AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
T.K
Supernova
Supernova
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 14/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 100 Millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 0
Pouvoir 2Haki Observation5
Pouvoir 3Paramécia Taille40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx] Dim 2 Aoû - 21:28


J’étais enfin arrivé. J’avais aussi faim que soif, je devais l’avouer, mon ventre hurlait depuis le pauvre poisson que j’avais pu pêcher il y avait maintenant presque un jour entier. La navigation entre les gigantesques mangroves de Shabondy ne devait pas être facile pour les gros navires ; ce problème ne me touchait pas, le rafiot de fortune que je possédais était très maniable, et surtout trop petit pour prendre une quelconque place.

Accostant dans la zone navale, autour de l’îlot cinquante trois, je fus soulager de ne pas voir la Marine trainasser autour des ports comme il y avait maintenant un peu plus d’un an. Rien n’avait changé, si ça n’était, peut être, la construction d’une sorte d’arène pour attirer les pirates en recherche de sensations fortes. Quelle idiotie.

Il me fallu attacher correctement le bateau à l’une des immense racines, trouvant un endroit à l’abri ; je n’avais pas peur que l’on me vole celui-ci, mais bien les trésors qui s’y trouvaient. Avec chance, la cale était bien plus profonde qu’il n’y paraissait, mais ainsi flottant sous plusieurs branchages, mon « radeau » était hors de portée de vue.

Une fois bien sûr qu’il n’y avait aucun risque, la bourse de pièce emplissant mes poches, je m’accrochais pour me faufiler à travers les nœuds de bois et de mousse, évitant à tout prix de toucher l’eau où d’y tomber. Heureusement, je mis le pied à terre sans encombres, respirant un grand bol d’air frais et me dirigea en premier lui vers la zone touristique afin d’y manger quelque part.

Contourner la base de la Marine était plutôt simple de part ma taille et notamment traversant les zones de non-droit. Je préférais emprunter les petites ruelles des groves, étant conscient que ça n’était pas la meilleure des techniques de discrétion ; si je tombais sur un adversaire plus fort que moi en manque de combat, j’allais avoir du mal à m’en débarrasser, même avec mes pouvoirs. Et des personnes avec une puissance bien plus élevée que la mienne, ça grouillait par ici.

Shabondy était à proximité de Red Line, et donc le point de passage principal pour les aventureux voulant voyager dans le Nouveau Monde. Pas n’importe qui ne pouvait s’y rendre. Il m’avait fallu pas mal d’années pour m’y rendre avant de faire trois aller-retour pour revoir ma jeune fille laisser aux premières iles de Grand Line. Elle me manquait déjà…

Il m’avait fallu presque une heure pour me remplir goulument la pense au restaurant. Trop terrorisé par le fait que beaucoup de malfrats mangeaient ici-même, le cuistot n’osa pas me jarter après autant de nourriture ingérer car les stocks s’étaient épuisés à vu d’œil dans soixante centimètres de corps.

Une fois la pense bien rempli, je m’étais rendu dans les allées de boutiques de souvenirs, très prisés par les gens « normaux ». Quelques nobles traînaient, notamment autour de la salle de vente aux enchères, très prisés par ce genre de clientèle. Ca me dégoutait au plus au point : à l’époque où j’étais capitaine, nous avions été mêlés à cet endroit, mon équipage et moi. Mais avoir des problèmes avec les Tenryubito nous avait vite fait largué les amarres.

Traversant les groves de bosquet en bosquet, je me dirigeais vers les hôtels pour crécher ; dormir à même le sol d’une veille bicoque, à mon âge, n’aidait pas à tenir la forme et il était hors de question que je dorme chez ma veille amie, qui devait être en famille à cette période de l’année. Je n’avais pas envie de m’incruster, je n’avais pas donné de nouvelle depuis un moment maintenant.

Comme il était une heure encore fraiche de la journée, je décidais de piquer un somme bien mérité en me vautrant dans l’un des lits de bulles si confortable. Enfin le grand luxe ! J’en avais tant rêvé, depuis les deux dernières îles, où pour l’une, j’avais du dormir à la belle étoile et pour l’autre, je m’étais réfugié dans sous les fondations d’une maison en volant quelques couvertures aux habitants peu commodes pour me réchauffer…

Je ne me réveillais qu’à une heure avancée de la soirée, aux alentours de vingt-et-une heures trente, la tête dans le cul. Je me frottais le visage et prit une bonne douche bien méritée, je fouettais comme je l’avais rarement été. Et Dieu sait que ça faisait du bien ! En sortant, je me regardais dans le miroir avant de soupirais de désespoir…

- Tu es bien vieux, mon pauvre…
- Evidemment que t’es vieux, papi.
- Je me passerais de tes commentaires.
- Rabat-joie…


Après ce monologue, une envie fulgurante me prit : le désir de boire une bonne grosse chopine de bière. Il y avait longtemps que je n’avais pas fait cela, depuis mes heures de gloire il y avait vingt ans, où c’était tout les soirs dans les bars que nous prenions d’assauts. C’était le bon temps, et en même temps, je n’en étais pas franchement fier…

Réajustant mes manches pour soulever mes avant bras, je sortais donc prendre l’air, me promenant sans chercher d’endroit en particulier, pour me perdre un peu, même si la fréquentation actuelle n’était pas très recommandable. Mais bon, j’en faisais parti également, je n’avais donc aucune crainte à avoir ; et puis, tant que ne me marchait pas dessus, on ne me remarquait pas forcément, une chance.

Puis, je m’arrêtai devant le premier bar sur lequel je tombais : La porte des Enfers. Accueillant comme nomination, dis donc. Je poussais la porte pour entrée, l’endroit n’était pas bondé, mais assez rempli pour que je puisse comprendre que c’était un repère visant les bandits des océans et peut être quelques chasseurs de primes. J’allais devoir faire attention, même si j’avais disparu depuis une vingtaine d’années, les plus âgés ou expérimentés pouvaient malheureusement me connaître de réputation ; je n’avais pas tant changé depuis, juste pris des rides.

Aussi, je me mis sur la défensive sans pour autant toiser du regard chaque personne, assez sur mes gardes afin que l’on ne me saute pas dessus par surprise. Je m’installais dans le bord du comptoir, car les tabourets n’étaient, comme à l’accoutumée, pas à ma taille, ainsi, je pouvais caler mon dos contre le mur de pierres grises.

L’ambiance était assez glauque et à une heure où le soleil était déjà couché, l’air pesant n’en était que renforcée. Les gens venaient se détendre, mais par expérience, la nuit était un moment opportun pour commettre meurtre, vol, mutinerie aussi. Je devais faire attention.

Mon regard se porta sur le gérant, un grand type musclé, pas très avenant. Son visage me donnait une impression de déjà-vu, mais de par mon âge avancé, je ne pu me souvenir avec exactitude où je l’avais déjà vu. D’un coup de main je lui fis signe, histoire qu’il me voit même si ça n’était pas forcément le cas, toujours avec politesse ; un gentleman sait se tenir, nain ou non.

- Une choppe de bière, s’il vous plait.

Ça faisait très pirate, dis donc…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx] Dim 2 Aoû - 22:23

La chemise refermée, des lunettes de soleil pour un style sérieux et à la fois mystérieux… Ma tunique habituelle et dont on me reconnaissait pour. Des symboles d’un dragon m’ornaient.
Debout, c’est dans un geste aisé que je nettoyais mes verres à l’aide d’un simple chiffon. Je me trouvais derrière mon comptoir et devant moi, il y avait déjà quelques déchets qui s’étaient évanouis ou qui dormaient le verre à la main. Il faut dire que ces personnages comme tous ceux qui traînent ici, brûlent leur argent afin de mieux se détruire le corps et oublier les misères de leur existence. Je n’étais pas forcément contre en effet, ils peuvent bien faire ce qu’ils veulent et tant qu’ils me rapportaient un prix, je n’avais aucune raison de leur botter le derrière hors d’ici.
La musique habituelle qui envahissait les lieux, combinant jazz et piano, continuait à rythmer l’atmosphère morose et triste de mon bar. Il n’y avait pas beaucoup de clients, surtout des désespérés comme les pirates ayant abandonnés leur rêve, les chasseurs de prime recherchant les contrats les plus sales, les mercenaires tout comme des tueurs-à-gage qui semblent avoir oubliés la valeur d’une monnaie… Les visiteurs habituels, bien que je préfère voir passer les pirates venant ici pour se préparer au Nouveau Monde. Avec eux, il y a toujours un petit soupçon d’espoir dans les abysses.

La porte s’ouvrait alors et… quand je vis le petit être au loin, j’avais pensé à un petit-gros. L’on aurait dit un cube qui se déplaçait comme un carton, c’était pitoyable.
Enfin, un autre désespéré, hein ? Du moment que ce nouveau n’apporte pas d’ennui, je n’ai pas besoin de l’écorché vif et de le pendre par les entrailles pour l’exposer à mon bar. Non, je n’ai jamais fait ça, j’avais seulement envie de penser comme ça.
Quoiqu’il en soit, il ne m’intéressait guère.
Déposant les divers verres nettoyés, je passai un coup de chiffon sur mon bar et dans un geste répété… L’on ne pouvait pas voir l’éclat de mes yeux derrière mes lunettes, mais… moi, je vous voyais parfaitement à travers la pénombre de mes Enfers.
D’ailleurs, une pensée vint me tirailler. Etait-ce moi ou personne ne s’était moqué du nain de jardin ? Il était sacrément petit, cela ne faisait aucun doute mais… on dirait que c’est à force d’être discret que même sa présence se fond dans le décor…
Un geste de mes yeux et j’analysai ma salle.

Certains le fixaient du regard comme des loups, mais ils restaient neutres… Eux, ce sont des tueurs-à-gage, cela se voit. Ils savent conserver leur sang-froid et sont les seuls à observer chaque personne ici comme leur future victime.
Enfin, pas de quoi s’inquiéter, ce ne sont que des animaux. Je me grattai l’arrière de la tête à cette pensée, quand un signe de main attira mon regard, c’était le petit qui était caché derrière le comptoir tellement il était petit, justement.
Et alors, au moment où il me demanda sa commande, je posai devant lui une chope de bière remplit à ras-bord, continuant mon geste de nettoyage pendant ce temps. Je demandai alors :

-N’oubliez pas de payer, si vous possédez bien de l’argent.

Une mise en garde, plus qu’autre chose… Ici, je suis le maître des lieux parmi les animaux.
Revenir en haut Aller en bas
Arthos
Membre du CP0, Code : Gabriel
Membre du CP0, Code : Gabriel
avatar
Messages : 127
Date d'inscription : 10/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
6/100  (6/100)
Prime/Honneur: 500 millions honneurs
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 5
Pouvoir 2Haki Observation5
Pouvoir 3Zoan Lion15
Pouvoir 4Rokushiki25
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx] Dim 2 Aoû - 23:28

« I Love Youre Blood »
Et peut être le début des emmerdes
Je traînais sur Shabondy depuis quelques jours, j'avais fait des miennes et donc le gouvernement avait du être avertit, mais j'étais un pirate bordel ! Je faisait ce que je voulais quand je voulais ! Enfin le gouvernement n'allait sûrement pas le voir de cette oeil la, mais je m'en battait royalement les reins et cela je pense qu'ils l'avaient déjà compris depuis un petit moment.
Et donc je traînais sur cette île depuis un petit moment et j'avais soif, j'avais rencontré un homme m'indiquant le meilleure des bars de tous l'archipel. Lorsque je fit devant, cette endroit ne me paresser aucunement bon, sa avait l'air d'être un endroit miteux où la racaille dans mon genre s'inviter ... Parfais !

Je pénétra donc dans le bâtiment le sourire au lèvre, un sourire que les gens n'avais pas vu depuis un moment, certaines personnes devait me connaître ici, après tous j'étais un "chien du gouvernement". Je m'approcha du bar en m'installant près d'un lion nain... Putain ce mec était chelou, il ressemblais à un lion mais il était tous petit ! Enfin bref, je regarda l'homme dans les yeux et je souris, il était fort et sa je l'avais très vite compris, je déposa donc une bourse remplis de pièces.

« Yo, sert moi ce que tu as de meilleure »

Je soupira donc longuement en regardant l'homme près de moi qui était vraiment marrant. Certaines personnes le fixait et c'était totalement légitime, il était vraiment minuscule, un véritable asticot le bordel ! Je ressortit une autre bourse remplis d'or et la donna au barman en indiquant que je payai pour l'asticot assis près de moi. C'était mon geste gentil de la journée, par contre je n'aimais pas trop que certains me regarde à moi, j'avais pu voir ce qu'il faisait derrière mon dos grâce à mon haki de l'observation dont j'étais le maître mais pour le moment je ne fit pas attention après tous ce n'était que de la merde.


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T.K
Supernova
Supernova
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 14/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 100 Millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 0
Pouvoir 2Haki Observation5
Pouvoir 3Paramécia Taille40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx] Mar 4 Aoû - 16:33


Étrangement, personne ne m'avait fait de remarques désobligeantes, même si les chuchotements à mon arrivée avait fusés. Je devais me rendre à l'évidence, ce bar n'était pas comme les autres ; la plupart des clients devaient être de mon gabarit, ça n'était certainement pas le cas du maître des lieux.

Je pouvais aisément sentir sa puissance et bien que l'endroit était d'un bruyant, l'ambiance glauque et peu festive m'avait mis la puce à l'oreille. Ce type, il n'était pas normal. J'avais de la chance de ne plus être celui que j'étais auparavant, idiot comme je l'étais, je n'aurais pas hésité une seconde pour lui sauter dessus et le provoquer. Je soupirais, désespéré de mon moi passé.

- Avoue que tu aurais aimé te mesurer à lui... m'a t-il doucement murmuré.
- Mais bien sur..., lui avais-je aussitôt répondu sur le même ton.

Il n'avait pas l'air de m'avoir entendu, ou alors il n'avait pas relevé le commentaire, non loin de moi pour me servir. Pendant ce temps, j'observais les lieux, fixant sans pour autant m'attarder dans les regards des malfrats autour de moi, qui, curieux, me regardait comme une bête. Ça n'était pas la première fois que cela pouvait arriver, mais en sortant, j'allais devoir faire profil bas pour ne pas me faire enlever et vendu aux enchères à je ne savais quel abruti de nobles.

- N'oubliez pas de payer, si vous possédez bien de l'argent, renchérit le type au comptoir.

Pas commode.

- J'ai de quoi, ne vous en faites pas, rétorquais-je en souriant, paraissant poli.

Il déposa la boisson à mes côtés lorsque la porte s'ouvrit de nouveau sur un homme élancé, à l'air blafard, mais au sourire un peu trop étiré sur les coin pour qu'il soit normal. Lui aussi, son visage me disait quelque chose. Il allait vraiment falloir que je me tienne au courant des dernières nouvelles en achetant un journal demain, là, j'étais perdu de toutes ses sensations de "déjà-vu". C'était d'un agaçant...

Je me levais sans me focaliser sur le gothique, qui avait fait un moulon de chuchotements intensifs auprès des pochtrons présents, pour attraper la choppe à deux mains ; celle-ci faisait la moitié de ma taille, dans les trente centimètres environ. Aussi, je ne voulais pas utiliser mon pouvoir ici, ou du moins discrètement pour payer par la suite, mais à l'heure actuelle, j'allais devoir me contenter de ça.

La soulevant pour la porter à mes lèvres, j'y bu quelques petites gorgées avec de prendre des nuages de mousses légères dans ma main et de me rasseoir sur le comptoir ciré pour la déguster ; je n'aimais pas particulièrement ça, mais je voulais éviter de étouffer à cause d'elle, ça n'était pas très prestigieux et assez dangereux, surtout pour quelqu'un de ma taille.

A ce moment là, je tournais la tête pour regarder la présence qui s'était mis à côté de moi, que j'avais ressenti au moment où j'avais bu. Ce type morbide s'était installé l'air de rien et me détaillait sans aucun préavis. Il ne semblait pas vouloir se détacher de mon regard, aussi, à part lui faire signe de tête pour le saluer, je me remis à vagabonder dans mon esprit, sans pour autant perdre de "vue" le type d'à côté.

Il avait sorti une bourse pleine d'argent alors qu'il avait déjà payé - et avait déjà été servi au passage - avant de se retourner vers moi. J'avais rêvé où il venait de payer à ma place là? Si je ne l'avais pas encore fait, c'était peut être parce que j'allais encore me prendre une bibine, alors qu'est-ce que je foutais maintenant?

- Merci, monsieur, dis-je simplement avant de me détourner.

Poli, gentleman, comme toujours. C'était mon credo. Et punaise, qu'est-ce que j'avais envie de fumer! J'avais promis à ma fille d'arrêter, je devais m'y tenir. Délicatement, je passais la main à l'intérieur de mon veston pour y sortir le mouchoir, celui qui m'avait amené sur la route de tout les périples ; je mis mon nez dedans, pris une grande inspiration avant de le replier et de le ranger.

Je n'avais pas le droit d'oublier mon objectif ; et je devais le faire le plus efficacement possible. Dans quelques jours, j'allais m'engouffrer dans un monde hostile, que j'avais déjà parcouru, mais pas de fond en comble, un monde bien plus agressif et puissant que moi. Au delà d'un voyage, j'allais surement me retrouver à devoir me battre contre des choses féroces, plus que jamais. Il me fallait m'entraîner à ce moment-là et ne pas perdre de vue le but de ma vie. J'avais cinquante-huit ans, et la mort pouvait frapper n'importe quand.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx] Mar 4 Aoû - 18:03

Quelqu’un d’autre entra. Un homme aussi fin qu’un balaie et qui d’office, avait fait parler de lui. C’est grâce à ces échos que je pouvais facilement connaître la réputation de quelqu’un… la mienne en faisant partie, mais les habitués ou ceux qui ne recherchent qu’un endroit pour boire, savent tenir leur langue. Parler de moi à haute voix est synonyme d’être projeter dans les profondeurs des Enfers, quiconque en est averti que je ne plaisante pas.
En tout cas, tant que ce nouveau client ne me pose pas de problème et qu’il possède de l’argent, je n’avais pas à lui botter le cul hors d’ici et il pouvait boire autant que son portefeuille le permettait, cela ne me gênait pas.
Je relevai légèrement le visage derrière mes lunettes, puis je perçus son sourire ainsi que la bourse qu’il venait de déposer. A ce moment, un léger sourire avait frôlé mes lèvres : j’appréciais bien ce genre de client qui paie à l’avance, j’espérai bien que cela continue comme ça. Qui sait ? Je pourrai peut-être découvrir finalement un excentrique près à cracher sur l’alcool que je lui confiais. En tout cas pour l’instant, je devais le servir. Un verre à pied suivit d’un vin d’excellent glissa sur le comptoir et vint se stopper devant l’homme émincé ; j’avais l’habitude de servir rapidement. Je récupérai la bourse et la rangeai sous le comptoir du bar… Ce qui m’avait néanmoins surpris, c’était qu’il payait pour un autre. Peut-être était-ce simplement parce qu’il avait pitié d’un nain ou bien était-ce sa bonne volonté ? Quoiqu’il en soit, j’avais d’une certaine façon envie de découvrir sa personnalité pour mieux la décortiquer entre la réalité et l’illusion.

Le petit semblait par ailleurs simple et poli. Après sa démonstration précédente, je sentais en lui qu’il ne voulait pas se faire remarquer. Peut-être n’était-il finalement qu’un déchet avec quelques particularités ? Il faut croire que le passé et les regrets poursuivent : les faibles s’effondrent et les forts avancent.
Un habitué attira alors mon attention :

-Eh !

Et dans un mouvement presque harmonieux de tous les buveurs à ma gauche, je vis chacun d’eux récupérer leur verre et boire en cul-sec, tandis qu’un verre élancé avec précision se frayait un chemin et arriva avec fluidité dans ma main. Je récupérai le verre et le nettoyai aussitôt à l’aide d’un chiffon et de mon évier. L’autre buveur me fit un signe d’adieu et se leva en silence avant de partir…
L’ambiance morose de mon bar reprit… Derrière mes lunettes, mes yeux s’élevèrent légèrement en direction de l’homme mince, et je dis…

-Vous me semblez avoir un sacré sens de la perception, pas vrai ?

Et je continuai tranquillement mon geste…
Revenir en haut Aller en bas
Arthos
Membre du CP0, Code : Gabriel
Membre du CP0, Code : Gabriel
avatar
Messages : 127
Date d'inscription : 10/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
6/100  (6/100)
Prime/Honneur: 500 millions honneurs
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 5
Pouvoir 2Haki Observation5
Pouvoir 3Zoan Lion15
Pouvoir 4Rokushiki25
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx] Mar 4 Aoû - 19:08

« I Love Youre Blood »
Et peut être le début des emmerdes
J'avais donc payer sa bière au nain tout en me méfiant de ce qui pouvait arrivé de derrière. L'homme au lunette ne mit pas longtemps à me servir le sourire au lèvre , c'est sa que j'aimais ! Il souriait a ses clients alors que l'ambiance était vraiment douteuse. Le petit homme me remercia de lui avoir payé sa bière, ce qui était normal après tous je ne savais pas si il était assez grand pour la payer lui même ou pas, c'était plus de la pitié que de la gentillette et oui moi aussi il m'arrivais d'avoir de la pitié envers un être humain.

Après cette instant de gentillesse, je vu le verre de vin. Il était extrêmement délicieux, il glissant dans ma gorge tout en mettant ma papille en folie, c'était spectaculaire comment de l'alcool pouvait me rendre fou ! Enfin bref, un homme lança son verre vers le barman qui le rattrapa sans aucun problème. Cette homme avait soit une maîtrise du Kenbusoshoku soit des réflexes hors du commun ce qui était louable. Il me posa ensuite une question, un sourire naquit de nouveau sur mon visage.

« Effectivement j'ai possède un sens de perception assez hors du commun et cela est du à un long et dur entraînement, mais vous aussi vous semblez avoir un sens de perception supérieur à la normal. »

Je finis mon verre de vin et en redemanda un à l'homme tout en attendant sa réponse. Cette homme caché quelques choses, une puissance inégalable et je ne savais pas vraiment pourquoi j'avais cette sensation. Je faisais toujours attention au gens qui se trouvaient derrière moi, après tus j'étais un chien du gouvernement et des tas de gens veulent ma peau !


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
T.K
Supernova
Supernova
avatar
Messages : 10
Date d'inscription : 14/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
0/100  (0/100)
Prime/Honneur: 100 Millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 0
Pouvoir 2Haki Observation5
Pouvoir 3Paramécia Taille40
Pouvoir 4
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx] Dim 9 Aoû - 22:10


Ces deux gars étaient probablement les plus puissants dans ce bar à l’heure actuelle… Pourquoi avait-il fallu que l’un deux s’assoit aussi proche de moi ? Pire, y avait-il une raison au fait qu’il me paye à coup à boire ? Sincèrement, le moins de contact possible avec eux me ferait le plus grands bien, et ce malgré une petite partie de moi qui me réclamait, curieux, de me mesurer à eux.

En réalité, je savais très bien quel genre de sentiments avait traversé le cadavre ambulant dont le haki de perception était clairement de haut niveau. Dans ses yeux mornes, j’avais pu voir l’ennui, ou la pitié, et l’un comme l’autre, une partie de moi ne l’acceptait pas. En général, rester dans un bar aussi glauque ou sur l’archipel Shabondy lui-même était signification d’une certaine force vis-à-vis des flottes pirates dans le monde… Aussi faible étais-je par rapport à lui, il me devait le respect ; j’étais plus âgé que lui, tout de même.

Un type au long manteau grisâtre et aux lourdes bottes craquant le parquet se leva à ma gauche, que je suivis des yeux ; je n’étais d’ailleurs pas le seul à surveiller chaque geste peu importait si il n’y paraissait pas. C’était très probablement le cas du barman pleins de muscles qui attrapa avec vigueur la bourse de pièces que lui avait lancé le type à la patte d’éléphant.

Dans un soupir, je les écoutais vaguement parler ; l’un comme l’autre vantait les pouvoirs du cadavre maigrichon à l’air totalement narcissique, vu la façon dont il parlait de lui-même. Cette partie de mer donnait naissance à, parfois, de véritables légendes au sein de la piraterie, alors il était fréquent que certains gredins un peu trop sûr d’eux se flatte pour leur bon plaisir. Je soupirais.

Ils se jaugeaient sans vergognes, posant une ambiance encore plus lourde qu’elle ne l’était déjà, comme s’ils se disaient quelques compliments avant d’amorcer un combat. D’autres que moi durent le remarquer, et bien que rien ne se profilait à l’horizon, il était légitime de vouloir sortir, au cas-où ça se passait mal.

Aussi, une bande au fond à droite sorti, accompagné bien vite par trois joueurs aux cartes et deux types murmureurs louches. Ces derniers payèrent sans demander leur reste en posant le tout sur le comptoir avant de filer. Aucun d’entre nous ne voulait rester par ici, même moi.

Je bu un coup, clairement pas motivé à bouger, ni à assister à ce genre de petite festivité. Au pire, si cela venait à dégénéré, j’avais la chance de pouvoir changer de taille, ça me donnait l’avantage de me faufiler par des petits trous sans me faire voir, grand bien me fasse. Exaspéré et exténué à la fois, je jetais un coup d’œil à ma boisson que j’avais posé sur mes genoux.

Et voilà… Je venais de le refaire ! Sans même m’en rendre compte, j’avais rétréci ma chopine pour qu’elle soit à ma taille ; encore un satané tic dont je n’arrivais pas à me débarrassé. Quand je réfléchissais trop, je faisais n’importe quoi. Par réflexe, je me détournais un peu en espérant que personne ne m’ait vu à part cette bande de mecs pas sains au fond qui semblait très intéressé par ma personne.

Même si je n’étais pas aussi fort que le gringalet et l’armoire à glace à mes côtés, ma – malheureuse – petite taille attirait les regards quand j’étais dans une allée où il n’y avait pas tant de monde que ça et je préférais garder mes forces au cas où je ne me fasse attaqué, c’était évident. Aussi, ainsi dévoiler que j’avais un fruit du démon en ma possession, pire, que j’avais ingurgité, n’était pas la meilleure des techniques.

Et moi, comme un amateur, j’avais fait cette bourde. Après tout, chaque détenteur d’un fruit du démon tué rendait son fruit à la nature ; une bonne raison de m’égorger, ou de me capturer. J’avais plus de valeur avec que sans, je n’étais qu’un vieux crouton après tout.

- Et un idiot, me dit-il sans préavis.

Je soupirais à nouveau, de désespoir. D’habitude, il ne se manifestait que lorsque j’étais seul depuis des jours ou que je l’appelais simplement pour parler, parce que je m’ennuyais, qu’il m’accompagne pour faire une activité, n’importe quoi. Mais là… Il ne pouvait pas la boucler lui ? Pourquoi avait-il fallu qu’il l’ouvre, sérieusement !

- Tu dis ça, mais tu n’en penses pas un mot, chuchotait-il. Après tout, qui t’a tenu compagnie pendant ses vingt dernières années ? Contre qui as-tu joué aux cartes, au poker ? Qui t’a conseillé quand une situation t’échappait ?
- Cesse de te la jouer éffarouché et boucle-la, tu veux ?
m’énervais-je, toujours en parlant dans ma barbe. Actuellement, je ne suis pas sur un bateau, seul et mort de faim, alors fais-toi petit.

Il leva les yeux au ciel.

- Bien mon capitaine.

Et il avait fallu que je sois affilié à un abruti de jeune qui ne réfléchissait pas aux conséquences de ses actes, un jeunot trop fort et trop intrépide pour écouter ce qu’on lui disait… Moi quand j’étais jeune, de toute évidence. Heureusement que je me connaissais assez bien pour le maitriser, sinon, je pense qu’il m’échapperait et ferait un peu trop ce qu’il voulait.

Spoiler:
 




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx] Dim 9 Aoû - 23:34

J’étais certain d’attirer son attention avec cela, et pour cause. A chacun des clients qui entrent ici, je dois les observer afin de jauger d’une part leurs compétences, et d’une autre part leur personnalité. Je pouvais ainsi déterminer leurs possibilités et ainsi prévoir aux éventualités qui pouvaient arriver. Le défi restait de taille pour la simple et bonne raison que je suis seul à diriger un établissement qui doit normalement fonctionner à l’aide d’un personnel et d’une répartition des tâches. Je devais donc non seulement tout savoir et tout connaître sur chacun des rôles à accomplir, compter plus souvent sur la parole que sur la force car le champ de bataille reste mon bar, et avoir une omniprésence sur ce qu’il se passe à chaque coin de ma salle.
Je n’avais pas fait cela par hasard… Certes, je cherchais à calmer ma violence d’antan en choisissant un style de vie apaisé, mais je ne cherche pas à me reposer. Bien que mon Haki est exceptionnel pour son explosivité, c’est néanmoins au point de vue de la perception que je sentais des imperfections que je devais corriger. Peut-être une soif du savoir ? Quoiqu’il en soit, le personnage devant moi possédait une forte perception et j’avais la sensation qu’il était allé plus loin que moi. C’était rare car je croise habituellement des niveaux équivalents, mais ce n’était pas le cas ici. J’espérai alors une compréhension entre pratiquant du Haki.

D’après la réponse qu’il m’avait offerte, j’étais plutôt satisfait car il n’avait pas mal réagi et indiquait qu’il avait trouvé l’issu pour faire progresser son Haki d’Observation. Entre nous deux, il y aurait donc probablement un échange de savoir qui me permettrait d’affûter ce Haki.
Néanmoins chez cet individu, je ne sentais pas réellement de présence en lui… Son Haki d’Armement devait être faible, c’était dommage. Il possède donc des imperfections lui-aussi. Moi-même, j’avais trouvé un moyen pour combiner les Haki, il était possible de transcender… Hum, j’espère que notre dialogue ira dans le bon vent.
Un sourire s’affichait de nouveau, tandis que je le regardai dans les yeux à travers mes lunettes de soleil. Je pris la bouteille et le servis de nouveau un verre, j’avais hâte d’affûter mes connaissances ; j’espère bien qu’il m’y aiderait.
Je continuai alors sur cette lancée en disant :

-Toujours les yeux derrière la tête, une sacrée habitude que vous avez. Comment est-ce ?

Je posai la bouteille d’alcool à côté de moi… En mon for intérieur, mon Haki vibrait, s’énervait : je n’avais pas envie que quelque chose se place en travers de mon chemin, ici et maintenant. Je suis le chef de ces lieux, j’étais donc prêt à abattre quiconque me trouble.
Je soupirai alors en refermant momentanément les yeux afin de condenser cette énergie… Je devrai me calmer plutôt que de m’exciter.
Mes yeux s’abaissèrent lentement vers le nain avachit là, il avait l’air de s’emmerder mais surtout, il ne s’était pas barré. Je ne sais pas pourquoi, mais je sentis doucement que j’allai prochainement m’énerver et lui exploser sa gueule car il apporterait des ennuis. Avec ses gestes, ses et ces regards… Comme par réflexe, je jetai un petit coup d’œil à des personnes qui se levèrent alors et auxquels, je m’en foutais complètement : ils payèrent et se cassèrent. Ensuite… Euh… Il se fiche de moi ?
Je me penchai alors en destination du nain de jardin et… ma chope. Attend, il l’avait rétrécis ? Attendez, il y a encore un mec qui change les tailles des objets ? Mais je vais le démonter ce mec ! Et… J’assistai alors à une scène étrange où il se parla à lui-même…
Cette vieille merde, il est trop vieux c’est ça ? Quoiqu’il en soit, et je tapotai d’un doigt sur la tête du petit :

-J’avais deviné que tu possédais un fruit du démon, mais on ne rétrécit pas les affaires des autres.

Comme ça et sans gêne, il y avait alors trois-quart de la salle qui nous regardait « tranquillement ». Remarquant cela, j’élevai légèrement mes yeux vers chacun d’eux… Ma main approchait alors lentement de mes lunettes de soleil… Immédiatement, la moitié de la salle se retourna pour vaquer à leurs conneries.
Au moins c’est bien, les habitués connaissent les signaux d’alerte. Les autres par contre, même s’ils nous fixent comme des serpents ou comme des chèvres, il n’y avait pas de différence pour moi, c’était surtout pour calmer le jeu. Ils peuvent s’entre-tuer comme ils veulent ou détruire l’île, mais tant que mon bar et ce qui se trouve dedans ne sont pas touchés, tout va bien pour eux.
Mon Haki danse en plus à l’intérieur de moi, j’ai donc plus de facilité à l’exploite maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Arthos
Membre du CP0, Code : Gabriel
Membre du CP0, Code : Gabriel
avatar
Messages : 127
Date d'inscription : 10/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
6/100  (6/100)
Prime/Honneur: 500 millions honneurs
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 5
Pouvoir 2Haki Observation5
Pouvoir 3Zoan Lion15
Pouvoir 4Rokushiki25
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
Lieu
Link
MessageSujet: Re: Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx] Jeu 13 Aoû - 23:32

« I Love Youre Blood »
Et peut être le début des emmerdes
Cela avait l'air de beaucoup intéressait mon interlocuteur, mon fluide perceptif qui était à son apogée. Il me resservit un verre puis il me demanda comment c'était d'avoir des yeux derrière la tête, bah c'était cool puisqu'on voyait presque tous et tous le temps donc presque aucun ennemis ne pouvais me surprendre si ce n'est par la force brute ou alors la force de son fruit. Avant même que je ne puisse répondre, je vis le vieil homme rétrécir sa chope puis il se mit à parler tous seul, il était vraiment dingue celui la, je regrettais presque de lui avoir payer sa bière, m'enfin pour une fois que j'étais sympa on n'allait pas m'en vouloir.

Le barman avait l'air énervé que l'homme lui ai rétrécis sa chope ce qui pouvais se comprendre, après tous moi tu me fait sa je te tue sans trop posé de question. Mes affaires son sacrée, on n'y touche pas ! Je regardai l'homme, plutôt amusé par cette situation puis en même temps j'essayais de l'analysé, il avait un fort potentiel énergétique en lui, la puissance d'un tigre ! Je soupira en buvant cul-sec le verre.

« C'est simplement géniale, aucun ennemis ne peux réellement te faire d'attaque surprise. Enfin j'ai rencontré que des adversaires faible depuis que mon haki à atteins un telle niveau donc je ne pourrais pas vraiment vous en dire plus. Par contre vous, je sens en vous une puissance extraordinaire, vous ne devez pas être qu'un simple barman vu que votre puissance peux facilement rivalisé avec celle d'un amiral »

J'aimais bien faire sa, analysé les gens afin de les comprendre, autrefois j'utilisais cela afin de mieux torturé mes adversaire, mais maintenant je n'utilise plus vraiment cette ruse, après tous, pour torturé une personne rien ne vaut de lui briser les os un par un lentement. Oh mince mon coté psychopathe s'emporte désolé.


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx]

Revenir en haut Aller en bas

Et peut être le début des emmerdes... [PV: Graham Gaalrad - Nyx]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Grandline :: Archipel Shabondy :: La Porte des Enfers-