ? »






Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airakaz Marshall
Amiral En Chef
Amiral En Chef
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 30/04/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement20
Pouvoir 2Haki Observation11
Pouvoir 3Logia Vent40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Entrevue [PV Freya Shiwara] Lun 7 Mar - 23:21








“ Marinford ! „




F i g h t !



Freya n’avait pas du tout changé, elle était resté fidèle aux nombreux souvenirs de Marshall. A ses yeux elle était plus qu’une simple camarade, elle était une amie fidèle de très longue date, une amie sur laquelle Marshall avait pu toujours compter. Son souvenir le plus lointain avec Freya remontait même à l’enfance. A l’époque les deux marmots avaient déjà fait les quatre cents coups ensemble, ils étaient connu tous les deux comme étant un « duo infernal » qui foutait le bordel un peu partout dans leur village natal. Allant du simple larcin, en passant par les mauvaises blagues douteuse jusqu’à la bastonnade générale. Puis ils avaient grandit ensemble et avait même leur classe ensemble au sein de la marine. Même si Marshall était un homme ambitieux et qu’il ne pouvait s’empêcher au futur, il n’en restait pas moins un grand nostalgique et avait souvent un regard presque figé sur le passé. Il regrettait le temps ou il pouvait se la couler douce sans se soucier des conséquences. Le souvenir qui l’avait plus marqué avec Freya, était le jour ou il avait décidé de devenir plus fort et de n plus jamais se faire humilier par qui que ce soit. C’était en partie grâce à Freya que Marshall était devenu l’homme puissant et intraitable qu’il était aujourd’hui.


~Flash Back~

East Blue, dans un petit village isolé. La dernière lueur émanant des torches perchées de la rue du village entourait Marshall et ce dernier venait de voler une tomate juteuse qu’il avait vite fait d’ingurgiter. Ses mains étaient pleines d’un liquide rosâtre. Il vagabondait seul à la recherche de sensation forte en cette nui perturbé. En effet, une pluie battante s’annonçait et manque de chance, le petit Marshall trébucha et ses mains atterrirent sur le sol boueux, toute trace de son péché disparu. Il pencha la tête laissant ainsi la pluie glaciale calmer l'adrénaline qui parcourait ses veines, se diluer. Il était trempé jusqu'aux os, il frissonnait. Il jeta un coup d'œil aux alentours, histoire de voir si personne n’avait pas vu sa chute humiliante. Il ne pouvait certainement pas rester toute la nuit dehors, sous cette pluie. Il allait attraper la mort. Il se relava et retira la boue qui s’était accolé sur ses mains. Puis il s'aperçu qu'il n'était pas loin de la cabane de Freya. On pouvait y apercevoir une faible lueur à l’intérieur. Elle s’y trouvait sûrement. Les Dieux lui souriaient peut être un peu après tout. Il allait avoir son quart d’heure de sensation forte. Une idée lui était venue, il allait se faire passer pour un fantôme, non mieux, un monstre, Freya avait une peur folle des monstres tentaculaires.




En plus de cela il était assez tard, presque minuit, à ce qui lui semblait. D’habitude Freya n'utilisait jamais sa vieille cabane à cette heure-ci, la seule raison pour laquelle elle y allait, c’était quand elle se sentait seule et incomprise. Un truc d’ados attardé quoi. L'endroit était recouvert de plus d'une année de poussière la dernière fois que Marshall l'avait vu et ça c'était il y a un bon moment. En effet Freya avait ses trucs de filles et jamais elle n’avait voulu que Marshall entre dans cette fameuse cabane, il avait donc toujours évité cet endroit de peur de représailles de cette dernière. Elle était plutôt hystérique et effrayante lorsqu’elle était en colère. Marshall hésita un instant avant de vouloir faire sa petite blague. Il n’avait pas envie tout de suite de devoir marcher plus d'un kilomètre sous la pluie, sous une pluie glaciale même. C'était vraiment sa seule option. Tout était réfléchit, il ferait sa petite bêtise pour donner la frayeur de ça vie à Freya, puis il resterait avec elle dans la cabane, c’était décidé. Donnant ainsi la volonté à ses jambes d'avancer, en dépit des protestations de son corps ou plutôt de son intuition qui lui disait de ne surtout pas faire ça, Marshall se dirigea vers un arbre duquel il avait arraché quelques branches qui devait servir à imiter des tentacules.




Les branches en main il se dirigea cette fois-ci vers la cabane de Freya. A chaque nouveau pas il s'enfonçait un peu plus dans la boue pour finalement arriver au pied de celle-ci. La lune n'apportait que peu de lumière, particulièrement ce soir avec la pluie et les vents qui faisaient rage autour de lui, à part la brève lueur des éclairs. Tout était réunit pour un max de peur. Marshall jubilait au fond de lui-même et était déjà mort de rire en imaginant la tête effrayée de Freya. Marshall monta l’échelle de bois qui menait en haut de la cabane tout en tirant avec lui les branches d’arbres. Une fois assez proche de l’entrée, il agita fougueusement les branches d’arbres tout en hurlant tel un monstre tentaculaire sortit de l’enfer et en gémissant de manière effrayante. A ce même moment, un éclair jaillit, ce qui accentuait encore plus cette vision d’horreur nocturne. Comme convenu dans son plan, Freya se mit à hurler, prise de panique elle décida carrément de sortir pour fuir de la cabane en dévalant les marches de bois, bousculant au passage violemment Marshall qui fut une chute violente après avoir glissé. C’était à ce même moment que Freya comprit que ce n’était juste qu’une simple blague de la part de son ami d’enfance.




Elle n’avait pas trouvé ça du tout drôle et comme il fallait s’en doutait elle était en colère. Une colère extrême que Marshall avait grandement sous-estimée. Elle se rua sur lui pour le frapper, Marshall se releva et constata qu’il avait mal à la jambe. Il s’était sans doute fracturé quelque chose en chutant depuis le sommet de la cabane mais tant pis, il se releva quand même en grinçant les dents pour se défendre contre Freya qui était folle de rage. Les coups pleuvaient des deux camps, jusqu’à ce que Marshall s’effondre. Il saignait du nez et il avait la joue gauche gonflée. Freya n’avait que quelques éraflures ici et là. Il fallait l’avoué Freya lui avait donné une correction digne de ce nom. Marshall l’avait cherché après tout et pour cette nuit il l’avait eu son quart d’heure de sensation forte. A cet instant là, la pluie cessa de tomber. Marshall n’avait jamais vu Freya dans un tel état de colère. Celle-ci se dirigea vers lui, en posant son pied sur la tête de Marshall, elle n’était plus dans son état normal. La colère avait décuplé ses forces, mais aussi sa méchanceté. Même si Marshall l’avait bien cherché, il ne méritait pas pour autant un tel traitement, surtout venant de sa meilleure amie.



« Baka-Marshall ! Je t’avais pourtant dit de ne jamais venir ici ! Voilà ce qui arrive quand on ne respecte pas l’intimité d’une fille ! Tu m’as sous-estimée. Et c’était quoi cette blague de mauvais goût hein ? Tu sais très bien que j’ai horreur des trucs à tentacules. Ne refait plus jamais ça ! »



« Freya ! Cette humiliation…Un jour ca se paiera ! Rappel toi bien de ce que je te dis ! »


Suite à cette bastonnade enfantine, les deux ne s’étaient plus parlés pendant une semaine et avaient décidés de se bouder l’un et l’autre. Ils avaient après finit par se réconcilier et leur amitié en était ressortit grandit et plus forte.

~Fin Flash Back~


Ce souvenir allait rester gravé dans la tête de Marshall, car au fond de lui il avait perdu contre une fille et avait vécu cette situation comme une véritable humiliation. Ce sentiment n’allait jamais le quitter. Bien au contraire il l’avait aidé à aller de l’avant, à passer les difficultés de la vie avec brio. Au fil des années il était devenu plus puissant. Sa frustration s’était transformé en volonté de tout vaincre sur son passage et le voilà devenu Instructeur Général de la marine. Mais il y avait bien une chose qu’il n’avait jamais faite. Cette chose, c’était de reprendre sa revanche sur Freya. Si ca se trouve elle avait déjà oublié ce souvenir lointain. Ca serait stupide de lui en reparler et d’user de cette excuse pour vouloir un combat sous prétexte qu’il voulait se venger d’une petite bastonnade de gamin. C’était puéril et vain, il fallait donc que Marshall trouve une autre excuse et il savait exactement quoi faire pour pousser son ami à l’affrontement. Il allait utiliser les paroles de son amie contre elle. En effet celle-ci s’était adressé à lui sur un ton moqueur et ironique, allant jusqu’à dire qu’aucune femme ne voudrait de lui. C’était plutôt vexant, ou plutôt Marshall devait faire mine d’être vexé, voilà son excuse qui le pousserait au combat. Il savait pertinemment que Freya plaisantait mais tant pis, il fallait bien quelque chose pour commencer les hostilités.


« Fufufufufu….Si tu crois que je vais te dire quoi que ce soit de mes plans, c’est que t’as mangé trop de patte de canard ma cocotte ! »



« Et puis je t’ai déjà dit au moins un milliard de fois de plus m’appeler « Airychounet » ! Je vais devoir te donner une petite correction que tu n’oublieras pas de si tôt ma petite Freya. Prépare-toi à prendre la raclée de ta vie ! Fufufufufufu…. »


Airakaz Marshall décroisa les bras, prêt à en découdre. Il l’avait eu son excuse pour lancer les hostilités. Il voulait reprendre sa revanche, mais aussi voir s’il ne s’était pas trop rouillé depuis son coma et également voir si Freya méritait vraiment son poste d’amiral de la marine. Etait-elle devenue plus forte ? La dernière fois que Marshall l’avait vu à l’œuvre c’était lorsqu’elle était encore vice-amiral de la marine. La situation était parfaite, ils étaient tous les deux seuls et personne ne se trouvait dans les parages. La salle de réunion était assez grande pour se déplacer. Le hic c’est qu’ils pouvaient potentiellement détruire cette partie du bâtiment, mais tant pis pour les dégâts matérielles et  collatéraux, ça démangeait beaucoup trop l’instructeur de la marine pour qu’il puisse se retenir. Marshall leva sa main gauche bien tendue, en direction de Freya qui était juste à quelques mètres de lui. Il l’avait pris pour cible et elle était dans la ligne de mire. Le marine de l’état major allait faire appel à la puissance de son fruit du diable, à savoir le Kaze Kaze No Mi, le logia du vent. Un pourvoir surpuissant qu’il contrôlait à la perfection.



‘‘ Kūki Jū ! ’’





« Encaisse-moi ça !! »


Kūki jū - 空気銃 : Technique permettant à Marshall d'envoyer des véritables boulets de canon à air comprimé ayant la capacité non pas de trancher mais d'écraser et de transpercer très violemment tout ce qui se trouve sur son passage, tel un tir de canon. Il en avait en total sept, qui fusaient en direction de Freya. Elle ne devait sans doute pas s’attendre à un tel revirement de situation. Néanmoins elle connaissait le mauvais caractère de Marshall ainsi que son côté tête de brûlé. Il était comme ça depuis sa tendre enfance. Il y avait deux options, soit Freya jouait le jeu en acceptant le combat, soit elle y mettait fin en expliquant clairement qu’elle n’était pas là pour ça. Mais la connaissant, elle se défendrait telle une tigresse et n’hésiterait même pas un seul instant à riposter encore plus violemment. Les retrouvailles prenaient une autre ampleur, mais c’était à l’image de l’amitié qu’il entretenait avec Freya. Intense et chaleureuse. Bien évidemment il ne s’agissait pas d’un combat réel et sérieux au sens propre, mais plutôt une manière de se défouler, voir même de s’entraîner et de jauger la force de l’autre sans aller non plus trop loin. Qu’allait-elle faire ? Se braquer ou riposter ? La suite avec impatience…



















Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freya Shiwara
Amiral Python Vert
Amiral Python Vert
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 29/02/2016

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 700 millions honneur
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement0
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Paramécia Fantôme
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Entrevue [PV Freya Shiwara] Mer 9 Mar - 14:44



Un revenant déchu ♪




«Qui part à la chasse perd sa place~»

By: Tout bon enfant qui se respecte

Je savais que mes paroles allaient faire mouche. Après tout Airakaz avait son caractère bien à lui et j’étais surement celle qui le connaissait le mieux. De mes plus loins souvenirs il était celui avec lequel je m’étais le mieux entendu, et il était surement le seul à vraiment me connaitre. Je n’avais eu que peu d’amis dans mon enfance, et mes plus gros fous rires étaient avec lui, de même que mes plus grosses fureurs. Je le regardai dans les yeux et je pouvais voir qu’il était toujours le même. J’avais peur que son année de coma ne l’ait changé, mais lorsque je vis sa réaction face à mes paroles je fus instantanément rassurée. Ce grand fou possédait toujours son fameux sang chaud. Mais je sentais que son emportement était feint et semblait cacher quelque chose d’un peu plus profond. Je n’eus cependant pas le loisir de philosopher sur son comportement, ce que je ne voulais pas faire de toute façon. Il afficha un sourire ironique sur le visage et rigola tel un serpent, me faisant savoir qu’il ne me ferait rien savoir de ses plans et que je pouvais tout aussi bien manger du canard. Après une réflexion sur le surnom adorable que je lui donnais, il me fit savoir qu’il comptait me « corriger ». Et je su alors qu’il allait entamer les hostilités.

Cela faisait longtemps que nous n’avions pas croisé les fers et nous ne l’avions jamais fait sérieusement. A vrai dire, en donnant tout, je serais incapable de dire lequel de nous deux pourrait l’emporter. Il était fort et son fruit n’était guère simple à gérer, mais j’avais mes atouts aussi et bien que moins forte, moins rapide à cause de son fruit, j’étais cependant plus agile et moins facilement touchable grâce à mes fantômes. Nous avions l’habitude de nous entrainer ensemble, pour développer nos techniques et réveiller notre corps. Nous n’avions cependant jamais combattu pour de vrai, peut être parce que nous ne voulions pas faire de mal à l’autre, parce que nous ne voulions pas le vexer, ou juste car nous n’étions pas intéressé. Pour moi Airy représenté un sacré morceau et j’avais du mal à imaginer pouvoir le battre, il était surement l’un des adversaires les plus surprenant qu’il m’avait été donné de rencontrer. Mais je le connaissais trop, et je ne pouvais pas me permettre d’user de mes fantômes ondes avec lui. J’aimais le taquiner et le vexer pour le chercher, mais jamais je ne pourrais lui faire ressentir volontairement de la peur, du remord ou un quelconque autre sentiment issu de mes fantômes. A vrai dire, je l’avais déjà fais sur lui.




A l’époque, j’étais en couple avec Vane un agent du gouvernement. Cela faisait déjà plusieurs mois que j’étais avec lui à la surprise de nombreuses personnes, de moi mais aussi d’Airy. Airakaz avait pour habitude lui de ne pas s’attacher à ses conquêtes, dans la marine et beau garçon, il ne lui était guère compliqué de ravir le cœur des jeunes filles. Je ne comprenais pas sa façon de faire et le lui avais fait savoir à de nombreuses reprises, comment pouvait-il se comporter ainsi ? Et de même, Airy avait tendance à ne pas comprendre ma relation avec Vane, et n’aimant pas cela il avait donc décidé de ne pas aimer celui-ci. Vane était une personne assez renfermée, avec un humour noir et très emprunt à la fureur.



Il ne savait vraiment pas se contrôler à vrai dire et bien qu’élite du gouvernement, il avait un cœur de petit chiot. Comme Airy était assez proche de moi à l’époque je le voyais souvent, et je ne supportais pas l’atmosphère qui régnait lorsqu’ils étaient tout deux dans une même pièce. Airy lui lançait sans cesse des pics malgré le fait que je lui demande d’arrêter et j’avais du mal à les empêcher de se battre surtout que Vane ne pouvait s’empêcher de le provoquer. Un après-midi, je lisais tranquillement sur un muret un livre intitulé « Les aventures de Baika ». Il s’agissait d’une romance dramatique où l’héroïne était partagée entre l’amour d’un traitre et la voie de la sagesse et des arts martiaux. J’étais au passage où, les larmes aux yeux, elle tournait le dos à son véritable amour pour se diriger vers un autre avenir. Des fleurs de cerisier tombaient autour d’elle telles des larmes de tristesse d’une déesse de l’amertume. Elle allait lui dire ses derniers mots lorsque soudain une main se posa sur mon épaule tandis qu’une autre mit sous mon nez un magnifique morceau de gâteau. Je posai mon livre en souriant à Vane. Je déposai un baiser sur sa joue en dégustant sa pâtisserie. Nous parlâmes un moment, et nous allions partir lorsqu’Airy passa devant notre muret. Il tenait une magnifique créature par la hanche et se pavanait dans la rue. Il tourna la tête et me vit, il allait parler lorsque je vis son regard se transformer quand il aperçut Vane. Vane se raidit et fit malencontreusement tomber l’assiette que je venais de finir aux pieds de mon ami. Je jetais un regard noir à Vane mais me tournai vers Airy. Je ne lui laissais pas le temps de dire ou faire quoi que ce soit. Je créai un fantôme invisible emplis de simplicité, de chaleur et d’excitation et le dirigeai vers lui. Le fantôme lui transmit ses sentiments, avec douceur, sans le brusquer, de telle façon qu’il ne pourrait se rendre compte du changement de ses émotions. Airy détourna alors la tête et embrassa la jeune femme à ses côtés, il accéléra le pas alors que je me tournai vers Vane. J’eus une discussion sérieuse avec lui et il ne recommença pas à chercher Airakaz.

FIN FB

C’était la seule fois où je m’étais permis d’influencer les sentiments de mon ami. Il s’agissait d’une question de respect, or Airakaz était surement l’une des personnes que je respectais le plus au monde. Et je m’étais promis de ne jamais jouer avec ses émotions. Ça me faisait donc une technique de moins pour me battre contre lui. Je connaissais son corps, ses mouvements et sa force, je savais que je n’avais que très peu d’atouts contre lui. Mais peu m’importait, s’il croyait pouvoir me « corriger » aussi facilement il se fourrait les doigts dans le c**. Ce dernier venait de décroiser les bras et en pointa 1 vers moi. C’est qu’il allait utiliser son fruit le vilain ! J’étais toujours assise sur la table mais je mis pieds à terre, campant mes pieds contre le sol, prête à bondir. Je n’eus que très  peu de temps car il avait agit vite. Sept boulets se dirigèrent à une vitesse folle vers moi. A l’aide du Soru, je sautais rapidement dans les airs esquivant le premier, d’un salto arrière j’atterris derrière la table en m’accroupissant pour en esquiver deux autres. Plaçant mon pied contre la table je donnais un coup pour la faire voltiger dans les airs mais elle explosa sous l’impact du 4éme. Je me redressai en reculant, deux autres boulets frôlant mon corps pendant que je préparai un fantôme qui alla à la rencontre du dernier et explosa à son toucher pile entre Airy et moi. Je le regardai, un sourire sérieux sur le visage en prenant mon sabre et en le sortant du fourreau.



« Rassure-moi Airy-chou… Ce n’est pas tout ce dont tu es capable ? »

J’exécutai un soru parfaitement calculé pour fondre sur lui. La pointe de mon épée visa deux fois son visage puis, prenant appuie sur mon pied gauche j’envoyai le droit dans sa figure. Ce qu’il ne savait pas, c’était que j’avais recouvert mes membres de petits fantômes explosifs qui, au contact d’Airakaz se colleraient à lui sans qu’il ne puisse les sentir. Ils attendraient alors mon signal pour faire un petit BOUM perturbateur peu fort mais pouvant lui faire tout de même légèrement mal ! Ce n’était pas dangereux pour lui mais ça pouvait le surprendre au moment ou il s’y attendrait le moins. Après avoir effectué mon coup de pied, je bondis dans les airs pour prendre de la distance afin de préparer mon ancien coup.



La salle de réunion était suffisamment vaste comme terrain de combat mais elle risquait cependant d’être légèrement mise sans dessus dessous face à ce qui allait arriver. Je créais deux doubles de moi. Ces doubles étaient des fantômes en tous points semblables à moi, ils pouvaient bouger selon ma volonté et exploser à ma demande. Je savais que mon adversaire maniait le Haki de l’observation, il pourrait donc sans mal repérer les faux moi. Cette technique n’allait donc pas servir comme je le faisais d’habitude. Chacune de mes clones se mit à se déshabiller en se déhanchant et en faisant des clins d’œil à Airy. Je comptais ainsi attirer son attention, mais plus que tout le surprendre. Ma vraie moi se mit en garde, une jambe tendue vers Airakazfrôlant le sol de la pointe, mon poids principalement sur ma jambe arrière pliée, un bras tendue en avant, ma main ouverte tandis que l’autre était au dessus de ma tête, épée pointée sur Airy. Je fis bouger ma main avant pour lui signaler que je l’attendais.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airakaz Marshall
Amiral En Chef
Amiral En Chef
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 30/04/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement20
Pouvoir 2Haki Observation11
Pouvoir 3Logia Vent40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Entrevue [PV Freya Shiwara] Mer 9 Mar - 17:30








“ Marinford ! „




F i g h t !



Comme il fallait s’en douter, il n’aura pas fallu longtemps avant que Freya fasse preuve de sa combativité habituelle. Ses mouvements étaient fluides, elle ne faisait rien au hasard et n’avait fait aucun déplacement inutile qui pouvait la retardé dans sa contre attaque. Marshall reconnaissait bien là une adepte des arts martiaux. Elle avait échappé aux sept boules d’air comprimé avec une agilité remarquable. Alliant le rokushiki avec son fruit du démon et ses capacités physiques. L’instructeur général de la marine pu constaté que son amie était devenu encore plus forte que par le passé. Elle n’avait pas chômée et au fond de lui-même, Marshall venait d’être convaincu que Freya méritait bel et bien son statut d’amiral de la marine. Oui, tout d’un coup, le marine de l’état major s’en voyait presque rassuré, voir même apaisé, il n’aurait plus à s’inquiéter pour elle. Il avait peur que ce poste soit trop dangereux pour Freya. Mais maintenant qu’il l’avait vu à l’œuvre, il n’avait plus aucun doute quant à sa force et sa capacité à tenir ce poste. Il aurait du lui faire confiance depuis le début. Profitant de la petite explosion crée entre le fantôme explosive et la dernière boule d’air comprimé, Freya en avait profité pour dégainer son sabre.




La lame de son sabre était tout bonnement remarquable, fine et tranchante et au contact du fourreau elle laissait échapper un léger bruit de grincement presque mélodique, ce qui donnait une certaine élégance à son arme. Le tout accompagnait du sourire malicieux qu’elle avait l’habitude d’affichait lorsqu’elle était sérieuse. Elle continua même par une énième provocation en demandant à Marshall si c’est tout ce qu’il savait faire. A cet instant Airakaz à son tour esquissa un sourire en coin et de sa main il lui fit signe du bout des doigts de venir pour continuer le combat et lui montrer qu’il avait plus d’un tour dans son sac. Il s’était immédiatement mit en position de « Wing Chun », la main droite vers l’avant et la main gauche au dessus de cette dernière, prêt à recevoir l’assaut de son amie de talent. Freya exécuta alors un soru pour fondre directement sur Marshall en visant son visage par deux fois. Immédiatement Marshall riposta en se déplaçant méthodiquement pour repousser la lame de Freya en frappant par deux fois la lame par son côté, donc du côté non tranchant de la lame pour repousser ses attaques et protéger son visage d’une lacération fatale. C’était loin d’être finit, sa contre attaque continua de plus belle.




Prenant appuie sur son pied gauche, elle balança son pied droit pour frapper avec aplomb. Immédiatement Marshall repoussa le coup de pied avec un coup de coude qui viendrait frapper la plante des pieds de Freya afin de la déséquilibrer et donc de dévier le coup de pied dans le vide. Marshall ne le savait pas, il n’avait rien remarqué encore, mais Freya avait accolé sur lui un fantôme explosif qui avait la capacité de faire « kadaboum » selon son bon vouloir. Pour le moment Freya n’avait pas activé encore l’explosion de ces derniers. L’assaut continua, elle bondit dans les airs et avait crée deux doubles de sa propre personne. Marshall restait attentif tout en restant sur sa ligne de défense. Les deux clones s’étaient mis à se déshabiller pour ensuite se déhancher de manière sexy tout en faisant des petits clins d’œil ici et là. Marshall succomba, après tout il était un homme et il ne pouvait pas rester insensible au charme d’un tel physique et d’un tel spectacle. Mais très vite il avait reprit ses esprits en reprenant sa concentration. Marshall utilisa le haki de l’observation pour maintenir son esprit en était de concentration. Freya quant à elle s’était mise en garde, faisant signe à Marshall de venir.




L’instructeur général de la marine avait sentit le piège venir, il savait pertinemment que s’il avançait, les deux clones fantômes à l’image de Freya lui exploserait sûrement à la gueule. Il connaissait bien les capacités redoutables du fruit du démon de Freya et il ne voulait prendre aucun risque. Il allait donc attaquer à distance en faisant encore appel son fruit du démon du Kaze Kaze No Mi. Le visage fermé et l’air sérieux, Marshall prit une forte inspiration, il leva son poing droit et dans sa ligne de mire il ne prit qu’en compte les deux clones, il ne voulait en aucun cas blesser Freya en y mettant le paquet. Il voulait seulement se débarrasser des deux fantômes à l’effigie de son ami qui lui bloquait le passage, histoire de pouvoir continuer le combat sans handicap. Une fois son poing droit armé, l’instructeur général de la marine avait dosé son coup. Suffisamment pour « souffler » et mettre hors d’état de nuire les deux clones mais pas assez pour blesser Freya ou même l’inquiéter.  Et puis Marshall ne voulait pas non plus détruire cet endroit en s’emportant un peu trop. Dans un combat il fallait savoir garder son sang froid et ne pas sombrer inutilement dans des excès de colère injustifié. Même si Marshall avant le sang chaud et qu’il avait tendance à s’emporter pour un rien, il savait faire la différence lors d’un combat et savait se contrôler pour pouvoir emporter la victoire. C’est ce qui faisait de lui un véritable combattant d’élite.





Marshall changea son poing en vent et lancerait une colonne de rafale de vent sur sa cible, à savoir les deux clones fantômes. A l’origine, cette attaque était tellement puissante que Marshall était capable de détruire plusieurs navires en seulement un coup. Mais cette fois-ci il en avait réduit la puissance au maximum pour seulement annihiler les deux clones. Une fois que ceux-ci seraient soufflés par le vent et donc maîtrisés, Marshall se transformerait en un courant d’air pour se diriger à grande vitesse vers Freya et pour débuter sa contre attaque. Il allait faire comme elle et l’emmener sur le terrain du corps à corps. Une fois arrivé devant elle il avait fait mine de la frapper au visage, mais au dernier moment il se transforma une nouvelle fois en courant d’air pour passer derrière elle et lui asséner un coup de coude au niveau de la colonne vertébrale, pour ensuite enchaîné avec deux coups de poings rapide au niveau de chaque épaule et pour ensuite terminer son premier assaut avec une balayette afin de la faire basculer et lui faire perdre son équilibre. Une fois cela fait, Marshall se retransformerait en courant d’air cette fois-ci pour arriver du côté de son bras ou elle tenait son sabre afin de la désarmer en frappant d’un coup de genoux sur le pommeau de son sabre pour l’éjecter hors de sa portée.




Et ce n’était pas finit, une nouvelle fois Marshall allait se mouvoir sous forme de vent pour cette fois-ci prendre de la hauteur très haut jusqu’à la limite du plafond de la salle pour ensuite prendre appuie sur le plafond avec ses jambes et se propulser avec ceux-ci pour fondre à toute vitesse vers Freya qui serait peut être dans un état de déséquilibre qui allait l’empêcher de se protéger efficacement. Dans tous les cas peu importe si son assaut précédant avait échoué ou non il fonderait sur elle, tel un dragon en fureur prêt à déchiqueter sa cible avec ses griffes. La main droite placée en dessous et la main gauche placée au dessus, imitant ainsi les serres d’un dragon, Marshall venait d’adopter le style du « Long Quan » ou « Boxe Du Dragon », essentiellement axée sur l'esprit de cette créature. La boxe du dragon est essentiellement un style interne, bien que l'entraînement initial semble plus être celui d'une méthode externe. L'étudiant apprend en effet à frapper et bloquer durement, et à tenir des positions solides. L'apprentissage de la maîtrise du Qi, l'énergie interne, ne se fait que plus tard, en s'entraînant à l'émission du sens profonds de cet art subtile. L'inhalation est silencieuse, et permet d'alléger le corps pour exécuter des techniques aériennes. L'exhalation est elle volontaire, tendue et contrôlée, et autorise la transmission de puissance dans chaque technique. Au niveau le plus élevé, ce sont les techniques d'évasion qui deviennent les éléments clé de la défense. Elles s’effectuent principalement par des rotations du torse, sans ou avec de petits déplacements.



« Freya ! Sale petite peste, essaie de bloquer ça !! »




Imitant la gueule d’un dragon avec ses mains, Marshall une fois arrivé à hauteur de Freya viendrait viser une nouvelle fois son épaule afin de la disloquer et de rendre inutilisable le bras qui tenait son sabre, pour l’handicaper grandement et rendre son combat encore plus difficile. Si elle réussissait à s’en sortir, le moindre mal serait une simple blessure superficielle à l’épaule sans grand danger. Mais la connaissant, elle pourrait s’en sortir indemne ou même utiliser un atout dans sa manche que Marshall ignorait. Alors que le combat battait son plein, on pouvait entendre plus bas à l’étage des soldats de la marine qui montait jusqu’ici pour voir ce qui pouvait bien se passer. Ils avaient entendu les brouhahas du combat livré entre Freya et Marshall. Les deux hauts gradés ne s’étaient même pas rendu compte du bruit qu’ils avaient fait tellement ils étaient concentrés sur leur combat. Les soldats de la marine ne tardèrent pas à arriver à l’étage pour apercevoir à travers la porte entrouverte de la salle de la réunion que les deux hauts gradés s’affrontaient. Pris de panique, les soldats resteraient en retrait pour se contenter d’observer le combat sans dire un mot.




Ils étaient comme émerveillé de pouvoir assister à de telle prouesse. Dans tous les cas, Marshall avait déjà décidé en son for intérieur, qu’au prochain assaut il mettrait fin à ce petit combat d’entraînement. Il en avait vu assez. Il savait maintenant que Freya était digne de porter le titre d’Amiral, digne de l’avoir succéder à ce poste. Il savait qu’il n’aurait plus à s’inquiéter pour elle dorénavant et il avait pleine confiance en elle et en ces capacités. Il n’y avait pas de doute possible, durant ses 1 an de coma, Freya avait eu largement le temps de perfectionner ces techniques et sa condition physique. Elle tenait tête à Marshall avec force et panache et c’était tant mieux. En plus d’être son amie d’enfance, Freya deviendrait également une sorte de rivale digne de ce nom qu’il fallait garder à l’œil. Ce petit combat d’entraînement avait également permit à Marshall de retrouver des sensations extrêmes qu’il n’avait pas éprouvé depuis bien longtemps, du moins depuis qu’il était sortit du coma. Il était également rassuré de voir qu’il n’avait en rien perdu de sa puissance, ni de sa vitesse ou de la maîtrise de son fruit du diable malgré ses un an d’absence plongé dans l’inconscience du monde.




Bref, une fois son attaque terminé, Marshall se positionnerait en effectuant un kata de défense. Les jambes écartées, le poing gauche posé au niveau de la hanche et la main droite en forme de « salut du bouddha » pointé vers lui au niveau de son plexus solaire. Freya s’en était-elle sortit de l’enchaînement de fureur de Marshall ? Si elle avait encore la volonté de continuer le combat, Marshall répondrait présent en ripostant à son tour. Mais peu importe l’issue ou la tournure que prenait ce petit match amical en version entraînement improvisé, il effectuerait un dernier assaut et n’irait pas plus loin puisqu’il était déjà grandement satisfait de ce qu’il avait vu pu voir jusqu’à maintenant. Sa petite vengeance du passé s’était envolée comme feuillet au vent. Ce combat avait été comme une sorte de thérapie pour Marshall. Il n’avait plus aucune frustration, ni aucun ressentiment négatif. Il s’était débarrassé de ses émotions inutiles qui perturbaient le bien être de son esprit. Ce traumatisme du passé ne le gênerait plus à l’avenir, il était guérit et prêt à aller de l’avant pour devenir encore plus fort et encore plus redoutable que jamais. Il affichait maintenant un regard paisible en signe de remerciement envers Freya.





















Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freya Shiwara
Amiral Python Vert
Amiral Python Vert
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 29/02/2016

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 700 millions honneur
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement0
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Paramécia Fantôme
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Entrevue [PV Freya Shiwara] Mer 30 Mar - 11:13



Un revenant déchu ♪




«Qui part à la chasse perd sa place~»

By: Tout bon enfant qui se respecte



Il était vraiment fort, mes attaques ne furent que du vent pour lui et il les para sans mal. Je me retrouvai donc maintenant face à lui, en garde, prête à subir l’attaque qu’il allait choisir pour remporter ce combat. Mais je n’allais pas me laisser faire et je sentais l’excitation de mon camarade, comme si ce combat ravivait en lui une fougue qu’il n’avait pas sentie depuis un moment. Un sourire étira mes lèvres alors qu’il fut déstabilisé par mes clones qui se déhanchaient. Mais son trouble ne dura pas longtemps, ce qui ne m’étonna guère, en effet, reprenant son aplomb, il leva l’un de ses bras devant lui semblant me viser. Je me doutais qu’il allait attaquer de loin. Après tout il connaissait mon fruit et le sien était on ne peut plus efficace à toutes les distances. Mais je n’allai pas lui donner le plaisir de détruire mes fantômes. Il allait envoyer une rafale de vent sur mes clones, au vu de sa position je savais qu’il n’allait pas me viser moi. Cette attaque était juste incroyable, je l’avais déjà vu à l’œuvre et elle était capable de faire d’invraisemblables dégâts. Il allait cependant la doser ici pour ne faire qu’écarter mes clones du combat.

Alors que le poing d’Airakaz se changeait en vent je fis disparaitre mes clones dans un petit « pouf » magique. Je n’avais pas fait d’eux des bombes après tout je savais que Marshall n’allait pas avoir l’imprudence de s’approcher tant qu’ils étaient la. Le coup de mon adversaire parti donc, envoyant des déferlements de vent de chaque côté de ma personne, frappant le vide pour ma plus grande joie. Finissant de me délecter de ce petit tour, je vis disparaitre Airy de mon champ de vision. J’eus un petit cri de surprise alors qu’il apparaissait devant moi. Décidemment il possédait une vitesse absolument grotesque. Enfin bon je me doutais bien qu’il allait attaquer au corps à corps, c’était son petit dada préféré et ses coups allaient de loin surpasser les caresses que je lui avais prodiguées durant mon attaque précédente. Il visa mon visage et je levai mon avant bras aussi vite que je pus pour parer son coup mais je ne parai que du vent car il était déjà passé à autre chose,  apparaissant dans mon dos. Je le sentis viser ma colonne vertébrale de son coude et je ne comptais pas le laisser faire, je n’avais pas le temps de me retourner, je me décalai donc de telle sorte que son coup frôla mes côtes, il s’en était fallut de peu, de très très peu… Mais Airy n’allait pas en finir la, il visa mes épaules de deux coups de poings rapides. Heureusement dans mon mouvement pour me décaler sur le coup précédent, je trouvai l’élan de vriller sur moi-même, me plaçant de profil afin que ses coups passent de chaque côtés de mon corps. Je sentis leur force qui provoqua un petit courant d’air contre ma peau. Cet homme possédait une force et une vitesse remarquable, je ne pourrais pas être à sa hauteur sans de l’originalité et sans me surpasser. Je ne vis pas son dernier coup venir. En effet après avoir visé mes épaules il se baissa sur ses jambes, les envoyant  balayer le sol au niveau de mes pieds. Comme j’étais de côté et qu’il frappa mes jambes par l’arrière, mes jambes allaient partir en avant et mon corps ne les suivraient pas.  Je me fis souple sur mes jambes, sentant mon corps tomber. Mes fesses, mon dos, puis mes épaules touchèrent le sol dans un mouvement fluide et rapide, je fis une roulade arrière sans mal en m’accroupissant.



Mais bien sure ce très cher Marshall n’allait pas me laisser une seconde de répits, ma main droite tenait mon sabre et alors que je me redressai, je vis son genou foncer sur ma main pour me désarmer. Je n’avais pas le temps d’agir, je laissai donc son coup frapper le pommeau de mon arme en plein fouet, l’envoyant valser de l’autre côté de la salle. Elle fit un bruit remarquable en tombant sur le sol. Mais comme j’avais laissé faire cette attaque je repris le contrôle de mes appuis. Je savais qu’il n’allait pas finir avec cet assaut et que je devais m’attendre à bien pire. Je soufflai pour instaurer le calme dans mon corps, j’allai avoir besoin de concentration car déjà Airy avait disparu. Il me menait complètement dans cette attaque et je n’avais pas eu une seule seconde pour répliquer ne serait-ce qu’un regard pour lire en lui. Il toucha le plafond et je ne pris pas la peine de l’admirer. J’allai morfler. Il allait tellement vite, c’était tout bonnement impossible que je ne puisse ne serait-ce qu’imaginer une seule seconde être capable d’esquiver ce qui allait venir. Je fermai les yeux, il fondait sur moi et le choc allait venir alors que mon sabre glissait toujours sur le sol. J’étais encore basse sur mes jambes, n’ayant pas eu le temps de me relever complètement, mais cela me permettais une grande souplesse et je pourrai gagner en vitesse. Je claquai des doigts, le petit fantôme que j’avais placé sur mon adversaire provoqua une petite explosion au niveau de son bras gauche. Ca n’allai pas lui faire grand mal mais au moins le surprendre, du moins je l’espérai. Les yeux toujours fermés, je me décidai, j’allai tenter le tout pour le tout. Aspirant une grande goulée d’air je me concentrai, ma force se réunit au niveau de mes jambes, je bondis dans les airs à la rencontre d’Airakaz. Je relevai enfin la tête pour le regarder dans les yeux. Son coup visait mon épaule à la perfection et me l’aurait très certainement réduit en bouillit si j’étais resté à terre. Maintenant que j’avais sauté, il allait non seulement la disloquer, mais me l’arracher vu que je doublais pratiquement sa vitesse.

Je me rendis compte que je ne savais pas vraiment ce qui m’était passé par la tête. Mais bon tant pis, j’avais toujours préféré improviser, alors que Marshall lui était minutieux et toujours certain de ses stratégies. Mais il ne s’attendait peut être pas à ce que je faisais. Mon bras n’était non pas baissé quand j’avais sauté mais droit au dessus de moi, pile dans l’axe de mon corps et prêt à aller à la rencontre de ceux tendus d’Airy. Un fantôme s’était crée au creux de ma main. Il n’était pas négatif, il n’allait pas exploser, il n’était pas gros non plus. C’était même un fantôme plutôt mignon d’ailleurs.



Je ne m’étais servi de ce genre de fantôme que depuis très récemment et ne l’avais jamais utilisé en combat. Je m’étais inspiré d’un impact dial que j’avais vu à l’action. C’était l’un de mes soldats qui, accro à tout les objets originaux, rares ou très étranges, en faisait une collection. Il avait donc un certain nombre de dials et nous avait fait des démonstrations une fois. L’impact dial avait été capable d’absorber la force d’un coup de telle façon que le porteur n’avait absolument rien ressenti. Je m’étais donc entrainer pour former des ectoplasmes capables d’un tel exploit. Je n’arrivai pas encore à une absorption totale, mais suffisante pour réduire un coup entre 50 et 75% de sa puissance.

Le petit fantôme entra en contact avec le coup d’Airy, ma main le soutenant. Je sentais la puissance déferlante de mon ami, mon fantôme suçant la force de son coup mais pas suffisamment, il disparu dans un petit « pouf » laissant mon corps à la merci de l’attaque. Heureusement il en avait quand même absorbé une grande partie mais ma main prit l’attaque en plein fouet. Je pliai mon bras de telle sorte que mon corps entier ressente la puissance afin de répartir les dégâts. Je fus projetée sur le sol, mon corps entra en contact avec une table qui se cassa sous le poids et j’atterris sur le sol avec grand bruit, les fesses en compotes. Mon bras me faisait mal et j’essayai de bouger mes doigts. Je n’avais rien de cassé mais je sentais une forte entorse dans mon membre, au niveau des doigts et du poignet. J’allai devoir l’immobiliser pendant quelques jours. Je fis une grimace en me relevant à l’aide de mon autre bras.

J’aperçus alors une foule dans le couloir et la porte donnant sur la salle de réunion. Un grand nombre de soldat s’était réunit, surement attiré par le bruit que nous faisions et ils nous regardaient avec de grands yeux émerveillés. Airy s’était de nouveau placé en face de moi, en garde, prêt à subir mon attaque. Je jetai un regard aux alentours, nous avions réussis à préserver la pièce malgré quelques traces évidentes de combat. Je fis des mouvements avec mon bras blessé, lorsque je tournai mon épaule je n’avais qu’une petite douleur, elle n’avait pas du être grandement touchée, la douleur était concentrée sur le poignet et la paume de la main. Je soupirai en souriant à Airy. Je me dirigeai vers lui, un air mystérieux sur le visage, d’une démarche souple et féline. Une fois arrivée devant lui je m’arrêtai, le fixant avec un sourire ironique sur le visage. Je lui tendis mon poing valide pour qu’il me check en lui faisant un clin d’œil.

« Merci l’ami, je crois que notre combat a assez duré, tu as l’air de t’être calmé alors ca te dirait pas qu’on papote un peu plutôt ? J’ai sacrément soif ! Et tu as pas mal de choses à me raconter. »

Je sortais plus amochée que lui de notre combat mais bizarrement, j’étais contente. Airakaz était vraiment incroyable et je n’avais aucune chance de l’emporter, je m’en doutais au fond de moi mais ca m’allait. Je parvenais à lui tenir tête et je le prenais au fond de moi comme un exemple, je le respectai plus qu’aucun autre homme dans ce monde. Il était un adversaire redoutable et un véritable maitre. J’étais ravie de l’avoir retrouvé et nous n’en avions pas encore finis. J’allai devoir m’entrainer encore mais la prochaine fois je lui rendrais ses coups et ne le laisserais pas mener le combat. Je m’adressai à l’un des soldats en lui demandant de nous ramener de bonnes citronnades fraiches. J’allai aussi devoir m’occuper de mon bras mais je m’en occuperai plus tard. Je me dirigeai vers mon épée, gisant dans un coin de la pièce. Je la remis dans son fourreau puis m’assis sur une chaise en enveloppant ma main dans un tissu.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airakaz Marshall
Amiral En Chef
Amiral En Chef
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 30/04/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement20
Pouvoir 2Haki Observation11
Pouvoir 3Logia Vent40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Entrevue [PV Freya Shiwara] Mer 30 Mar - 14:44








“ Marinford ! „




F r i e n d _ Z o n e !



Comme il fallait s’y attendre d’un amiral de la marine, Freya avait riposté avec aplomb et panache. Les réflexes de la jeune femme lui avait permis d’éviter le pire et stratégiquement elle était aussi douée que Marshall. En effet cette dernière avait pu éviter les coups venant vers elle au niveau de la colonne vertébrale en se décalant rapidement, frôlant à peine ses côtes, ce qui n’avait pas manqué de surprendre Marshall. Soin poing avait terminé dans le vide, et dans l’élan du mouvement l’instructeur général avait été quelque peu déséquilibré. Cette esquive n’était pas anodine, puisqu’elle avait permit à Freya de se créer une ouverture, lui assurant un espace de sécurité en plus d’un moyen de se défendre efficacement. Et c’était loin d’être finit, après avoir prit suffisamment d’élan en profitant de son dernier déplacement elle avait vrillé sur elle-même pour éviter les autres coups qui passeraient également à côté. De nouveau Marshall frémit, il était abasourdi par une telle réactivité et surtout par ces quelques mouvements, le marine de l’état major comprit que son amie avait évolué de manière stupéfiante depuis la dernière fois, depuis son garde de vice-amiral. Elle faisait preuve d’une technicité qui rivalisé largement avec celle de Marshall. Jusqu’ici Airakaz voyait ses enchaînements finir dans le vide.


♥♠★♣♦


Après la balayette rapide que Freya du encaisser malgré elle, cette dernière avait pu immédiatement se remettre sur ses jambes en effectuant une roulade arrière rapide et acrobatique en profitant de la force avec laquelle elle avait été projeté, tel un chat qui retomberait sur ses jambes. Sans même le savoir, de manière inconsciente Freya venait d’utiliser un principe propre à « L’Aikïdo ». Se servir de la force de l’adversaire contre lui. La détermination et l’intelligence de la jeune femme ne manqua pas de surprendre une nouvelle fois l’instructeur général. Reprenant le contrôle de ses appuies, Freya gardait un sang froid et un calme incroyable. Extérieurement cette dernière ne semblait pas atteinte ni même impressionné par les mouvements du haut gradé. Bien au contraire, elle était concentré et méthodique dans chacune de ses actions, mettant à contribution tous ses atouts pour former une harmonie capable de rivaliser avec le style de combat de Marshall. Ce qui faisait d’elle une combattante hors du commun, frôlant même le génie à ce stade. A ce stade là de l’affrontement, l’homme-vent en avait assez vu pour comprendre que sa camarade d’enfance avait évolué de plusieurs palier en seulement un an, et méritant amplement son statut d’amiral de la marine.


♥♠★♣♦


Bref, au moment ou Marshall avait prit appuie contre le plafond pour fondre sur Freya, celle-ci d’un claquement de doigt activa une explosion au niveau du bras gauche de l’instructeur. Marshall fut déstabilisé, déconcentré et avait réduit la puissance de son attaque à cause de l’explosion. Une partie de son bras avait même éclaté en un petit tas de vent pour ensuite se reconstitué aussi en plein vol. Néanmoins, il avait dévié de sa trajectoire de quelques centimètres et il perdrait donc beaucoup en précision. La jeune femme avait eu l’intelligence d’utiliser cet atout caché au bon moment, car si elle l’avait fait plutôt, elle n’aurait pas pu amoindrir les dégâts de l’attaque de son adversaire. Une fois l’explosion du fantôme dissipé, Freya décida de profiter de sa position accroupit au sol pour se propulser rapidement en direction de Marshall pour le prendre de vitesse. Les deux marines se fixeraient avec une grande intensité, aucun des deux ne voulaient lâcher l’affaire. Puis de manière inattendue, Freya, le bras tendue avait crée un fantôme à l’allure étrange à l’aide de son fruit du démon. Le fantôme était tellement mignon que Marshall pouvait presque en pleurer, oui, en pleurer même à chaude larmes.


♥♠★♣♦


Le coup de Marshall entra violemment au contact directement contre le fantôme tout choupi qui avait eu également l’effet de le déconcentrer. Mais pas que, puisqu’en effet, chose surprenante, le fantôme avait littéralement absorbé une partie de la puissance de l’attaque de l’instructeur général. Suffisamment pour ne pas blesser gravement Freya. Cette dernière avait sans doute réussit à développer son pouvoir au-delà même de son potentiel, ce qui était remarquable. Durant l’absence de Marshall, la jeune femme n’avait pas chômé. Elle avait non seulement développé ses capacités physiques, en plus d’avoir amélioré l’utilisation des pouvoirs de son fruit du diable. Qui sait ce qu’elle pouvait faire d’autre ? Peut être même qu’elle pouvait utiliser sa projection ASTRAL sur une distance dépassant le kilomètre ? Dans tous les cas, Marshall fut une énième fois très surpris par ce moyen de défense qui avait été très efficace. En effet cette dernière fut seulement projetée au niveau du sol, sans plus de dégât, évitant ainsi le pire. Quant à l’instructeur général, il fut également projeté vers le côté en tombant sur son épaule gauche tout en glissant sur quelques mètres, puisqu’il avait été déséquilibré par le dernier mouvement de son adversaire mais aussi par l’absorption de la puissance du choc de son dernier coup.


♥♠★♣♦


Marshall s’était relevé en une roulade arrière rapide pour ensuite se remettre debout en position de combat, tandis que Freya se releva en grimaçant quelque peu. Elle avait finalement tout de même était un peu touché du fait que le fantôme n’avait pas réussit à absorber la totalité de l’attaque. Une fois debout, Freya se mit à soupirer tout en esquissant un petit sourire. Ce sourire que Marshall connaissait bien, il l’avait vu tant de fois sur le visage de Freya par le passé. Ce même sourire qui l’avait poussé même à baisser totalement sa garde pour reprendre une position normal tout en lui rendant son sourire également. L’amiral de la marine se rapprocha de Marshall par une démarche qui était propre à cette dernière, féline, sexy et tout simplement féminine. L’instructeur ferait de même en se dirigeant également vers son amie d’une démarche pleine de virilité, puissante et confiante. Les deux se retrouvaient maintenant en face à face, séparait seulement de quelques centimètres, se fixant du regard sans rien dire durant quelques secondes. Des secondes qui semblaient durer une éternité, du fait de leur grande complicité. Freya leva son poing et Marshall fit de même, et les deux d’un commun accord avaient décidé de mettre fin à ce duel par un check tout en s’échangeant en même un clin d’œil complice.


♥♠★♣♦


Ensuite Freya brisa le silence en remerciant Marshall tout en exprimant son envie de discuter avec lui autour d’un verre. Il est vrai que Freya était ressortit quelque peu touché par ce duel improvisé, mais c’était une dure à cuir et elle allait très vite s’en remettre. Il ne s’agissait là que d’une blessure superficielle. Un peu de pommade et dans trois jours son corps de mannequin oublierait les bobos et désagréments. Elle avait réussit à tenir tête à son amie avec brio, et elle ne semblait pas plus satisfaite que ça alors que Marshall, lui, au fond de lui-même il brûlait d’envie de reprendre le combat pour voir ce que Freya pouvait faire à un plus grand niveau. Mais pour le moment il se devait de rester mesurer et de garder son excitation combative pour une autre fois. Son niveau d’adrénaline était vite redescendu et malheureusement il ne pourrait pas répondre aux attentes de l’amiral de la marine. En effet Marshall avait une mission importante qu’il devait remplir sur le champ. Il devait voyager jusqu’au Shin Sekaï pour mettre fin aux agissements d’une certaine personne. Néanmoins, Marshall n’allait pas partir comme ça sans rien dire, plutôt enjoué et ravis de cette altercation amicale, l’instructeur général rétorqua alors :



« Freya c’est super ! T’es devenue incroyablement forte ! Tu as réussi à me mettre en difficulté et puis le coup du fantôme mignon là…vraiment…Bravo ! »



« Merci pour ce combat, je suis fier de ce que tu es devenue ! »



« Je suis désolé, je serais bien resté ici avec toi pour discuter, mais malheureusement je ne peux pas rester plus longtemps. Enfin tu sais ce que c’est, mes responsabilités d’Instructeur, le boulot, tout ça…De toute façon on se reverra bientôt et on se remet ça à plus tard. Bon, je te laisse faire le ménage ici hein, le balais tout ça, des trucs de femme quoi. Et si jamais tu veux me dire quelque chose ou me faire parvenir un message, utilise ta projection ASTRAL là avec tes fantômes ! Allez à plus tard, salut ! »


Avait-il ironiquement sur le ton de l’humour tout en terminant sur une blague machiste pour taquiner Freya comme à son habitude tout en la prenant chaleureusement dans ses bras pour exprimer tout d’abord sa joie de pouvoir enfin la revoir un an après, mais aussi pour la remercier de ce combat court, certes, mais extraordinaire. Les seules moments rares ou on pouvait voir Marshall sous cet aspect de sa personnalité, c'était avec Freya. Les soldats de la marine présents dans la salle avaient applaudit tous en cœur la scène, comme-ci ils avaient assistés à une pièce de théâtre. Certain même s’étaient mis à pleurer d’émotion. Sans plus tarder, l’instructeur général quitta définitivement la salle de réunion pour ensuite quitter Marine Ford à bord d’un vaisseau de guerre de la marine pour rejoindre le Nouveau Monde, partant pour une énième mission. Les retrouvailles s’étaient bien passées, et Marshall pouvait repartir le cœur léger. Content d’avoir pu passer ce temps avec sa belle et tendre amie d’enfance. Il avait tous le temps pour la revoir un autre jour, avec un grand plaisir.



---------------------------------------------------------------------


[HRP : Voilà, finit pour moi. Harry gateau (allez rigole) pour ce super RP, ta géré com d’hab ^^ malgré que t’ai mit 10000210562034560650006510651065036558103650616503000650 de semaines pour répondre à ce rp mdr]























Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freya Shiwara
Amiral Python Vert
Amiral Python Vert
avatar
Messages : 15
Date d'inscription : 29/02/2016

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 700 millions honneur
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement0
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Paramécia Fantôme
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Entrevue [PV Freya Shiwara] Mer 30 Mar - 16:18



Un revenant déchu ♪




«Qui part à la chasse perd sa place~»

By: Tout bon enfant qui se respecte


Le regard d’Airakaz s’était transformé. La chaleur qu’il dégageait m’enveloppa et je sentais l’amitié qu’il me portait. Je l’avais impressionné, il était fier et semblait presque déçu que le combat s’arrête la. Il répondit à mon check avec un clin d’œil. Il dégageait une aura impressionnante, écrasante et incroyablement attirante. Un lien nous réunissait et notre combat ne se finirait jamais car aucun de nous d’eux n’abandonnerai l’idée de vouloir surpasser l’autre. L’homme devant moi n’était pas juste un marine, c’était l’instructeur général, un ami d’enfance et quelqu’un qui m’avait marqué à vie. Le regard que nous partageâmes sembla durer une éternité et il suffit à résumé ce que nous pensions l’un de l’autre.  J’espérai vraiment que nous aurions le temps de discuter mais Marshall semblait avoir autre chose à faire. Il me répondit d’abord sur un ton élogieux, louant mes progrès et mes capacités. Je rougis légèrement alors qu’il parlait de sa fierté devant mes nouvelles techniques. Airy avait toujours été une sorte de grand frère pour moi, l’image qu’il avait de moi était extrêmement importante et je faisais tout le temps ce qui était en mon pouvoir pour l’impressionner. Qu’il reconnaisse ainsi ma force me faisait plus que plaisir et je ne pouvais m’empêcher d’être fière de moi. Il était arrivé une fois ou Airy avait parlé de moi en des termes négatifs, cet événement m’avait anéanti et je m’étais juré de ne plus jamais le décevoir.



Il me parla ensuite du boulot que demandait son poste et qui l’attendait. Je me doutais qu’il ne prendrait pas le temps de discuter, c’était un homme d’action et non un poète. Après m’avoir lancé une vanne sur les femmes et un balai il me conseilla d’utiliser mes fantômes si je voulais le joindre. J’explosai de rire en m’imaginant balayer la salle en rechignant sur ma tête puis pris un faux air blessé en lui donnant un coup de poing amical dans le ventre. Puis je passai mes bras autour de lui alors qu’il me serrait contre lui.



Je fermai les yeux, une chaleur amicale envahissant mon corps. Airy se montrait rarement sous ce côté, si amical, presque fragile, j’en profitai donc au maximum quand ces moments arrivaient. Surtout que je me doutais qu’on se revoit de si tôt, nos embrassades ne dura guère et Airakaz tourna des talons pour disparaitre au milieu de la foule de marine. Ceux-ci étaient tout retournés, certains avaient même les larmes aux yeux et ils nous avaient applaudis pendant un bon moment comme si nous venions tout juste de finir un spectacle. Je leur souris en m’excusant pour les dégâts. Le marine auquel j’avais demandé la citronnade revint et me la tendit en rougissant, gêné de me faire face. Je le remerciai d’un ton aimable, le cœur léger. Tout en sirotant ma citronnade en évitant de trop bouger mes doigts je regardai dans le vide, Pim était en train de crier mon nom. Il se fit un passage au milieu des spectateurs qui commençaient, à se rependre dans les couloirs pour retourner à leurs occupations.

Pim était mon assistant et ce, depuis plus de 8 ans. Au début ce n’était qu’un gamin complètement perdu que j’avais croisé lors d’une mission. Il était aujourd’hui devenu un homme important et vouée à ma cause, malgré les propositions de la marine il avait décidé de rester à mon service pour mon plus grand plaisir. Il me sauta dessus, les yeux écarquillés et une lettre entre ses mains.

« Miss Freya ! Je… je…. »

Il reprit son souffle, je lui tendis ma limonade qu’il but avidement avant de reprendre.

« J’ai une piste ! Le capitaine Todd ! Il a accosté sur l’île de Water seven ! L’un de nos contacts a affirmé son passage sur l’île ! C’est…  Nous devons partir Madame ! Nous en apprendrons plus sur la route ! »

Je restai figé, les yeux grands ouverts. Le capitaine Todd ? Enfin… je… n’arrivais pas à en revenir. Nous avions enfin une piste ! Des larmes apparurent pour disparaitre aussitôt dans mes yeux. Cela faisait dix ans que j’attendais de traquer cet enfoiré. Je bondis en avant, criant à Pim de préparer le navire.



Hrpg: Voila finis Big Grin c'était extra merci mon chou!


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entrevue [PV Freya Shiwara]

Revenir en haut Aller en bas

Entrevue [PV Freya Shiwara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Grandline :: Waterseven et plus loin :: Marineford-