AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez|

Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité
MessageSujet: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Dim 13 Sep - 12:40

La nuit vint succomber. Au premier étage, il existait deux chambres. La première constituante la mienne, l'autre celle d'Ayumu. Ma chambre se dessine sous des tonalités sereines, peut-être réconfortantes mais en tout cas restauratrices. Des ornements, des symboles, des dragons, et plus simplement un grand lit, des commodes et un lustre. Allongé, je m'y retrouvai ainsi avec un jeune garçon à coté de moi, c'était Ayumu. En effet, comme nous avions des invités, ils avaient dû emprunter sa chambre pour cette nuit. Je dormais donc à coté du jeune homme qui s'était endormi plutôt facilement. Moi, je n'arrivai pas à trouver le sommeil, je sentais toujours cette force me parcourir de long en large... Jetant un coup d’œil au garçon endormi, je finis par me lever, sortant de ma chambre sans le moindre bruit, je n'avais pas envie de le réveiller. Toujours habillé dans ma tunique habituelle, je pris les escaliers et descendit jusqu'au salon, ouvrant les grandes fenêtres pour prendre l'air dehors. Je fis quelques pas dans l'herbe, m'arrêtant debout, face au ciel comme face au monde. Mon sérieux me regagna assez vite... Des souvenirs me revenaient.

Je me souvenais de ce moment, j'étais en situation de combat. Je m'étais senti agressé, j'étais énervé et surtout, la rage de vaincre m'enveloppait. Je combattais sans relâche contre mes ennemis, jusqu'à ce que la fatigue commence à me prendre. Mes adversaires étaient toujours aussi nombreux et en surnombre... J'avais entendu à ce moment-là...

-Sais-tu pourquoi tu te nommes Gaalrad ? C'est parce que...


Je revenais alors à moi-même, voyant un groupement se déplacer au loin... Des pirates, ils semblaient se promener dans l'archipel... Néanmoins, certaines choses n'arrivaient pas à se retirer et s'invoquaient toujours devant mes yeux, comme si j'avais besoin de telles visions... Si je savais qui j'étais, alors je n'avais qu'à l'accepter et faire avec.
Mon regard se tourna vers le ciel. Les signes, les symboles, les étoiles... Ren et Canigi... Est-ce vraiment une bonne idée ? J'avais en effet imposé mon choix, mais... Pourquoi est-ce que je ressens l'hésitation pour une telle chose ? Pourquoi est-ce que je me sens aussi concerné par cela ? Je savais bien ce qu'il fallait, mais pourtant j'avais la sensation que pour la première fois, j'éprouvais des faiblesses, cela ne me ressemble pas... Lorsque je les vois, je sais pertinemment y lire ce qu'ils sont. Ils ont un passé et ce n'est pas eux qui l'ont choisi... mais c'est eux qui avaient choisi le sens de leur présent et futur. Il n'y a pas de destin, ça ce n'est que pour ceux qui renoncent ou abandonnent... Non, il y a cette chose que je nomme un organisme. Maintenant, il faut faire avec.
Ces deux jeunes possèdent par ailleurs des pouvoirs et des compétences puissants, ils ont réussi à m'atteindre alors qu'ils n'avaient aucune chance... Peut-être est-ce moi qui faiblisse réellement ? Peut-être y a-t-il des choses que je me devais de refaire, de retourner ? Est-ce véritablement le mieux ? Je sais que je ne possède pas et que je ne posséderai jamais la vérité de ce monde mais... c'est à chaque empreinte que l'on avance. Peut-être est-il bientôt le moment, bientôt l'heure que les choses commencent réellement ? Que le monde change en sa structure pour l'empreinte que j'aurai déposé ?
Hum... En tout cas, si ce jour vient, je prévois aussi la destruction.
Je plaçai alors mon bras devant moi, serrant le poing, je commençai alors à y former comme des symboles tribaux, des choses irrationnelles et si proche de moi... C'est étrange, cela faisait longtemps que je ne m'étais pas réconcilier avec cela. Un sourire apparut sur mon visage.
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Lun 14 Sep - 16:16

∞ Au Rythme de la Nuit
Graham Gaalrad
Shabondy, chez Graham, la nuit est tombée et Morphée a fait son office.

 Une nuit calme, trop calme même. Les oiseaux également se sont tus en même temps que les rayons du soleil, comme si une tension règnait sur les lieux. Mes yeux fixaient le plafond de la petite chambre dans laquelle je me trouvais, mon corps allongé sur ce lit assez confortable. Je réflechissais, à ma vie, aux possibilités qui s'offraient à moi, tout ça n'était-il pas un peu trop beau pour être vrai après tant de malheurs ? Non, il faut croire que le destin a fait son oeuvre en me permettant à nouveau de vivre pleinement ma vie. J'avais rencontré Raza, une personne capable de me rendre plus puissant, il me l'avait d'ailleurs prouvé au cours de nombreux entraînements. Aujourd'hui, j'avais l'occasion d'être entraîné par un autre maître, sûrement aussi talentueux que Raza, bien que leurs styles de combat divergent. Avec ces deux puissants, je pourrais à mon tour inscrire mon nom dans l'histoire, que les gens se souviennent que pour devenir qui je suis je ne suis partis de rien. Un ancien esclave qui deviendrait maître du monde, c'était vraiment un rêve paraissant impossible.

Des bruits dans la maison attirèrent mon attention, le grincement d'une porte ou de l'escalier sous des pas pesants. Le seul capable de faire tant de bruit en voulant être discret dans cette maison, c'était Graham. M'approchant alors de la fenêtre de la chambre, je l'ouvris, laissant entrer ce vent frais qui me balaya les cheveux et me fit frémir un instant. Je me pencha contre celle-ci, mes yeux rivés sur les étoiles qui scintillaient dans le ciel. Parfois, j'aimerais partir là-haut, découvrir un nouveau monde, de nouveaux territoires à conquérir, mon ambition ne connaissait aucune limite. Posséder le monde, voilà quel était mon but dans la vie, posséder tout ce qui était possible dans ce monde, m'approprier chaque richesse, chaque parcelle de bonheur pour pouvoir combler ce vide qui s'était créée dans mon coeur au cours de mes actes de barbarie, cet espace de vide absolu où même mes sentiments ne pouvaient percer. Un endroit froid et dérangeant qui se trouvait là, dans ma poitrine. Utiliser cette rage, utiliser cette partie psychopathe de ma personne pour vraincre et avancer. Voilà quelles avaient été les conseils de Raza, il ne fallait pas que je repousses cette partie de moi, mais simplement l'accepter et la considérer comme une facette à part entière de ma personalité.

Soulevant mon corps à l'aide de mes bras, j'enjamba la fenêtre pour me réceptionner quelques mètres plus bas au sol, mes pieds nus rencontrant l'herbe humide. J'observa ainsi quelques minutes les alentours, tentant de discerner l'ombre de Graham dans cette obscurité nocturne. Mon corps s'activa, sortant de cette torpeur et cette rigidité dû au froid, mes pas passèrent l'un devant l'autre, faisant ainsi le tour de la maison lentement. J'arriva à un coin de mur, passant ma tête pour voir si Graham se trouvait par ici, et ce fut le cas. Là, le regard porté vers le ciel étoilé, il restait immobile comme perdu dans ses pensées. A quoi pouvait-il bien réflechir ? Notre entraînement à Canigi et moi ? Peut-être, sûrement même, mais venant d'un tel être on ne pouvait jamais être sûr. Et que devais-je faire à présent ? Sortir de ma cachette pour lui parler ? De toute façon, il avait déjà dû ressentir ma présence grâce à son fluide perceptif donc à quoi bon se cacher.

J'avança alors vers Graham, dans son dos, observant le point dans le ciel que mon futur maître scrutait de manière persistante. Une étoile spéciale ? Je n'en savais rien, mais cela semblait le fasciner, peut-être qu'il pouvait lire l'avenir dans les étoiles qui sait, avec ce type plus rien ne m'étonnait de toute façon. Toussant légèrement pour attirer l'attention de Graham, je m'exprima.

- Salut. dis-je d'une voix dénuée de toute émotion, un ton à la fois neutre et calme. Que faites-vous donc ici à observer les étoiles ? Les signes seraient-ils contre nous ?

 
 
made by great thief.


Dernière édition par Ren W. Aoncan le Lun 14 Sep - 20:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Lun 14 Sep - 17:03

Mon poing se décontracta, ma main s'ouvrit, mes symboles disparurent et mes yeux se dirigèrent vers l'arrière, le jeune-rouge était là, derrière-moi... Mon visage s'éleva de nouveau vers les étoiles, j'expirai dans un long souffle l'air de mes poumons, formant ainsi devant moi comme une combustion trouble.
Ren W. Aoncan. En effet, je n'avais exprimé aucune réponse quant à leur demande pour les « entraîner ». Ce n'était pas la première demande à laquelle on m'avait soumis certes, mais il y avait de quoi hésiter après tous ses événements. Depuis ces dernières années, j'avais refusé tous ceux qui étaient venus jusqu'ici à moi pour des motifs semblables, mais aujourd'hui je ne trouvai pas de réponse ; il semblerait que je me trouve comme dans un instant de faiblesse. J'étais le seul à pouvoir prendre cette décision, et je n'arrivai pas à la prendre. Il me manquait quelque chose, j'avais perdu quelque chose sans m'en rendre compte car j'étais devenu bien trop puissant pour dépendre de ces petites choses, et pourtant... Je savais à quelle situation j'allais être amener à affronter, si je continuais ainsi. Les choses ne peuvent être simples, je devais m'y confronter mais... D'où me venais un tel dilemme ? Alors que je suis capable de tout prévoir, d'être dans l'avenir et d'être celui capable de prendre avantage de tout, il y avait une porte qui me restait difficile d'accès, et celle-ci n'était autre que le trésor des autres. Être « Invincible », immortel, qu'importe... Mais je ne maîtrise pas encore les émotions comme je le veux.
Mon avenir me paraît aussi sombre que ce ciel...

Ce jeune garçon avait décidé de venir jusqu'à moi, probablement pour discuter... qu'importe, mais s'il voulait réellement le savoir...

-Dans ce ciel, il existe une étoile qui reste la même et qui ne change pas de position, elle s'appelle « Lambda ». C'est l'étoile que j'ai toujours observé que ce soit ici, ou là-bas... Sinon, qu'est-ce que tu fais à une telle heure ? Tu devrais te reposer avant de partir d'ici.

Mes bras se croisèrent. Je n'apprécie pas que l'on vienne me voir durant mes instants de méditation... Hum... C'est étrange ce que je pense, c'est la première fois que je pense ainsi. Que se passe-t-il donc ? Est-ce que je deviens réellement faible ? Est-ce que je m'affaiblis ? Cette colère que j'avais donné à ce moment-là dans mon bar, est-ce tout ce dont ce que je vaux maintenant ? Je commence à m'effriter, le temps commence à me ronger... Il était un temps où j'étais celui-ci qui sait, mais maintenant, je me réduis à ce monstre que j'étais, ça n'a aucun sens. Il faut que je me reprenne en main... Récupérer l'ancien moi... Il faudrait... Oui... Il faudrait que j'accomplisse de nouveau cela. Peut-être que les choses changeront pour moi, ou bien... peut-être pas.
Depuis que j'étais parti de mon école, je n'ai pas cessé de me montrer violent, de me montrer puissant, de me montrer impulsif envers tout ce qui se met en travers de mon chemin. Je suis devenu quelqu'un qui devient arrogant comme un empereur, quelqu'un qui a perdu cette partie bonne de lui-même... Je deviens peut-être cette chose, cette ambition extrêmement forte qui grandit toujours et encore en moi.
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Mar 15 Sep - 12:22

∞ Au Rythme de la Nuit
Graham Gaalrad
Shabondy, chez Graham, la nuit est tombée et Morphée a fait son office.

J'écoutais la réponse de Graham, mes yeux se posant tout d'abord sur son regard avant de revenir vers les étoiles. L'astronomie m'avait toujours passionnée, je ressentais à chaque fois une certaine paix lorsque mon regard était posé sur ces astres. Ces petits point lumineux semblaient tellement proche que j'avais souvent imaginé les attraper du bout de mes doigts. J'avança légèrement pour me placer à côté du grand blond, mon regard toujours vrillé vers la voute céleste.

- Les étoiles m'ont toujours apaisées, je n'ai jamais vraiment sus pourquoi. commençais-je à déblatérer. Elles me rapellent ma vie d'avant, lorsque je n'étais enore qu'un enfant, avant que je ne deviennes esclave. Je ne sais pas si vous avez déjà vus un spectacle des Aoncan, mais c'était fascinant. A la fois tant d'humour et tant d'intelligence dans les textes de leurs pièces, des musiques à vous hérisser les poils et vous parcourir de frissons. Parfois, je me demande ce que serait ma vie si j'avais continué mon enfance normalement. continuais-je, répondant en quelques sortes à la question que m'avait posé Graham. En réalité, je ne dors pas beaucoup, disons simplement que la plupart du temps je somnole en observant les étoiles, ça m'apaise.

Je ne savais pas vraiment pourquoi je parlais de tout ça à cet homme. Je sentais que je pouvais avoir confiance en lui, il ne représentait aucunement une menace que ce soit pour moi ou Canigi. Cependant, quelque chose m'intriguait chez cet homme, je me demandais toujours d'où lui venait la puissance qu'il avait déployé, plus tôt dans la journée dans son bar. J'avais encore envie de le combattre. Tout comme lorsque j'avais combattus Raza, que ce soit pour un entraînement ou lors de notre première rencontre, c'était l'un des seuls combats de ma vie où j'avais pris autant de plaisir. A vrai dire, ces derniers temps beaucoup d'adversaires étaient venus à ma rencontre pour se mettre sur la tronche. Je pensais en particulier à Light contre qui j'avais dû faire ressurgir la bête qui sommeillait en moi pour mettre au tapis ce satané piaf immortel. Un combat qui avait fait d'importants dégâts à la ville de Water Seven, emportant avec elles de nombreuses pertes humaines. Lors de ce combat, mon épée fétiche avait été brisée, me laissant pendant un temps sans arme et devant me débrouiller à mains nues. J'avais encore besoin d'entraînement dans ce domaine, bien que mon entraînement avec Raza m'avait permit de développer quelques techniques intéressantes, je restais néanmoins persuadé que le Moa Moa me permettrait de devenir tout aussi puissant que mon maître à mains nues avec de l'entraînement. Et cet homme à côté de moi pouvait également m'apprendre à mieux utiliser mes poings et mon fluide.

- Et vous ? demandais-je, jetant un coup d'oeil à Graham. Pourquoi ne dormez-vous pas ? Notre combat ne vous aurait donc pas essouflé rien qu'un petit peu ? demandais-je sur le ton de la rigolade, souriant à mon interlocuteur.

Je voulais lui poser tant de questions, mais la patience est une vertue. Et je sentais qu'il ne fallait pas trop brusquer cet homme, le caresser dans le sens du poil en quelques sortes, pour parler vulgairement. Non, Graham avait sûrement dû voir bien des atrocités pour hésiter autant, une hésitation qui se ressentait tout autant que la puissance qu'il dégageait. Mon regard rougeoyant se perdit à nouveau à contempler les astres, observant les cratères d'une lune pleine réapparaissant de derrière les nuages. Une nuit calme, une nuit où même le vent semblait s'être tut.


 
 
made by great thief.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Mar 15 Sep - 21:01

L'étoile Lambda...

-Regarde ! D'ici on pourra la voir !

-Attend, grand-frère !

-Aller, viens ! Attrape ma main ! Aller... ! Ah, voilà ! Là-bas ! Regarde là-bas !

-Oh ! Le ciel est- !

-C'est pas mal, hein ? Je t'avais dit que ça en valait la peine !

-Oui !

-Et tu vois cette étoile ? On l'appelle « Lambda ». D'après la légende, une jeune fille qui n'aurait pas sa place dans ce monde serait née. Elle aurait perdu quelque chose de précieux... Elle aurait perdu...


Sentant comme l'air siffler brusquement dans mes oreilles tel un puissant ultrason, je finis par revenir à moi-même. Légèrement surpris, mes yeux se déplacèrent légèrement sur le coté, remarquant alors que Ren ne semblait pas avoir réagi... Il s'était néanmoins rapprocher pour se positionner proche de moi, à mes cotés. Il semblait être de bonne humeur, contrairement à moi... Je n'aimais pas ces sentiments qui me traversaient... Je me sentais mal... et... je suppose que je devais de nouveau trouver la force par moi-même de me relever pour continuer encore, sans jamais m'arrêter. Avancer dans l'immortalité jusqu'à devenir un cadavre, encore éternel combattant pourtant, jusqu'à finir en poussière, laissant derrière-moi une terre sans homme.
Je soupirai alors sur la nuit.

C'était néanmoins assez étrange mais j'avais fini par avoir moi-même du recul sur moi, sur ce que j'étais et... une chose se scindait en deux. Deux facettes s'opposaient en permanence à l'intérieur de moi. La première était l'Invincible, celui qui ne tombe pas, celui qui ne bouge pas, celui qui est sagesse, celui qui n'éprouve aucune faille. La deuxième était la Dégénérescence, l'incarnation même de la frustration, de l'impulsivité, de ce qui nous brûle, de ce dont nous nous retenons en faisant appel à notre ténacité d'esprit.
Cette deuxième facette... C'était celle qui grandissait en moi, qui m'offrait lentement vers la folie, qui me prouvait aussi que je n'avais pas trouver d'équilibre de vie. Je n'ai point d'ambition. Je suis seul et tout semblait s'être agenouillé devant moi depuis toujours... J'avais ensuite appris à combattre, à les combattre, devenant de plus en plus fort tandis que rien ne me résistait. Sur la trace de la puissance, je continuai mon chemin solitaire et pourtant... et c'est pour cela que j'avais dû me placer à la périphérique de ce monde : si j'avais ainsi continuer les choses, c'est la destruction que j'aurai probablement offert. Lors de mon précédent combat, j'avais senti un premier frisson... Le frisson de l'intensité, de l'étincelle d'un combat... puis... plus rien. J'avais combattu sans la moindre envie, seulement pour en finir comme si je dégageai un rocher de mon chemin.
Mais... si alors, je faisais pleinement les choses ? Qu'adviendrait-il si j'engageai la totalité de ma puissance envers ce que je pense juste ? Y aurait-il l'ombre d'un survivant ? La violence n'était-il que le seul chemin ?

Un clignement de mes yeux, et j'entendis le jeune garçon commencer à parler. Ah ? Étrange... Avais-je réussi à consolider tout ça en l'espace d'un instant ? Hum... Héhé. Je déteste réellement cette puissance. Si je pouvais avoir un jour l'occasion de me fondre dans le monde en tant que petite chose...
Ainsi, il commença à m'indiquer que le ciel était son précurseur de paix, aussi que ses pensées l'imaginaient sur cette autre voie, celle qu'il aurait probablement désiré pour son propre confort... En tout cas, je ne connaissais pas les Aoncan, cela ne me disait rien. Comme pour le reste de ce monde, je ne connaissais pas grand-chose. Seulement ce dont j'avais besoin de savoir, le reste passait à coté alors... Il y avait parfois cette situation où effectivement, l'on me partageait une chose que je ne voyais pas mais que j'imaginais tout de même. Seulement par raisonnement, je suivais les dialogues.
En tout cas, notre point commun à tous les deux étaient les étoiles... Un bon point, je dois bien l'avouer. Une pause avant de se jeter dans la cage d'un lion.
Mes pensées me laissaient libre court à un vide d'esprit, je continuai ainsi à écouter ce qu'il me disait... Ren W. Aoncan. Que dire de plus ? Il ressemble sérieusement à un enfant devenu mûr trop rapidement. Cela se voyait car actuellement, il combinait aussi bien l'esprit d'un adulte avec de plus en plus l'esprit d'un enfant, le résultat était là et il me suffisait de le dégager. Tout du moins...
Je soufflai sur la brise nocturne, regardant la même direction que le petit.
Je répondis à sa question :

-Je ne peux pas me reposer.

Mon visage se détourna vers le sien :

-Tu sembles apprécier et rechercher la puissance, mais penses-tu réellement savoir ce que tu feras une fois cette puissance acquise ? Pour ma part, j'ai été destiné à cette force dès ma naissance. Quelqu'un a fait en sorte que ma vie soit écrite. Pourtant, penses-tu réellement que je suis un être heureux ? Pourquoi me serai-je retirer du monde ? Pourquoi n'aurai-je pas décider de fonder une puissance de mes mains ?

Alors que je parlais, je sentais comme des souvenirs vibrer de nouveau en moi.
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Mer 16 Sep - 0:13

∞ Au Rythme de la Nuit
Feat. Graham Gaalrad
Shabondy, chez Graham, la nuit est tombée et Morphée a fait son office.

Mes yeux vrillés sur son regard en direction des astres, je le vis réfléchir puis parler. J'écouta ses paroles, pleines de bon sens certes, mais il ne me connaissait pas vraiment. Pas assez, c'était intelligent de sa part de me demander l'usage que je ferais de cette puissance dont je rêvais depuis si longtemps. La question en elle-même était difficile, mais j'en connaissais ma réponse depuis des années, mes raisons de désirer cette puissance. Il semblait cependant tout aussi perdu que je l'étais, cette question semblait être celle qu'il se posait lui-même. Se demandant sûrement ce qu'il pourrait bien faire de ses pouvoirs destructeurs.

- Je désire simplement survivre dans ce monde. J'ai rapidement compris que les plus faibles étaient vite dévorés par les plus forts, ainsi va la chaîne alimentaire. Jeune, j'étais fragile et la vie m'a endurcie à sa façon. Aucun enfant ne devrait endurer ce genre d'injustice, ce genre de destin funeste. dis-je, calme et ne parlant pas fort, murmurant à peine en sachant pertinemment que Graham m'entendait. Ta puissance semble inée, comment est-ce possible que tu aies pus naître avec une telle puissance ? Tu sembles, hum...troublé.

J'observais cet homme qui, à chaque instant, semblait se perdre à nouvau dans ses pensées. Son passé devait être trouble, empli de carnages et d'épopées héroïques. Une puissance cachée était en lui, ça j'en étais certain, et j'imaginais la rencontre entre sa puissance et celle de Raza. Un déferlement de puissance, voilà ce que j'imaginais, deux forces de la nature dans un combat capable de détruire une île en un instant. Et cette force, ils pouvaient me l'apprendre.

- Je t'ai déjà parlé de mon capitaine ? demandais-je le plus inocemment du monde. Je pense que vous pourriez vous entendre tout les deux. Quand tu parles de cette manière, tu me le rappelles. Une puissance enfermée dans le corps d'un sage. Tu sais, avant de le rencontrer je n'étais qu'un fou perdu. Je ne faisais que tuer et je ne pensais que la puissance ne me servirait qu'à asservir le monde. Une vengeance en quelques sortes.

Mes yeux se perdirent à nouveau vers le ciel étoilé, plus précisémment vers cette étoile. Non, ce n'était pas le genre d'astre qui est le plus remarqué par rapport à notre planète. Non, moi j'observais la plus petite, la plus discrète, celle qui se perdait dans ce voile obscur. Tournant à nouveau mon regard vers ce "maître", je m'exprima.

- Et cette étoile ? dis-je, pointant mon doigt en direction de cette étoile qui était si discrète dans ce ciel empli de points lumineux. Qu'est-t-elle par rapport aux autres ? Est-ce parce que son rayonnement est moins important qu'elle est mise à part ?

En cette question, se cachaient de nombreux double sens. La comparaison du rayonnement par rapport à la puissance. Est-ce qu'un être paraissant peut-être faible pour certains ne pouvait-il pas devenir fort pour son propre bien ? Sa propre sûreté. J'avais besoin de cette force pour avancer, pour aller de l'avant. Pour continuer, pour vaincre chaque ennemi se dressant devant moi. J'avais une revanche à prendre sur ce monde, et je l'accomplirai !


 
 
made by great thief.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Mer 16 Sep - 10:39

Je soupirai en murmurant...

-Naître avec une telle puissance...

Mes yeux s'envolèrent dans le ciel à ce moment-là, et un véritable désarroi de paroles m'accabla en mon for intérieur...

-Le droit !
-Ce droit !
-Le mien !
-Comment as-tu pu ?!
-Mon rêve !
-Notre rêve !
-J'allais devenir un DIEU !!


Je me mis à secouer la tête durant un instant pour me dégager de tels souvenirs sombres de ma pensée, je commençai à me laisser envahir par les émotions et j'en soufrai. Évidemment, je semblai toujours aussi robuste, neutre et sans la moindre marque d'émotions mais pourtant, c'est bien à l'intérieur qu'il se passait des choses. Un profond tumulte, quelque chose de manquant en moi, une gravure dessinée dans la roche... Je devais posséder de sacrés défenses mentaux pour arriver à gérer cela seul. Il semblerait que j'en ai l'habitude après tout... Ah... La malédiction de l'invincibilité. Une telle chose signifie tout bonnement perdre la raison de vivre. Si le temps ne nous poussait pas, nous aurions simplement tout le temps qu'il nous faut pour tout accomplir, ce qui serait bien triste. Peut-être faudrait-il désigner alors une quête impossible tout aussi futile ?
Je devais néanmoins prendre garde à moi-même... Si une personne folle pouvait être dangereux, qu'est-ce que je pourrai en dire si c'était un monstre comme moi ? Nous aurions un renouveau de la catastrophe ?
Ce n'était pas ce que je souhaitai, mais... peut-être était-ce finalement mon désir secret ? Enfin... même en tant que lame ébréchée, je devais essayer encore de tenir bon, de conserver le rôle que je m'étais assigné. Même si je pense peut-être échouer, je sais que tant que mes mots partent du cœur, je n'aurai pas de retenu que de même, mes mots pourront aller plus loin possible... Aller... Il est temps de se remémorer de qui j'étais. Mes yeux se fermèrent alors un moment... Je comprenais la nature des questionnements de Ren, mais il me fallait une réponse adaptée... Mes yeux s'ouvrirent alors vers le ciel, puis je commençai par dire :

-Cette étoile tout comme notre monde, notre vie, cette chaîne alimentaire... Ne remarques-tu pas le point commun sur toutes les paroles que tu as prononcé ?

Je le regardai alors, il fallait qu'il comprenne le sens de tout ce que j'allais dire maintenant. Sinon, j'aurai entrepris du temps pour rien. Je continuai :

-Ce point commun, c'est ce que nous voyons d'eux, notre propre perception. Cette étoile nous paraît si discrète car elle est difficile à percevoir d'où nous sommes, du ciel d'où nous l'admirons. Pourtant, je suis certain que si tu places cette petite étoile en opposition aux autres, côte à côte et à la même distance, il sera alors possible de la distinguer autrement que par le mot « discret ».

La perspective. Si nous plaçons un chat devant nous et au loin un éléphant, il nous apparaîtra que ce chat est plus grand, nous perdrons alors en précision pour cet éléphant là-bas. Je fis donc le rapprochement de tout ce que j'avais dit :

-Il en est de même pour ton but. Vivre pour survivre, c'est vivre contre la mort, ce qui est finalement valable pour tous les êtres vivants. Tout le monde se bat contre la mort... Mais si finalement, tout est assez risible pour qu'il n'existe aucune raison particulière à la vie de chacun... Alors, tout comme le temps s'écoule sans jamais revenir, n'est-il pas mieux de ne jamais perdre son temps ? De trouver rapidement l'objectif que tu désires réellement, si ce n'est étancher simplement ta soif dans la luxure comme tu sembles vouloir la puissance pour le calme ? Je n'enseigne pas à n'importe qui, car je ne possède pas tout le temps que je désire pour changer chacune des personnes de ce monde. Je fais ainsi en sorte, de choisir les meilleurs pour tourner ce monde vers la bonne voie à suivre.

Ce que je n'appréciai pas en lui, c'est ce qu'il était en d'autre terme. Je ne pouvais pas me décider à apprendre à cela, sauf si je commençais avant tout par lui apprendre la sagesse avant le combat. Je ne suis pas ici pour montrer comme l'on pouvait détruire le monde. J'enchaînai donc :

-En tout cas, si ton capitaine a pu te changer, il doit être une bonne personne... mais fait-il les bonnes actions ?

Je suppose qu'il devait parler d'un empereur pirate, son capitaine... Hé hé, l'un de mes élèves étaient bien lui-aussi Yonkou, peut-être était-ce lui ? Ou pas... En tout cas, peut-être que ses prochains jours, les habitudes changeront.
En regardant les étoiles à nouveau, je me mis à sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Sam 19 Sep - 17:24

∞ Au Rythme de la Nuit
Feat. Graham Gaalrad
Shabondy, chez Graham, la nuit est tombée et Morphée a fait son office.

A nouveau, la lune disparut derrière d'épais nuages noirs, nous couvrant d'autant plus dans l'obscurité, un lieu qui me convenait amplement. La noirceur de l'âme, de mon esprit trop longtemps torturé, trouver sa voie et se projeter dans l'avenir. Bien des choses que je connaissais, mais bien trop que j'ignorais. Et, si cette nuit je m'étais approché de Graham, c'était surtout pour apprendre, lui qui avait l'étoffe d'un maître. Je m'étais rapidement habitué à cette impression qu'il dégageait, cette puissance limite palpable qui émanait de lui, mais ce regard. J'avais l'impression que cet homme observait le monde d'un oeil scrutateur, regardant le monde de haut. Tel un homme ayant accumulé assez de puissance pour se croire l'égal d'un Dieu, allé trop loin pour pouvoir redescendre de cette hauteur céleste. Peu m'importait bien de ce qu'il pouvait penser de moi, bien que je prenais note de ses remarques. Mon regard toujours vrillé vers le ciel étoilé, la voie lactée devenant plus précise à travers cette obscurité quasi totale, contemplant ce spectacle tandis que je sentais le regard de Graham posé avec insistance sur moi.

Ses mots étaient justes, enfin certains selon moi, tout particulièrement lorsqu'il parlait de mon but. J'avais toujours été un enfant perdu dans un monde trop vaste, balloté par les flots et les évènements de ma vie, m'étant construis dans la haine et la destruction, le sang et les carnages, me complaisant d'une vie immorale. Comme chaque pirate, ce qui m'avait porté vers les mers était mon désir de liberté, de me libérer des chaînes qui m'entravaient pour découvrir ce monde régit par bien trop de lois, ne connaissant alors qu'un mélange de sagesse oubliée et de barbarie bien trop marquante pour ne pas en être influencé. J'avais vus le monde m'observer dans une arène, jours après jours à m'observer comme un simple morceau de viande, comme un animal, une bête destinée à tuer ou être tué.

Cependant, de bête enragée, ma personalité était passée à un Chien bien moins fou qu'à son accoutumée. Me perdant dans un calme omniprésent dans les mélodies de ma musique, mes mélopées me soulageant du poids qui semblait sans cesse être porté sur mes épaules, sans cesse jugé et pointé du doigt. Le Chien avait rangé ses crocs suite à sa rencontre avec Raza, je m'étais assagis dirait-on. N'agissant plus aussi impulsivement, excepté lorsque la menace était proche bien évidemment.

Dans le ciel étoilé, une étoile-filante passa, décrivant un tracé rapide dans le ciel, disparaissant tout aussi vite qu'elle était apparue. Tout autour de nous, un silence pesant régnait, comme si chaque vie s'était éteinte ou endormie dans un rayon d'un kilomètre à la ronde. Un havre de paix, pourtant si fragile, si facile à rompre.

- Vivre pour survivre, je comprends ton point de vue sur la question, cela paraît si futile et pourtant, je n'ai toujours eus que cette idée en tête. commençais-je, ma voix se perdant rapidement, absorbée par le silence qui retomba avant que je ne continue. La liberté, c'est si beau comme mot et pourtant si vide de sens lorsque l'on voit notre monde, des pays régis par des rois, des terres contrôlées par un gouvernement mondial s'étant auto-proclamé justiciers et défenseurs de notre monde. Non, vivre pour avancer me paraît bien plus concret que de vivre pour contrôler. S'il y a des régisseurs dans ce monde, je souhaites simplement les éliminer : rois, noblesse, clergé et tout ceux qui donnent des ordres. Afin que les prochaines générations ne connaissent plus ce que j'ai pus subir, qu'ils ouvrent les yeux dans un monde en paix où il s'épanouiront pleinement dans leur propre liberté. Voilà quel est mon rêve, mais tant que nous "êtres libres" seront pourchassés rien ne sera possible.

Un rêve, un souhait, de simples mots prononcés à l'attention de Graham comme à l'adresse des étoiles qui scintillaient au-dessus de nos têtes. Tout ce que j'avais dis était vrai, ce désir d'affronter ce qui me semblait injuste. Je considérais mon propre cas comme perdu, impuissant face à ma propre folie, mais je pouvais me servir de cette folie pour offrir un monde meilleur à ceux qui vivront après moi, après nous.

Finalement, mon regard se posa sur Graham, le silence était à nouveau retombé. Mais, il fut de courte durée car, alors que tout semblait s'être enfuit ou endormit aux alentours, un corbeau s'élança en piaffant dans le ciel, passant dans notre champ de vision puis disparaissant dans la nuit. Etait-ce une simple coïncidence ? Ou bien un signe quelconque, présageant un avenir sombre ?

 
 
made by great thief.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Sam 19 Sep - 19:13

Je souriais. Tout d'abord, le ciel s'offrait à moi et lui comme moi, il plaçait ses étoiles et moi les miennes. Peut-être car je souhaitai que mon entourage ne cesse d'avancer, car je n'avais de cesse à protéger mon entourage, car je ne considérai personne comme des ennemis ou des adversaires. Les pirates, les tueurs, les mercenaires, la seule chose qui me venait à l'esprit était qu'ils suivaient leur propre voie et que peut-être, en même temps que de suivre ma voie, je pourrai les aider, les aiguillonner, ou mettre fin à leur existence. Les choses peuvent être cruelles, mais j'avais accepté la réalité depuis bien longtemps. Pourquoi fuir un lieu où nous vivons ? La sécurité, le réconfort alors que je peux vivre pleinement sans en user mon temps ? Pourquoi ai-je pris l'habitude d'entendre des autres, des mots qui ne veulent rien dire ? Enfin, peut-être est-ce cela que j'ai fini par apprécier ? Que ce soit, l'innocence ou le manque d'expérience... comme ces enfants. Si les circonstances avaient été autres, peut-être est-ce que je serai même devenu le père de ce jeune garçon là ou de l'autre ? Je n'en sais rien mais... C'est bien un fait. Je ne les déteste pas, je les apprécie même mais, comme si j'étais le maître toutes les personnes que je rencontrai, le but d'un maître est d'enseigner. Pour cela, le maître doit sous-entendre et pousser l'élève à se dévoiler de lui-même. Si Ren pensait que je le haïssais, c'était même une bonne chose car cela le pousserait à réfléchir sur lui-même, à se remettre en cause, à avancer. Les maîtres sont d'excellents manipulateurs, mais ils sont là pour aider, c'est pour cela qu'ils ne sont pas remis en cause et rejeter par rapport aux escrocs. Entre l'un qui se voue à son intérêt, je me vouai aux autres. Si j'avais la puissance et que cela me suffisait, pourquoi ne pas la partager et la renforcer ainsi ? C'est bien en se donnant du mal que l'on évolue après tout.
Sinon, la seconde raison de me sourire était que, comme à mon habitude, les choses se déroulaient selon ce que je le souhaitai. Je ne vois pas pourquoi je ne serai pas heureux de voir de nouveau mon avenir scintiller comme cette étoile filante là-bas.

En tout cas, je le sentais chercher en lui ce jeune homme. Sa réponse m'avait satisfait et je m'apprêtai à lui répondre. Ainsi, toujours pensif, je me baladai dans l'espace en disant d'une façon sereine, amicale comme si j'étais resté le jeune de vingt-sept années que j'étais :

-Je suppose que dans ton quotidien, tu as dû te battre sans cesse pour survivre... Tu dois seulement rechercher à te sentir plus en sécurité, même s'il y a eu bien d'autres sentiments comme la folie, qui se sont insinués en toi à cause de ces désirs.

J'eus un soupire de soulagement et je passai une main dans mes cheveux en continuant :

-Tu sais, les êtres sont bien plus proches que tu ne le penses et cela, c'est parce que nous sommes dans le même monde. Tu as toi-même dit qu'il existe en effet des rois, des dirigeants souhaitant chacun leur part du gâteau... mais à ton avis, si dans ce monde il s'est construit des royaumes, des empires qui même par leurs différences, même par leur époque éloigné ou non, se sont instaurés et se sont même offerts des guerres à cause de malentendus, des différences ethniques, des différences de traditions... Pourquoi continue-t-il d'exister encore et sans cesse des leaders ? Pourquoi le même schéma se répète chez des civilisations ne s'étant jamais côtoyer ? Et pourquoi des civilisations et même les pirates avec leur « Yonkou » ont besoin de quelqu'un à leur tête tout comme un capitaine ?

Je laissai l'espace d'un silence, je voulais qu'il réfléchisse et réponde à mes questions à l'intérieur de lui. Ma tirade s'étira encore :

-Chaque fois que des gouvernements ou des rois étaient rejetés, annihilés par des coups d’État, des révolutions qui maintiennent la promesse d'un lendemain meilleur, les choses ont-elles réellement changé ? N'est-ce finalement pas une autre entité, une autre gouvernance qui est mise en place ?

Encore un peu cogité, ça ne fait pas de mal à ça entraîne autre chose que les muscles. Le petit appréciait le combat, autant qu'il débute les batailles psychologiques :

-Et pourtant, les choses ne sont pas inutiles, elles évoluent seulement pas à pas. Elles peuvent croître ou décroître, enseigner des leçons inoubliables à leurs progénitures, permettant le développement et l'innovation. En tout cas, c'est pour cela que je fais en sorte que ce monde avance de la meilleure façon possible. Il existe beaucoup de façons d'apprendre, d'atteindre sa maturité comme toi... Mais si je peux permettre à ce monde d'apprendre suffisamment pour l'empêcher qu'elle s'autodétruise, alors j'en ai fait le pari. Malheureusement, une fois que je serai mort, qui sera capable de reprendre mon rôle ?

Je lâchai cela en soupirant, puis...

-En tout cas, il faut croire que c'est notre façon de faire, d'être une communauté, d'être aux cotés des autres sans s’entre-tuer, en limitant les carnages et les abominations. Les choses ne sont pas parfait et tu en as été témoin, alors... il faut bien que je me donne les moyens pour réaliser mon but.

Je détournai les yeux sur lui, le visage amical. Il semblerait que des prochaines paroles, quelque chose allait le concerner... Oui, je l'avais deviné, à ce moment-là, lorsque j'avais eu recourt à la Vision de l'Infinie :

-D'ailleurs, pour la liberté, sais-tu ce qui ne va pas chez elle ? Eh bien, elle n'a pas de définition, elle se ressent seulement comme une certitude pour tout le monde. Et pourtant... le seul moyen de connaître la liberté, c'est de connaître son contraire et d'être restreint. Restreint comme un esclave, ou simplement restreint par ses moyens... Restreint par sa propre puissance, lorsque l'on prend conscience que même ainsi, il est impossible de faire certaines choses comme simplement sauver quelqu'un... La liberté totale est une belle utopie, mais tu sais... si l'on est capable de jouer avec une condition restreinte, c'est comme ça qu'à mes yeux, quelqu'un devient réellement libre.

Mes yeux se reportèrent sur le ciel :

-Celui qui est capable d'obtenir ce qu'il veut, de s'adapter face à tout, c'est celui qui est capable de déployer le maximum sa liberté et aussi celui que tout le monde admire. Ainsi, même dans une condition où le destin joue contre lui, il sera capable de trouver ce chemin-là.
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Jeu 24 Sep - 21:31

∞ Au Rythme de la Nuit
Feat. Graham Gaalrad
Shabondy, chez Graham, la nuit est tombée et Morphée a fait son office.

Aux côtés de cet homme, j'avais l'impression que mon esprit était mis à nu, sentant comme une présence étrange s'insinuer en moi pour récupérer les bribes de pensées qui se bousculaient à toute vitesse dans mon cerveau. Les questions étaient nombreuses, mais les réponses à ses questions l'étaient aussi. Une véritable joute psychologique sur le sens de la vie et le sens du mot liberté, cette chose, ce rêve que nombreux pirates ou hommes tout simplement recherchaient avec tant d'ardeur, quitte à mettre le feu au monde. Certains l'appelaient « One Piece », d'autres « All Blue », fixant vers l'avenir un œil scrutateur, pendant pouvoir y déceler quelques réponses. Mais à quoi bon vivre libre si l'on n'en connaît pas le sens ? Cette réflexion fut plus importante que les autres, s'alimentant des paroles de Graham, pesant le pour et le contre.


Face à cette nuit calme et étoilée, mon impulsivité avait disparue, n'étant pas sortis ici pour m'énerver face à des paroles sincères et réfléchies. De plus, cet homme était tout à fait capable de me résister, voir de me vaincre. A vrai dire, je ne savais trop quoi penser de ce personnage, un certain mystère l'enveloppait, il y avait le barman, le père et le combattant, tous ne formant qu'un seul et même être. Il avait dû en bouffer des trucs dans sa vie pour en arriver là, tentant de taire sa puissance pour vivre dans le calme et la tranquillité, et pourtant le destin semblait le poursuivre. Est-ce que notre rencontre était vraiment due au hasard ? Était-ce un signe précurseur, une nouvelle tactique dans le jeu du destin ?


Une nouvelle étoile filante passa dans le ciel tandis que mes pensées divaguaient, passant de ceci à cela sans interruption, d'un sujet à l'autre, d'une question à une autre. Les dernière paroles de Graham furent comme un coup de marteau pour moi, celui-ci faisant référence à l'esclavage. Me provoquait-il  ? C'était un sujet que j'avais ressassé pendant des années et, ma colère ne se réveilla pas pour la simple et bonne raison que c'était quelque chose à laquelle j'avais déjà pensé, mûrement réfléchit depuis des années. Pendant mes premières années, je n'avais pus connaître le sens de ce mot pour la simple et bonne raison que je ne connaissais que ça. J'avais vécus libre, de mes choix et mes actes, de mes paroles et de mes mouvements. Ce ne fut que lorsque je devins esclave que je compris réellement ce qu'était la liberté, il fallait endurer le pire et se confronter à de nombreuses difficultés avant de pouvoir avancer, comprendre ainsi sa propre condition et ses propres capacités.


- Tu n'es sûrement pas le seul à tenter de contribuer à l'avancement de ce monde, Graham. commençais-je, un léger sourire se dessinant sur mon visage. J'ai rencontré bien des gens dans ce monde, tous plus influents et puissants les uns que les autres. Il est peut-être même possible que tu en ais entraîné certains, qui sait, tu es un maître après tout. continuais-je, rigolant légèrement, voyant une nouvelle étoile filer dans le ciel. C'est amusant de voir comme la puissance attire les gens, à croire qu'ils recherchent tous un sentiment de sécurité, que ce soit en conquérant des territoires ou en se mesurant les uns aux autres.


J'étais également dans cette situation, à la recherche de puissance, de force pour pouvoir avancer. Il faut dire que la vie de pirate mène constamment au danger, à la possibilité d'être attaqué par la Marine ou des Chasseurs de Prime, même par des Pirates. Et plus j'avancerai, plus les obstacles deviendraient importants sur mon passage, jusqu'à atteindre les confins du monde, le fin fond du Nouveau Monde.


- Et toi ? Qu'est-ce qui t'a mené ici ? Es-tu déjà allé plus loin que Shabondy ? D'où te viens cette puissance ? demandais-je, les questions s'enchaînant les unes après les autres. Tu sembles tellement confiant, n'as-tu jamais perdus un combat ?



 
 
made by great thief.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Ven 25 Sep - 23:19

Ce que je pourrai nommer de professeur à élève ou bien de maître à discipline, c'est bien ce genre de relation où finalement l'un doit adapter, l'autre doit lutter ; le professeur et le maître doivent adapter et être capable d'être tout, d'être comédien. La différence qui lie bien le maître et le professeur, c'est bien l'intimité : le professeur conserva une distance et forcera l'autonomie de l'élève qui choisira de suivre ou non cette ouverture ; le maître possède ainsi bien plus d'outil pour apprendre des choses plus complexes.
Ce n'est d'ailleurs plus réellement la personnalité du maître ou du professeur qui est mise en jeu à chaque fois, mais bien les enseignements que l'élève ou le disciple doivent chercher à obtenir selon l'enseignement désigné par le maître ou le professeur. Cet enseignement peut être réalisé sur plusieurs façons, et en particulier en jouant sur cette petite partie inconsciente que sont les sentiments, les émotions. Colère, rage, frustration, ce ne sont que des détails par rapport à la leçon qu'il y a à en tirer, mais que ce soit le maître ou le professeur, ils ont bien cet objectif qui est de provoquer.
La provocation signifie « faire ressortir ». Ainsi, faire ressortir quoi ? Eh bien, faire ressortir ce qu'est l'élève ou le disciple. Si quelqu'un montre qui il est, il est d'autant plus facile d'apprendre pour lui car il n'est plus question de piocher, mais d'avancer, d'être en position de faiblesse afin qu'il n'y ait plus de faiblesse. Il faut donc savoir se jeter à l'eau, mais quoiqu'il en soit, l'élève et le disciple se doivent de sculpter leur force d'esprit. Tout dépend du maître, mais il est probable qu'un maître comme moi, pousse son disciple constamment à ses limites. Comment avancer sinon ?

Mes yeux se déplacèrent alors vers lui, un sourire se dessinant sur mes lèvres. Actuellement, comme le ciel, j'appréciai ce silence qui en disant long. On dirait presque que je l'avais rendu bouche-bée mais, devait-il s'attendre à quelque chose semblable à cela de la part d'un simple barman ? J'ai peut-être choisi cela, mais ce n'est qu'un titre, je ne perds pas de vue qui je suis. Peut-être que c'est pour cela que je semble si fort alors qu'en fait, ce n'est qu'un style de penser ? Quoiqu'il en soit, je faisais mon petit effet car je suis ma propre route.

Finalement, j'entendis de nouveau sa voix en regardant aussi l'évolution de son visage. Eh bien, il devait apprécier admirer lui, peut-être était-ce sa façon de penser qu'il existe toujours quelque chose de meilleure par rapport à ce qu'il a pu voir ? Les choses ne sont pas aussi simples pourtant... Bien souvent, la plus forte des choses, c'est ce qui était devant nous depuis le début. Encore faut-il ne pas passer à coté.
En l'écoutant, j'étais plutôt satisfait de l'entendre penser, de le voir sourire... J'avais enfin l'impression qu'il sortait de ses chaînes. Par contre, je dois bien avouer que je ne m'attendais pas à cet enchaînement de questionnements.
J'arquai un sourcil, quelque peu surpris, puis posant une main sur sa tête comme le ferait un père de famille à son fils, je m'écriai :

-Eh bien ! Quelle curiosité !

Je lui secouai un peu la tête dans le même geste, retirant alors ma main et observant les étoiles. Pour je ne sais quelle raison, je me sentais bien d'une certaine façon, je me sentais puissant... Je sentais mon Haki frissonner et comme recouvrir les alentours, comme si mon aura envahissait les lieux telle une brise. Peut-être n'était-ce qu'une sensation ? Enfin, je replongeai moi-aussi un peu dans mes pensées, et puis... :

-Ce que je peux te dire, c'est que la sécurité est libératrice pour l'esprit : c'est avoir le choix sans se battre, un temps-mort ; c'est pour ça que je ne crois pas en le destin. Pour moi, il y a des choix qui se dessinent de partout, qui se lient, mais le résultat ne dépend que de nous car il n'y a jamais eu qu'un seul choix. Tout dépend de nous, et surtout du mal qu'on se donne pour.

Je marquai un instant d'arrêt, et je continuai :

-Après c'est vrai, je ne suis pas le seul dans le monde... Mais si chacun donne son petit coup de pouce avec autant d'enthousiasme que toi... Hé hé... Je suis certain que les choses iront pour le mieux. Dans tous les cas, cela montrera le choix fait par nous tous.

J'abaissai alors lentement la tête :

-Enfin, la raison pour laquelle je me suis installé ici, c'est parce que j'avais engendré des destructions majeurs il y a seize ans... Peut-être que c'est la raison pour laquelle je veux rester ici et pour laquelle je m'occupe d'Ayumu. C'est moi qui l'ait rendu orphelin en massacrant sa famille il y a seize ans... Je fais simplement ce que j'ai à faire, même si je ne peux pas sauver le monde.

Je jetai un œil à Ren puis au ciel en disant :

-Pour le reste, je suis né dans le Nouveau Monde et j'ai plutôt bien voyagé là-bas. Je connais beaucoup moins bien Grandline, mais comme il y a beaucoup de pirates qui passent par là, on va dire que parfois je donne des « avertissements » sur ce qui pourrait traîner après Grandline. J'ai bien voyagé, oui.

Mes yeux se reportèrent alors le plus haut possible dans la nuit :

-En tout cas, pour cette puissance... J'ai été créé pour. C'est aussi héréditaire, ça vient de mon père... Mais tu sais, si je suis devenu celui que je suis aujourd'hui, j'ai bien dû naître, avoir été comme toi à un moment ou à un autre. Je n'ai jamais eu vraiment confiance en moi-même d'ailleurs, seulement que j'ai toujours été capable de surmonter mes émotions, mes peurs, et de toujours rester moi-même. Au final, cette « confiance » ne fait que montrer que je sais où je vais car je veux y aller et pas autrement. Je n'ai jamais perdu de combat sinon, sauf contre deux personnes. Il y a mon père sur lequel je tombais sur des égalités, et mon maître que je n'ai jamais réussi à battre.
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Mer 30 Sep - 22:18



Au Rythme de la Nuit


Feat : ✘ Graham Gaalrad




Je n'aimais pas être pris pour un enfant, bien que mon physique ne m'aidait pas pour cela. Ayant une apparence enfantine, cela m'arrivait souvent que des personnes plus ou moins âgées posent ainsi leur main sur ma tête pour m'ébourrifer gentiment les cheveux. Habituellement, je leur tranchais le bras ou leur brisait la main dans mes beaux jours pour leur faire comprendre mon mécontentement. Là, je me contenta simplement de basculer ma tête sur le côté pour me défaire de sa main posée sur ma tête, pour qui me prenait-il sérieusement ? Je n'étais certes pas bien vieux, mais j'avais vécus assez de choses pour me considérer comme un adulte.

Ainsi, alors qu'il s'exprimait je l'observa quelques instants, une expression de colère traversant mon visage pendant peu de temps avant que mon attention se reporte à nouveau sur les étoiles. Graham me parla alors de lui, répondant à mes nombreuses interrogations, ainsi j'en appris un peu plus sur lui, dévoilant une nouvelle façette du mystère qui recouvrait cet homme. Il parla du Nouveau Monde, cette mer qui était encore inconnue pour moi, j'avais déjà eus bien assez à faire sur les Blues et Grand Line.

- Le Nouveau Monde hein...je n'y suis encore jamais allé. dis-je rêveur. Le monde est si vaste, je me donnes le temps de le parcourir tout en étant prêt face aux potentiels dangers que je devrai affronter. On dit que cette mer est le terrain de jeu des Empereurs Pirates, enfin heureusement que j'en ai un de mon côté, ça me permettra d'atteindre mon but plus rapidement.

Je leva alors ma main vers le ciel, recouvrant la lune à ma vue avant de resserer mon poing comme si j'écrasais l'astre dans ma paume. J'avais une envie irréprésible de puissance, un simple désir qui était peu à peu devenu un besoin.

- A vrai dire, j'ai déjà essayé de m'y rendre avec mon précédent équipage. continuais-je, marquant une courte pause avant de reprendre. C'était sur cette île, on se préparait à prendre la route du Nouveau Monde, mais je m'étais déjà bien fais remarqué par le Gouvernement Mondial et ils ont décidés de nous arrêter. A l'époque, j'avais une flotte composée de cinq navires, un équipage fort d'un millier d'hommes. Nos navires étaient en cours de recouvrement pour passer par Fishman Island, mais les Marines sont arrivés avant que l'on puisse partir, ils avaient une bonne vingtaine de navires, armés jusqu'aux dents. Ce combat a été un véritable carnage, nombreux de mes amis sont morts ce jour-là...et dire qu'on faisait encore la fête la veille.


Mon regard se posa sur Graham, mon bras redescendant le long de mon corps.

- Je me suis alors juré de trouver le pouvoir afin de me permettre de protéger mes proches, j'en avais déjà bien assez perdus comme ça. dis-je, soufflant de lassitude. M'aidera-tu à trouver cette force ?





© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'




Dernière édition par Ren W. Aoncan le Mer 7 Oct - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Jeu 1 Oct - 12:34

Eh bien, quelle réaction vivace. Je me demande bien pourquoi est-ce qu'il réagit de cette façon-là. Peut-être qu'il pense qu'entre la relation maître et disciple, il y a du fer qui témoigne de la difficulté des entraînements ? Pourtant, un maître et un disciple ressemblent à un père avec son fils, il n'y a pas beaucoup de différence entre les deux car dans les deux cas, le maître ou le père continue à former le disciple ou le fils. Ainsi, si le disciple ou le fils se montre impulsif et cela doit arriver, cela signifie que le lien ne s'est pas encore correctement établi et que le résultat, c'est que nous allons tomber sur une relation entre professeur et élève. En outre, la relation sera si peu efficace que les entraînements se révéleront pratiquement inutiles sauf à la pratique et à la matière enseignée.
Il y a bien un style de pensé qui est particulièrement visible dans l'art du combat. Sans cette façon de pensée, l'art du combat enseigné est inefficace et la seule chose perdue, ce sera le temps concentré à la rectification de tout cela. La façon de pensée, la philosophie de l'art du combat doit concordé obligatoirement et complètement avec l'art du combat en lui-même. Sinon, la situation comparable à ce moment-là, ce serait tout bonnement avoir appris qu'un fusil servait à tuer et qu'il faut presser la détente pour, sans savoir viser le centre d'une bague à cent mètres de distance. En bref, s'il voulait apprendre de ma puissance, il va falloir qu'il se creuse la tête avant d'espérer quoique ce soit.

Mes yeux se détournèrent alors vers Ren et je commençai à l'observer ainsi. Ses paroles, sa tonalité rêveuse, ses rêves. Je suppose que l'envie de voyager est vraiment prenante, l'envie d'être vagabond donne envie car il donne la sensation de toujours en découvrir plus. Pourtant, et cela pour avoir été un grand voyageur, je peux bien dire qu'il y a un monde plus conséquent que ce monde tangible. Mais la réponse cette fois-ci, je ne la divulguerai pas.
D'ailleurs, ce jeune homme considérait bien les autres comme les catalyseurs de ses envies. C'est fort dommage ça, car il risque de ne jamais atteindre son but, seulement une immense illusion bien grande et suffisamment grasse pour qu'un jour, quelqu'un le fasse descendre de son perchoir.
Alors, il leva ainsi sa main dans le ciel et resserra sa main en direction de la lune. C'est à ce moment que je compris immédiatement ses prochaines paroles, ses prochaines peurs, ce qu'il voulait me persuader, ce qu'il voulait dire. Néanmoins il restait intéressant de connaître la prochaine histoire qu'il allait me conter. Et... comme attendu, j'entendis alors une histoire vraie ou non, mais avec comme une faible croyance dans ses propos. En fait, j'avais la sensation que beaucoup de mots, beaucoup de sentiments manquaient dans son discours. Je sentais qu'il n'y avait pas que ça qui l'encourageait à la puissance et qu'en même temps, c'est parce qu'il savait lui-même que les autres raisons étaient absurdes ou répréhensibles, qu'il ne voulait pas me les dévoiler.
En outre, son seul but était que j'accepte. Pensait-il pourtant y arriver ainsi ? Hum, quoiqu'il en soit, je lui offrirai une réponse dont quelque soit sa pensée, qui il était, correspondrait à ma réponse.

Ricanant un peu en me reportant vers le ciel, je dis d'une première façon :

-Le chemin et les rouages de la puissance, hein ?

Puis j'enchaînai :

-D'ailleurs, tu as fait parti d'une troupe d'après ce que tu me disais, tu as donc appris ce que c'est d'être comédien, mais dis-moi. Si tu aimes te placer dans des rôles, pourquoi n'aimes-tu que les autres te placent dans un rôle comme celui d'un enfant ? La liberté serait-ce d'imposer la sienne aux autres ou être capable de faire avec les autres ?

Ma pensée se déployait alors sur autre chose :

-Je suis certain que tu penses qu'Ayumu n'est qu'un jeune garçon naïf, mais laisse-moi te dire qu'il est l'un des êtres les plus matures que tu puisses rencontrer. Il fait parti de ceux qui n'ont jamais cessé d'être eux-mêmes et de se battre sans relâche contre eux-mêmes.

Et je conclus en lui jetant un regard neutre :

-Tu n'aimes pas être juger du premier regard, alors pourquoi le faire subir aux autres ?

Je soupirai alors en continuant :

-Enfin, avec moi tu commenceras à t'initier à la sagesse, ce sera tout. Si tu veux de la puissance, va voir ailleurs ou bien emprunte la même route que moi, c'est-à-dire que tu vas devoir laisser tous tes amis en arrière, abandonner ta faction, tes navires, tes pirates et partir seul dans le Nouveau Monde pour t'en sortir seul. Apprendre à survivre aux autres, survivre pour vivre jusqu'à être serein dans un immense cimetière. Peut-être auras-tu la chance de rencontrer quelqu'un qui ne cessera de t'étonner ? Mais à partir de là, peut-être que tu comprendras le sens de « l'Ancien Monde »...

Mes yeux continuèrent vers le ciel et puis... une autre voix résonna littéralement dans la nuit :

-« L'Ancien Monde ». C'est difficile de se détacher de sa vraie nature, pas vrai ? Gaalrad.

Un sourire apparut lentement sur mes lèvres et je demandai à Ren :

-Tu serais aussi ventriloque ?
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Dim 4 Oct - 10:32



Au Rythme de la Nuit


Feat : ✘ Graham Gaalrad



Eh bien, cet homme continuait de me surprendre, il semblait vouloir imposer une sagesse qui n'était propre qu'à lui-même, me l'imposer à moi alors que je n'étais absolument pas d'accord avec ce qu'il me disait. Il était seul, voilà pourquoi il rejetait sur moi ce fantasme paternel, enfin cela n'était que mon avis sur la question, mais c'était pour moi la seule raison valable à un tel comportement. Ses paroles s'enchainaient, sans cesse à me juger, à affirmer comprendre ce que je pensais, son égo était décidément surdimensionné. Il me parlait comme à un enfant qui ne connaîtrait rien du monde, un inculte, un ignorant. Manifestement, Graham se méprenait sur mon compte, il devait penser que j'étais à la recherche d'une figure paternelle, tandis que je me considérais comme un orphelin du monde. Je n'avais jamais recherché quelqu'un pour incarner ce rôle, enfin peut-être lorsque j'étais encore enfant, mais Graham semblait penser que j'en étais toujours à ce point là de ma vie alors que j'avais évolué depuis bien longtemps vers quelque chose de diamétralement opposé. Il se fiait aux apparences, moi qui pensais que cet homme était différent, finalement il était comme tout les autres qui pensaient que ma psychologie était tout aussi évoluée que mon physique.

Je continuais de garder le silence tandis qu'il déblatérait ses illusions d'un temps ancien. Je n'avais que faire de "l'Ancien Monde", je n'étais pas comme lui qui se perdait dans un passé oublié de tous, je me concentrais vers l'avenir et non vers le passé. Peu à peu, je me mis à penser que j'étais le plus sage de nous deux malgré la différence d'âge et d'expérience. A quoi bon se perdre dans un temps qui a déjà été vécu ? Non, pour avancer il fallait tourner la page et continuer de lutter contre sa propre condition au lieu de se renfermer sur soi-même en penant au "bon vieux temps". Je commençais à voir cet homme comme un vieillard gâteux, pensant avoir la science infuse, persuadé d'être plus sage que les autres alors qu'il n'était qu'un homme. L'être humain a tendance à se donner bien plus d'importance qu'il n'en a vraiment, et cet homme ressemblait à ce genre de personne, il était comme les autres et j'avais été trompé par la force qu'il déployait.

Mon regard toujours viré vers les astres, je n'écoutais ses paroles plus que d'une oreille distraite, soupirant d'exaspération en fermant les yeux. Cet homme était plus curieux qu'il ne voulait le faire croire, il ne faisait que chercher des réponses, à la recherche d'un savoir perdu, de réponses qu'il n'aura jamais. Un sourire vint étirer mes lèvres.

- Il y a peut-être une raison pour laquelle nous n'avons pas les réponses. dis-je, marquant une pause, amusé par la tournure que prenait cette conversation. Sûrement pour nous rendre plus humble. Avoir les réponses ça signifie avoir la connaissance. Mais saisir le sens caché des réponses, ça c'est la sagesse véritable. Ceux qui n'ont pas compris ça ont finis par détruire les plus grandes civilisations.

J'avais dis cela comme dans un souffle, marquant un instant de flottement avant de venir croiser mes bras contre mon torse. J'avais du mal à comprendre sa vision des choses, à mon propos comme pour les autres. Il était persuadé d'avoir raison et, rien qu'en cela, j'étais persuadé n'avoir rien à apprendre au niveau de la "sagesse" comme il l'appelait. Je n'avais pas besoin d'un père, mais bien d'un professeur, d'un maître, je n'avais que faire de sa vision du monde, nous avions chacun la nôtre et oser la changer pour la remplacer par la sienne n'était qu'une preuve de l'égo surdimensionné de Graham. Ah, comme quoi la puissance mène à la solitude. Quelque part, j'avais pitié de cet homme, resté seul pendant tout ce temps, sûrement effrayé par sa propre puissance et sur l'utilisation qu'il pourrait en faire, pour la sécurité des autres comme pour leur malheur.

- Ne tombes pas dans le paternalisme avec moi, ce n'est pas ce que je recherche. dis-je, exaspéré de voir que Graham n'était pas si différent des autres. J'ai eus un père autrefois, il est mort et je ne recherche aucun remplaçant pour cette position. Tu réagis comme un père de famille, et c'est sûrement avec Ayumu que tu as développé cette facette de ta personalité. De plus, je ne pense rien de ton protégé, il m'a apparut comme un simple enfant pour le peu que j'ai vus de lui, mais il n'est pas le sujet de ma présence ici.

Finalement, je me tournais vers Graham, plantant mon regard enflammé dans le sien. Je n'allais pas me laisser marcher dessus et le laisser m'imposer sa vision des choses, il tentait de lire en moi comme dans un livre. Mais si mon esprit était un ouvrage, il devait être codé de manière bien complexe. J'étais persuadé du fait que Graham ne s'était pas confronté à quelqu'un d'aussi puissant que lui depuis bien longtemps. L'arrivée de Raza sur Shabondy ne tarderait pas, j'avais d'ailleurs prévus de le contacter dès le lendemain. Peut-être que leur rencontre donnerait un combat destructeur, j'avais hâte de voir ça.

- Si tu tentes d'imposer ta propre sagesse à quelqu'un, ce n'est plus là que de l'ignorance, la sagesse se développe selon le vécu, elle ne se crée pas, elle se transforme et évolue. soufflais-je dans un murmure à peine audible. Si je te demandes ton aide, ce n'est pas pour apprendre à me montrer sage, mais bien pour faire évoluer ma force, ma puissance. Si tu n'es pas l'homme capable de m'apprendre à me servir de mes poings, alors soit, ce n'est pas si grave que ça.

A peine eus-je terminé mon discours qu'une nouvelle voix se fit entendre derrière nous, tapie dans l'ombre de la nuit. Je ne l'avais jamais entendues et il semblait connaître le "Maître de la Sagesse", qui était-il ? Je me retourna brusquement, cherchant d'un regard interloqué la présence de cette personne. J'entendis alors un pas qui foulait l'herbe humide, se rapprochant de nous en dessinant les contours de son être dans l'obscurité omniprésente.

- Je ne sais pas qui c'est, mais apparemment il semble te connaître Graham. dis-je, curieux de savoir qui était ce nouveau protagoniste. Tu le connais ?





© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'





Dernière édition par Ren W. Aoncan le Mer 7 Oct - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Dim 4 Oct - 11:40

Ren W. Aoncan & Graham Gaalrad

"Au rythme de la nuit"

Oh, eh bien j'avais réussi. Il semblerait que mes discours l'aient suffisamment touché pour qu'il se sente provoqué et qu'il commence à douter de lui-même. C'est la réaction que j'avais prévu, la colère. Elle ne s'enclenche que lorsque quelqu'un se sent en danger et qu'elle est prête à défendre son territoire ou « ce qui lui appartient ». Et pour le coup, j'enchaînai sur ses faiblesses. Il avait plutôt une belle façon de penser mais elle avait besoin d'une correction d'angle de vue. Pourquoi ? Eh bien, peut-être car je pense qu'il est évident qu'il aille dans le mur. Serai-je le vecteur responsable de cela ? En partie, comme c'est lui-même qui va se rectifier sans s'en rendre compte. L'un des principes de la « réparation » psychologique, c'est l'inconscient je pense car comment suspecter et lutter contre quelque chose que l'on ne voit pas ? Oui, il y avait des méthodes mais pense-t-il en être capable dans ce cas ? Tout du moins, encore faut-il qu'il en prenne conscience et qu'il en trouve les parades. Il est dangereux de rester avec moi car, physiquement ou mentalement, les autres finissent en pièce détaché.

Son premier discours était néanmoins intéressant, il semblait plutôt bien manier les mots et j'en étais satisfait.  J'aurai pu le questionner dessus, mais c'est ce qui ne fut pas.
Pour son second discours, je me fichais comme cela de son avertissement. Un disciple pense-t-il réellement pouvoir imposer la moindre chose à un maître ? En effet, dans ce cas de figure, il aurait vécu ce fameux stade d'agonie où dilemme entre vanité et abandon se croisent. Mais, globalement, ce qui m'avait le plus percuté, c'était le fait qu'il me fasse une remarque aussi farouche. De quoi avait-il peur ? De s'attacher à un être pour que celui-ci meurt ? De « perdre » son temps en sentimentalisme ? Oui, c'est certain que l'on perd son temps mais, il faut savoir le rentabiliser et c'est comme ça que se joue notre vie. Enfin, grâce à lui, je savais comment je pouvais résumer mon prochain discours.
Son troisième discours montrait enfin le fond du problème. Comme il le prétendait, « j'imposais » me sagesse. De mon coté, la question évident que j'avais envie de lui poser c'est « Oui, mais pourquoi ? ». Si aucune sagesse n'est plus sage qu'une autre, si la sagesse évolue selon le vécu, pourquoi ? Pourquoi est-ce que je perdrai autant de temps à parler avec un gosse qui ne m'apporte rien ? Pourquoi ?
Et là, à mes yeux, la réponse est instantanée, c'est l'expérience. Si je confronte une sagesse à celle d'un gamin comme Ren, c'est bien car je sais qu'il va réfléchir dessus et cogiter. C'est l'apprentissage en outre. A moi-même, je n'ai pas les réponses de l'univers et je peux même dire que je ne connais rien et que je parle pour ne rien dire. Mais alors, pourquoi n'est-il pas capable d'aller contre mes avis et d'en trouver la faiblesse qu'il pourrait me présenter ? Est-ce que tout ce que je dis est aussi stupide que ça pour qu'il en reste bouche-bée ? Et s'il réussit tout ça et que ses illusions se brisent, qu'est-ce qui va rester dans le tas ?
Eh oui, c'est un raccourci vers la sagesse. C'est ça, être un maître ou un professeur. Pensez-vous donc que l'Homme est incapable de convertir des savoirs millénaires en quinze ans ? Pourtant, n'est-ce pas ce qui se passe à l'école ?
Là, actuellement, je ne fais que de parler à la belle étoile, ai-je l'air de prétendre être un Dieu ? Non, je pense simplement et je m'exprime comme si j'étais devant un thé.

Enfin, en tout cas j'avais eu la réponse que j'escomptai. Des pas s'enchaînaient dans l'illusion devant nous sans qu'il n'y ait personne. Même mon Haki d'Observation était incapable de le détecter avec précision : c'est comme s'il était partout à la fois.
En tout cas, vu le ton... comment je pourrai oublier un fils de pute comme ça ?
Ainsi, je ne répondis pas à Ren, je restai simplement concentré sur les alentours puis je fis deux pas en avant en disant déjà prêt à en découdre :

-T'es toujours vivant toi ?

-Peut-être bien, mais... le seras-tu ?

-Ouais, évidemment...

-Je m'appelle Gaalsoon, la Lance de la Destruction et comme s'achève chaque cycle d'un Soleil, je vais vous tuer ainsi que tous les témoins.

Je jetai alors un coup d’œil à Ren et je dis :

-Tu sais, en fait, je vais résumer tout ce que tu m'as dit là en une phrase : « T'as trouvé ta raison de foutre le camp alors ne t'empêche pas. »

J'envoyai alors ma paume en direction de Ren sans chercher à le toucher. Non, ce que je voulais toucher avec ma paume, c'était tout le mur d'air dans cette direction, comme ça je suis certain qu'il soit écarté d'au moins une vingtaine de mètres comme c'est un poids plume.
Lorsque ma paume s'arrêta, l'air se dilata alors, se compressa et s'éjecta violemment en une onde chargée d'écarter Ren. La taille de ce « mur » déplacé était conséquente et, encore fallait-il s'y attendre de ma part.
L'instant d'après, un fumigène explosa et recouvrit la zone où j'étais dans une épaisse brume où l'on ne voyait strictement rien, d'extérieur comme en intérieur.
Mon combat démarrait... Un orage approchait même.
Des bruits métalliques qui s'entrechoquaient se firent entendre à vive allure, bien qu'entrecoupés de pause d'au moins une seconde. Pourtant, à chaque assaut qui ne durait que cinq secondes, il y avait au moins une dizaine de coups échangés ou bien parfois, seulement un bruit fracassant y ressortait. Pour le reste, eh bien il faudrait à l'intérieur pour le découvrir.


PS : A mon prochain post, je passe en mode MJ pour que le combat soit plus fun ~
Je me charge aussi de contrôler entièrement et intégralement le PNJ comme s'il était un joueur, je me charge aussi de la musique d'ambiance, etc, etc. Merci bien o/

Copyright Solène ©
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Mer 7 Oct - 21:20



Au Rythme de la Nuit


Feat : ✘ Graham Gaalrad




Cette histoire prenait une toute autre tournure d'un coup, la lune disparut derrière un nuage noir annonciateur d'un carnage. Les coups allaient prochainement s'enchaîner, ça se sentait dans l'air, presque palpable. J'avais pus être témoin de la puissance de Graham. Et notre nouveau protagoniste avait l'air d'être une de ses connaissances. Un nouvel être puissant venait-il rompre le calme de cette scène sous la lueur céleste des étoiles ? Quelque part, je l'espérais, le calme finissait par me faire un peu chier et un peu d'action ça fait jamais de mal. Cependant, la réaction de Graham me mit la puce à l'oreille, il le connaissait et semblait comme s'en méfier. Assurément, cet inconnu était fort. Et, ça me donnait envie de l'éclater, un type qui arrive comme ça pour dire qu'il va nous exterminer ? Mais je l'emmerde ce type, le témoin allait lui botter le cul à cet enfoiré.

Alors que je me préparais à foncer sur Gaalsoon, j'aperçus Graham initier un mouvement du coin de l'oeil, trop surprit pour l'éviter. Mes réflexes étaient tout aussi rapide que mon pouvoir me permettait d'aller vite, habitué à devoir me diriger à ce genre de vitesse j'avais dû développer ces capacités pour ne pas me bouffer d'obstacles au cours de ma course. Ainsi, malgré ces réflexes surhumains, je ne pus que lever mon bras, le recouvrant partiellement de Haki, m'attendant à un coup direct au niveau de l'épaule. Cependant, Graham bloqua son geste, condensant une grande quantité d'air entre son poing et moi, puis se relâcha en m'éjectant dans une bourrasque d'air. Ne pouvant lutter contre une force aérienne si puissante, je fut projeté sur le côté sur une dizaine de mètres, me réceptionnant en roulant sur le sol et en rebondissant sur plusieurs mètres.

Je me releva en grognant, cette attaque m'ayant surprit mais, quand je leva les yeux pour observer ce qu'il se passait, je fus surpris qu'ils soient déjà passés à l'offensive. Et moi qui croyait que ces charmantes retrouvailles allaient se passer avec un peu plus de discussion, mais non le combat était déjà engagé. Un échange de coups impressionants, rapides bien que considérablement moins que mes capacités, mais avec une force bien supérieure. Les coups s'entrechoquaient dans un son métallique, cet homme était armé d'un sabre ou d'un truc dans le genre ? Je ne savais pas, à vrai dire j'y voyais plus grand chose maintenant que la lune s'était cachée derrière ces nuages noirs. A chaque coup, de petites étincelles voletaient l'espace d'un instant, rapidement soufflées par leurs attaques poussant sur l'air par leur puissance et leur rapidité.

Trop curieux pour n'être que simplement spectateur, je commença à m'avancer tout d'abord lentement. Une quinzaine de mètres nous séparaient et je profitais de cette marche à allure plus que lente pour observer, ce personnage semblait massif, dégageant une impression de puissance presque palpable. J'avais envie de me mesurer à lui, mais tout d'abord il fallait que je sache ce que j'allais affronter. M'avançant ainsi d'une dizaine de mètres, je sentais la puissance du choc de chacuns des coups qui étaient portés. Un vent puissant se leva, faisant flotter mes cheveux derrière moi tandis qu'une partie de la lune se détâchait des nuages, lançant un rayon lumineux qui n'éclairait que ma partie du terrain, laissant Graham et Gaalsoon dans une semi-obscurité pesante et mystérieuse.

- Tu déconnes Graham ! m'exclamais-je, un sourire aux lèvres. Moi qui pensais que tu m'avais cerné, t'aurais pus comprendre que c'est pas mon genre de me barrer à la première difficulté. Ne me sous-estimes pas !

La lune réapparut alors, éclairant le combat qui continuait entre les deux hommes. Enfin, le terme d'homme était-il vraiment exact ? Parce que, ce type était très bizarre, super étrange même. Un cyborg ? Vraiment ? C'était pas le genre d'adversaire que j'aimais beaucoup combattre, le dernier que j'avais croisé n'était pas super sympa et très porté sur la discussion, tout comme ce type aux allures de ninja. Désormais, je comprenais d'où provenaient ces bruits métalliques, son corps était composé en partie de métal, ce qui lui octroyait un renforcement important qui n'était pas négligeable. L'analyse, voilà ce qui me différenciait d'un simple bourrin sans cervelle, je réflechissais et observais avant de foncer dans le tas, je pesais le pour et le contre de telle ou telle action.

Cependant, face à un adversaire en métal, il fallait frapper fort pour percer sa défense. A cinq mètres, la distance n'était pas suffisante, ainsi je me mis à reculer lentement, prenant une expression de frayeur dans le regard qui allait parfaitement avec mon air de gamin innocent. Je ne savais pas si ce genre de bluff pouvait fonctionner avec un cyborg, mais sait-on jamais. Je fis donc volte-face et me mis à courir à allure normale, me ralentissant même pour ne pas paraître trop menaçant jusqu'à ce qu'une cinquantaine de mètres me séparent de leur combat. Puis, tournant les talons d'un geste, j'utilisais mon pouvoir pour multiplier la vitesse de mes mouvements par soixante fois, renforçant au passage mes avants-bras et mes jambes de Haki. Prenant une impulsion puissante, je m'élança à une vitesse supérieure à celle du son pour me déplacer jusqu'au bien nommé Gaalsoon. Pendant ma course, j'avais levé mon poing droit au niveau de ma hanche, ouvrant la main de sorte que mes doigts exerçaient une friction plus importante avec l'air, créant tout d'abord quelques étincelles qui se transformèrent en un enflamemment de ma main. Refermant mes doigts sur ma paume, je serra le plus fort possible mon poing désormais enflammé et l'envoya droit sur le flanc du mystérieux cyborg.

- BURNING DOG !



© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Mer 7 Oct - 22:10


Un combat extrême !

Gaalsoon, La Lance de la Destruction:
 

Ren W. Aoncan & Graham Gaalrad

"Au rythme de la nuit"

Se retrouvant encerclé et piégé dans un épais amas de fumée, avant les réflexes du combat, c'était les souvenirs d'un affrontement d'antan qui revenaient. Le combat avait ainsi démarré sous une très forte cadence. Déjà en garde, Graham était prêt à la confrontation physique, et cela ne manqua pas. Heureusement concentrer, c'est par-derrière que son adversaire s'était précipité vers lui en faisant tournoyer ses deux lames. Le maître se retourna à temps, recouvrant ses bras du fluide, son ennemi faisant de même. Celui-ci démarra son assaut en tournoyant horizontalement une fois pour que ses deux lames passent contre sa cible, enchaînant ainsi par la suite en envoyant ses deux lames en remontant dans un angle oblique, faisant alors revenir tout d'abord son arme droite en pointe vers l'arrière pour chercher le cou de Graham, tandis que son arme gauche chercha à entailler son poignet.
Face à Gaalsoon, Gaalrad répliqua de cette façon-ci. Au premier enchaînement, il plaça ses avant-bras en avant pour simplement bloquer frontalement, faisant de même pour le second enchaînement, et au moment du troisième, il scinda ses bras pour bloquer les deux attaques en même temps, écartant les bras et forçant son adversaire à faire de même. Attrapant ainsi dans le même geste le poignet de son adversaire qui voulut trancher son poignet, il bloqua au niveau du poignet et dans un balayage de la main, le revers censé touché son cou. Son poignet gauche pouvant ainsi glisser sur le bras de son adversaire, sa main prit alors la forme d'une patte de tigre et il l'envoya tel un brise-mâchoire sur le cyborg. Celui-ci se fit bien avoir mais eut la malice de suivre le mouvement du coup pour atténuer les dommages.

Son corps ainsi que sa lame droite, se pencha sur sa gauche en cherchant à lacérer le bras qui maintenait le sien : Graham le retirant ainsi en frôlant la lame adverse. Malgré tout, Gaalsoon poursuivit la fluidité du mouvement et fit une rotation de sa lame pour la tenir à l'endroit, attaquant ainsi en estoc à la façon d'une rapière en visant la gorge de sa cible. Graham lui fit pleinement face et bloqua entre ses deux doigts l'arme. Le fluide d'armement recouvrait ses deux doigts alors que du coté de son adversaire, il en était ainsi pour ses armes et ses bras.
Un long sourire parcourut le visage du cyborg désormais en tête à tête avec lui, il s'exprima ainsi :

-Alors, tu commences à recruter ? Tu reprends son projet ?

-Tss...

L'Invincible arma alors son bras tandis que son adversaire en profita pour se projeter en arrière et s'éclipser dans la fumée.
Immédiatement sur le coté gauche, il le vit surgir en train de bondir sur lui, exécutant un mouvement en croix qui gainait alors tout son corps... La tonalité de Graham était ainsi resté stable, neutre et peut-être même un peu mélancolique. Il est certain que quelque chose clochait actuellement. Le maître positionna alors son bras gauche au niveau de son estomac, formant une perpendiculaire avec son autre bras mit à l'avant. Le fluide parcourant ainsi ses bras, il encaissa bien l'attaque et même avec une telle façon que son adversaire se fit repousser en arrière, en profitant en même temps pour disparaître derrière la fumée. Le même assaut recommença alors derrière-lui, il se retourna ainsi et para de la même façon. Un instant de silence alors, et son ennemi fondit sur lui-même en lui faisant ainsi pleinement face. Cette fois-ci, un échange impressionnant allait se réaliser.
Favorisant les attaques horizontales, latérales, verticales et tout en suivant une fluidité des gestes, son adversaire entra alors dans une danse particulièrement brutale qu'il réalisa en courant. Graham s'appuya alors sur sa jambe arrière et abaissa sa position, parant avec une efficacité redoutable chacune des attaques. Alliant des gestes circulaires ainsi qu'une logique semblant innée à chaque blocage, c'est bien le titre de maître qui revenait, et pourtant, son adversaire continuait sans s'arrêter, provocant ainsi de multiples bruits de fracas à chaque fois, mais s'accélérant aussi. Quelque chose d'inhabituel mais aussi de très difficiles à faire qui était que Graham se contentait de bloquer sans contre-attaquer, ce qui offrait à un avantage certain et considérable à son adversaire qui finit par lui lacérer la joue avant de se projeter en arrière, riant d'un ton moqueur :

-Ah ah ah ! Tu te rejettes, je le sens !

Apparaissant comme derrière-lui, son adversaire réalisa une nouvelle attaque bondissante, Graham l'esquivant en se retournant puis en bondissant vers l'arrière d'un pas assuré. Ce combat n'allait certainement pas être le plus simple et... Il faut dire qu'à cet instant, son adversaire était dans les airs, prêt à sa prochaine attaque, concentrer sur Graham, sa cible. Les choses tombaient bien.
Et alors... un obus enflammé ? L'apparition de Gaalsoon l'avait tellement perturbée qu'il se laissa surprendre par Ren, le petit là avec sa vitesse de boulet de canon. Il en fut de même pour Gaalsoon qui n'eut le temps que de tourner la tête avant de se prendre l'attaque de plein fouet dans les cotes. L'on aurait pu croire que ce genre d'assaut bien bourrin était suffisante pour le mettre hors d'état de nuire, mais c'est un sourire qui se dessinait sur le cyborg. Son corps avait eu le temps de s'entourer entièrement du fluide d'armement pour se protéger au moins partiellement de l'attaque. Sinon... eh bien, c'est un coriace il faut croire. La fumée se dissipa alors entièrement et le cyborg fut traîné sur plusieurs dizaines de mètres avant d'enfoncer ses membres dans le sol pour se stopper, observant comme excité par le combat qui se présentait ici. Il se releva en faisant tournoyer ses Saï, apparaître et disparaître son fluide. De l'autre coté, Graham tomba un genoux à terre en soupirant... Il ne semblait pas fatigué mais, son mental le semblait bel et bien, c'est sûr.
Gaalsoon s'adressa alors au duo :

-Tu veux te joindre à nous, gamin ? Eh bien qu'il en soit ainsi ! Mais tu sais qu'à ce stade, ton cher Graham est plus un boulet qu'autre chose ?

Son sourire s'étendit alors. Le maître observa alors le sol d'un ton relativement mélancolique mais aussi sévère. Le cyborg fit alors quelques pas en direction de ses adversaires, continuant dans le même ton :

-Ren W. Aoncan. Pourquoi tu ne te joins pas à moi pour ce combat ? On pourrait s'occuper d'éveiller toute la puissance de « l'Invincible », qu'en penses-tu ? Je suis bien ici pour le plaisir du combat et, je pense que celui qui t'intéresse, c'est lui.

Pendant ce temps, la respiration de Graham devint pratiquement imperceptible, ses yeux étaient refermés...

Santé de Gaalsoon : 90,0%

Copyright Solène ©


Aide:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Jeu 15 Oct - 20:24



Au Rythme de la Nuit


Feat : ✘ Graham Gaalrad




J'atteignis ma cible en un instant, sentant le contact se faire entre le torse cybernétique et mon poing enflammé. Un sourire se dessinait sur mon visage tandis que le corps de Gaalsoon était propulsé en arrière, relevant mon regard vers cet homme qui me rendit mon sourire. Apparemment, j'aurais pus me permettre d'y aller un peu plus fort car il avait eut le temps de se recouvrir entièrement de cette carapace d'ébène du Haki de l'Armement. Ainsi, il avait put encaisser mon attaque sans broncher, comme quoi j'allais sûrement avoir de quoi m'amuser. Dans ma courte vie je n'avais pas combattus de nombreux cyborg, mais il en fallait plus pour m'effrayer. Tel une bête, je ne connaissais pas la peur, je m'en servais pour devenir plus fort. Et cet adversaire, j'allai l'écraser. Ce n'était en rien pour prouver quoi que ce soit à Graham, bien que j'y avais pensé, mais j'avais simplement envie de me défouler, renvoyer toute la colère que je pouvais contenir en permanence pour broyer cet être étrange.

En plus de son Haki de l'Armement qui semblait plus résistant que le mien, son corps cybernétique lui offrait une défense efficace, ce serait difficile de l'atteindre avec de simples coups. Je pensa alors à mon épée que j'avais laissé dans la maison de Graham, je n'étais pas loin et en augmentant ma vitesse je pourrai faire l'aller-retour en un instant, ça pouvait se tenter. Cependant, avant que je n'esquisse le moindre geste, Gaalsoon m'interpella, tentant de me convaincre de l'aider dans son combat contre Graham. J'attendis alors qu'il finisse de parler, un sourire de plus en plus large déformant mon visage. Amenant ma main contre mon front, elle resdescendit pour couvrir mes yeux, un rictus incontrôlé se mettant à secouer mon torse à chaque respiration. Puis, ne pouvant me contrôler plus longtemps, j'explosai littéralement de rire, à m'en taper le cul par terre je vous jure. Des larmes aux yeux je m'étais plié en deux en hurlant de rire, un rire si sadique qu'il avait dû effrayer toute vie à proximité. Mon rire se calma peu à peu, je pus alors me relever en sèchant les larmes qui coulaient de mes joues d'un revers du bras. Soufflant un peu pour me calmer un peu plus, je m'exprima alors.

- Attends, tu croyais vraiment que j'allais te répondre affirmativement ? m'exclamais-je hilare, me tenant les côtes. Non mais...faut arrêter ! Moahahaha ! Personellement celui qui m'attire le plus l'attention dans ce combat c'est toi Gaalsoon, un cyborg c'est plutôt rare en ce moment et j'aime bien faire tiner l'acier.

Je m'étais arrêté de rire, observant les réactions de cet homme cybernétique, j'avais envie de tordre ce métal qui constituait son corps. Broyer ses bras et exploser chaque petite parcelle robotique de son organisme. Oui, je ne pouvais accepter que quelqu'un d'autre utilise ce genre de technologie. Dans peu de temps, un ami de longue date allait être délivré de sa prison et me permettrai de monter une armée de machines destructrices pour faire avancer "L'équipage de Métal" vers une nouvelle ère. Nos plans se mettaient en place et ce cuborg face à moi était une erreur à effacer. A vrai dire, je ne savais pas dans quel camp pouvait donc bien se classer cet homme, faisait-il partie du gouvernement ? Ou bien était-il à son compte ? Je n'en savais rien, mais j'allais faire comme d'habitude et suivre mon instinct, pour le coup j'allai lui péter la gueule.

- Ah, j'ai envie de voir ce dont est capable ton corps cybernétique. dis-je alors, me déplaçant pour observer mon adversaire sous différents angles. La technologie qui t'a transformé devait être assez avancé, bien confectionné...intéressant. continuais-je, baissant alors le ton comme parlant pour moi.




- Hum...suffit de l'éclater, ensuite je le dissèquerai, ça donnera peut-être des idées à Zero, qui sait. avant de me rapprocher encore un peu plus de Gaalsoon. Mais, avant ça, j'ai un truc à aller chercher, ce sera plus amusant.

Sans perdre un instant, je me déplaça en multipliant ma vitesse par soixante dix, disparaissant en contournant la maison avant d'y pénétrer, d'attraper mon épée posée dans un coin et de refaire le chemin en sens inverse. Ressortant alors de la maison, je décida de passer par une autre voie que terrestre pour porter le premier coup au cyborg, une autre idée me venant en tête. Utilisant toujours cette vitesse qui me donnait l'impression d'être un spectre tellement l'image que je renvoyais était instable. Fonçant droit vers le mur du bâtiment, mes pieds prirent appuis et m'élancèrent dans une course à la verticale pour rejoindre le toit en un instant, me propulsant alors de l'autre côté, là où se trouvaient Graham et Gaalsoon. J'observa du coin de l'oeil Graham qui semblait désemparé, comme si cet homme marquait un moment de son histoire dont il ne semblait pas vouloir se remémorer, ainsi soit-il il en resterait plus pour moi. Mes pieds me propulsèrent dans les airs, d'un saut qui m'envoya haut et loin, arrivant à stabiliser mon envol pour ne pas dépasser ma cible. Je retombai alors droit dessus, levant mon épée à la verticale dans mon dos, la tenant fermement de mes deux mains. La multiplication de ma vitesse fonctionnait également lors de mouvements aériens, me servant de la propulsion que m'imposait la gravité pour augmenter mon mouvement même dans cette position précaire.

- Lèves les yeux face de fer ! Que le spectacle commence !

it's Show Time !




J'abattis alors mon épée vers le cyborg, la lame prenant de l'ampleur en l'espace d'une seconde, passant d'un mètre soixante à cent mètres de long, s'écrasant lourdement sur le sol poussiéreux en soulevant un immense nuage de sable et poussière. L'avais-je à nouveau touché ? Allait-il enfin réagir ?






© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Ven 16 Oct - 15:37


Un combat extrême !

Ren W. Aoncan & Graham Gaalrad

"Au rythme de la nuit"

Tel le visage machiavélique de la lune, un long et tranchant sourire se dessina jusqu'à les joues de Gaalsoon ; il ne sembla pas vous quitter du regard. C'est certain, il avait plus qu'apprécié votre réaction, votre folie si exquise, si démontrée ! La rage meurtrière, seulement ce prestigieux sentiment, ce prestigieux moment qui ne demande qu'à éclater : ce cyborg connaissait parfaitement cette sensation. Qu'a-t-il pu donc avoir commis ? Qui était-il de même et pourquoi un tel assaut ? Attaquer aussi subitement qu'habilement de nuit, il y avait là une affaire sérieuse qui concernait Graham.

A votre réponse, l'étrange cyborg croisa alors ses saïs devant lui avec un sourire carnassier, en posture de combat avec bien une intense volonté d'en découdre. Que vous soyez son adversaire ou ses adversaires, cela ne semblait faire aucune différence à ses yeux.
Il vous répondit de cette façon vicieuse :

-Que la danse commence s'en plus tarder.

Un étrange son fut alors émis de son casque ou de son masque : quelque chose de probablement informatique, et qui s'était réalisé de façon ultra-rapide.
Conservant ainsi sa position, il continua à vous scruter vous avancer et discuter, commentant ainsi de façon provocante :

-L'homme est un sacré bavard.

Vos parole ne l'intéressaient guère maintenant.
Puis, vous disparûtes. Gaalsoon ne bougea point, son sourire disparut alors... puis réapparut avec une presque envie d'éclater de rire. Il récupéra deux grenades différentes de sa ceinture et les lança alors dans les airs. A sa façon de les jeter, cela paraissait être de l'aléatoire, pourtant le vecteur des directions de ces deux armes était calculé avec précision.
Pourquoi cela ? Car l'objectif était de toucher une zone maximale dans les airs, sans que les deux grenades ne s'annulent dans leur explosion et en prenant en compte quelque chose d'autre... Tandis que Ren avait tout pour réussir son assaut, que ce soit en terme de vitesse et même de surprise pour l'utilisation de son épée courbée combinée avec son fruit, Gaalsoon possédait autre chose. Si Graham semblait être plutôt sur la défensive précédemment, ce n'était pas seulement car le maître était bouleversé, mais c'était aussi car son adversaire était bien plus évolué qu'un humain. Quelle est l'utilité d'un casque si ce n'est une bonne protection en échange d'une totale perte de perception ?

Le cyborg ne regarda même pas son assaillant, Ren. Non, il fit un mouvement étrange au moment de l'attaque où son déplacement était semblable à celui d'un fantôme, il sembla ainsi flotter et se déplacer sur une même ligne dans une vitesse uniforme, constante et élevée. Le type de déplacement polyvalent et efficace dans un cercle, ce qui lui permit d'esquiver votre attaque. Un nuage de poussières masqua alors sa position...
Et alors, au même moment, la première grenade derrière-vous, l'autre devant, les deux grenades explosèrent simultanément à la fin de votre assaut. La première grenade était une grenade électrique qui servait à paralyser ses cibles dans un champ d'action de dix mètres, la seconde était une grenade fumigène servant à aussi bien obstruer la vision, qu'à contrer même les radars sophistiqués. Un nuage de fumée recouvrait de nouveau les alentours, ne permettant plus de distinguer concrètement à un mètre de distance.

Quant à Gaalsoon ? Il savait que les deux grenades allaient avoir leurs effets, c'est pour cela qu'il allait en profiter pour prendre un avantage conséquent sur la situation.
Comme apparaissant dans les méthodes d'un esprit vengeur, le cyborg bondit alors des ombres, attaquant dans le dos du jeune homme avec un puissant coup en croix augmenté par son Haki. Il ne détacha alors pas son attention de sa cible et ne lui laissa pas un instant de répit. A l'aide de ses armes, il enchaîna une multitude de coups en estoc, visant principalement le visage et les articulations, les bras comme les jambes, tout en courant pour ne pas laisser une chance à son adversaire de battre en retraite. Dans le même temps, il s'écria :

-Ah ah ! Tu penses sérieusement que je ne connais rien de toi, Ren W. Aoncan ? Tu vas mourir ! Tel le dicte la loi du plus fort !

Dès lors que vous trouviez le moyen de contre-attaquer, Gaalsoon prit appui  sur le sol et disparut à nouveau dans la fumée pour vous empêcher toute tentative de contre-attaque...

Santé de Gaalsoon : 90,0%

Graham releva alors le visage, soupirant lourdement en direction du combat...

Copyright Solène ©


Aide:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Ven 16 Oct - 18:29



Au Rythme de la Nuit


Feat : ✘ Graham Gaalrad




Alors que mon épée s'écrasait sur le sol, s'enfonçant sur plusieurs mètres en soulevant la terre sur les côtés, la faisant trembler pendant un instant en soulevant un important nuage de poussière. C'est alors que j'aperçus du coin de l'oeil une forme sortir hors du nuage qui me brouillait la vue. Son mouvement n'avait rien d'humain, c'est comme s'il avait glissé sur le sol, il avait des roulettes ou quoi ? Le soulèvement de poussière couvrit alors sa position à ma vue. Ainsi suspendu au-dessus du sol au bout de mon arme, la lune m'aida dans mon combat, me permettant de percevoir l'espace d'un instant une forme briller, tombant dans ma direction. Lâchant alors mon arme gigantesque, je me mis à tomber à mon tour, mais les grenades avaient eues le temps de prendre de la vitesse et me ratrappèrent au moment de leur explosion. Utilisant mon pouvoir pour décupler la vitesse de mon mouvement, j'écarta les bras, chacunes de mes mains placées devant une grenade. Du bout de mes doigts s'étendit alors une couche noire qui sembla courir sur mon corps en le recouvrant entièrement. Cependant, les grenades explosèrent alors que l'intégralité de mon corps n'était pas encore recouvert de cette carapace de Haki Offensif. Celle à ma droite n'était qu'un fumigène, mais l'autre semblait bien plus dangereuse, explosant en propageant un courant électrique sur mon Haki, comme bondissant afin de trouver une ouverture pour atteindre mon épiderme. Au niveau de mon nombril, la matière noire recouvrait les dernières parcelles de peau de mon corps. Juste à temps pour empêcher l'électricité de me toucher plus sérieusement qu'une simple décharge. Du bout de mes doigts, je frappa les deux grenades, surtout pour la fumigène qui, en cette nuit obscure, allait m'handicaper.




Cependant, la fumée provoquée par la fumigène m'atteignit et je ne pus rapidement plus rien voir, sentant mes pieds toucher le sol tandis qu'un mouvement était déployé devant moi, mon adversaire n'avait pas perdu de temps. Augmentant ainsi la vitesse que m'octroyait mon pouvoir pour m'élancer droit devant dans une accélération surpuissante, soulevant la fumée sur mon passage en créant une sorte de trou dans cette masse nuageuse artificielle qui se referma une fois sortis de celui-ci. Cependant, j'eus la mauvaise surprise de ne pas trouver mon adversaire dans cette direction, tournant ma tête derrière moi au moment où mon adversaire en sortait à une vitesse impressionante. Ses deux taïs en mains, il arma une attaque en croix renforcée de Haki.

A présent, ma vitesse était multipliée par cinquante, me permettant un mouvement supersonique qui déploya une onde de choc lorsque je m'élança droit sur Gaalsoon, toujours sous cette forme entièrement noire. J'envoya alors la paume de ma main dans un geste qui poussa également l'air devant moi, visant l'endroit où les armes se croisaient afin de repousser l'attaque et au passage le cyborg. Seulement, seule sa première attaque fut ainsi parée, le destabilisant au moment où il déploya son mouvement en croix, bien que ses taïs aient laissés une fine cicatrice en forme de croix au milieu de ma paume, il avait réussit à percer mon Haki malgré la bourrasque ? Eh bien, j'allai sûrement bien mieux m'amuser que ce que j'avais crus initialement.

Gaalsoon ne me laissa alors aucun répit, frappant de toutes part à l'aide de ses armes recouvertes de Fluide Offensif. Je monta alors la puissance de mon fruit à soixante cinq fois ma vitesse, anticipant et parant les coups de mon adversaire à l'aide de chaque partie de mon corps, évitant les pointes de ses taïs pour frapper de côté afin de dévier les coups, lançant également plusieurs coups visant principalement son torse, mais aussi ses bras et ses jambes au niveau des articulations. Il était rapide et notre enchaînement ne semblait pas pouvoir se terminer, chaque attaque était contrée dans les deux camps, des étincelles provoquées par chaque contact entre le métal et le Haki. Il s'adressa alors à moi pendant que nos coups s'enchaînaient. Il s'était donc renseigné sur moi ? Eh bien, c'était gentil de sa part de m'avouer qu'il était fan, peut-être qu'un coup dans la gueule pourrait lui servir d'autographe, qui sait ? Il bondit alors en plaçant sa main au sol, profitant de cet instant pour tenter un coup de pied circulaire qui ne fit que brasser de l'air, frappant le vide à l'endroit où s'était trouvé Gaalsoon un instant plus tôt.

Il n'y avait pas à dire, ce type était rapide, mais pas plus que moi. J'étais un expert dans ce domaine et je ne pouvais permettre à quelqu'un de me détrônner. Surtout pas à un cyborg qui n'avait obtenu ces capacités physiques principalement par bidouillage mécanique. Cependant, chaque machine a son carburant, c'était une règle d'or de la robotique que j'avais appris aux côtés de Zero. Et, ce cyborg ne faisait pas exception, il fallait simplement que je le pousse à vider ses réserves pour connaître d'où provenait l'énergie qu'il exploitait. Cependant, dépourvu du Kenbunshoku et n'ayant pas suivis ses mouvements, je ne savais pas où se trouvait mon adversaire. Mais, ne perdant pas un instant, je m'élança droit sur mon épée, ma main entrant en contact avec la lame afin d'utiliser mon pouvoir. En une seconde, l'épée avait reprit sa taille initiale, le manche dans ma main. La faisant tournoyer en ne restant pas un instant sur place afin de voir arriver Gaalsoon sans qu'il ne m'attaque dans mon angle mort.

- Alors ? Incapable de continuer un affrontement au corps à corps ? T'es obligé de prendre tes distances pour m'attaquer par surprise ? m'exclamais-je en écartant les bras, comme l'invitant à venir me frapper.

Tournant alors ma tête vers Graham, je l'observa. J'étais surpris de le voir autant désemparé, comptait-il me donner un coup de main ou resterai-t-il simplement un spectateur ? Je ne doutais pas de ma force mais, face à ce cyborg, Graham ne serait pas de trop.

- Eh Papy Graham ! Tu comptes rester là à te ressasser ton passé ou passer à l'action et m'aider à lui botter le cul ?! m'écriais-je pour le réveiller de sa torpeur.


© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Ven 16 Oct - 22:41


Un combat extrême !

Ren W. Aoncan & Graham Gaalrad

"Au rythme de la nuit"


Aucune réponse du cyborg, que ce soit au moment où le jeune commandant de flotte se mit en danger pour pouvoir récupérer son épée, se plaçant tout de même en prudence en cas d'attaque embusquée, que lorsque celui-ci le provoqua ouvertement. Il n'y avait aucun bruit, mais d'une certaine façon, le jeune pirate devait bien se sentir épier à chacun de ses gestes.
La fumée était densément répandue dans les alentours, un véritable brouillard de guerre qui n'avait d'avantage que pour Gaalsoon se conservait. Ainsi tapis dans l'ombre, aucun son n'était produit par le cyborg... Où était-il donc et que préparait-il ?

En dehors du nuage de fumée, Graham était toujours là, observateur mélancolique du combat dont il ne semblait pas vouloir participer. Pourtant, il suivait les mouvements de Gaalsoon.
Malgré ses apparences, il était peut-être assez surprenant de finalement remarquer que le Maître n'appréciait pas du tout les combats, les duels ou les batailles, tandis qu'il était lui-même un maître de tous ces arts violents. Peut-être y avait-il un mélange de lassitude ou bien le passé avait-il un aussi grand impact ?
Dans tous les cas, il ouvrit les yeux en voyant le regard du jeune rouge accompagné de ses paroles. Il arqua un sourcil en symbole d'une légère stupéfaction devant ces mots, mais aussi peut-être car il n'appréciait pas la façon dont Ren s'était adressé à lui.
Le visage de Graham paraissait bien calme pourtant... mais il ne se gêna pour vous répondre de cette façon-ci :

-Ce n'est pas toi qui recherchais la puissance ? Pourquoi ne la dérobes-tu pas seul dans ce combat ?

Au même moment, quatre grenades furent élancés vers Ren. Des grenades que le cyborg n'avait jamais utilisé... puis soudain, une première explosion.
L'explosion ne venait d'aucune des quatre grenades, elle venait de la cinquième qui avait précipitamment roulé vers le pirate, au sol. C'était la plus éloignée... mais la plus dangereuse. Cette cinquième grenade était une grenade incapacitante qui projeta une lumière aveuglante et un son assourdissant, le couple d'une puissance telle que les sens se retrouvent inutilisables pendant une dizaine de secondes. Le genre d'armement très vicieux... mais ce n'était pas tout. Les quatre autre grenades sont des grenades à fragmentation, usuellement utilisées pour détruire et tuer, tout en infligeant des dommages secondaires importants pour les survivants grâce aux fragments.
Tout ça n'était que le début de son assaut.

Tout juste après que les grenades explosèrent dans un violent fracas, c'est cette fois-ci une décharge électrique semblable au tonnerre qui frappa violemment contre le dos de Ren.
Gaalsoon était bien renseigné sur les capacités des fruits du démon et il est aussi très calculateur quant à l'utilisation que l'on pouvait en faire. Le choix d'une décharge aussi brutale était car ce genre d'attaque possédait la vitesse de la lumière, c'est-à-dire qu'il fallait une vitesse supraluminique pour pouvoir s'en sortir correctement, ce que ne possédait pas le jeune garçon.

Suite à ce coup de foudre, le cyborg comptait bien maintenir la pression sur Ren, c'est pourquoi il enchaîna immédiatement après.
Bondissant depuis le ciel, Gaalsoon chargea littéralement le jeune pirate, le corps entouré du fluide d'armement. Son visage toujours aux allures carnassières et robotiques, il décida d'augmenter le degré de puissance de son attaque. Il fit de nouveau une attaque en croix, mais cette fois-ci il y plaça une telle force que deux grandes lames de vent se formèrent pour déchiqueter aussi bien l'écran de fumée qui se dissipa, que sa cible. Une croix d'une dizaine de mètres fendit ainsi le sol, emportant peut-être sa cible au passage.
Il hurla en même temps en destination au jeune homme :

-Tes rêves disparaissent !

Graham, témoin de la scène, décida alors de se relever en soupirant de nouveau...

Copyright Solène ©


Aide:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Sam 17 Oct - 14:27



Au Rythme de la Nuit


Feat : ✘ Graham Gaalrad




Il ne réagissait donc pas ? Mais pourquoi ? J'avais été témoin d'une partie de sa puissance et j'étais persuadé qu'un tel combat serait un jeu d'enfant pour Graham, alors pourquoi restait-il en retrait comme un gamin apeuré ? Il y avait un lien qui unissait ces deux hommes et il fallait que je découvre de quoi il s'agissait. Cependant, Gaalsoon n'avait pas l'air d'être d'humeur à discuter sur le passé de ce cher barman blond. Ainsi, alors que Graham venait de finir de parler, m'intimant de continuer seul ce combat, quatre grenades surgirent de l'ombre, envoyées dans ma direction. Eh bien, ce cyborg était un impatient, même pas le temps de répondre qu'il fallait déjà que je réagisses.

Mon corps était toujours entièrement recouvert de Haki, ce qui me permettrait de résister aux explosions des grenades. Enfin, j'avais prévus tout autre chose, convaincus de la fourberie dont faisait preuve cet homme. Sa façon de combattre ressemblait à celle d'un assassin, se tapissant dans l'ombre pour attaquer et tuer son adversaire en ne lui laissant aucune chance de survie. Cependant, je n'étais pas un Commandant d'un Yonkou pour rien, je faisais partie des grands pirates de ce monde, des plus craints. Je n'allai pas me laisser faire aussi facilement, il pouvait en être certain.

Plantant mon épée face à moi dans la direction d'où provenaient les grenades, je plaça la paume de ma main droite contre la lame noire afin d'utiliser les capacités de mon pouvoir. Augmentant ainsi la taille de mon arme, je la stabilisa à une dizaine de mètres de largeur pour une trentaine de haut. Face à des grenades, je n'avais pas besoin d'enduire mon arme du Busoshoku no Haki, son métal bien assez résistant pour le supporter. De plus, cela aurait été une perte d'énergie vu que mon corps en était déjà recouvert.

- Black Shield !

M'attendant à une explosion, je fus surpris que la première attaque soit un flash puissant qui, heureusement ne m'atteignit pas grâce à mon bouclier noir géant. Cependant, la grenade provoqua également un son qui m'atteignit, lui. Une cacophonie qui me provoqua de violents acouphènes qui me firent grimacer assez bizarrement. Le problème avec les attaques sonores c'est qu'elles sont difficilement esquivables. Les sourcils froncés et ma bouche exécutant des grimaces étranges, j'entendis alors l'explosion des quatre grenades, suivis de nouvelles explosions qui attirèrent mon attention. L'une d'entre elle explosa tout proche de moi à ma droite tandis qu'une seconde fit de même à ma gauche.




Une épaisse fumée me recouvrait à la vue de mon adversaire, mais quelque chose me disait que cet homme n'allait pas attendre que ce nuage disparaisse pour m'attaquer. Mon recouvrement complet avait disparut juste après les explosions, l'ayant utilisé bien assez longtemps comme ça pour le moment, il m'avait permit  Il était bien trop impatient pour cela. Ainsi, n'attendant pas une seconde je bondis dans les airs. Sortant du nuage de poussière alors qu'un éclair me fonçait dessus. Une décharge d'électricité pure ? C'était qui ce type ? Un magicien ? Enfin bref, j'eus la chance d'avoir bondis au bon moment en augmentant ma vitesse afin d'atteindre une hauteur importante et suffisante pour la suite de mes plans. Mes pieds rencontrèrent alors le dessous de mon épée géante, formant deux sortes de grandes plateformes des deux côtés du manche.

Utilisant à nouveau mon pouvoir ou plutôt, faisant marche arrière dans ma précédente utilisation, l'épée noire rétrécit rapidement en me ramenant en direction du sol. Ce fut au moment où mes pieds touchèrent à nouveau la terre et que je retirais mon épée du sol que je vis Gaalsoon me fondre dessus depuis les airs dans le reflet de mon épée noire. Enfin, il se montrait ce con là. Le moment était venu de s'amuser à nouveau plutôt que de jouer à cache-cache. Ses bras croisés, je m'attendais à une nouvelle attaque au corps à corps, et je pus cette fois préparer un peu mieux ma parade, ou plutôt ma contre-attaque.

- Pathétique. dis-je dans un murmure en préparant mon attaque.

Le regard rivé vers mon adversaire et son attaque, j'utilisais alors les capacités du Moa Moa pour augmenter ma vitesse. Dans un mouvement fluide et grâce à des réflexes aiguisés et une agilité impressionante, je me cambra vers l'arrière, mon épée dans ma main droite, la lame pointée vers le ciel. Un déploiement de puissance provenant de l'intégralité du corps. Porté par le mouvement de la partie droite de mon corps, ce geste me sembla passer au ralentit. Tout d'abord mon torse se vrilla vers l'avant, amenant mon épaule en avant ainsi que tout le bras qui, lorsque mon genoux se déplia en me poussant vers le haut, je lâcha le manche en y insufflant les pouvoirs de mon fruit du démon. Une projection d'une vitesse phénoménale sans même utiliser mes compétences, c'est pour vous dire à quel point la lame noire était dangereuse dans cet état, la pointe recouverte de Haki pour lui permettre une perforation importante, l'air n'eut pas le temps de siffler tellement nous étions proches. Un impact ayant lieu un instant après quelques mots prononcés dans un murmure.

- Cannonman : Rocket Spear !

Une déflagration me poussa vers le sol, luttant en recouvrant les parties inférieures de mon corps afin de résister à la pression qu'exerçait l'onde de choc causée par l'impact de nos deux attaques. Des lames d'air provenant de l'attaque de Gaalsoon, formant une croix, se divisèrent en quatre plus petites qui s'écrasèrent tout autour de moi aux quatre points cardinaux. Un cratère se creusa alors sous mes pieds, l'onde de choc exerçant de plus en plus de pression sur moi et notre environnement. Je ne savais pas si mon attaque avait réussit à percer la garde du cyborg. Dans tout les cas, je ne savais pas non plus où ce dernier se trouvait.

Cependant, sans attendre le résultat de mon attaque, je me déplaçai jusqu'à Graham en un instant. Les sourcils toujours froncés et mes oreilles toujours subissant ce bourdonnement très dérangeant. Ma peau était coupée à de nombreux endroits, de légères coupures qui saignaient de quelques gouttes tâchant mes vêtements déchirés par endroits. Cet impact avait été sérieux pour le coup, j'espérais pouvoir avoir l'aide de Graham parce que je ne savais même pas qui était ce type par rapport au barman.

- Tu comptes réellement rester là ? C'est toi qu'il voulait butter à la base je te signales et je suis pas ton garde du corps, donc décides-toi. Tu souhaites mourir ce soir ou combattre pour survivre ?


© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Sam 17 Oct - 17:07


Un combat extrême !

Ren W. Aoncan & Graham Gaalrad

"Au rythme de la nuit"

Gaalsoon compta bien aller jusqu'au bout de son assaut, il avait sélectionné l'une de ses attaques les plus fortes pour infliger le maximum de dégâts à son adversaire. Malheureusement pour lui, celui-ci réussit à agir suffisamment vite grâce à son fruit, ce qui ne le répudia pas car il vibrait d'impatience à connaître quel genre de contre-attaque le pirate allait user.

Ainsi soit-il, il put observer les mouvement de Ren qui lui projeta ainsi sa lame en piquée, chargée d'un fluide d'armement. Enveloppé lui-aussi mais entièrement d'un puissant fluide d'armement, les deux saïs du cyborg rencontrèrent brutalement et simultanément la pointe de l'arme adverse, ce qui causa une onde de choc majeure accompagnée d'une déflagration conséquente.

Au bonheur de l'ennemi, le jeune pirate fut repoussé et brûlé net face à une telle rencontre. Par contre, lui-même devait dès à présent faire face à cette puissance.
Il avait fait un bon choix en choisissant son attaque qui n'avait de point fort que sa capacité de destruction. Dans cette rencontre entre les deux types d'armes, c'est finalement les efforts du cyborg qui réussirent à repousser la lame de Ren, alors projetée à une vitesse plus élevée et à contre-sens. Celle-ci tournoya telle une scie en découpant le sol, trouvant finalement un point d'arrêt à une vingtaine de mètres de là contre des gros rochers. Gaalsoon avait bien réussi à se montrer plus violent que cette attaque, mais il reçut de plein fouet la déflagration. Se servant alors du choc comme appui, il se propulsa ainsi vers l'arrière en un formidable salto. Des flammes l'entouraient alors et le firent rayonner dans la nuit comme un ange de feu... avant de disparaître. Le cyborg atterrit ainsi après une voltige d'une dizaine de mètres et dans un fracas... Parfaitement droit, il semblait en forme.

Santé de Gaalsoon : 86,0%

Toujours son fluide combatif en place, il se mit alors à offrir un large sourire en destination du jeune garçon : le cyborg se plaisait dans ce combat et le choc précédent ne semblait pas ébréché son humeur, c'était même l'inverse.
Il positionna alors ses mains dans son dos et marcha d'un pas assuré vers Graham et Ren, étant donné que le jeunot s'était déplacé.

Devant le fait que le jeune commandant de flotte vienne vers lui, décidé à ne pas le lâcher, Graham suivit ses mouvements en dévisageant. Il écouta les paroles de Ren qui ne s'en sortaient peut-être pas trop mal à ses yeux... mais dans tous les cas, le Maître semblait plutôt agacé par les événements, et surtout par le fait qu'il semblerait que le jeune homme ne veuille pas le laisser tranquille. Pourquoi un soi-disant jeune qui recherche la puissance ou autre forme de misères, s'attache à lui ? S'il compte devenir fort et conquérir le monde, qu'il le fasse seul et qu'il foute le camp, c'était là les pensées de Graham.

Un regard sévère voir hostile, il fixa ainsi Ren en silence, dans une froideur absolue.
Gaalsoon intervint alors... le cyborg ne semblait pas montrer de traces d'égratignures... Peut-être est-ce à cause de sa constitution ? Il est plus difficile et différent de déterminer les dommages offerts à un cyborg :

-Qu'est-ce que tu espères, Ren W. Aoncan ? Cet homme n'est pas qu'une erreur heureuse, c'est un gâchis et une perte de temps. En plus de ne pas savoir où il va, il est comme un iceberg intemporel. Laissez porté par le flot du temps, il fond, il s'effondre lentement mais sûrement comme les rochers face à l'érosion. Il est inactif, propre à observer le monde en n'offrant rien à ceux en quête de puissance, en quête de savoir, en quête de conquête. Il possède la puissance, mais mourra avec sans la partager... Pourquoi oses-tu défendre quelqu'un qui ne t'aidera jamais ? N'es-tu pas au service d'un véritable empereur, d'un conquérant du nom de Hagane Raza ? Tu devrais le rejoindre avant que le temps ne se perde véritablement à jamais, dans le néant. Je suis ici pour Gaalrad qui tente d'échapper à sa vraie nature, c'est tout.

Graham continua à fixer Ren sans que la moindre émotion ne se lise en lui.

Copyright Solène ©


Aide:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ren W. Aoncan
Commandant de Flotte
Commandant de Flotte
avatar
Messages : 883
Localisation : Dans ton cul
Date d'inscription : 01/05/2015

Feuille de Personnage
Exp:
1/100  (1/100)
Prime/Honneur: 600 millions
Troupes:
Pouvoirs:
PouvoirsNom du PouvoirNiveau
Pouvoir 1Haki Armement 20
Pouvoir 2Haki Observation10
Pouvoir 3Paramécia Plus40
Pouvoir 4Art du Hasshoken1
Pouvoir 5
Pouvoir 6
Pouvoir 7

RP au Présent:
RP au PrésentÉcrire ci-dessous
LieuAlabasta
Linkhttp://onepiececonquest.forum-nation.com/t1560-un-verre-avec-une-revolutionnaire-pv-ren#10410
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Sam 17 Oct - 23:19



Au Rythme de la Nuit


Feat : ✘ Graham Gaalrad




Toujours aucune réaction, il se foutait de ma gueule ou quoi ? C'était quoi cette coquille vide ? Lui qui m'avait parut si puissant encore quelques heures plus tôt, désormais il me paraissait faible. Dépourvu d'une quelconque force, détruit psychologiquement, un putain d'état végétatif qui commençait à tranquillement me mettre les nerfs. Fin c'est vrai quoi, c'était Graham la cible à la base, moi j'étais juste intervenus pour montrer mon mécontentement à une telle intéruption dans notre conversation. De plus, il semblait me connaître, fin j'étais pas non plus très discret comme type et on me connaissait et craignait dans de nombreux pays, mais lui semblait particulièrement bien renseigné sur moi ainsi que sur mes capacités. Ou était-ce du bluff ? Serait-il un envoyé du gouvernement ? Ou bien un chasseur de prime ? Rah, ça me faisait chier de ne pas savoir, me posant de nombreuses questions tandis que Gaalsoon s'avançait vers nous, n'arborant aucun dommage bien important à première vue. Bien, le combat allait pouvoir continuer. Jetant à nouveau un coup d'oeil à Graham, lui-même m'observant sans réelle expression dans le regard, je souffla alors de dépit, il ne voulait rien faire et rester à se morfondre sur sa pauvre vie ? Eh bien soit, le maître se montrait faible et, apparemment je n'avais rien à apprendre de sa part, pourquoi m'acharner ?

- Bien, dans ce cas continues donc d'arborer cet air empli de faiblesse dont tu parais être si fier. dis-je, en ayant marre de devoir insister, bordel c'était qui le plus jeune dans l'histoire. Tu n'es plus que l'ombre de ce que tu fus, Graham, tu n'es plus qu'un être comme les autres, incapable de se défendre correctement sans sombrer dans les méandres de ton passé.

M'avançant pour ne plus avoir le grand blond dans mon champ de vision, je me rapprochais de Gaalsoon, m'arrêtant à une dizaine de mètres de sa position. Mon épée était plantée dans le sol à plusieurs dizaines de mètres derrière le cyborg. Il avait put résisté à deux de mes plus puissantes attaques. Décidément, ce cyborg avait du répondant, bien qu'il aimait beaucoup discuter apparemment. Dépossédé de mon épée, c'était une partie de mes pouvoirs qui devenait inutile, quoi qu'il y avait bien un autre moyen. Enfin, pour le moment il fallait que j'analyse un peu tout ce qui se trouvait autour de moi.

- Tu sembles en connaître beaucoup sur cet homme, cyborg. m'exclamais-je à l'attention de Gaalsoon. Cependant, je ne sais rien de toi ni des liens qui te lient à cet homme. Pourquoi voudrais-je m'allier à toi ? Pour quelle raison cela pourrait-il arriver ?

Je me mis alors à avancer, les mains dans les poches le buste légèrement penché en avant. Mes yeux étaient légèrement relevés dans cette position, fixant droit devant moi cet être robotique. Je souffla à nouveau d'exaspération, consterné des évènements et de la vitesse à laquelle les choses s'étaient enchaînées. Tout comme la vitesse que je déploya subitement dans ma marche. Non, je ne courrais pas et pourtant j'étais devenus comme flouté, disparaissant en un instant pour apparaître cinq mètres vers la gauche puis de revenir vers l'avant. Je ne semblais pourtant pas changer de direction, une marche complexe et qui était parfois assez angoissante pour mes adversaires. Mais pas pour celui-là, non, j'étais certain qu'il lui en fallait plus pour être impressionné. Il en avait sûrement déjà beaucoup vu des pirates qui se la jouaient un peu trop, et au vu de mon apparence quoi penser d'autre de moi que cela ? Enfin, j'allai lui prouver le contraire, que malgré mon jeune âge j'avais une certaine expérience derrière moi. Je continuais d'avancer inéluctablement vers mon adversaire, apparaissant tantôt à droite puis sur sa gauche, ne passant jamais trop près de lui afin de garder une certaine distance de sécurité.

- Je ne m'intéresses pas à ce vieil homme, fais-en ce que tu veux. dis-je d'un ton neutre, presque dénué de toute humanité. Simplement, je n'aime pas être interromput comme tu l'as fais, ce n'est que pure logique que de répondre à une telle provocation par la force.

Un point faible, j'étais vraiment idiot parfois quand même. Son corps était son propre point faible face à moi, certaines n'étant visiblement pas organique du tout, simplement parcourues de vaisseaux sanguins artificiels, rien qui ne pourrait arrêter mon pouvoir. Il fallait à présent que je vois quelles parties de son corps étaient cybernétiques ou non. Mes pas me menèrent sur sa droite, passant à cinq mètres de sa position en continuant pour passer dans son dos. Je continua d'augmenter ma vitesse jusqu'à ce que ma technique se mette en place.

Reservoir Dogs



En un instant, trois images de moi-même en plus de mon vrai corps apparurent, comme se divisant de mon corps, donnant l'impression que je m'étais cloné en plusieurs parties. Rapidement, leur nombre augmenta, passant de trois à dix puis à une cinquantaine qui tournaient autour de Gaalsoon. Alors, je m'exprima, ma voix semblant venir de toutes les directions.

- Dis moi, cyborg. commençais-je, pensif. Pourquoi avoir un tel corps ? Comment cela est-il arrivé ?


© Fiche par Ethylen sur Libre Graph'



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan] Dim 18 Oct - 13:16


Un combat extrême !

Ren W. Aoncan & Graham Gaalrad

"Au rythme de la nuit"

Après son propre discours, Gaalsoon fit quelques pas sur le coté au fil de ses pensées et de la discussion qu'il venait d'entamer. Son sourire ravageur continuait à témoigner que son esprit était pleinement offert au combat et qu'à tout instant, il était prêt à attaquer d'une façon aussi violente que précédemment. Le cyborg était bien comme un maître de guerre combinant ainsi un esprit aussi belliqueux que rusé, il ne laissait aucune chance à ses victimes. Il est certain qu'une grande expérience se démontrait au fil de ses lames et de ses gestes.

C'est donc en toute tranquillité qu'il observa alors le petit et le grand entrer en conflit. Et dire qu'ils semblaient être dans le même camp au début... Cette scène était pitoyable à ses yeux, ce qui le fit sourire un peu plus.
Le lien qui s'était construit entre tous deux se détruisait, se déchiquetait. Peut-être que cela allait être suffisant pour qu'ils soient ennemis ? Ou bien peut-être est-ce que les deux êtres étaient déjà devenus des amis sans le savoir et qu'ils étaient bien plus résistants que cela ? Quoiqu'il en soit, le cyborg éprouvait une certaine impatience à vouloir connaître la suite des événements. C'était un sacré théâtre que nous avons là !

Finalement, le jeune délaissa le passé et se tourna vers un aspect plus futuriste des choses... Enfin ! Mais cet enfant comptait un jour pouvoir discuter sans combattre, ou bien était-il si incertain de la suite des événements qu'il avait besoin de coups montés ? C'est vrai, la seule règle était la survie, l'évolution passait maintenant à la trappe. Les attaques préparatoires étaient peut-être la seule chose qu'il pouvait accomplir.

Les paroles et la gestuelle de Ren parurent pour le cyborg aussi claires que de l'eau de roche. Tant de significations se dévoilaient comme des mondes, et trouver ainsi un sens à l'inconscience était une chose aisée... Et pourtant, pourquoi ce jeune restait autant sur la défensive ? Quel était le plus intéressant entre un homme prêt à sacrifier et l'autre prêt à se cacher ? Cette pensée affina son visage du vice...

Ren W. Aoncan, un autre qui a quelque chose à prouver, rien d'étonnant à cela. Il essaie de jouer dans la cours des grands, or une erreur fera toujours qu'il n'y sera jamais comme la plus part des vieillards de ce monde : l'on ne devient pas un grand, l'on est désigné comme tel. Tant qu'il ne comprendra pas cela, Gaalsoon continuera d'arborer cette malice, que ce soit devant cette petite démonstration que cherchait à faire le jeune, que pour le simple fait que... c'était inefficace... Oui ! Invincible ou non, rapide ou non, ils sont voués à perdre ! Tel est la loi de la domination, tel est la raison pour laquelle il a été choisi pour les affronter !
Le cyborg s'exclama alors en guise de réponse, une fois que le jeune finit de parler :

-Ah ah ! Tu ne pourras jamais vaincre Gaalrad, Ren ! Tu es faible, et les faibles lèchent les bottes des plus forts pour espérer eux-mêmes devenir plus fort. L'homme que tu avais défendu n'a jamais montré le véritable visage de sa force. Il serait capable de t'illusionner en te faisant croire que sa puissance s’arrête ici, mais c'est seulement un mensonge en échange de la paix. Il te tournera le dos comme il se débarrassera de toi car tu n'es pas intéressant à ses yeux. « Va vivre ta vie » : ceci résumera sa pensée. Personne depuis seize ans n'a réussi à éveiller le bon vieux monstre dans toute sa splendeur. Et le sais-tu pourquoi ?

Une seconde de silence plana dans l'atmosphère, comme s'il attendait une réponse de sa part alors qu'il allait lui-même l'offrir :

-Il est serein. L'on peut lire dans ses yeux qu'il sait ce qu'il fait, que rien n'est capable de se dresser sur son chemin, qu'il est impossible de le briser.

Son regard semblait se rediriger vers le ciel maintenant. Il le bascula alors vers Ren dont il semblait suivre les moments. Ses yeux se posèrent comme sur quelques unes des positions où le jeune rouge s'était trouvé... Il ne se retourna même pas. Il regagna le même sourire vicieux que précédemment et continua :

-Sinon, tu souhaites savoir pourquoi je suis devenu un cyborg ? Eh bien, je suppose que même les faibles ont le droit à la vérité. N'est-ce pas, Gaalrad ?

Il fixa ainsi Graham qui lui renvoya un regard à son tour :

-Si je suis devenu un cyborg, c'est parce que j'ai été l'un des plus proches amis de notre monstre.

Les sourcils du seul civil des lieux se froncèrent devant ses paroles et puis... :

-« La Glorieuse Lambda ».

Graham détourna le visage pour le masquer dans les ombres de la nuit... :

-J'ai été tué de ses propres mains à l'Archipel de Shabondy, il y a seize ans de cela. Je suis mort, et pourtant perdre un membre ou deux n'a pas suffit à m'arrêter. A l'époque, j'avais été baigné comme toi, baigné dans l'illusion, et pourtant j'avais été membre de la piraterie, de la Marine, de la Révolution, du Gouvernement, aussi bien mercenaire que chasseur de prime. Les idéaux, les rêves, je connaissais chacun de ces systèmes et je pensais avoir le contrôle. Que ce soit le contrôle sur les autres, le contrôle sur chaque que je réalisais, le contrôle sur même mes propres armes et ma propre vie, mais ceci n'est qu'une grande illusion, et c'est ce qui est arrivé à ce monde. En soixante-dix ans, le monde s'est rétamé dans son propre cycle et il est temps que cet enfant passe à l'âge adulte.

Gaalsoon regarda ainsi les nuages sombres qui masquaient peu à peu le ciel... Et il finit par dire :

-Le premier pas vers cette route, c'est la mort de cet homme, s'en suivra ainsi une succession d'événements dont vous ne comprendrez pas le sens. Le flot du temps vous guidera.

Le cyborg dirigea alors sa pleine attention vers le Maître... Il était temps. Combien de temps cet homme comptait rester silencieux dans une situation pareille ? Ce n'était pas seulement une guerre de confiance, mais aussi où la vie et la mort se trouvaient, chose qu'il ne pouvait pas ignorer.

Graham s'avança ainsi dans une démarche lente et immuable : son visage était le même mais, il semblait même détendu. Ses pas s'arrêtèrent à une dizaine de mètres du cyborg, et il déclara ainsi :

-Oui, être quelqu'un comme les autres, c'est ce que j'ai toujours convoité. Je n'ai aucune raison de me battre car je n'ai jamais connu d'obstacle suffisamment fort pour que je ne commence qu'à faire le moindre effort à mes yeux. Je n'ai aussi pas d'objectif appelé par une conscience collective, je ne peux faire les choses que pour moi ou pour la satisfaction d'aider et d'admirer ceux en difficulté. Voir ces êtres autour de moi, qui eux sont capables d'éprouver, de redécouvrir à chaque fois des sentiments, des émotions sans que leur propre force leur en empêche. Oui, c'est peut-être la chose qui me manque, la faiblesse.

Il plaça ses mains dans les poches et continua :

-Chaque fois que je tente de m'autodétruire, je me reconstruis dans le même instant, je ne suis pas comme vous. J'ai copié les sentiments pour ne plus être seuls, recherchant ce que c'est d'être aimer et que quelqu'un veille sur moi tel un père. Finalement, le résultat est le même, et je reviens sur la même terre.

Il abaissa le visage comme dans un symbole de déception avant de relever celui-ci avec une force de détermination :

-Gaalsoon, je ne t'ai pas reconnu, et même si j'ai commis des destructions impardonnables, ce qui est mort reste mort à mes yeux. Si je n'ai pas su qui tu étais, c'est que tu n'es que l'ombre d'un ami. Je n'apprécie pas les imperfections et les caricatures, alors c'est ici que je vais t'abattre.

Un large sourire fut offert par la machine de guerre, il hurla en direction de ses ennemis :

-Hé hé ! Qu'attendons-nous ? Que la danse commence !

Et cette fois-ci, le casque qui formait comme un grand œil sur sa tête, s'abaissa d'un mouvement machinal avant de se bloquer, masquant la dernière part humaine de lui... Il fit tournoyer ses saïs devant lui et les bloqua en les croisant.
Gaalrad, conservant ses mains dans les poches, fit ainsi face au champ de bataille, murmurant derrière-lui en destination au jeunot :

-Ren, tu es rapide mais tu ne sais pas où il faut frapper, c'est pour cela que tu manques d'efficacité. Commence un premier assaut, je me charge de l'anéantir.

Copyright Solène ©

Aide:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan]

Revenir en haut Aller en bas

Au rythme de la nuit [Ren W. Aoncan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Le Monde :: Grandline :: Archipel Shabondy-