AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Messages : 19
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de Personnage
Exp:
40/100  (40/100)
Prime/Honneur: 300 millions prime gelé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement10
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Zoan Mythique Dragon Oriental35
Pouvoir 4Art du Sabre (Katana)10
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall] Mer 6 Avr - 18:32


 
 

 


 
Arrivée à Shabondy !



 

 

 
 

Grove 52. Perché sur mon nuage, j'entamai la descente depuis les cieux. Sous les regards écarquillés des badauds et de la populace de ce district réservé aux chantiers navals, j'atterris au milieu d'une espèce de place, bondée de monde. Néanmoins, je ne descendis pas de mon moyen de locomotion si particulier pour autant. Je préférai me déplacer toujours ainsi, en flottant à quelques centimètres du sol. Il y avait ici toutes sortes de canailles : pirates, chasseurs de primes, explorateurs … Aucun ne m'inspirait la sympathie, et quand l'un d'entre eux me lança un : « Traître ! », je ne fus pas surpris de ne voir personne broncher lorsque mes yeux scrutèrent l'assistance. Aucun n'avait le courage d'assumer ses dires en face de moi. Les murmures, les chuchotis allaient bon train, la nouvelle avait effectivement circulé.

Cela faisait deux semaines que j'étais devenu officiellement un Schichibukai. Un ancien pirate considéré comme étant mort moins d'un mois avant l'annonce. Et j'avais fort à faire dans cette nouvelle vie. De vieux projets à remettre au goût du jour et surtout … ma vendetta personnelle. Se faire trahir par son propre équipage vous laisse une rancune des plus vivaces dans votre esprit. Ces chiens m'avaient attaqués par surprise, et congelé au beau milieu de Punk Hazard. Je n'avais de cesse de les retrouver et de les étriper comme des chiens, un par un. Jusqu'à présent beaucoup d'entre eux avaient péris. Mon second, avait subit les multiples châtiments d'Impel Down, et y avait succombé. Mon ingénieur, je l'avais étranglé à mort dès mon réveil. Quant aux autres … d'après les informations du gouvernement nombre d'entre eux avaient péris lors de leurs aventures respectives. D'autres étaient portés disparus. Seuls quatre membres étaient toujours en activité. Quatre membres à tuer. Quatre membres à éliminer, car ils étaient détenteurs d'objets qui m'avaient appartenu. Quatre membres à écharper de mes propres mains. Et l'un d'eux officiait ici, à Shabondy. J'ignorais quelle genre d'activité il pratiquait, les autorités gouvernementales avaient refusé de m'en dire plus. Le prétexte : je suis un sale pirate, pas un agent digne de ce nom.

Alors il fallait que j'entame mes recherches par moi-même. Il s'agissait ni plus ni moins d'un gredin répondant au nom de Colombus. C'était en quelque sorte un trésorier, un gestionnaire. Il n'était pas connu pour être redoutable dans des combats, mais c'était son intellect et son charisme qui faisait de lui l'éminent pirate qu'il était. Et il était l'un de mes meilleurs conseillers en matière de planification d'attaques, de raid, et de gestion de notre fortune. Sa prime s'élevait à 22 000 000 de Berrys, mais visiblement, après avoir organisé un casse des plus impressionnants à Water Seven, sa prime était montée à 56 000 000 de Berrys. Puis la prime avait été gelée, et son avis de recherche retiré des almanachs et autres ouvrages répertoriant les pires gredins qui furent, et ce, pour une raison qui m'était obscure. Le gouvernement semblé avoir amendé d'une manière ou d'une autres les méfaits de Colombus.

En vérité je savais très bien où j'allais débuter mes recherches. Mon trésorier n'avait pas choisi Shabondy par hasard étant donné qu'il y avait passé toute son enfance. Il connaissait tout de cette île aux mangroves, et de toute manière, il était loin de m'échapper. Mais la seule chose dont je ne me doutais pas, c'était qu'on m'observait depuis un bon moment. Pire encore, on me suivait. Au détour d'une avenue, les passants se mirent tout à coup à se disperser en poussant des cris. Les ennuis commençaient donc. Pas pour moi. Pour mes ennemis. Je tournai légèrement la tête derrière moi. Une poignée d'énergumènes fagotés comme des débutants, et pointant des armes à feu en ma direction s'agitaient fièrement.


« Gwah ah ah ah ! Soliman Golgotha en chair et en os ! Le corsaire revenu d'entre les morts, qu'on dit immortel ! Tu vas retourner fissa dans ta tombe ! »

« Vous empestez le chien mouillé à des kilomètres, tristes pantins. Il n'est pas difficile de vous repérer. Et je vous suggère amicalement de baisser vos armes. Vous attaquer à un Schichibukai de mon rang n'aidera en rien vos affaires. Circulez car je n'ai pour habitude de ne donner qu'un unique avertissement. »

Les mercenaires ne répondirent pas et firent feu derechef. Les gros bras firent jouer leurs lance-roquette, les fusées explosives fusèrent, et foncèrent droit en ma direction. Ces pauvres cafards n'étaient décidément pas finauds. De la piétaille, rien de plus. Il ne fut pas difficile d'esquiver l'explosion à bord de mon nuage volant. J'en profitai pour rester dissimulé dans l 'épaisse fumée nire afin de rejoindre les toits du bâtiment adjacent. Un fois en hauteur, je dominai mes assaillants qui se félicitaient déjà de m'avoir réduit en bouillie. Je descendis de mon nuage, et dégainai Jaeger, mon katana à deux mains, dont la lame avoisinait les 1m60. Une seule technique pour me débarrasser de ces resquilleurs allait me suffire. Je bondis dans le vide avant de retomber dans leur dos, sans accroc. La foule remua, impressionnée par une telle prouesse physique, surtout venant d'un homme aussi âgé que moi. Les mercenaires, eux, ne comprirent pas immédiatement que j'étais juste derrière eux.

Danse du Pétunia Azur !!

Après une série de coups de sabres portés en diagonales, les corps de ces pauvres gars se retrouvèrent tranchés de part en part, et quelques minutes plus tard, gisaient à terre dans le flot de leur propre sang. D'un geste rapide je secouai une fois la longue lame de Jaeger pour jeter à terre les traces de sang. Puis je rangeai le katana dans son fourreau, d'un geste élégant comme un samouraï. Des groupes entiers prirent la fuite, effrayés par le spectacle. Ceux qui restaient préféraient me dévisager. Sûrement des pirates qui se persuadaient de ne jamais se frotter ainsi à un corsaire. Je m'accroupis pour détrousser cette bande d'assassins. Tous possédaient une espèce de carte, ou plutôt de badge. Sur ce dernier était inscrit en lettres d'or : « Chaos Martel ». Je n'avais tout bonnement jamais entendu parler de cette organisation. Je me redressai, puis engagea la conversation avec un des pirates.

« Vous connaissez Chaos Martel ? Quelque soit votre prime, elle ne m'intéresse guère pour le moment. Contentez-vous de me répondre si vous ne voulez pas finir comme eux. »

« Euh … C'est une sorte de société … Mais dans les faits c'est une organisation plus ou moins crapuleuse. Une sorte d'entreprise au service du Gouvernement Mondial. Son siège est ici à Shabondy, et tout le monde sait qu'il est très dangereux de s'attaquer à des membres de Chaos Martel. Ils font plus ou moins la lois dans les groves qui ne sont pas contrôlés par la Marine. Du moins officieusement. On retrouve des postes de Chaos Martel un peu partout dans Grand Line, et un peu dans le Nouveau Monde. Enfin, là où il y a des Dragons Célestes en vérité. »

« C'est une organisation récente j'imagine. Et j'en déduis que si elle fait affaire avec des Dragons Célestes, c'est qu'elle pratique l'esclavage. »

« Oui, c'est son fond de commerce. Son objectif sera à long terme d'établir un monopole sur le commerce d'esclaves. Pour le moment ils se contentent de monter une espèce de milice des plus organisée. Ces hommes que vous avez tué … Il en faisaient certainement partie. On affirme même qu'avec l'appui des Dragons Célestes, Chaos Martel a pu recruter des repris de justice … Des pirates d'Impel Down même ! Si j'étais vous je renon ... »

« Ton rôle se limite simplement à répondre à mes questions. Sache que Soliman le Survivant n'a peur d'aucun Dragon Céleste. Une imposture. Ces grands culs n'ont rien dans leur coeur, et leur existence même n'a que peu de sens. Qui dirige Chaos Martel ? »

« Son nom n'est étranger à personne sur Shabondy. C'est Don Colombus. Un ancien pirate reconverti. Et tout porte à croire qu'il a lancé ses hommes à vos trousses. Depuis quelques temps les troupes de Chaos Martel patrouillent de plus en plus. Certains affirment qu'il faisait partie de votre ancien équip... »

En un éclair, ma main s'était refermée sur le visage de cet impertinent. Grâce à ma force décuplée, je le soulevai sans difficulté pendant qu'il gesticulait. On entendait ses cris étouffés. L'air lui manquait terriblement. Mais il n'est pas nécessaire de passer son temps à humilier cet imbécile. Je le lassai tomber au sol, et il s'en alla, terrorisé. Moi, j'étais bien trop plongé dans mes pensées pour me soucier de son sort. Don Colombus. Mon trésorier s'était affublé d'un bien étrange sobriquet, semblait-il. Ainsi sa petite entreprise avait le sinistre dessein de monopoliser le commerce des esclaves. L'esclavage n'était pas une hérésie selon moi. Depuis toujours il y avait des faibles et des dominés. Et puis lorsqu'on devenait esclave, c'était bien souvent pour payer des dettes. C'était des contrats. Mais tout ce débat qui n'avait pas lieu d'être n'était pas le centre de la question. Colombus était sous la protection des Dragons Céleste. Et j'avais juré sa mort. C'était un des quatre damnés que j'avais l'intention d'occire afin de poursuivre mon projet que j'avais initié peu avant l'odieuse trahison dont j'avais été victime. Et ce statut de corsaire allait me faciliter les choses dans l'accomplissement de ce projet. Il fallait que je me rende au siège de Chaos Martel, cela ne faisait aucun doute.

Je soufflai un nuage par la bouche, et pris place dessus. Je fis route vers les grove de non-droit, après m'être envolé à bord de ce nuage de la superficie d'un gros oreiller. Situé au-dessus des branchages des mangroves géants, il était aisé de rester discret. Il me fallait repérer le bâtiment de Chaos Martel. Mais quelque chose d'autre attira mon attention. Des bannières sur lesquels figuraient le symbole de l'organisation qui figurait au verso des cartes des mercenaires : un soleil à visage humain avec une devise.



Ordre et Domination

Un bien bon sens de l'humour. Ces affiches, draps, bannières se trouvaient à peu près partout. Sous certaines de celles-ci y figurait un message : « Execution cet après-midi ! Venez nombreux au siège de Chaos Martel ». Peut-être que le sordide évènement expliquait le tel manque de monde dans les rues qui d'ordinaire abondaient en tout genre d'individus peu recommandables. En survolant un peu plus le grove 22, je remarquai un énorme attroupement se former. La formidable foule se réunissait en cortège et affluait vers un point convergent. Je décidai de me fondre dans la foule. Je revins au sol, et enveloppai mon visage par le pan de mon kimono, à la manière d'une capuche. Je fis tout mon possible pour dissimuler Jaeger, un sabre qui était loin d'être vraiment discret. La cohue se densifiait, jusqu'à ce qu'elle déboucha sur une immense place sur laquelle avait été dressée une estrade. Le spectacle avait déjà commencé. Les spectateurs étaient en liesse. Il fallait bien dire que les pirates les plus violents appréciaient énormément ce genre de « show ». Je me rapprochai du centre péniblement, en me frottant à tous ces hors-la-loi de tout azimut. L'odeur abondante de sang gagna rapidement mes narines. En levant le visage vers la scène, je compris pourquoi. Il y avait un homme et une femme, suppliciés. La femme, plutôt jeune, était inconsciente, enchaînée par les bras à deux poteaux, idem pour les jambes, de sorte qu'elle forme un « X » de tout son long. Visiblement elle avait été fouettée à mort vu l'état de son dos réduit en charpie et dégoulinant de sang. Quant à l'homme, il était l'attraction principale. Ses membres étaient liés à quatre chevaux, qui tiraient de toutes leurs forces. Le malheureux hurlait à mort sous les applaudissements de la foule. L'écartèlement. Un supplice des plus terribles. Avec les deux condamnés, se trouvaient des bourreaux ainsi qu'un étrange personnage costumé, aux couleurs de l'organisation Chaos Martel et tenant un escargo-mégaphone.

« … et c'est pour ça, que notre directeur, le très apprécié, le sérénissime Don Colombus leur a accordé le droit de mourir ! L'une par le fouet, l'autre par l'écartèlement ! Imaginez cette générosité ! Ce coeur ! Il s'agit de châtiments que ces deux êtres répugnants ne méritent même pas ! Pour avoir osé tenté de voler l'un des hangards de la compagnie ! Des abolitionnistes ! Des bandits ! Des révolutionnaires ! Voilà ce qu'ils sont. Alors dans son immense mansuétude, Don Colombus a accordé à vous, voyageurs, braves, et courageux pirates d'assister à ce spectacle. Lui, qui a tant de respect pour cette vocation. Et voyez ... »

Mes yeux s'agitaient. Pas de trace de Colombus dans les environs. Cet imbécile se prenait pour un véritable souverain mégalo. Mais quelque chose me disait que la situation allait bientôt évoluer d'une curieuse manière ...

 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airakaz Marshall
Amiral En Chef
Amiral En Chef
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 30/04/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement20
Pouvoir 2Haki Observation11
Pouvoir 3Logia Vent40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall] Jeu 7 Avr - 12:11








“ Archipel Shabondy ! „




C h a o s _ M a r t e l !



L'archipel Sabaody voilà un lieu bien sympathique qui restait un endroit de détente extrême. Beaucoup de touristes venaient chaque jour pour visiter les groves, ces plantes très étranges qui permettaient à cet endroit d'exister. Il s'agissait également du dernier passage avant le Nouveau Monde, un endroit que tous les pirates en devenir appréciaient, pouvant se mesurer aux autres qui avaient réussi à traverser la première partie de Grand Line. Les plus téméraires et courageux choisissaient de se lancer à la poursuite de leur rêve, rejoindre le Shin Sekai, endroit où tous les rêves se réalisaient, mais aussi se brisaient. Et l’instructeur général de la marine pouvait lui-même en témoigner par son expérience puisqu’il était revenu d’entre les morts en ayant ressurgit de son coma de un an suite à son naufrage dans le Shin Sekaï lors d’une tempête violente qui emporta tout son équipage à l’époque, étant le seul survivant. Bref, ici chaque arbre était entouré par des nombreuses racines appelaient "bosquet" et formant ainsi un îlot sur lesquelles les gens pouvaient y habiter. Les gens pouvaient également aller d'un bosquet à l'autre via différents ponts construits et reliant les îlots entre eux. Chaque mangrove était numérotée de 1 à 79 et est appelée "grove", avec comme initiale « GR ». Les soixante dix neuf arbres étaient divisés en secteur comprenant dix arbres chacun hormis le secteur zéro qui en comptait neuf. Ces secteurs définissaient ainsi plusieurs zones différentes, chacune définit en fonction du numéro des mangroves de la zone.


♥♠★♣♦


De la zone 1 à 29, il y avait une zone de non droit où les pirates et les chasseurs de primes se déchaînaient à souhait. De la zone 30 à 39 il y avait le fameux « Sabaody Park », un parc d'attraction avec des attractions faites à base de bulle. De la zone 40 à 49, une zone touristique, remplie de boutiques de souvenirs. Ensuite de la zone 50 à 59, il s’agissait d’une zone navale pour revêtir les bateaux puis de la zone 60 à 69: Le siège local de la Marine et pour finir de la zone 7 0à 79, un Hôtel de Ville de luxe. Le haut gradé de la marine quant à lui se trouvait dans la zone de non droit, il était en pleine course poursuite à travers la grove 29. Celui qu’il pourchassait avait le visage  en sang et habillé d’une veste complètement ouverte et déchiré, il avait subit en partie le courroux de Marshall. Et pour cause l’instructeur en chef de la marine n’était pas venu ici pour niaiser, non, il avait pour mission d’enquêter sur deux criminels des hautes sphères de la pègre. Un certain « Sir Favelas », le bras droit de « Don Colombus », vu ici comme un véritable gourou et chef suprême de « Chaos Martel ». Une société secrète qui avait pris de l’ampleur dans le monde de la pègre. Et le pire dans tout cela, c’est que le gouvernement mondial avait participé à cette ignominie. Comme toujours il fallait sans douter mais ça allait encore plus loin, en effet selon certaines informations venant de source fiable à Marine Ford et à Marie Joa, une grande partie des Tenryuubito participer aux flux du trafic de cette organisation crapuleuse.


♥♠★♣♦


Pour Marshall c’était inacceptable, indigne et il se devait de rétablir l’ordre sur cet archipel. Ces Tenryuubito, tous ces types ressemblant de près à un « François Hollande » en puissance ne méritait pas de vivre, mais comme ils étaient riches, ils avaient tous les droits et malheureusement même Marshall ni pouvait rien. Il avait cependant le droit de mettre un terme aux agissements de « Chaos Martel » sur Shabondy, du fait que par ici, la milice de cette secte avait outrepassé tous les droits à un tel point que le Gouvernement Mondial lui même ne pouvait plus fermer les yeux. Les actes de barbaries s’étant multiplié, le gouvernement ne pouvait pas accepter de voir salir sa réputation avec ce genre d’acte qui mettait en danger le secret de la création de « Chaos Martel » et de ses liens étroits avec la gouvernance et les Tenryuubitos. Il fallait donc sacrifier cette succursale de l’organisation pour sauvegarder toutes les autres déjà existantes dans le monde. Et Marshall avait été missionné pour faire le sale boulot, étant un membre éminent de la marine, le gouvernement mondial n’aurait ainsi pas à se justifier concernant le démantèlement d’un des sièges de « Chaos Martel ». Revenons-en donc à cette course poursuite au cœur de la grove 29. Celui que Marshall pourchassait n’était autre que le bras droit de « Don Colombus ». L’instructeur de la marine l’avait prit en chasse pour en savoir plus sur le boss de l’organisation, et surtout sa localisation exact pour pouvoir procéder à son arrestation. Marshall avait finit par rattraper sa cible et c’est ainsi qu’il allait pouvoir commencer son petit interrogatoire dont il avait le secret :



« Je te tiens sale chien !


« Argh !! »

« Ou est « Don Colombus » ? Réponds-moi si tu ne veux pas mourir ! »


« Va te faire foutre Airakaz ! »

« OU EST-IL ? REPONDS ! »


« ARRGGHHH »

« C’est la dernière fois que je te le demande, la prochaine fois je te brise la nuque ! »


« Arghh…..attend….il…Il est au « Temple De La Lune » ! On dit que c’est là bas qu’il se cache… »



« C’est quoi ce temple ? Ou il se trouve ? PARLE !! »


« Je…guah…je ne sais pas, personne ne sait ou se trouve exactement ce temple, aucun des membres de « Chaos Martel » ne connait sa position exact, pas même moi son bras droit, il peut être dans n’importe quel grove ! »

«Tu mens ! Il y a sûrement quelqu’un qui doit connaître l’emplacement de cet endroit, donne moi des noms tout de suite ! Dépêche toi je perds patience ! »


« D’accord, d’accord, d’accord, d’accord, d’accord ! Déconne pas mec ! Peut être que le « Prêtre Dacius » lui le sait, oui sûrement, il doit sûrement connaître l’emplacement de cet endroit puisqu’il est le chef spirituel et le responsable des rituels de l’organisation. »

« Ou je peux trouver ce connard ? »


« Il…Il est en ce moment même dans la Grove 22, sûrement en pleine séance de sacrifice ! »


Sans perdre un seul instant après avoir recueillit toutes les informations dont il avait besoin et voyant que « Sir Favelas » ne savait rien d’autre, il lui brisa la nuque tout simplement pour le tuer. Il ne comptait pas laisser cette vermine vivre encore plus longtemps et ca serait pareil pour ce « Don Colombus », lui aussi devait mourir. Quittant le Grove 29, Marshall se dirigea donc vers le Grove 22 à la vitesse du vent par les biais des airs, volant en ayant prit sa forme de venteuse de logia. Après quelques minutes, depuis les airs il avait aperçut une grande foule, et juste devant se tenait une petite estrade. Et sur cette même estrade il y avait trois personnes bien distinctes. Ni une, ni deux, l’instructeur de la marine se déposa sur le toit de l’immeuble qui surplombait la dite scène tout en reprenant forme humaine. Depuis le sommet de la structure il pouvait clairement apercevoir une femme qui avait été attaché solidement à des poteaux à chaque extrémité. A côté un homme attaché également mais à quatre chevaux cette fois-ci. C’est alors que le supplice commença, Marshall pour la première fois de sa vie allait assister à un « écartèlement ». Les cheveux furent fouetter pour les exciter, les énerver et les incités à aller de l’avant. Tirant et tirant encore plus, le corps du pauvre homme commençait à s’étirer. Les hurlements d’excitation de la foule en délire se mêlaient au cri plaintif du pauvre malheureux.


♥♠★♣♦


Puis c’est alors que dans un éclatement sanglant, chaque membres du corps de la victime avaient été détachés du tronc principale, ne laissant plus qu’une tête et un torse à l’abandon. L’odeur de la chair, du sang, et des entrailles de cette âme maintenant perdue dans les havres de la souffrance avait survolé jusqu’aux narines du marine de l’état major. Depuis le haut de la structure, Marshall avait déglutit presque au bord du vomissement tellement la scène était abjecte. Et ce n’était pas encore finit, il restait encore la jeune femme inconsciente. L’autre homme qui se tenait juste à côté et qui semblait s’occuper du spectacle était comme fou et habillé d’une manière étrange, voir même original pour ne pas dire loufoque avec les armoiries de l’organisation « Chaos Martel » et sur son front siégeait un tatouage blanc en forme de double croix inversée. Depuis le toit de l’immeuble, Marshall ne distinguait pas bien le visage de cet homme, mais à première vue, il avait l’air d’être d’une laideur prononcé et significatif. Celui-ci prononça quelques mots avant de passer à la dernière partie du show via un Den Den Mushi version haut parleur :



« … et c'est pour ça, que notre directeur, le très apprécié, le sérénissime Don Colombus leur a accordé le droit de mourir ! L'une par le fouet, l'autre par l'écartèlement ! Imaginez cette générosité ! Ce cœur ! Il s'agit de châtiments que ces deux êtres répugnants ne méritent même pas ! Pour avoir osé tenter de voler l'un des hangars de la compagnie ! Des abolitionnistes ! Des bandits ! Des révolutionnaires ! Voilà ce qu'ils sont. Alors dans son immense mansuétude, Don Colombus a accordé à vous, voyageurs, braves, et courageux pirates d'assister à ce spectacle. Lui, qui a tant de respect pour cette vocation. Et voyez ... »



Suite à son « Et Voyez… », Il se rapprocha de la jeune femme attaché pour finir le boulot. Un de ses hommes de main lui avait refilé un sac. Un grand sac qui semblait gigoter dans tous les sens. Il y avait sûrement quelque chose qui grouillait à l’intérieur. Et en effet, ouvrant partiellement le sac, l’étrange personnage avait sortit un rat qu’il avait saisit par le bout de la queue afin de le montrer au public qui avait vu son enthousiasme monté d’un cran à la vue de cette chose répugnante. Puis un autre homme de main se rapprocha vers la jeune femme attaché pour lui jeter un sceau d’eau dans la tête afin de l’extirper de son état d’inconscience. Au vu des traces sur son corps elle avait subit le fouet. Une fois la condamnée réveillé par l’eau froide, le même homme de main avait placé le sceau entre les cuises de la jeune femme, collé à ses fesses non loin de l’anus. C’est alors que le rat serait placé dans le sceau et le « Supplice du Rat » pouvait commencer. Supplice était en faite une technique de torture qui consistait à poser un pot ou un seau en position retourné contenant un rat sur le ventre du condamné, puis de chauffer ce seau à l'aide d'un fer rougi au feu. Par instinct de survie, le rat tente de s'échapper par tous les moyens pour s'éloigner de la chaleur intense ; et creuse un passage dans le corps de la victime avec ses crocs et ses griffes.


♥♠★♣♦


Et la variante de ce supplice consistait à asseoir le supplicié sur le seau ou placé le sceau au niveau des fesses quelques soit la position, afin que le rat cherche à échapper à la chaleur en creusant dans l'anus de la victime. Et c’est ce qui était arrivé à la jeune femme, le sceau brulé au fer rouge commencé à fumée, le rat à l’intérieur du sceau s’était agité et déchiqueta l’anus de la jeune femme en le mordillant en le griffant violemment. Elle hurlait de toutes ses forces, tellement le châtiment était douloureux alors que le public lui exultait littéralement de plaisir, presque même d’une jouissance extrême à la vue de ce spectacle que même un démon ne pourrait regarder. Et ce n’était pas finit, l’homme au costume étrange décida de déverser la totalité du sac qui contenait une dizaine de rat à l’intérieur du sceau. Et le résultat en était encre plus abject. Les rats s’introduiraient dans l’anus de la pauvre femme pour ensuite ressortir par ses autres orifices, tel que les yeux, les narines, la bouche, et même creusant un trou dans le ventre de la suppliciée pour s’échapper définitivement du corps tout en quittant l’estrade. Ce spectacle atroce avait de nouveau heurté Marshall, plaçant sa main devant sa bouche de peur de vomir. C’en était trop, l’instructeur général de la marine quitta le sommet de la grande structure pour se laisser tomber violemment sur l’estrade tout en s’entourant d’une bulle d’air comprimé pour détruire l’endroit et mettre fin à ce spectacle. Au choc, l’éclatement de la bulle d’air comprimé avait eu pour effet de détruire totalement l’estrade et de mettre une belle pagaille au cœur de la foule prise de panique commençait à se disperser ici et là dans la zone à cause de cet effet de surprise. Jaillissant d’un épais nuage de poussière, Marshall apparut aux yeux de tous pour s’adresser à l’assemblée et en particulier à cet homme costumé :



« Alors c’est ce que fait « Chaos Martel » en ces lieux...Vous êtes la lie de l’humanité, les bas fonds du fion d’Hizamo lui-même ! Trêve de bavardage ou se trouve ce salopard de « Don Colombus » ? Toi le guignol costumé au visage moche, tu vas tout me dire ! »




« Enfoiré ! Comment oses-tu t’adresser au « Prêtre Dacius » de la sorte ? »

« Hoho…Airakaz Marshall en personne…quel honneur ! Désolé de vous décevoir très cher éminent membre de la marine, mais je me présente, je suis Dacius dit le « Prêtre » et je suis le chef spirituel et le responsable des rituels de « Chaos Martel ». J’agis directement sous ordre du gouvernement mondial et je ne pense pas que… »

« Ferme ta gueule sale ordure ! Ou est « Don Colombus » !? C’est la dernière fois que je te le demande ! »


« Je vois qu’on ne peut pas discuter…Très bien. SAISISSEZ-LE TOUT DE SUITE !! JE LE VEUX SUR L’AUTEL DU SACRIFICE LIAHAHAHAHAHA !! »


Le Prêtre Dacius n’était pas un homme, mais un homme-poisson de la race des « anguilles », d’où son visage laid et étrange. Il semblait avoir une haute autorité au sein de l’organisation puisque tout le monde semblait le craindre et lui obéir à la lettre. L’homme-poisson de type anguille ne voulant pas coopérer avec Marshall alors qu’il l’avait justement tout de suite reconnu du fait de son haut grade et de sa renommée dans le monde, il avait ordonné la capture de Marshall pour que ce dernier soit sacrifier sur ce qu’ils appelaient ici « L’autel du sacrifice ». Pas loin d’une cinquantaine d’hommes de la milice de « Chaos Martel » avaient investit les lieux pour encercler Marshall. Et une étrange créature bleu au teint sombre, ressemblant à une anguille géante accompagnait toute la horde. Mais Marshall ne semblait pas être la seule cible en ces lieux. En effet un autre homme un peu plus loin, le visage caché par une capuche avait été prit également pour cible. Qui était-il ? Il n’avait pourtant rien fait et à première vue il était déjà dans la foule depuis le début. Etait-ce un autre ennemi de l’organisation ? Marshall quant à lui ne lâchait pas du regard l’homme-poisson. C’était lui la clé pour découvrir la localisation de « Don Colombus », lui seul à savoir ou cette vermine se terrait. Sans tarder, les hommes se ruaient sur Marshall et sur l’autre homme mystérieux :


« Le célèbre Airakaz Marshall se dresse contre « Chaos Martel ». Ce mécréant ose trahir le gouvernement mondial ? »

« Et toi là-bas, ont t’a reconnu ! Nos agents disséminés dans tout Shabondy nous ont prévenus de ta présence…Soliman Golgotha cet ignoble traître ! »



« RAPPORTONS LA TÊTE DE CES MECREANTS A MAITRE DON COLOMBUS !!! »

« OUAIIIIIIS A L’ATTAQUE ! ORDRE ET DOMINATION, TEL EST NOTRE CREDO !! »


Un affrontement sanglant allait commencer au sein du grove 22. Les membres de la milice accompagnée du monstre marin fonderaient tous sans exception sur Marshall et également sur Soliman Golgotha. L’instructeur général de la marine fut très surpris d’entendre ce nom dans un endroit pareil. En effet ce nom appartenait à l’un des sept Schichibukaï, fraîchement nommé corsaire de manière officiel il y avait déjà deux semaines de cela. La nouvelle avait fait le tour du monde. Marshall ne l’avait jamais rencontré auparavant et n’avait jamais eu l’occasion de le croiser sur Grand Line, pas même quand ce dernier écumait les mers en tant que Capitaine Pirate. L’instructeur général de la marine avait néanmoins entendu beaucoup de chose au sujet de ce Soliman Golgotha. Les plus folles rumeurs disaient même qu’il était immortel et invincible. Dans tous les cas, Marshall ignorait totalement ce que faisait ce Schichibukaï dans le coin. Avait-il lui aussi un lien de près ou de loin avec « Chaos Martel » ? Serait-il un allié ou un ennemi ? En tout cas une chose était maintenant sur, si Dacius avait été choisit pour pratiquer des « sacrifices » sur des êtres humains c’était sûrement du à cause de sa race. Etant un homme-poisson, il mettait sa haine de l’humain à contribution, au service de la torture. Ce qui expliquait son penchant et son sadisme quant à ses exécutions publiques.  A suivre…






















Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 19
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de Personnage
Exp:
40/100  (40/100)
Prime/Honneur: 300 millions prime gelé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement10
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Zoan Mythique Dragon Oriental35
Pouvoir 4Art du Sabre (Katana)10
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall] Jeu 7 Avr - 19:50


 
 

 


 
L'habileté de Don Colombus !!



 

 

 
 

Sous mes yeux, dans un bruit effroyable, le corps du pauvre supplicié se déchira. Ses cris s'arrêtèrent net, la mort était une délivrance. Les spectateurs hurlèrent de joie, crièrent des hourras. Du pur sadisme. Il fallait se montrer cruel parfois, cela était indéniable, mais le faire par pur plaisir était une hérésie. Une simple balle dans la tête aurait suffit pour ces deux-là. Et le terrible spectacle ne s'arrêta pas pour autant. La pauvre femme allait à son tour subir une chose qui me rappela bien des souvenirs … Il s'agissait ni plus ni moins du supplice du rat. Une torture sortie tout droit d'un autre âge, et dont j'avais pu voir les effets il y a quelques décennies de cela. C'était sur une des îles de Grand Line, qui avait été tout fraîchement colonisée par une unité de la Marine. Le commandant de l'unité avait commencé à massacrer les indigènes de l'île, qui vivaient encore à l'état sauvage. J'avais décidé avec mon équipage de leur prêter main-forte afin de nous faire accepter parmi eux et dérober leurs richesses lors d'une bonne occasion. En tout cas, ces tribus avaient finalement remporté le combat, et autant dire que les prisonniers de la Marine avaient diablement regretté d'être venus au monde lorsque leur châtiment fut le même que celui auquel j'assistai en ce moment. Tous mes hommes avaient vu cette exécution, et à travers le supplice de la jeune femme, j'y voyais clairement la signature de Colombus.

L'espèce de bourreau aux allures répugnantes prenait un malin plaisir à tourmenter son cobaye devant un public toujours plus euphorique de voir jusqu'où irait le tortionnaire. D'autant plus que sa version du supplice du rat était encore plus horrible que la version originale. Dans ce cas-ci, les rongeurs s'introduisaient par dizaines dans le rectum de leur hôte, pour le dévorer de l'intérieur et en ressortir par la bouche, les yeux ou les narines. Il fallait avoir un solide estomac pour ne pas résister à l'envie de vomir. Je comprenais pourquoi Chaos Martel était si diablement redoutée des voyageurs de   l'archipel. Soudainement, une formidable explosion se produisit. Ou plutôt une onde de choc étant donné qu'il n'y avait aucunement la présence de flammes. Je fus subitement soufflé en arrière, comme l'essentiel des gens qui se trouvaient proches de la scène. Une fois au sol, je me relevai aussitôt : l'estrade avait été réduite en mille morceaux. Des nuages de poussière tournoyaient autour de l'ancienne construction éphémère, et un homme venait d'entrer en scène. Je ne parvins pas à l'identifier clairement, mais autour de moi on s'agitait. Des chuchotis, des murmures, des rumeurs. J'avais le visage à découvert. Je la remis aussitôt sur mon crâne, mais le mal était fait : on m'avait reconnu et mon nom circulait. Rapidement, les pirates s'éloignèrent en courant, car il y allait avoir du grabuge. Et pour cause, la milice de Chaos Martel investit rapidement les lieux. Maintenant que le brouillard de poussière s'était dissipé, je pus identifier clairement l'auteur de la destruction de l'estrade.

Il s'agissait ni plus ni moins de l'instructeur général de la Marine : Airakaz Marshall. Un homme parfaitement obscur pour moi, mais dont le niveau hiérarchique correspondait avec celui de l'Amiral en Chef, même si ses fonctions étaient différentes. Dans tous les cas, Marshall était un homme très puissant pour avoir eu accès à ce poste. Surtout qu'il avait la réputation de venir à bout de ses adversaires sans l'aide de personne. En tout cas sa seule présence suffisait à expliquer la fuite de la foule qui s'était rameuté dans le secteur. Ajoutée à celle d'un Schichibukai, cela dissuadait tout resquilleur hors-la-loi de venir rôder dans le coin. Soudainement, l'instructeur général se mit à vociférer à l'encontre du bourreau de l'estrade. C'était une sorte de prêtre qui répondait au nom de Dacius. Certainement un homme-poisson vu son apparence repoussante. Et visiblement, l'officier était également à la recherche du même homme que moi : Colombus. Bien entendu, le prêtre se révéla être peu coopératif, et ordonna aux miliciens de lancer l'assaut. Les cibles : moi et Marshall. C'était visiblement de l'inconscience à ce niveau-là. S'attaquer directement à un officier membre de l'état major de la Marine ainsi qu'à un Schichibukai au service du Gouvernement Mondial laissait supposer que Chaos Martel jouissait d'une certaine immunité. J'ignorais de quelle nature elle était, mais il fallait tirer tout cela au clair. Lorsque la bande mercenaires se rua sur moi, je me contentai d'exécuter un saut dans les airs, de générer un nuage en le soufflant par la bouche, et de m'asseoir. J'adressai un regard en biais vers Marshall.


« Toujours à mettre vos sales pattes dans la fange, la Marine. Sauf qu'aujourd'hui, c'est de ma fange qu'il s'agit, vous me ferez le plaisir d'aller remuer une autre merde. Je vous laisse en compagnie de ces miliciens. Je dois m'entretenir avec ce prêtre aussi charmant que visqueux. »

« Golgotha !! Notre boss nous avait bel et bien mis en garde : tôt ou tard le Survivant viendrait pour réclamer sa tête ! Hors de question que je crache le morce... »

Danse du Cerisier Rose !!

Je sautai de près de six mètres de haut, mon immense katana au-dessus de ma tête, et fondis sur l'homme-anguille. Ce PNJ de bas-étage n'avait pas vocation à vivre longtemps. En une seconde, j'avais rejoint la terre ferme, et j'avais tranché le pauvre subalterne en deux, dans le sens de la longueur. Avec une chair si tendre, comme celle d'une anguille, il avait été aisé d'accomplir cet exploit. L'hybride tomba sur le sol, le sang inonda le bas de mon kimono. Il avait été fort plaisant de trucider une pourriture comme lui. Je mentirais en disant que je ne venais pas de prendre mon pied. Cependant, la réaction de l'instructeur en chef n'allait pas être forcément être des plus conciliantes vu que je venais de tuer l'homme susceptible de lui donner des informations. Mais j'avais mes méthodes, et lui les siennes. Je fouillai la veste du corps sans vie de Dacius. Il n'y avait uniquement qu'un trousseau de clés, un exemplaire de « Syndicalisme Magazine », célèbre hebdomadaire fondé par Henri Lamont, un magnat de la presse mondiale, ainsi qu'un petit escargophone. Je décidai de le dissimuler dans les pans de mon kimono. Hors de question que cet officier vienne interférer dans mes affaires personnelles. Mon geste était certainement passé inaperçu puisque Marshall était occupé avec la milice. Je fis alors demi-tour pour aller à la rencontre de cet instructeur qui ne m'inspirait en rien la confiance.

« Il est inutile d'attendre quoi que ce soit de l'autre face de mollusque. Je l'ai tout bonnement zigouillé pour ne pas que quelqu'un comme toi vienne m'empêcher d'accomplir ma vendetta. J'ignore pourquoi la Marine s'intéresse à Colombus, mais j'en fais mon affaire. Le gouvernement peu dormir sur ses deux oreilles, surtout que j'étais là le premier. Tu iras faire ton rapport en disant que c'était pas la peine d'intervenir, je vais veiller à ce que le chef de Chaos Martel perde la vie. A plus tard, Instructeur Général. »

Inutile de prolonger la conversation avec lui, je n'en avais nullement envie. J'étais un corsaire et lui un militaire, nous étions radicalement opposés idéologiquement. J'étais un opportuniste, lui était un passionné. Alors que je tournai le dos à mon interlocuteur, ce maudit escargophone se mit à sonner. Le sale traître. Et le pire c'est qu'il n'y avait même pas besoin de décrocher. Le bestiole se mit à parler toute seule, et une voix bien familière retentit alors :


« Buh hu hu hu hu … Je viens de voir les escaméras … Airakaz Marshall et Soliman Golgotha à Shabondy. Comme c'est cocasse ! Capitaine, tu as bien fait de tuer cet idiot de Dacius comme je te l'avais demandé. De toute façon j'ai fait envoyer les «  Généraux Infernaux », ils viendront t'épauler dans ta mission pour éliminer l'Instructeur Général. D'ici là je te souhaite bonne chance ! »

Le salaud venait de raccrocher. Bien joué. Colombus n'avait rien perdu de son sens de la stratégie. Après tout il n'avait pas été mon trésorier et mon conseiller militaire pour rien ! Pour résumer la situation j'étais de beaux draps. Airakaz Marshall ne m'avait pas vu prendre l'escargophone de Dacius, du coup il allait forcément croire qu'il s'agissait du mien. Et vu les propos de Colombus … il n'y avait aucun doute : j'étais dans le camp de Chaos Martel. Cet homme avait le chic de manipuler les gens à sa guise, et depuis longtemps je m'étais dit qu'il était l'un des hommes les plus dangereux de mon équipage. Il allait être difficile de raisonner Marshall dans l'immédiat. Je devais compter sur mon franc-parler et surtout sur l'arrivée de ces « Généraux Infernaux ». Combien étaient-ils ? Etaients-ils dangereux ? En tout cas, seuls ces hommes allaient me permettre de montrer explicitement de quel camp j'étais à Marshall. Je dégainai lentement mon katana.

« Pas de gestes brusques, Instructeur … N'écoute pas cet escargophone ... »

Pris de cours par le retournement de situation, il me fut difficile d'user d'éloquence. Je n'avais plus qu'à compter sur le bon sens de cet officier. Du moins s'il en avait un …


 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airakaz Marshall
Amiral En Chef
Amiral En Chef
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 30/04/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement20
Pouvoir 2Haki Observation11
Pouvoir 3Logia Vent40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall] Ven 8 Avr - 11:12








“ Archipel Shabondy ! „




C h a o s !



Il s’agissait donc bel et bien du capitaine corsaire Soliman Golgotha. Identité qu’il prouva par les formidables capacités dont il jouissait. En effet lorsqu’une partie de la milice se rua vers le pirate anciennement primé pour trois cent millions de berrys, ce dernier exécuta un saut dans les airs pour éviter l’affrontement. Marshall avait examiné avec attention les mouvements du vieil homme. Et pas de doute pour lui, avec ce simple saut il avait compris que Soliman était un homme d’expérience. Son déplacement paraissait si léger, semblable à une plume qui se mouvait dans les airs. Mais ce n’était pas tout, l’ancêtre souffla un étrange nuage avec sa bouche pour ensuite prendre place dessus. L’instructeur général de la marine était assez surpris, mais se doutait bien qu’il avait à faire à un utilisateur de fruit du démon. Il en ignorait cependant la nature, ne sachant pas s’il s’agissait d’un logia, d’un Paramécia ou d’un Zoan. Cette petite démonstration de la part du corsaire avait également ébahit l’assistance. Marshall leva la tête en direction des cieux puisque Soliman s’était directement adressé à lui. Le haut gradé de la marine fixait attentivement son interlocuteur et restait toute ouïe aux dire du vieil homme. Ce dernier expliqua par la suite que sa présence se justifiait par le fait qu’il avait quelque chose à régler, une affaire personnelle qui ne concernait pas la marine. Du moins c’est ce qu’avait comprit Marshall.


♥♠★♣♦


Airakaz avait fait ensuite rapidement le lien avec « Don Colombus » lorsque le schichibukaï décida de s’en prendre directement à l’homme-poisson qui n’avait pas absolument pas la volonté de dire quoi que ce soit sur ce gourou. Chose qu’il paya de sa vie, puisque le corsaire avait agit brutalement en lui tranchant l’homme-anguille en deux, mettant ainsi fin à sa vie. Intelligent et perspicace, Marshall comprenait que Soliman n’était pas là pour foutre la pagaille et abuser de son statut de corsaire, non il s’agissait bel et bien d’un règlement de compte, peut être même d’une vendetta au vu des agissements du vieil homme. C’était donc décidé pour l’instructeur de la marine, il n’allait pas rester plus longtemps par ici, il allait se charger de la milice qui l’avait prit en chasse et partir tout simplement de Shabondy. Il est vrai que la marine n’avait pas à se mêler des petites histoires internes des Schichibukaïs et puis dans ce cas précis, Soliman sans même le vouloir, remplirait dans tous les cas la mission de Marshall, à savoir neutraliser « Donc Colombus » et mettre fin aux agissements de Chaos Martel sur cet archipel. Toujours silencieux, le guerrier de la marine se jeta donc dans la bataille pour s’occuper du menu fretin. Il n’allait pas utiliser ses capacités de logia et allait tout simplement mettre hors d’état de nuire la plupart des miliciens par des coups de pied et coups de poings successifs assez puissants pour assommer la plupart des hommes.


♥♠★♣♦


Mais cela n’allait pas suffire, il en avait toujours plus. Plus Marshall mettait à terre les miliciens, et plus il y en avait. Sortant des bâtiments avoisinants, ce n’était plus une cinquante, mais plus d’une centaine d’hommes qui se ruaient sur l’homme de la marine, sans parler de la bête marine qui fonda en sa direction également. Marshall n’avait plus le choix, il allait devoir utiliser son pouvoir pour se débarrasser une bonne fois pour toute de ses ennemis. S’entourant d’un immense voile venteux, soudainement Marshall se mettrait à flotter dans les airs, soulevé par le pouvoir du vent. Surplombant ses adversaires il lèverait les bras de chaque côté tandis que des rafales de vent s’extirperait de son corps et viendrait souffler violemment sur toute la place de la grove 22. Le vent avait totalement paralysé les mouvements de la totalité de la milice y comprit celle de la bête marine. Ils ne pouvaient plus avancer, ni même reculer sous peine d’être emporté par les bourrasques. Tout le monde faisaient du sur place et par cette méthode, Marshall pouvait maintenir ses adversaires à distance. Une fois prêt, les yeux de l’instructeur virait au blanc et d’un cri surpuissant témoignant de sa volonté d’en finir, il dégagerait de son corps venteux une centaine de lames de vents qui viendraient trancher et déchiqueter la milice dans sa totalité. Les lames de vent fuseraient à toute vitesse dans la zone pour n’épargner absolument personne.



« HORS DE MA VUE !! ZZZAAAALIAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!! »




Les hurlements d’horreur et de douleur des membres de la milice ne se firent pas attendre et un clin d’œil Marshall avait terminé de faire le ménage. Les corps démembrés encore chaud de ses adversaires jonchaient misérablement le sol. Le sang avait imprégné le sol en très grande quantité et l’odeur fétide n’avait pas tardé non plus à infesté la place de la grove 22 faisant maintenant de cet endroit un cimetière à cercueil ouvert. Un vrai massacre. Pour être sur de n’avoir laissé personne en vie, l’instructeur général de la marine quitta les airs pour ensuite marcher au cœur du raz de marré de cadavre. Après avoir jeté quelque coup d’œil rapide, il avait comprit qu’il ne restait plus âme qui vive. C’est à cet instant là que le capitaine corsaire vint à sa rencontre pour une nouvelle fois s’adresser à lui. Marshall se retourna sans rien dire tout en écoutant le vieil homme. Et selon les dires du pirate, il était bien ici pour se venger de Don Colombus, peut être s’agissait-il d’un ancien compagnon de route ou d’un adversaire de son passé qu’il voulait éliminer ? Qu’importe les raisons. Cette nouvelle rassura en quelque sorte l’instructeur général de la marine. Il n’aurait donc pas à se salir les mains d’avantages. Et puis il comprenait parfaitement les raisons de Soliman, car s’il s’agissait d’une affaire personnelle, la marine ne pouvait pas empiéter sur les agissements de ce corsaire fraîchement nommée. Marshall se contenta de répondre simplement :


« Parfait ! »



Avait-il dit les mains dans les poches, tout en tournant les talons pour s’éloigner petit à petit du capitaine corsaire. L’instructeur de la marine allait pouvoir quitter l’archipel shabondy pour rejoindre Marine Ford et faire son rapport dans les plus brefs délais. Pour lui cette mission était considérée comme accomplie et « Don Colombus » ne tarderait pas à perdre la vie face à Soliman. A vrai dire c’est comme-ci il était déjà mort. S’éloignant de plus en plus du corsaire tout en lui faisant dos, soudainement un Den Den Mushi se mit à sonner. Etant donné que les lieux étaient maintenant vides, le son de l’appel résonna dans toute la place. Marshall s’arrêta tout de suite en plongeant la main dans l’une des poches intérieures de sa veste pensant que l’origine de cette sonnerie s’agissait de son escargophone. Sortant l’objet il s’aperçu qu’il ne s’agissait pas du tout du sien, mais de celui du corsaire. Une voix mystérieuse retentirait ensuite directement à l’autre bout du fil. S’agissait-il de « Don Colombus » ? Apparemment c’était l’un des membres de l’équipage pirate de Soliman, puisque la personne l’avait appelé « Capitaine ». Toujours à l’arrêt et toujours en faisant dos au vieil homme qui se trouvait à quelques mètres d’ici, Marshall resta attentif aux dires qui émanait de l’escargophone, curieux de savoir de quoi il s’agissait. Et la suite de l’appel allait plonger Marshall dans un état de rage profond, car en effet selon la personne à l’autre bout du fil, Soliman agissait selon un plan bien établit. Plan qui consistait d’abord à éliminer Dacius, chose qui était maintenant faite par les mains du Schichibukaï lui même, mais pire encore, la dernière partie du plan consistait maintenant à éliminer l’instructeur général de la marine lui-même.


♥♠★♣♦


Et pour cela, des renforts spéciaux portant le nom de « Généraux Infernaux » seraient bientôt envoyés ici même pour épauler Soliman dans sa mission d’élimination. Après cela, l’appel avait prit fin et la personne raccrocha par la suite. Finalement Marshall n’allait pas quitter shabondy maintenant puisque apparemment un nouveau problème venait de frapper à sa porte. Il n’avait pas le choix, après ce qu’il venait d’entendre, il était de son devoir d’agir. Non seulement pour la sécurité de sa propre vie mais en plus pour la nouvelle trahison de Soliman, prit en flagrant délit. En agissant ainsi il avait rompu son contrat et mettait donc fin à son statut de capitaine corsaire. Et puis il fallait faire vite, Marshall ne voulait pas affronter un gros morceau tel que Soliman avec en plus ces « Généraux Infernaux » dans les pates. Et puis qui étaient-ils ? Combien ? Pourquoi ce nom de « Généraux Infernaux » ? Ils devaient sûrement être d’un tout autre niveau que cette milice de bras cassé. En analysant rapidement la situation, Marshall n’avait plus aucun doute. Sa tête lui dictait tout simplement de tuer rapidement Soliman avant l’arrivée de ces mystérieux généraux, pour ensuite s’occuper de cette menace et reprendre la traque de « Don Colombus ». Marshall se retourna donc doucement pour faire face une nouvelle fois au capitaine corsaire qui se tenait devant lui. Le bougre s’était déjà armé de son sabre après l’avoir dégainé silencieusement, une arme bien impressionnante. Marshall se rapprocha de quelques pas pour s’avancer vers le vieil homme qui lui, lui sommait par la suite de ne pas faire un geste et demandant même à Marshall de ne pas prendre en compte ce qui avait été dit dans cet appel. Le haut gradé de la marine s’arrêta, se trouvant à huit mètres du sabreur il rétorqua :



« Tu t’es bien foutu de ma gueule vieil homme ! C’était donc ça ton plan ? Intégrer le groupe des sept capitaines corsaires pour agir à ta guise et pour pouvoir me tuer ? C’était un piège ? C’est « Don Colombus » qui a organisé cet assassinat ? Tu fais le sale boulot pour lui ? Pour qui tu travail réellement ? Qui complote contre moi ? »



« En faite je ne veux pas de réponse, je vais mettre fin à ta misérable vie ici et maintenant. Soliman Golgotha, c’est la dernière fois que tu te joues de moi ! »


Avait-il dit d’une voix rauque, le visage sérieux et fermé. Terminant de tergiverser dans de vaine palabre, Marshall leva soudainement son bras droit vers le ciel toujours en faisant face au corsaire. Il était tellement énervé qu’il avait complètement laissé de côté son sens de l’analyse, faisant libre place à sa colère. C’est ce qui lui faisait grandement défaut, malgré son haut grade au sein de la marine, Marshall était une tête brûlée très colérique à l’image de son pouvoir du vent, une tempête humaine. Quelqu’un de très impulsif qui se laissait facilement aller à l’énervement et à la rage. Il avait horreur qu’on le prenne pour un imbécile ou qu’on se joue de lui de la sorte, surtout quand il s’agissait de trahison. Pour lui c’était inacceptable et il ne comptait pas laisser passer ça, car il avait fait confiance à Soliman en lui confiant le sort de « Don Colombus » et malheureusement cet appel avait tout remit en cause, jusqu’à même remettre en cause le statut de schichibukaï du vieil homme, hélas victime de la fourberie du chef de Chaos Martel. A aucun moment Marshall n’avait pensé qu’il s’agissait tout simplement d’un mensonge et d’une stratégie sournoise de la part de l’ennemi commun des deux hommes. C’était machiavélique, en montant Marshall contre Soliman, « Don Colombus » avait toutes ses chances pour éliminer au moins l’un des deux. L’instructeur général était trop en colère pour voir ce fait, sa rage l’avait aveuglé et son seul but maintenant consistait à l’élimination de Soliman. Le bras droit tendue en l’air, Marshall le rabaissa aussitôt pour débuter les hostilités tout en sautant dans les airs pour gagner en intensité et en force :




Kaze no ha - 風の刃 : Technique permettant à Marshall d'envoyer des lames de vent de taille variable selon sa volonté. Ses lames de vent sont aussi tranchantes que le rasoir voir même plus selon la puissance et la pression du vent exercé lors de ses attaques. Et cette fois-ci il avait créé et modeler une lame de vent surpuissante et d’une taille immense, à peu près de la taille d’un bâtiment qu’il envoya déverser totalement en direction de Soliman et qui aurait pour effet de trancher, broyer et détruire tout sur son passage. Profitant de cette attaque à distance qui occuperait sûrement le capitaine corsaire que ce soit pour la défense ou l’esquive, Marshall prépara déjà la suite de l’assaut en propageant avec ses deux mains tendues et dirigés vers le ciel des immenses et puissantes rafales de vent qui formeraient par la suite une sorte d’énorme cyclone siégeant dans les cieux juste au dessus de lui. Il modela ensuite le cyclone artificiel de sorte à le transformer en une très grande tornade de type F5 qui prendrait base au sol au niveau de la faille de la précédente attaque utilisé par Marshall. L’instructeur général de la marine contrôla ensuite à distance la tornade une fois au sol qu’il enverrait directement vers Soliman.




Marshall avait comme qui dirait perdu les pédales, sa colère l’avait emporté sur sa raison et il avait mit le paquet dans cet enchainement. La tornade de type F5 commençait déjà réduire en miette le grove 22, les bâtiments furent emportés dans toute la zone à très grande vitesse, puisque ce genre de tornade pouvait atteindre entre 420-510 Km. Et cette même tornade se dirigeait dangereusement vers le Schichibukaï. Même aux alentours dans les autres groves, on pouvait ressentir les vents qui déferlaient furieusement.  Tout le monde pourrait voir dans les cieux cette immense et monstrueuse tornade dont on pouvait distinguer nettement le cumulonimbus qui se dressait sur la terre telle une catastrophe naturelle prête à tout ravager. Mais l’instructeur générale de la marine devait garder à l’esprit que Soliman était un homme de grande envergure. Possédant une expérience du combat plus importante que celle de Marshall ne serait-ce que par son âge avancé et de tout ce qu’il avait pu voir en mer. Et puis le guerrier de la marine ne pouvait pas ignorer non plus ces rumeurs sur l’invincibilité de Soliman. C’était même pour ça qu’il avait du mettre le paquet dès le début, il ne voulait pas se faire surprendre par les ressources et du vieil homme, d’autant plus qu’il ne connaissait même pas les capacités et l’origine du pouvoir du corsaire. Comment allait-il s’en sortir face au fléau du vent ? Les généraux infernaux étaient-il réellement en route ? Marshall devait vite en finir pour ne pas être prit entre deux feux. A suivre…






















Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 19
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de Personnage
Exp:
40/100  (40/100)
Prime/Honneur: 300 millions prime gelé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement10
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Zoan Mythique Dragon Oriental35
Pouvoir 4Art du Sabre (Katana)10
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall] Sam 9 Avr - 11:03


 
 

 


 
Combat !



 

 

 
 

Je devais le reconnaître, mon ancien trésorier savait s'adapter à toutes les situations. Et face à un instructeur général ainsi qu'à un Schichibukai, il avait trouvé le moyen de nous dresser l'un contre l'autre, et ce, en quelques paroles seulement. Certes, j'avais été un pirate redoutable, et je n'avais rien perdu de ma puissance, mais l'homme qui se tenait devant moi, cet Airakaz Marshall dont je ne savais presque rien, lui faisait partie des plus grands de ce monde. D'une force équivalente à celle des amiraux, voire davantage. Et la fureur de celui qui était intervenu de façon inopinée il y avait quelques instants, ne se fit pas attendre. D'une voix rauque, et trahissant sa trop grande colère, il lança véritablement une fatwa contre moi. Un vrai terroriste. Et ses menaces n'étaient pas à jeter en l'air, je l'avais bien compris. Un affrontement redoutable allait avoir lieu. Cramponné à mon katana Jaeger, je me préparai à la violence du combat.

Et je ne fus pas déçu. D'un mouvement ample et élégant du bras, il généra une vague tranchante. J'avais déjà vu ce genre de technique, elles étaient utilisées principalement par des sabreurs de très haut niveau, qui avaient appris à trancher l'air lui-même. Et bien dans le cas de l'instructeur général, il n'utilisait pas de sabre, et la taille de cette vague tranchante était tout bonnement titanesque. Par quel miracle parvenait-il à faire une telle prouesse ? Un corps humain lambda était incapable de faire une chose pareille ! Cela cachait peut-être une faculté démoniaque. En tout cas, cette lame d'air géante fonçait droit sur moi, et je devais trouver une manière de l'esquiver d'une manière ou d'une autre. Tenter de la bloquer et de l'encaisser était hors de question. Je soufflai un nuage à quelques centimètres du sol, pris appui dessus afin d'exécuter un saut de deux mètres grâce à mes aptitudes physiques que me conféraient mon fruit du démon en forme humaine. Une fois dans les airs, je générai un nouveau nuage pour prendre une fois de plus appui dessus. Les mouvements étaient souples, rapides, ce qui me permit d'échapper à la lame de vent de justesse. Un pan de mon kimono fut littéralement coupé. Au autour de moi, toute la zone se retrouva amputée de petits bâtiments. Les dégâts avaient été considérables avec cette attaque.

Mais je n'avais hélas pas le temps de me relâcher. J'étais entièrement vulnérable au terrible instructeur général, désormais. Et il m'était impossible de réagir convenablement à la prochaine attaque. Une attaque qui surpassait tout ce que j'avais pu voir jusqu'à présent. Les nuages s'étaient mis à tourbillonner dangereusement et à se rapprocher du sol, formant un cône gigantesque, au-dessus de la faille de la vague tranchante précédente. Airakaz avait les bras tendus vers le ciel. Je commençais à comprendre. Cet homme contrôlait plus ou moins le vent. Une capacité dévastatrice. Des bourrasques se mirent à balayer violemment le grove, et le sol se mit à trembler. L'officier venait de créer de tout pièce une tornade à la puissance terrifiante. Et rien ne pouvait y résister. Les constructions s'éventrèrent littéralement sous les vents dépassants facilement les 500 km/h. Même moi je ne fus pas épargner, et il fallait tenir bon. Je me laissai emporter, Il fallait espérer que ma stratégie tînt le coup. Au beau milieu de tous ses débris, je fus happé par la force centrifuge de cette catastrophe naturelle qui obéissait à Airakaz Marshall, ne me laissant même pas le temps de riposter. Une fois pris dans le flot venteux, je me recroquevillai sur moi-même, et déployai mes pouvoirs. Je pris alors ma forme hybride de demi-dragon oriental. Ma taille augmenta considérablement, ma musculature se développa de manière exponentielle, ma barbe disparut, des cornes se mirent à orner mon crâne, bref tout mon corps devint méconnaissable. Mais plus important dans cette situation, c'était ma peau composée d'écaille, qui formait une véritable armure de métal. Je restai dans cette posture, c'est-à-dire en boule, et contractai le moindre de mes muscles. J'étais devenu une véritable boule d'acier en quelque sorte. Baloté dans tous les sens, des débris de toutes sortes entrèrent en collision contre moi. L'objectif était évidemment de pour voir résister à toutes sortes de choc le temps que la tempête se calme. J'avais perdu mon katana dans ce chaos infernal, mais ça n'avait plus d'importance. Airakaz Marshall allait en subir les conséquences. Dès que le débit de vent se calma, j'en profitai pour créer des dizaines de petits nuages en colonnes qui montai vers le ciel. A une vitesse ahurissante je grimpai comme un véritable lézard sur ces derniers.

J'avais encore un avantage. A cause de la tempête, l'air était saturé en poussière de tout genre, en débris qui tombaient du ciel. Bref il était fort peu probable que Marshall pût me repérer dans tout ce bazar. Une fois à l'abri à plusieurs centaine de mètres d'altitude, je dominai entièrement Shabondy. Et grâce à mes sens plus développés, je repérai mon adversaire. Ne jamais se frotter à Soliman le Survivant. Il allait le comprendre à ses dépends. Je remarquai aussi à quel point cette partie  de l'archipel avait été ravagé. Mais l'heure n'était plus aux tergiversations. Je pris de nouveau appui sur un nuage pour me propulser comme une fusée, vers le sol, et plus précisément vers Marshall. J'étais juste au-dessus de lui, et ma trajectoire verticale était parfaite pour l'attaque surprise. En moins de deux ou trois secondes, je me retrouvai à quelques mètres de lui. Ainsi dans ma chute, je lançai ma première attaque.

Hurlement du Dragon !!

Je poussai un effroyable rugissement avec toute la puissance de mes cordes vocales. C'était une technique utilisée pour en quelque sorte faire vibrer les tympans de l'ennemi pour le déséquilibrer et lui faire perdre tout repère spatial momentanément. J'enchainai directement, sans savoir s'il était déséquilibré ou non, mais il fallait agir rapidement avant qu'il ne fasse apparaître d'autres tempêtes. Une fois au sol, je poursuivis un enchaînement meurtrier.

Météores Sacrés !!

Une succession de coups de poings portés si rapidement qu'il est impossible pour l'oeil humain de distinguer les mouvements de bras. Chaque impact était assez puissant pour détruire un morceau de roche, surtout que j'avais appliqué du haki sur mes poings de renforcer davantage mes coups. Je devais mettre toutes les chances de mon côté si je voulais vaincre cet instructeur le plus vite possible et lui faire entendre raison. Une fois que j'avais porté mes coups, je reculai sur plusieurs mètres en arrière pour tenter de le convaincre.


« Ressaisis-toi, Instructeur Général ! Ne te laisse pas berner par les paroles de ce félon. Il est vrai qu'autrefois Colombus fut le trésorier de mon équipage. Mais comme tu le sais, tous m'ont trahi et laissé pourrir dans un glaçon sur Punk Hazard. Je suis venu pour l'étrangler de mes propres mains, voilà pourquoi ses maudits miliciens m'ont attaqué à moi aussi. Dès qu'il a su que j'avais été nominé en tant que Corsaire, il a pris les devants et a préparé mon accueil sur Shabondy. Mais si tu t'entêtes à vouloir me défier, sache que tu ne sais rien de la puissance du Dragon d'Orient. Je te propose de nous allier pour cette ... »

BOUM. Pas le temps de finir ma phrase, je me sens propulsé dans les airs, sous le coup d'une incroyable explosion. Une explosion d'une rare puissance, et dont le souffle de feu se répandit sur plusieurs centaines de mètres de circonférence. Grâce à ma solide carapace naturelle, je ne fus que partiellement sonné. J'avais heurté de plein fouet les ruines d'un espèce de hangar qui avait déjà été à moitié détruit par la tornade d'Airakaz. Je me relevai péniblement, encre confus et le corps un peu groggy. Une épaisse fumée noire avait investi les yeux. Ainsi, dans ces ténèbres, une forme se dessina. Encore un coup de Marshall ? Non. L'odeur de celui qui se présentait à moi n'était clairement pas la même.


« Gyo HO HO HO HO !! On peut dire que cet instructeur ne fait pas dans la dentelle ! Tout le grove est détruit maintenant. Notre maître se trompe en nous mettant en garde contre toi. Il nous a tout expliqué de tes pouvoirs, homme-dragon ! Oh ! Je ne me suis pas présenté. Je suis Mamuth, le Roi des Bobos, un des trois Généraux Infernaux de Chaos Martel. Et sache que je n'ai jamais perdu un seul combat. Cet explosion, c'est moi qui l'ai faite. Dans le but de te séparer toi et ce maudit Marshall … En espérant que mes collègues iront le cueillir et le réduire en bouillie. Quant à toi, vieux débris, ta légende d'immortel prendra fin ici et maintenant ! »

« Je souhaite bien du plaisir aux deux autres généraux, cafard. Cela fait près de dix ans que je ne me suis dégourdi. Que peux-tu bien contre un être divin comme moi ? A l'issue de notre affrontement, tu me mènera jusqu'à ton chef. Colombus aura sa tête au bout d'une pique à la fin de cette journée. »

L'homme qui venait se présenter, ce Mamuth, était un espèce de cyborg à moitié enveloppé dans une sphère ornée de picots acérés. Un adversaire inconnu dont le nom ne m'évoquait pas grand-chose. En tout cas, les deux autres généraux avaient investi la zone, et rien n'indiquait que le grove 22 se fût épargné par de nouveaux dégâts matériels.  


 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airakaz Marshall
Amiral En Chef
Amiral En Chef
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 30/04/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement20
Pouvoir 2Haki Observation11
Pouvoir 3Logia Vent40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall] Sam 9 Avr - 21:02








“ Archipel Shabondy ! „




L e _ D é c h a î n e m e n t _ D e s _ G é n é r a u x _ I n f e r n a u x !



Comme il fallait s’en douter le capitaine corsaire possédait des ressources cachées et insoupçonnées. En effet ce dernier avait pu éviter in extremis la vague tranchante en « escaladant » littéralement le ciel à l’aide de l’utilisation de ses mystérieux nuages qu’il avait généré de manière intelligente. Il avait tout simplement prit plus de hauteur pour être hors de porté de l’attaque destructrice. Les mouvements du vieil homme malgré son âge très avancé, restaient fluides et précis, faisant preuve d’agilité de vitesse de la même manière qu’un jeune homme le ferait.  La zone fut dévastée en partie par le passage de la lame tranchante tout en ayant continué son chemin dans le grove suivant. Marshall était loin d’en finir avec les surprises, puisque une nouvelle fois, le pirate ne se laissa pas subjugué par la puissance du vent de l’instructeur. Emporté par la tornade gargantuesque, Marshall ne voyait plus son adversaire, il l’avait perdue de vue dans le flot ininterrompu des bourrasques. Dans le doute l’instructeur général de la marine activa son haki de l’observation pour rester aux aguets au cas où. Dans ce vacarme assourdissant et au cœur des violents tremblements, le marine de l’état major pouvait sentir la présence du corsaire. L’information de sa localisation était vague, mais une chose était sûre, il avait été emporté. Pensant que c’en était finit de lui l’instructeur général de la marine baissa la garde et tourna les talons.


♥♠★♣♦


A tort, car une fois que la tornade se dissipa totalement, Soliman avait surgit du ciel en descendant tel un aigle vers Marshall, qui ne s’attendait absolument pas à le revoir de si tôt. A peine avait-il eu le temps de lever la tâte qu’un cri strident et très désagréable s’extirpa des cordes vocales du schichibukaï. Immédiatement par pure réflexe humain, Marshall boucha ses deux oreilles en y accolant chacune de ses paumes de main pour réduire l’intensité du son. Mais c’était trop tard, les tympans n’avaient pas supportés la puissance du hurlement, désorientant et déséquilibrant ainsi totalement le haut gradé de la marine qui titubait hasardement vers sur ses côtés, vers l’arrière et vers l’avant. Son état de déstabilisation avait permit à Soliman d’avoir l’ouverture parfaite pour sa contre-attaque. C’est alors que le sabreur en profita pour déchaîner une partie de sa puissance en faisant pleuvoir une série de coup de poing imbibé du haki de l’armement ce qui le rendrait tangible, annihilant ainsi sa spécificité de logia. Marshall n’avait pas le moyen d’esquiver ni même de se défendre puisque il était encore un peu sonné à cause du hurlement draconique. Il avait du tout encaissé sans rechigner pour finalement être propulsé violemment vers l’arrière par la puissance des coups de poings de Soliman. Valsant dans le décor, Marshall fut encastré dans les ruines de l’un des nombreux bâtiments qui étaient tombés à cause de la tornade.  


♥♠★♣♦


Autant dire qu’il ne l’avait pas vu venir celle-là. L’expérience au combat de Soliman était impressionnante au point d’avoir touché au premier coup l’un des plus hauts gradés de la marine. Fou de rage le marine de l’état major surgit des décombres en écartant violemment les débris avec ses deux bras. Un filet de sang s’écoulait de sa bouche et il avait été blessé au niveau de l’abdomen et du plexus solaire. Il faisait maintenant face à un dragon. Marshall comprenait mieux la situation, son adversaire était de type zoan et pas des moindres, le zoan du dragon oriental. Un fruit encore plus rare que les logia eux même. La légende voudrait même que ce fruit fut fabriqué des mains de Vegapunk lui-même au sein de son laboratoire sur l’ancienne île gouvernemental de Punk Hazard. C’était un sacré morceau, peut être même l’un des plus puissants des corsaires dans le groupe. Bref, alors que Marshall s’apprêta à reprendre le combat, il fut arrêté par son adversaire. En effet, sous sa forme de zoan, Soliman expliqua qu’il s’agissait d’un piège sournois, d’un coup monté et que Don Colombus son ancien trésorier était derrière tout ça. Le corsaire pour être un peu plus convaincant était revenu sur l’histoire de la trahison de son équipage qui l’avait laissé congelé sur Punk Hazard. C’est vrai, l’instructeur avait eu vent de cette histoire. Il se calma donc et continua d’écouter la suite du discours de son interlocuteur sans l’interrompre.


♥♠★♣♦


C’était donc cela ? En apprenant que Soliman était en toujours en vie, Don Colombus avait prévu que ce dernier viendrait pour prendre sa revanche et avait tout orchestré pour préparer sa défense. Marshall était maintenant convaincu de la bonne foi du corsaire et décida en son for intérieur de ne plus s’en prendre à lui. Il venait de comprendre enfin qu’on l’avait manipulé contre Soliman afin de faire le sale boulot à la place du chef de Chaos Martel. Le corsaire proposa ensuite une alliance et sans pouvoir terminer sa phrase une énorme explosion avait retentit. Marshall instinctivement se jeta au sol pour éviter le plus possible d’être touché par les dégâts. Une partie de son bras avait explosé en un amas de vent épais pour finalement se reconstitué aussitôt grâce à l’intangibilité de son logia. Levant la tête, Marshall toujours allongé au sol avait vu le dragon être propulsé très loin d’ici. Mais que c’était-il passé ? Qui avait provoqué cette violente explosion ? L’instructeur ne comprenait plus rien et dans la précipitation il activa son haki de l’observation pour être aux aguets, jusqu’à ce qu’un ennemi fasse une apparition des plus mouvementées en attaquant directement l’instructeur qui était allongé au sol d’un coup de poing surpuissant. Marshall esquiva de peu en une pirouette acrobatique, voyant venir le coup grâce à son haki de l’observation. Celui qui venait de faire son apparition possédait une force surhumaine, un vrai colosse et une force de la nature.



« HOUUUUAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!! »



« MOI TUER MARSHALL !! MOI OBEIR AU MAÎTRE !! MOI TUER TOI !! RAHAAAAAA !!! »


Le coup de poing de cet homme souleva le sol comme-ci il s’agissait de ridicule fétu de paille. Le guerrier de la marine avait prit ses distances pour ne pas être dans le champ d’attaque de la montagne de muscle. En analysant rapidement la situation, Marshall avait comprit que cette explosion avait été généré volontairement dans le but de le séparer de Soliman. C’était sans aucun doute l’œuvre de ces maudits généraux. Il fallait donc y faire face et écarter cette nouvelle menace qui barrait la route menant au repaire du chef de Chaos Martel. Alors que le marine s’apprêtait à contre-attaquer, le colosse se propulsa sur ses deux jambes surpuissantes pour voltiger dans les airs et arriva à pleine vitesse juste devant Marshall pour le saisir au niveau des côtes. Cet homme était effrayant il avait prit de vitesse l’instructeur alors qu’il se trouvait à plusieurs mètres de distance de sa position. Avec ses deux mains énormes le colosse commença à serrer son étreinte en tenant de briser les côtes de Marshall, mais c’était peine perdue puisque le marine était de type logia. Sans le haki de l’armement, cette tentative allait tout simplement avorter. Marshall profita de cette extrémité pour lui demander son identité.


« Bon sang mais t’es qui toi ? »




« MOI ÊTRE GENERAL GUGUSSE ! MOI TUER TOI ! MOI FAIRE GROS BOBO ! »



« Pauvre imbécile ! C’est toi qui vas mourir !! »


Il s’agissait donc de l’un des trois généraux infernaux, le « Général Gugusse ». Malgré sa force surhumaine, le colosse semblait être dépourvu d’intelligence. Ce combat serait simple pour Marshall, il n’avait qu’à utiliser de son sens de la stratégie pour en finir avec ce type. L’instructeur général déposerait chacune de ses mains sur les avant bras de son adversaire et exécuterait un salto arrière tout en se mouvant sous sa forme de vent pour échapper à l’étreinte du colosse pour ensuite reprendre forme humaine et lui asséner deux puissants coups de talons en joignant les pieds en même temps pour le repousser violemment vers l’arrière. Cependant, son adversaire était tellement lourd et ses muscles tellement épais que cela n’avait pas eu l’effet escompté. Le colosse était encore là et il avait à peine bougé, seulement sa tête avait reçu le choc. Profitant du fait que Marshall était en plein vol et en plus de lui faire dos, le général en profita pour frapper le marine de l’état major d’un puissant coup de poing. Un coup qui n’eut aucun effet encore une fois grâce à la capacité intangible du logia du vent. Marshall explosa en un amas venteux tandis que le général lui passait complètement en travers du courant d’air, surpris et comprenant enfin les capacités de son adversaire malgré son manque évident de matière grise. Mais c’était déjà trop tard, Marshall allait en finir définitivement avec la montagne de muscle. Se mouvant dans les airs sous sa forme venteuse, l’instructeur général de la marine se glisserait derrière le général ennemi pour ensuite se positionner en hauteur juste au dessus de sa tête. Une fois en position d’attaque, le guerrier de la marine reprendrait forme humaine et imbiberait ses deux mains du haki de l’armement pour saisir violemment la tête du colosse maintenant totalement dépassé et pris de court. Puis sans aucun état d’âme, Marshall  de toutes ses forces, brisa tout simplement la nuque de son adversaire d’un geste vive, puissant et impitoyable.


« ADIEU !!! »




Le général Gugusse tomba lourdement au sol mort sur le coup. L’instructeur général de la marine n’était pas là pour la jouer fine, il avait une mission à accomplir et il irait jusqu’au bout. Il devait permettre au Schichibukaï de lui ouvrir et la voie afin qu’il puisse en finir avec ce satané Don Colombus. Mais la bataille était loin d’être terminé. Un peu plus loin, dans l’ombre, une silhouette apparut et des applaudissements retentiraient dans les ruines du grove 22. Marshall dirigea son regard vers la présence et constata tout de suite qu’il s’agissait d’un homme vêtu d’un long manteau. Il était grand et bien bâtit, son crâne était dégarni de cheveux, une vraie boule de bouillard. Sur son front siégeait un tatouage blanc, un kanji. Il était également muni d’un étrange masque qui recouvrait la partie inférieur de son visage. Pendant un long instant, les deux hommes se fixaient du regard, se jaugeant avec intensité et fureur. Un silence pesant s’installa entre les deux adversaires tandis qu’au loin on pouvait distinguer et entendre les tumultes du combat que livré Soliman contre l’un des généraux infernaux, celui là même qui avait été l’auteur de l’explosion qui sépara le marine du corsaire. Marshall s’avança de quelques pas et l’homme chauve ferait de même. Ils étaient maintenant à cinq mètres l’un de l’autre et se faisait froidement face. L’homme au tatouage frontale avait finit par couper court à ce long silence pour s’adresser à l’homme-vent.


« Tu es aussi fort que l’on le dit Airakaz Marshall…Dernièrement tes prouesses ont fait le tour du monde. Tu as humilié le Yonkou Kamran Parsa dans le nouveau monde, tu as sauvé l’île de Vagrow, tu as combattu le redoutable commandant pirate Edward de la flotte de l’impératrice Nikola Q. Von Striker…Non vraiment il n’y a pas dire, je suis tout émoustillé à l’idée de te combattre et de te faire plein de jolie Bobo… »



« Je suis Maurice Sarfati, le plus puissant des trois « Généraux Infernaux ». J’ai utilisé cet abrutit de Général Gugusse pour pouvoir analyser ta manière de combattre. Maintenant que j’ai eu connaissance de tes capacités, je vais pouvoir combattre de manière optimale ! Prend garde à toi, je suis loin d’être comme les deux autres généraux. Je suis d’un tout autre niveau ! »


C’était donc l’un des trois généraux de Chaos Martel, le plus puissant d’entre eux venait de barrer la route de Marshall qui lui était resté totalement silencieux quant aux dires de son adversaire. A vrai dire tant mieux, ainsi le schichibukaï Soliman Golgotha serait disponible et aurait tout le temps pour s’occuper lui-même du cas de Don Colombus. Sans perdre un seul instant Marshall se mettrait en position de combat, les jambes écartées, le poing gauche au niveau des hanches et la main droite légèrement vers l’avant. Le général Maurice Sarfati ferait de même. Dans quelques instants les deux hommes livreraient un combat intense. Pendant ce temps là, de là ou il se terrait, Don Colombus pouvait assister aux déplacements et aux combats respectifs de Soliman et de Marshall via des escargo-vidéo qui avaient été placés dans tout Shabondy. Rien ne lui avait échappé depuis sa salle de vidéosurveillance. Sa cachette qui restait pour le moment introuvable dans Shabondy le mettait en sécurité, il était confiant, voir même un peu trop arrogant. Le fait qu’il soit protégé par le gouvernement mondial et du fait de ses alliances douteuses avec les Tenryuubito le rendait confiant et fier. Il croyait que la situation n’allait pas lui échapper, que tout se déroulerait selon ses plans. Il sous-estimait grandement la rage de Marshall et l’envie de vengeance de Soliman son ancien capitaine. Cependant il n’était pas seul, il était accompagné d’une créature étrange qui lui servait sans doute de chien de garde dans les moments propices aux dangers.


« Tssss…Même si le Général Gugusse était le plus faible du groupe, il n’a pas mit longtemps avant de rendre l’âme…Maudit Airakaz ! Je n’avais pas prévu sa présence sur Shabondy… »



« Ce n’est pas bien grave, le Général Maurice Sarfati est mon homme de main le plus puissant, il occupera suffisamment longtemps l’Instructeur…Le temps que je m’occupe moi-même de ce vieillard ! J’ai tout prévu Soliman ! Je sais déjà que tu vas vaincre le Général  Mamuth et qu’il t'indiquera par la suite l’endroit de ma cachette comme je le lui ai ordonné en cas de défaite. Et lorsque tu viendras à moi, en entrant dans mon repaire tu signeras ton arrêt de mort, tu seras pris dans mes pièges en granit marin ! Oui je te piégerais comme sur Punk Hazard ! MOUHAHAHAHAHAHA !! JE SUIS DIABOLIQUE !! MOUHAHAHAHAHA !! »


Avait-il dit tout en sirotant calmement une boisson. Don  Colombus était un stratège accomplie et redoutable, ce qu’il avait déjà prouvé en manipulant l’instructeur général de la marine. Tel un joueur d’échec il avait tout prévu de A à Z. Il savait que Soliman le trouverait et c’était ça son plan, le piéger dans propre repaire, tel un rat appâté par le fromage dans un piège de souris. Le général Maurice Sarfati serait suffisamment puissant pour empêcher Marshall de pouvoir aider Soliman en cas de coup dur, en séparant les deux hommes, Don Colombus s’assurait peut être la victoire si jamais son plan arrivait à exécution. Et puis de quel genre de piège en granit marin s‘agissait-il ? Etait ce pour neutraliser le pouvoir du dragon de Soliman ? Sans doute. Le trésorier était celui qui connaissait le plus Soliman, ses points forts et surtout ses points faibles et il allait jouer sur ça pour tenter de remporter la partie. Dans tous les cas, Marshall ne pourrait pas aider dans l’immédiat le Schichibukaï puisque son combat contre le troisième général venait de débuter. Il allait devoir laver son linge sale en solo et s’occuper lui-même du chef de Chaos Martel. C’est ainsi que le général Maurice Sarfati se lança corps et âme dans l’affrontement contre Marshall qui ferait de même lui aussi. Le combat allait pouvoir commencer. A suivre…























Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 19
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de Personnage
Exp:
40/100  (40/100)
Prime/Honneur: 300 millions prime gelé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement10
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Zoan Mythique Dragon Oriental35
Pouvoir 4Art du Sabre (Katana)10
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall] Dim 10 Avr - 11:24


 
 

 


 
Un Plan Diabolique !!



 

 

 
 

Ainsi donc, je me retrouvai confronté au Général Infernal Mamuth, le Roi des bobos, comme il s'était lui-même nommé. Il était recouvert d'une épaisse armure de pointes acérées, et tout portait à croire qu'il maniait plus ou moins les explosifs. Il était fort probable qu'il fût un cyborg. De près ou de loin on avait l'impression d'avoir affaire à un homme-machine. Mais en forme hybride, j'étais persuadé de le vaincre. Après tout j'étais un Schichibukai ! Je m'inquiétai néanmoins pour Airakaz Marshall. Se confronter à deux Généraux Infernaux en même temps allait être délicat. Et puis zut. J'avais bien vu de quel bois il se chauffait. C'était un digne officier de la Marine. Mamuth était donc le dernier obstacle m'empêchant de rejoindre mon très cher trésorier, Colombus, chef de Chaos Martel. Heureusement que ce dénommé Mamuth le Roi des bobos ne semblait pas être une lumière. Il ouvrit les hostilités en découvrant son bras gauche. A la place de la main, il y avait un canon. J'avais vu juste, il s'agissait bien d'un cyborg. Il tira à plusieurs reprises en ma direction. Je m'envolai rapidement dans les airs pour esquiver sa première attaque. Une fois au-dessus de lui, je ripostai.

Feu d'Enfer !!

La technique phare de l'homme-dragon que j'étais. Celle qui faisait de moi une véritable légende. Celle qui me hissait au rang de Dieu vivant. J'ouvris la gueule et crachai une colonne de flamme épaisse qui fusa sur le pauvre Mamuth. Le pauvre bougre se retrouva dans un brasier de feu. Et dieu sait si explosifs et flammes ne font pas bon ménage. Mais à ma grande surprise, cet olibrius s'extirpa des flammes sans aucune égratignure, et intact. Visiblement il avait plus d'un tour dans son sac.


« GYO HO HO HO HO HO !! Bien tenté, Golgotha ! Sache que non seulement je sais tout de tes pouvoirs, mais je sais également les contre-carrer ! Mon maître m'a fait fabriqué par un scientifique de la Marine, et ce grâce à l'appui d'un Dragon Céleste à la très haute réputation ! J'ai été créer pour une seule chose, Golgotha : te tuer !! Mon blindage me permet de résister à les hautes températures et ... »

Comète Divine !!

Il parlait trop pour ne rien dire, ce cancrelas. Aucun être vivant ne pouvait venir à bout d'un Dragon. Personne n'avait jamais réussi à tuer l'illustre Soliman Golgotha. J'étais un mythe, il était une poussière. Son charmant discours m'avait permis d'utiliser ma technique la plus puissante en terme de force de frappe. J'avais replié mon bras en arrière pour y canaliser ma puissance et me concentrer quelques secondes. Puis je l'avais déplié à une vitesse prodigieuse pour frapper de plein fouet le thorax du Roi des bobos. Le coup fut si puissant que son espèce d'armure métallique se brisa en mille morceaux. Je sentis sous mes phalanges ses os se briser en mille morceaux, ses côtes perforer ses propres poumons, son coeur se compresser sous une telle pression. Mamuth cracha une gerbe de sang et fut envoyé valdinguer dans les airs avant de s'écraser lourdement contre un mur. Le combat était terminé, je repris forme humaine, sous mes traits de vieillard, avec ma longue barbe grise, mon crâne chauve, et la cicatrice en forme de croix sur mon front. J'avançai vers le corps épileptique du Général Infernal, le prit par le col et le soulevai de façon à ce que son visage soit à ma hauteur.

« Tu n'as rien d'infernal. Je plains tes collègues si jamais ils sont de puissance égale à la tienne. A l'heure qu'il est ils doivent être en train de manger les pissenlits par la racine. Colmbus est doué pour échafauder des plans, certes, mais on dirait qu'il a été difficile pour lui de s'enticher d'alliés de poids. »

« Hé hé … Le général Gugusse doit être mort, c'est bien vrai … Mais il y a le général Maurice Sarfati, l'Homme le plus Puissant de Chaos Martel, sans aucun doute. Et ton ami l'instructeur Marshall aura bien du mal à vaincre un tel adversaire … C'est lui que je plains … »

« Bien. Comme tu te doutes bien, je vais te poser la fameuse question : où est Don Colombus ? »

« Il est au sous-sol du Café qui Pue, un petit restaurant du Grove 22 ! Il s'agit de la base secrète où notre boss se cache au cas où le siège serait attaqué ! »


Etrange. Mamuth venait de dire tout cela d'une manière mécanique, comme si cela ne dépendait pas de sa volonté. Il tenta d'ajouter quelque chose, mais soudainement, il perdit connaissance. Non. Il venait de mourir. Etait-ce lié aux blessures que je lui avais infligées ? Impossible de savoir, mais l'affaire était bien étrange. Je soupirai, me mis à chercher ce Café qui Pue, à bord d'un de mes nuages volants. Je ne songeais nullement à prêter main-fort à Airakaz. Il allait se débrouiller, cela ne faisait aucun doute. Et puis j'avais une vengeance à accomplir. Tuer le premier des quatre derniers traitres de mon équipage qui étaient encore en vie. Un peu plus loin, dans le centre ville, je retrouvai mon katana Jaeger en haut d'un toit. La tornade de Marshall lui avait fait faire un sacré tour. Puis je vis alors le restaurant tant convoité : le Café qui Pue. Il fallait que je reste sur mes gardes. Colombus était capable des pires bassesses. C'était un piège, aucun doute là-dessus, mais je me devais d'y aller quand même. L'occasion était trop belle. Le Café qui Pue était à première vue un restaurant banal et ordinaire. Toutes les rues étaient désertes, il fallait dire qu'il en était certainement de même avec tout le grove, vu les dégâts qu'avait causé la tornade. J'entrai dans le restaurant, me dirigeai vers l'arrière-boutique, et fis irruption remarquai une porte. Je l'ouvris, elle débouchai sur un escalier sombre qui descendait certainement à la cave. Je continuai de marcher, dégainai mon katana quand tout à coup … Une lumière blanche m'éblouis le visage, et je sentis quelque chose m'agripper les bras et les jambes. Du granit marin ! Doucement et lentement, mes forces me quittèrent, je lâchai Jaeger. J'étais entièrement à la merci de mon ennemi dont le rire s'élevait doucement. Puis il m'apparut, accompagné d'une espèce de chien mécanique.


« Hin hin hin hin !! Nom d'une saucisse poilue ! Te voilà, capitaine ! En chair et en os !! Tu es encore plus beau que dans mes rêves. Comme un idiot tu as plongé dans mon piège ! Et personne ne sera à pour te délivrer. J'ai fait implanter dans le système de Mamuth, un espèce de logiciel qui le ferait répondre immédiatement à la question qui te hante tant : « Où est Colombus ? ». Puis ferait immédiatement arrêter son coeur afin qu'il ne commette aucune boulette de plus. Immoral me dirais-tu ? Faux. C'est toit qui nous as appris cela. A l'équipage. Nous qui devions subir tes caprices, la moindre de tes volontés ! Te vénérer même ! J'ai été très attristé qu'Augustus Impero est mort à Impel Down. Tu te souviens de lui au moins ? »

« C'était mon second. Mon homme de confiance. Et c'est lui qui a manigancé cette cabale. Et aucun de vous n'a hésité. Vous m'avez tous trahi alors que vous aviez prêté serment. Mais maintenant que je suis en vie … Je vais te ... »

« Me quoi ? Je t'en pris, capitaine. Tu es immobilisé par du granit marin. J'ai tellement de choses à te dire. Commençons par ce qui t'intéresse le plus, n'est-ce-pas ? Si tu es devenu corsaire, c'est pour faciliter la poursuite de tes projets personnels. Et puis tu étais entre les griffes du gouvernement mondial. »

« Où est la carte, ordure ! Où l'as-tu cachée ?! »

« Ce n'est pas moi qui détient ta fichue carte, capitaine. Après t'avoir enfermé dans la glace de Punk Hazard, l'équipage s'est disputé pour se partager te richesses incommensurables, et surtout tes secrets les plus précieux. La carte en faisait partie. En liguant habilement les membres les uns contre les autres, j'ai pu faire abattre les plus dangereux. Les plus couards ont fui, les autres sont restés ensemble. Nous étions six. Deux d'entre nous sont morts, et parmi eux Augustus, mais comme tu le sais à présent nous ne sommes plus que quatre. Nous nous nommons les « Quatre Piliers » et nous avons prêté serment de ne jamais nous trahir, et de nous laisser vivre notre propre vie, sans donner de nouvelles. J'ai pris ma part du butin, et je me suis barré pour fonder ce business que tu connais désormais sous le nom de Chaos Martel. Fini la piraterie, je pratique le trafic humain en toute impunité, et les Dragons Célestes me couvrent pour ça. »

« Alors tu es en train de me dire que se sont les trois autres « Piliers » qui savent où est la carte ? »

« Exactement, et comme je te l'ai dit, nous avons juré de ne plus reprendre contact entre nous. J'ignore où ils se cachent, et eux-même ignorent certainement quel genre d'activité je pratique. Je me demande bien lequel des trois détient les clés qui mèneront à l'aboutissement de ton « Phoenix Project » qui t'étais si cher après notre entrée dans le Nouveau Monde, il y a dix ans. Peut-être même que la chose a aboutie, hin hin ! Mais revenons-en au présent, veux-tu ? Résumons la situation : tu es entre mes griffes et ton camarade, le grand Airakaz Marshall, Instructeur Général de la Marine, est aux prises avec mon meilleur élément : le Général Infernal Maurice Sarfati. Voilà un bel os à ronger pour notre officier favori, hé hé ... »


« Qu'est-ce que tu manigances, encore ? »

« Nos agissements trop barbares de ces derniers temps ont mis la puce à l'oreille de la Marine. L'état-major a donc fait pression sur les autorités gouvernementales pour le démantèlement de Chaos Martel, en toute discrétion, sans attirer l'attention des Dragons Célestes. Le résultat est simple : la présence d'Airakaz Marshall ici-même à Shabondy. Sa mission était de détruire Chaos Martel sans aucune concession. Nous anéantir ne plus laisser aucune trace. Cet homme est capable de ce genre de choses, tu as bien vu comme moi qu'en quelques minutes il a failli raser tout l'archipel. La gravité de la situation était inédite pour moi. Avec un tel instrument de mort, la Marine pouvait se permettre mon organisation qu'elle jugeait gênante. Mais vois-tu, j'ai une fois encore échafaudé un plan imparable. Pendant tes dix dernières années d'hibernation, j'ai dû voyager sans relâche, car l'édification de Chaos Martel était difficile. Et au cours de mes voyages, j'ai mangé un fruit du démon fort intéressant. Un zoan, tout comme toi. Le zoan de l'escaméra. D'où la forte présence des escaméras sur ce grove, vois-tu, puisque je peux communiquer avec eux selon mon bon vouloir. Avec les pouvoirs de l'escaméra, j'ai pu enregistrer en moi ce que mes petits escaméras dispersés sur l'île ont pu voir. De ce fait, c'était un jeu d'enfant pour moi de modifier ces vidéos, de les remanier et de les manipuler à mon goût. Résultat : nous avons un bien beau petit film intitulé : « La trahison de l'Instructeur Général, et de son complice, un Schichibukai fraîchement nommé ». Autrement dit, nous voyons sur ce film comment vous vous en prenez sauvagement à des civils innocents. »

« Quel dommage de devoir te tuer … Toujours aussi brillant ! J'ai toujours une place libre dans mon équipage GAGA GAH GAH GAH GAH GAH !! Si seulement je pouvais te pardonner, tu deviendrais mon second ! GAH GAH GAH GAH !! »

« Ce n'est pas fini ! Je viens d'envoyer ce petit film à un de mes amis très haut-placé … Un Dragon Céleste dont l'influence dans les sphères dirigeantes du gouvernement est considérable. C'est d'ailleurs ce Dragon Cleste qui me soutien depuis le début, et qui m'a informé de cette félonie de la Marine. Il a même pu me procurer du granit marin !! Celui-ci vient de le montrer aux autorités officielles sur ce qu'il se passe à Shabondy. Les cruels Marshall et Golgotha ravagent le Grove 22 alors que Chaos Martel tente courageusement de mettre fin à ce massacre. Aucun doute : le gouvernement va dépêcher des renforts pour vous mettre en état d'arrestation tous les deux. La Marine ne pourra pas aller à l'encontre de ces preuves irréfutables, et avec la pression d'un Dragon Céleste, le Gouvernement Mondial ne se laissera pas la Marine contester son autorité. Quant à moi, je serai le héros officiel, et plus jamais l'état-major de la Marine ne sera un obstacle pour Chaos Martel. »

Il éclata d'un rire sardonique. Parfait. C'était bel et bien le plan diabolique parfait, caractéristique d'un homme comme lui. C'était un surdoué depuis toujours, et c'était pour cette raison bien précise que je le considérais comme l'un des membres les plus dangereux de mon dernier équipage. Si son plan fonctionnait, moi et Marshall finirions à Impel Down. Pour l'instant je voyais aucune faille dans le raisonnement de Colombus. C'était donc à Marshall de jouer, surtout qu'il avait fort à faire avec Maurice Sarfati, qui était certainement un adversaire coriace. Et d'ici peu, toutes les autorités de la Marine allaient investir Shabondy pour procéder à notre arrestation. J'étais pieds et poings liés au granit marin, j'attendais que l'on vînt me cueillir ...

 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airakaz Marshall
Amiral En Chef
Amiral En Chef
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 30/04/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement20
Pouvoir 2Haki Observation11
Pouvoir 3Logia Vent40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall] Dim 10 Avr - 23:27








“ Archipel Shabondy ! „




S o u s _ H a u t e _ T e n s i o n !



Tandis que Soliman Golgotha se retrouva dans de sales draps en ayant investit le repaire de Don Colombus, pendant ce temps là Marshall avait fort à faire contre le troisième général qui s’avérait être plus fort que ce qu’il avait imaginé. L’homme-chauve était d’une nature étrange puisqu’en effet bizarrement ce dernier maîtrisé le fameux karaté amphibien ou plus connu sous l’appellation « Gyogin Karaté ». En imbibant ses membres du haki de l’armement, Maurice Sarfati avait brandit trois doigts de sa main droite, le pouce, l'index et le majeur pour viser la poitrine de Marshall qui avait été pris de court. Il avait au dernier moment reculé d’un pas en effectuant un léger bond vers l’arrière pour tenter d’amoindrir les dégâts du mieux qu’il pouvait mais c’était déjà trop tard, le coup fulgurant de Maurice envoya Marshall valser dans les airs pour finalement s’encastrer violemment contre l’une des structures en ruine se trouvant dans la zone. Si Marshall ne s’était pas décalé d’un bond vers l’arrière juste à temps, nul doute qu’il aurait eu la totalité de la poitrine déchiqueté. Fort heureusement il s’en était sortit avec certes des bouts de chair en lambeaux qui tomberaient depuis son plexus solaire, mais il avait pu amoindrir les dégâts en se retrouvant avec une ouverte plus ou moins profonde au niveau du torse et du sang qui s’en échappait. Il fallait dire aussi que son court combat contre Soliman avait marqué son corps. Les derniers coups portés par le Schichibukaï l’avait également affaiblit à ce niveau ce qui expliquait sa fragilité actuel.


♥♠★♣♦


Rapidement Marshall se dégagerait du mur pour se remettre sur pied, un filet de sang jaillissait du coin de sa bouche, montrant à quel point l’attaque de son adversaire pouvait toucher le corps de l’instructeur depuis l’intérieur même. Le Gyogin Karaté était prodigieux de par sa puissance de frappe. Le guerrier de la marine avait compris cette fois, Maurice Sarfati était vraiment sérieux et il avait une réelle envie d’en finir avec la vie du marine de l’état major. Marshall allait lui répondre avec la même hargne et la même voracité. Le haut gradé de la marine retira sa veste, dévoilant ainsi un t-shirt manche longue orange, pour ensuite la jeter sur le côté afin d’être plus à l’aise dans ses mouvements. Marshall leva ses deux bras et commença à déverser des bourrasques de vent en direction de son adversaire qui esquiva aisément les attaques tout en se rapprochant dangereusement. Il était vraiment plus fort que les deux autres généraux, d’un tout autre niveau comme il l’avait dit. Mais il y avait autre chose, sa manière de bouger n’était pas humaine, mais plutôt presque animal, comme-ci ce dernier glissait sur le sol. Chose qui allait s’expliquer très rapidement puisque le général allait enfin sortir le grand jeu. Ce dernier se transforma soudainement en un énorme serpent sous la stupeur total de Marshall qui n’en revenait pas, c’était donc lui aussi un utilisateur de fruit du démon de type zoan.



« Alors Instructeur, que se passe-t-il ? Tu es dépassé hein ? »



« Qu’est ce qu… ? »


Complètement prit au dépourvu, Marshall fut déconcentré à la vue de la soudaine transformation de son ennemi. Un manque d’inattention qui allait faire défaut à l’officier de la marine puisque son adversaire en profita pour lui asséner un violent coup de queue imbibé du haki de l’armement pour le projeter violemment une nouvelle fois dans les nombreux décombres de la grove 22. Maurice Sarfati était en train de prendre le dessus. En ayant vu le combat que Marshall avait du livrer contre le Général Gugusse, celui-ci avait pu analyser entièrement la manière de se battre du guerrier de la marine, ce qui expliquait son avantage actuellement. Mais c’était loin d’être finit, Marshall ressurgirait une nouvelle fois du décor, résistant et fort comme un roc il ne comptait pas perdre aujourd’hui et surtout pas dans un endroit pareil. Essuyant le sang qui s’écoulait de sa bouche, le général se rapprocha doucement de sa cible. Il était déconcerté, agacé et énervé de voir que Marshall était toujours là, toujours à se relever malgré les puissants assauts qu’ils effectuaient.  Un court moment de répit s’installa durant ce combat. Les deux combattants se regardaient silencieusement avec une intensité rare. L’homme-chauve devenu cette étrange créature se rapprocha de plus en plus de Marshall, de manière sournoise, grignotant chaque mètre en essayant de trouver une faille chez l’officier de la marine. Il allait tenter de jouer de son intelligence pour tromper Marshall en lui adressant la parole, se qui serait suffisant pour le déconcentrer une nouvelle fois.


« Tu es vraiment résistant Airakaz ! C’est bien la première fois que quelqu’un résiste autant à mon « Gyogin Karaté » et s’en sort presque indemne. »

« Qu’est ce que tu es au juste ? »


« Je suis un mi humain, mi homme-poisson qui à mangé le fruit du Hebi Hebi No Mi modèle Cobra Royal ! »



« Quel foutoir…tu n’as vraiment rien d’humain ! »


« Ferme là, je ne te permet pas ! Je suis un humain authentique de par ma mère. Oui, ma pauvre mère qui c’est faite violée sauvagement par un homme-poisson requin marteau…Elle est morte en me donnant la vie… »

« Aïe, ta mère a vraiment du souffrir...Se pendre le membre virile d'un requin marteau quand même...Bref, je m'en tamponne le coquillard de tes histoires à l’eau de rose, il est grand temps que j…. »




« HAHAHAHAHAHAHA !! PAUVRE IMBECILE !!! TU ES MAINTENANT A MA PORTEE !! »

« QUOI ? »


« Je t’ai piégé ! J’ai parlé pendant tout ce temps en m’approchant doucement de toi pour te déconcentrer, tel un serpent avançant silencieusement pour mordre sa cible ! Tu es peut être très puissant, mais tu manque cruellement d’expérience ! »

« MERDE !!! »


Marshall avait été piégé par la sournoiserie de son adversaire qui se transforma une nouvelle fois dans une forme hybride mi animal et mi humaine. Toutes ces palabres n’avaient servit qu’à une seule chose, occupé l’esprit de Marshall le temps que Maurice Sarfati puisse s’approcher suffisamment de son ennemi de la marine pour lui porter un coup fatale. Le général infernal envoya un coup de poing surpuissant imbibé du haki de l’armement pour frapper directement le menton de l’instructeur. Un uppercut dévastateur qui l’envoya valsé dans les airs. Marshall fut sonné, dans les airs il venait d’être déstabilisé, mais ce n’était pas le moment de faillir, il était résistant et puissant malgré son manque d’expérience flagrant dans cette situation. Dans une frénésie guerrière digne des plus enragé des Berserk, Marshall dans les airs exécuta un salto avant acrobatique à toute vitesse pour ensuite se présenter juste devant le général en se mouvant dans les airs sous sa forme venteuse afin de lui asséner un violent coup de pied pénétrant en visant le menton de ce dernier pour lui rendre la pareille. Maurice Sarfati fut à son tour envoyer dans les airs à cause de la puissance du coup de pied de l’officier. Ce laps de temps serait suffisant à Marshall pour armer le dernier coup de cet enchaînement. Écartant les jambes, le jeune homme de la marine prendrait beaucoup d’élan en positionnant son bras droit vers l’arrière en drainant toute sa force et toute son énergie disponible. Et au moment où Maurice redescendrait suite au choc provoqué précédemment par le coup de pied, Marshall rabattrait son poing d’une violence inouïe en visant directement l’estomac de son adversaire. Chose qui échoua lamentablement puisque Maurice s’était mit à tournoyer sur lui-même pour reprendre ses dispositions et contre-attaquer à son tour d’un coup de poing surpuissant. Poing contre poing aucun des deux n’avaient faillit. C’était l’égalité parfaite, le mi homme, mi poisson, mi cobra voyant l’échec de son attaque, balança son autre poing pour assaillir Marshall qui lui riposterait aussitôt en balançant sa jambe droite avec un coup de pied.


« Je t’ai vraiment sous-estimé. Mais crois moi je ne ferais plus cette erreur ! Maintenant que je sais ce dont tu es capable, je n’ai plus de raison de me retenir ! »




« QUOI ?? Tu veux dire que pendant tout ce temps tu faisais semblant de… »


N’ayant même pas pu terminer sa phrase, Marshall poussa de toutes ses forces avec son pied pour repousser le poing de son adversaire tout en libérant une lame de vent tranchante de sa plante de pied qui eut pour effet de sectionner le bras du général. L’onde de choc l’avait également envoyé valser dans le décor. Hélas, ce n’était pas encore terminé, Maurice Sarfati était également très résistant grâce à la particularité de son pouvoir et de sa race. A son tour il avait ressurgit des décombres mais pas indemne puisqu’il était privé maintenant de son bras droit maintenant. Il perdait beaucoup de sang et pourtant il était bien là, debout, prêt à continuer le combat contre l’instructeur. Il fallait donc en finir et profiter de cette occasion pour l’éliminer. Alors que Marshall s’apprêta à porter le coup de grâce à son ennemi, soudainement un cri retentit dans toute la zone. Celui d’un homme. Marshall quitta des yeux le général pour diriger son regard vers le nouveau venu. Et surprise totale, il s’agissait d’un Tenryuubito qui était accompagné de sa femme. Ces fameux nobles, ce que l’ont appelés les  « Dragons Célestes » les descendants des vingt Rois fondateurs de l'organisation connue sous le nom de Gouvernement Mondial. Marshall les détestaient au plus haut point, ces gens qui avaient une si haute opinion d'eux-mêmes qu'ils refusaient de respirer le même air que tout le monde, vivant en portant une bulle sur la tête qui leur permettait de respirer un air qui leur est propre. Ils considéraient tous ceux qui ne sont pas leurs pairs comme étant des êtres inférieurs, et étaient des acteurs majeurs du trafic d'esclaves, dont ils apposaient le symbole sur leurs corps pour signifier leur statut d'esclaves. Que faisaient-ils ici ? Et bien Marshall allait être immédiatement mit au parfum. En effet les Tenryuubitos en question avaient retirés les bulles de leur tête pour ensuite se rapprocher de l’Instructeur. Tout autour de lui, il y avait des troupes de la marine qui avaient investit les lieux, environ une centaine. Ils avaient en joug dans leur viseur, l’instructeur général de la marine. Marshall ne comprenait pas, il était confus. Les nobles mondiaux qui étaient d’une laideur significative s’adresseraient à lui avec arrogance :


« Ca suffit Airakaz. Vous êtes aux arrêts ! Vos agissements stupides de fier « héro » de la marine mettent en danger mon business ! Moi « François Hollandouille », Tenryuubito de père en fils je vous ordonne de vous rendre immédiatement ! »



« HouHouHouHou ! Chéri comme tu es courageux et viril ! »


« Quoi ? C’est une blague ? Soldat, je suis votre super hiérarchique et je vous ordonne de baissez tout de suite vos armes ! Maintenant ! »




« Nous somme vraiment désolé Marshall-Sama…Vous êtes soupçonné d’acte de haute trahison envers la marine et le gouvernement mondial. Les hautes autorités de ce monde ont reçu un film compromettant vous concernant ou l’on vous voit ravager tout le grove 22 tout en tuant des pauvres innocents, des civils…Tout cela au côté du Schichibukaï Soliman Golgotha. Nous allons coopérer avec les forces héroïques de Chaos Martel pour procéder à votre arrestation et vous emmener à Impel Down dans les plus brefs délais ! »

« Attendez ! J’ai été piégé…C’est sûrement un coup de ce salopard de Don Colombus !! C’est lui qui a tout manigancé depuis le début ! Il faut me croire, je n’y suis pour rien ! »


A ce moment précis, le troisième général Maurice Sarfati s’avança vers la foule au côté des soldats de la marine, se sentant protégé, comme-ci il était dans le bon camp. Il jouissait quant à la vue de cette scène ubuesque. L’instructeur général de la marine en personne se faisait interpellé par ses propres hommes, par son propre camp. C’était une situation inédite même si on sentait bien que les soldats de la marine n’avaient aucune envie d’arrêter l’instructeur. Marshall avait donc conclut que Don Colombus avait pu se mettre dans la poche un Tenryuubito rien que ça. Cet homme était redoutable, un manipulateur et un stratège hors pair dépassant largement l’instructeur dans ce domaine. Marshall était complètement prit au piège. Il ne pouvait pas se laisser faire, c’était inenvisageable pour lui qu’on l’arrête et qu’on l’emmène à Impel Down, il était innocent. Son honneur s’en verrait souillé à vie en plus de l’humiliation qui s’en suivait. C’était inacceptable, il n’avait donc pas le choix, il allait devoir éliminer les témoins présents dans la zone. C’était sans doute fou et irresponsable mais la situation était trop critique. Il n’y avait aucune solution possible, Marshall allait faire quelque chose d’absurde et d’insensé, mais c’était son devoir, pour lui rien était au dessus de la justice. Avant de passer à l’action il s’adressa une dernière fois à son adversaire :


« Le chef de Chaos Martel a vraiment le bras long pour qu’un Tenryuubito se déplace en personne jusqu’ici. Tout ça…C’est l’œuvre de Don Colombus n’est ce pas ? »


« Hmmm !??? »

« Si tu es un vrai guerrier et que tu as un tant soit peu d’honneur, dit leur la vérité ! Dit leur que je n’y suis pour rien dans tout ça. Si tu coopère avec moi, peut être que tu resteras en vie. Ta liberté contre la vérité ! »




« HAHAHAHAHAHAHAHA !!! HAHAHAHAHAHA !!! HAHAHAHAHA !! »

« ???? »


« C’est Don Colombus le vrai héro ici, il a contribué à la protection de l’archipel Shabondy. J’atteste que l’instructeur général de la marine : Airakaz Marshall ici présent est un traître. Je peux témoigner de sa fourberie et de sa barbarie ! Regardez fier soldat de la marine et très chers Tenryuubito. J’ai perdu un bras en voulant sauver les victimes de ce fou furieux d’Airakaz. C’est lui le coupable, il faut l’arrêter tout de suite ! Je vais vous aider à le capturer ! »


Ce maudit général Maurice Sarfati avait bien évidemment mentit et fait preuve une nouvelle fois de fourberie, de sournoiserie et d’une hypocrisie ahurissante à l’image de son maître Don Colombus. D’ailleurs suite à ses paroles, les soldats de la marine se rapprocheraient de l’instructeur pour tenter de l’appréhender tandis que le couple de Tenryuubito recula pour ne pas être au cœur de l’action. Marshall n’avait malheureusement plus le choix, il allait tout simplement devoir faire le ménage lui-même en se débarrassant de ce général et neutraliser ceux qui étaient supposés être dans son camp.





« Fufufufufu…Tu as oublié une chose Maurice, si je te tue et que je neutralise mes propres soldats, j’aurais le champ libre pour capturer les deux Tenryuubitos ! »




« Sombre imbécile et qu’est ce que tu en ferais, hein !?? Ils sont dans le camp de Don Colombus !! Ca ne te servira à rien ! Soit lucide Airakaz ! Abandonne tu as perdu la partie, c’est terminé !!! »

« Je vais torturer les deux mochetés pour leur faire avouer leurs crimes. Je vais faire en sorte qu’ils appellent via Den Den Mushi les hautes autorités de ce monde et qu’ils ordonnent l’annulation immédiate de toute traque concernant Soliman Golgotha et moi-même. Ainsi tout rentrera dans l’ordre et Don Colombus perdra sa crédibilité dans le monde de la pègre. »


« Sûrement pas Airakaz, je ne te laisserais pas faire !!! »

« MEURT, CHIEN !! »




« NOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!!! QU’EST-CE QUI SE PASSE !? QU’EST CE QUE TU M’AS FAIT !!!! ARRETE !! PITIEEEEEEEEEEE !!! »


Marshall s’était transformé sous sa forme venteuse de logia et s’était engouffré dans chaque orifice de son adversaire, les narines et sa bouche. Une fois à l’intérieur du corps du général Maurice, l’instructeur général de la marine délivra une quantité astronomique d’air de la même manière qu’on gonflerait petit à petit un ballon. Le corps du général était tellement gonflé qu’avec la pression de l’air il avait finit par éclaté en mille morceau. La violence de la scène était inouïe, des bouts de chairs ainsi qu’une importante quantité de sang jailliraient sur toute la surface de combat. Les soldats de la marine et les Tenryuubito furent éclaboussés également. L’odeur des entrailles du pauvre général avait empesté les lieux. Tous les soldats de la marine sans exception qui avaient assistés à la scène se mettaient à vomir, n’ayant pas supporté cette vue gore et sinistre à laquelle il venait d’assister. Maintenant que le troisième général était mort, Marshall s’occuperait du cas des soldats. Etant donné qu’ils étaient innocents il n’allait pas les tuer mais seulement les neutraliser de manière à ce qu’ils ne deviennent pas une gêne pour lui. Toujours sous sa forme venteuse Marshall se déplacerait la vitesse du vent au cœur des différents bataillons pour assommer l’un après l’autre chacun des soldats présents sur les lieux. On pouvait voir les corps des militaires tomber l’un après l’autre, à la manière d’un tombé de domino. D’une frappe vive sur la nuque il avait réduit en état d’inconscience toutes les troupes pour finalement enfin être seul avec le coup de noble. Se retrouvant maintenant nez à nez avec les nobles mondiaux, Marshall sans rien dire se dirigea vers l’endroit ou il avait déposé sa veste pour la revêtir. Une fois cela fait, il plongerait sa main dans la poche intérieure de sa veste et prendrait son escargophone qu’il avait tendu en direction du noble « François Hollandouille ». Celui-ci était tellement effrayé qu’il ne bougeait même plus, complètement paralysé à cause du massacre du général Maurice Sarfati, la scène l’avait sans doute traumatisé et plongé en état de choc. Pour remédier à cela, Marshall décida de s’en prendre à l’autre Tenryuubito : sa femme. D’un revers de la main il l’a gifla violemment et celle-ci tomba à terre inconsciente tellement le coup avait été dosé. Mais c’était surtout du au fait de la fragilité de cette dernière. L’instructeur général de la marine avait réussit à attirer l’attention de l’autre clown et en profita pour lui tendre une nouvelle fois son escargophone et s’écria sur un ton autoritaire et menaçant :


« Écoute-moi bien gros porc ! Tu vas prendre cet escargophone et tu vas immédiatement annuler l’ordre  d’interpellation concernant ma capture et celle de Soliman Golgotha. Tu vas tout remettre en ordre en expliquant qu’il s’agissait d’une erreur, d’un malentendu et que le vrai criminel dans cette histoire c’est Don Colombus. Je veux que tu fasses ça pour moi et maintenant. Prévient Marine Ford et Marie Joa et tient dit leur même que Colombus à anéantit toutes les troupes de la marine qui était venu en renfort et qu’il a frappé ta femme, un Tenryuubito tout comme toi. Je veux aussi que ce mystérieux film soit supprimé dans les plus brefs délais. Si tu ne le fais pas, je te tuerais de la même manière que j’ai tué le général Maurice Sarfati. Grouille-toi flamby ! »




« D’a… D’a… D’a… D’a… D’a… D’a… D’a…D’ACCORD JE VAIS LE FAIRE MAIS PAR PITIE NE ME TUEZ PAS !!! »

« FERME TA PUTAIN DE GUEULE ET APPEL !!! »


Sans plus tarder, sous la pression, le Tenryuubito composa immédiatement les numéros des hautes instances de ce monde et annula l’ordre de capture concernant Airakaz Marshall et Soliman Golgotha en expliquant qu’il s’agissait d’une erreur malheureuse tout en précisant que le vrai coupable des crimes qui avaient été reprochés aux deux hommes n’étaient en faite que le fruit de Don Colombus et de personne d’autre. Il avait également ordonné la suppression immédiate du faux film qui avait été envoyé aux forces gouvernementales. Marshall qui se tenait juste devant le noble s’assurait que le Tenryuubito n’oubliait rien durant ses appels qui avaient maintenant pris fin. Une fois que le combiné de l’escargophone fut raccroché, Marshall leva sa main droite pour trancher d’un coup sec la tête de François Hollandouille. C’était inattendue, mais l’instructeur général de la marine venait de tuer froidement un Tenryuubito et ce n’était pas tout il se rapprocha de l’autre noble, la femme et lui réserva exactement le même sort. Il lui avait également tranché la tête sans aucun état d’âme. Marshall ne pardonnait pas ce genre d’acte, pour lui ces deux nobles mondiaux étaient aussi pourris que Don Colombus lui-même puisqu’ils avaient participés à ses petites magouilles. Et puis étant donné qu’il n’y avait aucun témoin dans les parages, Marshall allait exactement utiliser la stratégie de son adversaire, à savoir mettre sur son dos le meurtre des deux Tenryuubito.


♥♠★♣♦


C’était parfait puisque juste avant François Hollandouille avait appelé les têtes dirigeantes pour avertir du danger que représentait Don Colombus. Tout collait, le timing était parfait, Marshall et Soliman étaient complètement lavés de tout soupçon. C’était une chose de faite. Maintenant il fallait retrouver Soliman. Et pour cela Marshall allait devoir se rendre vers le hangar, là ou ils avaient été séparés par l’explosion précédemment. Se mouvant dans les airs à la vitesse du vent, l’instructeur général n’avait pas tardé à arriver sur les lieux. En arrivant dans la zone en ruine, Marshall constat les traces de combat, du sang, des traces de brûlées au niveau du sol, et surtout beaucoup de pièce métallique éparpillé un peu partout. Un peu plus loin Marshall aperçu un corps inanimé. Il examina le cadavre recouvert en partie d’une armure métallique brisée et s’aperçu que le thorax plexus de la victime avait été totalement ravagé. Pas de toute possible, il reconnaissait l’œuvre de Soliman, puisqu’il avait usé du même coup contre Marshall lors de leur combat. Il avait supprimé sans doute l’un des trois généraux mais hélas il n’y avait aucune trace du corsaire. C’était bon signe, cela signifiait qu’il était encore en vie et qu’il avait sûrement soutiré les informations de la localisation du repaire secret de ce salopard de Don Colombus. L’instructeur général de la marine allait devoir utiliser son pouvoir du haki de l’observation. Il avait une certaine maîtrise qui lui permettrait de détecter facilement les présences en ces lieux. Ca serait facile puisque le grove 22 était maintenant vide à cause des nombreux dégâts et combats qui avaient suscités la peur et donc la fuite des gens qui s’y trouvaient.



** Je sens deux présences réunies au même endroit…c’est peut être Soliman et Colombus…Il faut que j’aille vérifier pour en être sur ! **




En se concentrant au maximum, Marshalla avait intensifié la portée du Kenbunshoku no Haki, ou appelé aussi « Couleur de l'Observation ».  Grâce au fluide perceptif, Marshall avait pu localiser deux présences non loin d’ici. Il allait donc immédiatement rejoindre l’endroit en question afin de vérifier l’identité de ces deux présences. C’était à la vitesse du vent que le haut gradé de la marine avait suivit la piste des deux présences. Slalomant entre les décombres et ruines de la zone, le chemin l’avait amené devant une façade sur lequel il était inscrit : « Le Café Qui Pue ». Un restaurant tout à fait banal à première vue. Les présences se trouvaient à l’intérieur, Marshall le sentait clairement avec son fluide sensitif. Il décida d’entrer sans plus attendre. En entrant dans le restaurant, il était vide, ce qui était normal au vu de la situation apocalyptique. Marshall continua sa route pour se rendre tout au fond vers l’arrière-boutique tout en restant sur ses gardes. En continuant son chemin il avait aperçu une porte, grande ouverte. Quelqu’un était rentré ici, pas de doute. Marshall traversa la porte doucement en faisant attention de ne faire aucun bruit. En passant la porte l’officier arriva devant un grand escalier à moitié éclairé. Marshall entendait des gémissements, il y avait un homme qui souffrait dans les parages. Empruntant les escaliers, l’instructeur descendrait chaque marche avec délicatesse, tel un félin prêt à bondir sur sa cible. En arrivant en bas, Marshall se dissimula derrière un mur proche de l’escalier et pouvait clairement apercevoir Soliman attaché à ce qui semblait être des chaînes. Sans doute en granit marin puisque le corsaire ne pouvait même plus bouger une seule oreille. Le chef de Chaos Martel avait tout prévu, mais il n’avait sûrement pas prévu le retournement de situation orchestré par Marshall. Il ne savait pas encore que la situation avait totalement changé en sa défaveur et que son seul atout, son sauf-conduit le Tenryuubito avait rendu l’âme. De là ou Marshall se tenait, il ne voyait pas Don Colombus, ou était-il ? Marshall décida de s’avancer doucement vers Soliman pour tenter de le délivrer mais trop tard, Don Colombus devança l’instructeur et lui faisait barrage. Il était accompagné d’un chien mécanique étrange qui se tenait fidèlement à ses côtés et il avait brandit en direction de Marshall un pistolet fait de balle en granit marin. Il tenait en joug le haut gradé de la marine.


« Pas un geste, les balles sont en granit marin ! Bravo Airakaz ! Grâce à mon pouvoir du Zoan de L’escaméra, j’ai pu voir que tu as…reprit les choses en main n’est ce pas…Je ne m’attendais pas à ce qu’un fanatique de la justice s’en prenne aussi cruellement à deux Tenryuubitos. Un vrai coup de maître ! Tu as su utiliser mes propres méthodes contre moi. Je dois avouer que je suis dans de beaux draps. Je vais devoir fuir loin d’ici et renoncer à mes projets à cause de toi…Mais avant de quitter Shabondy, je vais te loger deux balles dans la tête et en finir avec Soliman ! »



« Ou non, mieux encore. Je vais laisser Boby se charger de toi, il n’a pas eu son repas aujourd’hui ! MOUHAHAHAHAHA !! Allez Boby dévore le jusqu’aux os !! »




« Merde !! »


L’instructeur général de la marine était dans une situation critique. Le chien mécanique se dressa contre lui, se tenant face à lui juste à quelques mètres. Dans quelques instants il n’allait pas tarder à prendre en chasse l’officier de la marine et la créature mécanique était pourvue de croc en granit marin. Marshall devait réfléchir, il tentait d’analyser la situation, mais ne trouvait rien de bon. Jusqu’à ce qu’il voit au pied du schichibukaï, Jaeger, son sabre. L’instructeur eut une idée. Il allait armer le corsaire pour qu’il puisse se délivrer de lui-même. Marshall laissa échapper de la plante de ses pieds un « vent », invisible à l’œil nu. Le petit courant d’air contrôlé habilement par Marshall se dirigeait maintenant jusqu’au sabre du corsaire. Marshall avait fait en sorte de soulever le sabre avec le vent léger jusqu’à hauteur des mains de Soliman pour qu’il puisse saisir son arme. Soliman avait deux solutions maintenant, soit il avait la capacité et la force nécessaire pour découper les liens en granit marin, soit il allait devoir lancer directement son sabre dans la tête de Don Colombus qui se trouvait à quelques mètres de lui et qui lui faisait dos pour lui ôter la vie. Tout reposait sur la capacité d’agir de Soliman. Marshall lui était prit en quelque sorte en otage. S’il bougeait, Don Colombus allé faire feu en plus d’être attaqué par ce satané chien mécanique. Qu’allait-il se passer ? A suivre…
























Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 19
Date d'inscription : 04/02/2016

Feuille de Personnage
Exp:
40/100  (40/100)
Prime/Honneur: 300 millions prime gelé
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement10
Pouvoir 2Haki Observation0
Pouvoir 3Zoan Mythique Dragon Oriental35
Pouvoir 4Art du Sabre (Katana)10
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall] Lun 11 Avr - 18:58


 
 

 


 
Epilogue !



 

 

 
 

Je me retrouvai seul dans cette pièce étroite, alors que l'espèce de cabot mécanique épiait le moindre de mes mouvements pendant que son maître se bidonnait devant ses écrans. Visiblement, tout se déroulait comme prévu. Tout était terminé pour moi et l'instructeur général, cela ne faisait plus aucun doute. A entendre jubiler Colombus comme un gamin dans un parc d'attraction, cela signifiait généralement que tout lui avait réussi sans accroc. Il ne me restait plus qu'à attendre l'arrivée de la Marine pour me mener à mon cachot d'Impel Down. Mais d'un ton sec. Qui brisa cet incessant rire maléfique, le trésorier marqua un silence. Le chien se mit à regarder en direction de son maître. Quelque chose clochait. Airakaz avait-il de son côté déjoué les plans du chef de Chaos Martel ? Non ! Cela était impossible ! Depuis toujours, Colombus réussissait ses coups ! Jamais il n'avait failli. C'est alors qu'un long cri de détresse retentit :

« NOOOOOOOOOOOOOOOOOOON !!! COMMENT A-T-IL PU ????!! »

Bingo. L'officier avait déjoué le projet habilement bien ficelé de mon geôlier. Il ne restait plus qu'à attendre les secours. Du moins avant qu'il ne m'étripe littéralement. Car dans le cas où ses plans se tomberaient à l'eau, il me tuerait sans aucun regret, et avec grand plaisir. Cela ne faisait plus aucun doute. L'ex-trésorier de mon équipage déboula dans une furie noire, un pistolet à la main. Il plaqua le canon contre mon front dégoulinant de sueur. Je crus voir mes dernières heures arriver cet instant-là. En l'espace de quelques secondes, je fus sincérement persuadé de le voir faire feu sans retenue et m'abattre immédiatement. Mais cela n'arriva pas. Malgré son regard de colère, mêlé de honte, il retrouva assez rapidement son sang-froid. Une petite clochette se mit à retentir. Il marmonna quelque chose avant de s'éclipser et de diminuer la luminosité de l'unique ampoule au plafond. J'entendis alors la porte s'ouvrir. Je reconnus aussitôt l'odeur de l'officier et tentai de l'avertir. En guise de mise en garde, Colombus me frappa la tempe avec la crosse de son arme. Je gémis aussitôt. Quelques secondes plus tard, une fois de plus, le chef de Chaos Martel nous tenait entre ses griffes. Il venait de faire connaissance avec Marshall, le menaçant d'un pistolet chargé de balles en granit marin. Son plan : nous tuer avant de déguerpir pour toujours. J'appris également de sa bouche que l'instructeur avait tué de ses propres mains les deux Dragons Célestes qui étaient venus intervenir en personne dans l'affaire. Comment avait-il pu ? C'était un membre de l'état-major pourtant … En tout cas tous les calculs du trésorier avaient été défaits d'un revers de main, d'une simple petite bourrasque. Alors que les deux hommes se faisaient face à face, Jaeger se rapprocha lentement de moi, alors qu'il était au sol. Ca alors. Lentement, il se mit à flotter pour atteindre ma main droite. Je saisis le katana. Je comprenais alors. Certainement un coup d'Airakaz, étant donné qu'il pouvait contrôler le vent. Colombus était complètement de dos à moi, et l'occasion était trop belle. Même si j'étais affaibli, je puisai en moi mes dernières ressources pour lancer franchement mon sabre en direction de Colombus. La lame tournoya verticalement dans les airs et alla se loger au milieu du dos, en pleine colonne vertébrale. L'homme vacilla, cracha une gerbe de sang et tomba à la renverse. Dans sa chute, mes liens se rompirent soudainement. Cet instant devait être profitable à Marshall qui pouvait aisément se débarrasser de la créature métallique. Je marchai vers mon sauveur et lui posai ma main sur l'épaule.


« Si un jour j'aurais cru dire merci à un officier de la Marine. Je te dois la vie, l'ami. Je suis un pirate, certes, mais j'ai quand même un code d'honneur. Toi et moi n'appartenons pas au monde des mortels. Nous sommes des dieux vivants, ne l'oublie jamais. Et un de ces jours nous serons appelés à régner sur les mers et les terres du globe. Regarde-moi ce cafard qui baigne dans son propre sang. J'aurais aimé qu'il souffre davantage pour tous les tourments qu'il m'a causé. Par contre j'ignore encore par quel miracle mes liens se sont défaits. »

« Haar … Hak … C'est moi ... »

Colombus était encore vivant, et il tenait une télécommande dans la main. Visiblement c'était avec celle-ci qu'il avait actionné le granit marin quelques minutes plus tôt. Il ricanait tout en crachant du sang. Il était increvable. Je retirai doucement Jaeger de son dos, il poussa un cri et posa sa tête contre le sol en grimaçant de douleur. Je le dominai entièrement. Cette fois, c'était lui qui était entre mes griffes. Il était entièrement vulnérable face à un Schichibukai et l'Instructeur Général de la Marine. Pourtant il recommença à rire.


« Si je t'ai … Ah … libéré capitaine … C'est pour que te permettre de crever … hé hé hé. Puisque je n'ai pas réussi … à te saigner à mort … Les trois autres « Piliers » le feront à ma place … Hak … Il n'en reste plus que trois désormais. Tes trois derniers membres d'équipage qui t'ont trahi et laissé congelé à Punk Hazard ! Keuf keuf … Ils me vengeront … Nous nous sommes prêtés serment mutuellement. Ils sont plus puissant que … argh … que moi et tu le sais … Je vais te faire une fleur … En fait je t'ai menti … Je suis resté en contact avec l'un d'eux … Par appels escargophoniques nous faisons affaire … Il apprécie la marchandise humaine que je lui vends à prix d'ami … En particulier les petites filles … hé hé hé … Tu devines de qui il s'agit pas vrai ? Sur tes centaines de subordonnés de l'époque de ton apogée … rah ! Tu vois très bien … De qui je … parle ... »

Mon coeur se mit à battre à tout rompre. De tous mes membres d'équipages, il fallait qu'il fasse partie des Quatre Piliers. Il avait survécu. Le seul membre de mon équipage qui parvenait à me faire froid dans le dos. Mais sa puissance était tout à fait stupéfiante … On racontait même qu'il pouvait m'égaler … Cet homme aux goûts nauséabonds qui avait la réputation de violer tout ce qu'il croisait. Surtout les enfants. Une crapule de la pire espèce, mais à qui je laissais une totale liberté d'agir en échange de son allégeance. D'une voix tremblante j'articulai :

« Salvador Mohican. »

« Héhéhé hé … blouarg … Mohican le Voleur d'Enfants. Sa prime avait atteint les 76 000 000 de Berrys sous ton étendard … Mais il a un nouveau nom aujourd'hui … Depuis toujours il savait que tu reviendrais … Il nous l'avait dit … Keuf … C'est un pirate célèbre maintenant … Mais … Tu t'amuseras mieux en lui parlant directement … »

Colombus tira de sa veste couverte de sang un petit escargophone qu'il me confia. Dans son regard, je voyais sa certitude, la même qu'il avait quand il avait élaboré des plans incroyables, dignes de l'antique « Dieu Noir », Sayuki le pirate dont l'histoire faisait débat entre historiens, et oscillait volontiers entre mythe et réalité. Cette pensée me ramena à la réalité. Mon regard s'assombrit. Colombus retrouva une expression soumise, et terrifiée.

« Et la carte ? Le « Phoenix Project » ? A quel point Mohican s'y est investi ? »

« J'en sais rien … keuf … Nos relations sont strictement commerciales … Mais j'ai plus rien à te dire … Cap'tain …. va crever en enfer, c'est tout ce que je te souhaite après le calvaire que tu nous as fait subir … Quant à toi … Marshall … Keuf … t'iras aussi pourrir en enfer … Nombreux sont les braves qui ont péris sous les canons de la … marine. Je te souhaite … la déchéance … Le mépris … l'échec … tu … tu ... »

La tête de Don Colombus heurta violemment le sol de la cave du Café qui Pue. C'étaient les derniers mots d'un pur génie, qui avait su contribué à ma propre légende, et qui avait su constituer une organisation assez puissante pour influencer toute une partie du Gouvernement Mondial. Un des adversaires les plus puissants que j'eus à affronter. Et pourtant j'avais tout partagé avec lui. Tout comme avec les trois derniers Piliers. Deux dont il me restait encore à trouver l'identité. Nous en avions fini ici, tout du moins c'était mon cas. Silencieusement, moi et Marshall montâmes les escaliers de la cave, traversâmes le Café qui Pue pour nous retrouver tous les deux dehors. A quelques centaines de mètres, dominait un paysage de désolation, dont l'énorme balafre due à la lame d'air de Marshall s'étendait jusqu'à l'horizon. Ce qui me rappelait à quel point cet homme était d'une puissance prodigieuse. Si notre affrontement s'était poursuivi, nul doute que j'aurais perdu. En dehors de cela, l'officier avait dû se salir les mains pour contrecarrer Colombus. Airakaz était un homme de terrain, capable d'élaborer des stratégies efficaces. Voilà pourquoi il était un élément indispensable pour la Marine. Le regard dans le vague, et les yeux levés vers le ciel, j'adressai un mince sourire au haut-gradé. Marshall m'inspirait du respect et de l'admiration. Encore jeune. Encore prometteur. Il était rassurant de le voir du même bord que moi. J'avais accompli ce qu'avais à faire sur Shabondy. Avec l'escargophone de Colombus, j'allais entrer en contact avec Salvador Mohican. Une enquête allait donc s'ensuivre, puisque ce pirate avait changé de nom ces dix dernières années.

« Ce fut un plaisir, Airakaz. Même si ça m'arrache la gueule de dire une chose pareille. Mais avec l'âge il faut faire des concessions et se rendre à l'évidence. Nous sommes dans le même camp, alors inutile de nous ignorer l'un l'autre. Cependant je te demanderais une dernière fleur. Evite de mentionner à l'état-major ce que tu as entendu dans la cave. Laisse-moi retrouver les trois derniers Piliers. Les derniers traîtres devrais-je dire. Il y a un projet personnel que j'aimerais voir aboutir avant que ma mort ne vienne. Rien qui ne remettrait en cause les serments que j'ai donné au Gouvernement Mondial. Ceci étant dit, j'ai d'énormes dettes envers toi. De ce fait, un vieux pirate comme moi serait honoré de s'acquitter de celles-ci. Lorsque tu en sentiras le besoin, que tu auras besoin d'un quelconque appui pour accomplir tes desseins, tu sais vers qui tendre la main. Je répondrai à l'appel. Le Dragon d'Orient répond toujours. Il n'oublie pas. Il ne pardonne pas. Il répond. A bientôt, Homme des Tempêtes, Homme des Tétons. Mon ami, mon poto, mon copain, tu m'tiens chaud.»

Après avoir entendu sa réponse, je m'inclinai en avant. Il était temps d'avorter cette charmante petite aventure. Ni une ni deux, je soufflai mon petit nuage par la bouche, pris place dessus, et m'envolai vers les cieux. Je tapotai tranquillement mon kimono, dans lequel se lovait l'escargophone qui allait me mener vers ma prochaine cible. Il n'était pas encore temps de passer ce coup de fil à Mohican. Je devais prendre soin d'y réfléchir avant de me lancer dans une entreprise si risquée. On ne jouait pas avec le feu, surtout quand il s'agissait de Salvador Mohican, le Voleur d'enfants.


[HRP : Bon voilà je te laisse conclure c'était bien sympa et épique comme d'hab' ! Comme mon personnage te l'a dit, on fera d'autres rp ensemble quand ton perso aura besoin ! Tu m'enverras un mp quand tu le sentiras!]

 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Airakaz Marshall
Amiral En Chef
Amiral En Chef
avatar
Messages : 52
Date d'inscription : 30/04/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 500 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement20
Pouvoir 2Haki Observation11
Pouvoir 3Logia Vent40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall] Lun 11 Avr - 22:29








“ Archipel Shabondy ! „




F i n !



Enfin le dénouement final. Alors que les chaînes en granit marin étaient tombés d’elles même d’une manière inexplicable,  le capitaine corsaire avait réussit à saisir son sabre à l’aide de Marshall et avait immédiatement lancé son arme dans le dos de ce fourbe de Don Colombus. La pointe de la lame avait traversé le corps pour ressortir de l’autre côté en pleine poitrine. Titubant, le chef de Chaos Martel tomba aussitôt au sol tout en crachant un filet de sang qui s’échappa furtivement de sa bouche. La créature mécanique avait tourné son attention vers son maître et c’est à cet instant précis que l’instructeur général allait agir. Profitant de l’inattention du chien de métal, le haut gradé de la marine généra dans sa main une boule difforme venteuse qu’il envoya directement dans les côtes de la machine. Il venait d’utiliser son fameux Kūki jū - 空気銃 : Technique permettant à Marshall d'envoyer des véritables boulets de canon à air comprimé ayant la capacité non pas de trancher mais d'écraser tout ce qui se trouve sur son passage, tel un tir de canon. La créature de métal explosa en mille morceaux devenant ainsi inopérante et hors service. Tout danger était maintenant écarté. Suite à cela Soliman régla ses comptes avec son ancien membre d’équipage. Marshall se contenta de regarder la scène sans rien dire, silencieux, les bras croisés accoudé contre l’un des murs présent tout prêt de lui.


♥♠★♣♦


Avant d’en finir définitivement avec Don Colombus, le corsaire avait tenu à remercier Marshall pour son sauvetage. Il expliqua que malgré son statut de pirate il avait un code d’honneur tout comme l’instructeur. Chose que le jeune homme de la marine respectait beaucoup, le code d’honneur, la dignité et la fierté étaient des choses qu’il avait en commun avec le sabreur. Soliman continua en affirmant qu’il était un dieu tout comme Marshall. Par contre le concernant il n’était pas de cet avis. L’instructeur était plutôt du genre à être humble et modeste, pour lui il n’était qu’un simple homme parmi les hommes qui avait la dure tâche de faire régner la justice dans le monde. Oui, un justicier des mers prêt à se salir les mains pour atteindre son idéale, quitte même à tuer deux Tenryuubito de sang froid. Pour lui personne n’était au dessus des lois, pas même les nobles mondiaux. Cependant il partageait le rêve du corsaire, à savoir dominer les terres, les mers et même le ciel puisqu’il était le vent personnifié. Bref, pour répondre au schichibukaï, le marine de l’état major se contenta d’acquiescer de la tête comme pour lui dire que ce n’était pas grand-chose et qu’il n’avait pas à s’en faire pour ce genre détail. Ils étaient dans le même camp et avaient pataugés dans la même merde aujourd’hui, alors c’était normal qu’une entraide commune naisse entre eux. Une fois les politesses brièvement échangés, Soliman allait enfin s’occuper du cancrelat qui gisait au sol.


♥♠★♣♦


C’est ainsi que Marshall avait écouté attentivement chaque mot de ce fou de Don Colombus. Il en avait apprit beaucoup, devenant même soudainement un peu trop bavard au goût de Marshall. Il était tout simplement en train de pousser Soliman à continuer sa quête de vengeance. Peut être que Don Colombus espérait que l’un de ses amis puisse venir à bout du vieux dragon et c’était peut être pour cela qu’il faisait tout pour attiser la rage du corsaire. Il était vraiment un manipulateur hors pair, le genre de pirate extrêmement redoutable au point d’avoir manipulé un instructeur de la marine. A sa connaissance, Marshall n’avait jamais rencontré d’homme aussi fort que Don Colombus dans le domaine de la manipulation et de la stratégie. Puis vint le plus intéressant. L’un des hommes qui avait trahit Soliman Golgotha n’était autre que le terrible « Salvador Mohican ». Un pirate redoutable qui s’était fait un nom dans le nouveau monde, c’était même l’un des supernovas de cette époque. Tristement connu pour sa cruauté et sa violence extrême mais aussi pour son penchant ignoble envers les enfants et plus particulièrement envers les jeunes filles. C’était un monstre comme on en voyait rarement. L’instructeur général de la marine connaissait parfaitement cette raclure puisqu’il avait eu l’occasion de le combattre une seule fois lors d’une bataille navale lorsqu’il était encore un amiral de la marine. Bataille maritime qui avait été perdue suite à une soudaine tempête.


♥♠★♣♦


Il était donc très puissant et n’avait absolument rien à voir avec Don Colombus en termes de force. La conversation continua et Soliman fit mention d’une certaine carte et d’un certains « Phoenix Project ». Marshall ne savait pas de quoi il pouvait bien s’agir, sans doute quelques choses qui concernaient son ancien équipage.  Le Schichibukaï retira l’épée du dos du chef de Chaos Martel et la discussion arriva à sa fin. Don Colombus juste avant de mourir souhaita tout le malheur du monde à son capitaine et même à l’instructeur pour finalement définitivement rendre l’âme. C’était officiel, maintenant le chef de Chaos Martel était mort et sa mort annoncé également la fin de cette organisation mortifère. Mission accomplie pour le haut gradé de la marine, fin de la partie pour le camp adverse. Avant de quitter définitivement les locaux, Marshall voulait vraiment s’assurer que Don Colombus était bien mort. Il déposa son index et son majeur accolé contre le cou de ce dernier et eu la confirmation de son décès avec l’absence de pouls. Sans rien dire, les deux hommes quitteraient les lieux en rebroussant chemin pour finalement arriver dehors. Et la première chose qu’on pouvait voir, c’était la dévastation totale du grove 22. Un vrai désastre, tout était partit en fumée. Les ruines se mélangeaient à la poussière, tandis qu’un peu plus loin les soldats de la marine qui avaient été assommés reprirent connaissances doucement tout en constatant avec effroi la mort des deux tenryuubito.


♥♠★♣♦


Et oui, pour rendre la justice et pour se sortir des pires situations, Airakaz Marshall était même capable de s’en prendre à des Tenryuubito. Il n’avait que faire des nobles et leurs règles, car pour lui sa seule règle se définissait en quelques mots : Seul La Justice Compte. Une idéale ferme contenue dans un corps robuste et contrôlé par un esprit intransigeant et indomptable. Maintenant, les deux hommes se faisaient maintenant face, le corsaire avait esquissé un très léger sourire, à peine visible mais bien présent et avait reprit la parole. Pour lui ce fut un plaisir d’avoir pu combattre au côté de l’instructeur. Il en était de même pour Marshall. Il trouvait que Soliman dégageait une certaine prestance, une sorte d’aura indescriptible qui dégageait quelque chose de fort et d’indestructible. Et puis il fallait aussi avouer que Marshall était surtout très admiratif de l’expérience du vieil homme, de sa force et de sa combativité. Il était à l’image de son fruit du démon. Un dragon sauvage et indomptable qui était capable de faire face à toute épreuve, même aux vents les plus puissants, tel un dragon invincible. C’était ce genre d’homme que Marshall voulait être à lorsqu’il aurait le même âge de Soliman. D’ailleurs ce dernier demande une faveur à l’officier de la marine. Faveur qui consistait à ne rien dire à ses supérieurs hiérarchiques de ce qui venait d’être dit dans la cave précédemment. Marshall n’y voyait pas d’inconvénient, puis Soliman continua dans son monologue en expliquant qu’il ne serait pas une gêne pour le gouvernement mondial et qu’il ferait ses petites affaires sans que cela ne gêne personne. Les yeux du vieil homme disaient la vérité, Marshall pouvait clairement le voir. Et pour finir, Soliman exprima son souhait d’aider l’instructeur pour lui rendre la pareille lorsqu’il le souhaiterait étant donné qu’il se sentait redevable d’une dette qu’il devait payer par son soutien.



« Tu ne me dois rien Soliman. Sans toi je n’aurais jamais pu mener à bien cette mission. Je considère que nous sommes quittes. Et ne t’inquiète pas je ne dirais rien au sujet de ce qui a été dit dans la cave. Néanmoins je te tiens à te prévenir, fait attention à ce « Salvador Mohican ». Pendant que tu étais piégé dans la glace pendant tout ce temps sur Punk Hazard, Salvador lui à eu le temps de se faire un nom sur les mers et de gagner en puissance. Il est l’un des supernovas de cette ère et il est maintenant primé pour 350 millions de berrys. J’ai même eu l’occasion de croiser le fer une fois contre lui lorsque j’étais encore l’un des trois amiraux de la marine…et crois moi…Il n’a absolument rien à voir avec Don Colombus, il est d’un tout autre niveau de puissance et de dangerosité. A l’époque je n’ai pas eu l’occasion de lui mettre la main dessus puisque notre combat a été interrompu à cause d’une maudite tempête en pleine mer. »



« Dragon D’Orient, tu as gagné mon respect. Tu as la dignité du guerrier, l’expérience du sage et la puissance du dragon. Si jamais tu devais faire face à des difficultés dans ta chasse à l’homme contre ces fameux « Pilliers », n’hésite pas à me contacter via escargophone. Je serais ravi de pouvoir combattre une nouvelle fois à tes côtés. A bientôt Dragon D’Orient, Homme des Tétons, mon ami, mon poto, mon copain, ma besta, mon sex-friend, mon collègue, mon jumeau maléfique repenti ! »


Avait-il dit en esquissant un sourire en coin pour finir. Et sans rien rajouter d’autre, Marshall tourna les talons et les deux hommes se sépareraient ici même. Nul doute qu’ils se retrouveraient tous les deux un jour ou l’autre quelque part en mer. Les deux hommes ne le savaient peut être pas encore, mais le destin avait fait en sorte de les réunir car ils étaient en faite les hériter de Juza et de Goyah, oui ils avaient hérités des esprits de ces deux légendes au même titre que Sayuki le « Dieu Noir » et ils l’ignoraient encore ce fait. Oui ils avaient hérités de la volonté de l’ordre Chevaleresque Tétonique du Saint Ordre Divin et Sacré des Tétons de Sang, d'Or et de Diamant. En d'autres termes, de la volonté spirituelle et métaphysique du « CTSODSTSOD ». Pas de doute possible, ces deux hommes étaient destinés à se revoir dans un futur proche. Marshall quitterait Shabondy à bord du vaisseau de guerre de la marine par lequel il était venu, pour rentrer enfin à Marine Ford.



-----------------------------------------------------------

[HRP : Fin. Excellent ce RP com d’hab, et comme dans le bon vieux temps ce fut Tetonesque ! mdr]


























Codage fait par Byby. Ne pas recopier. Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall]

Revenir en haut Aller en bas

Chaos Martel ! [PV Airakaz Marshall]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Grandline :: Archipel Shabondy-